5 minutes forward

5 minutes forward tome 1 : une menace imposante

Parmi toute la flopée de nouveaux titres que l’on a pu voir débarquer récemment, il y a aussi des nouveautés atypiques. Des récits qui nous proposent un contexte absolument surprenant et où l’on se demande bien ce que l’auteur souhaite nous raconter. Cependant, c’est souvent dans ces voyages atypiques que l’on passe certains très bons moments. On a donc décidé de faire notre petit baluchon afin de se lancer dans une lecture qui a su retenir notre attention de par son synopsis. C’est donc du côté de chez Kana que nos pas nous ont menés afin de découvrir leur nouvelle licence répondant au nom de 5 minutes forward. Un premier volume qui a débarqué la semaine dernière dans toutes nos librairies et que l’on a pris pour satisfaire notre curiosité. Si derrière son récit étrange se cache en réalité une histoire d’horreur en compagnie de créatures pour le moins spectaculaire, il ne faut pas s’arrêter à ce premier point. En effet, notre périple nous a permis de retenir d’autres éléments venant apporter un potentiel très intéressant à cette série qui ne fait pas dans la demi-mesure. Il est donc grand temps de prendre nos jambes à notre cou afin d’éviter d’être écrasé par ces monstres surpuissants.

5 minutes pour tout changer

5 minutes forward-trio

Une amitié forte.

5 minutes forward, imaginé par Hiroshi Fukuda, nous plonge dans un Japon contemporain. On suit Yamato Shiroaya, un lycéen tout à fait banal menant un quotidien ordinaire. Passant la plupart de ses journées avec ses potes ainsi que son frère jumeau Yûto et leur amie d’enfance Michiru. Rien ne semblait pouvoir venir empiéter sur le bonheur qui animait ce trio qui s’était promis de toujours rester uni peu importe le temps qui passe. Alors qu’ils sont maintenant au lycée, Yamato sent que quelque chose est en train de changer. Son nez ne le trompe jamais et il comprend que ses deux comparses se rapprochent. Il craint alors de finir seul, mais ne souhaite nullement aller à l’encontre de leur bonheur. C’est avec ce problème en tête qu’il va rencontrer un beau jour un mystérieux inconnu. Cet homme se présente comme un voyant qui lui propose de connaître son avenir. Cependant, pas de boule de cristal ou de cartes à tirer. L’individu lui offre un étrange bracelet qui, selon ses dires, lui permettrait d’aller dans le futur pour ensuite pouvoir revenir dans le présent. Il suffit pour cela d’énoncer la formule magique pour que le voyage débute. Par contre, cet objet ne peut être utilisé qu’une seule fois et il est impossible de connaître le moment précis où l’on sera projeté dans l’avenir.

Très sceptique en voyant cela, c’est finalement le fait d’imaginer Yûto et Michiru ensemble qui lui fait sauter le pas. Voulant savoir ce qu’il en sera plus tard, il récite l’incantation et va alors être projeté dans un avenir semblant très proche. Retrouvant le reste de son groupe, il va alors être témoin d’une scène effroyable. Des statues de bouddhas prennent vie et se mettent à attaquer les passants. La panique s’empare alors des rues en même temps que les cadavres se multiplient. Un spectacle horrifique qui chamboule peu à peu le monde. En découvrant ça, Yamato se dit qu’il lui suffit de revenir dans le passé afin de régler cette histoire et ainsi éviter cette catastrophe. Malheureusement, il va se rendre compte au dernier moment que le temps qui sépare le moment où il était dans le présent à l’assaut de ces figures gigantesques n’est que de cinq minutes. Le cauchemar continue donc pour ce jeune garçon et ses proches alors qu’il se demande comment il pourrait se sortir de cette situation au vu du maigre saut dans le temps qu’il vient d’effectuer. Le temps n’est donc plus aux hésitations et il va falloir tirer toute cette affaire au clair dans l’espoir de trouver un salut.

A travers ce synopsis, 5 minutes forward pose parfaitement les bases d’une aventure où survie et horreur se combinent. Si l’on pourrait croire que le délire avec les statues transporterait l’oeuvre dans une direction plus violente et axé sur le côté un peu grotesque d’une telle attaque, cette lecture nous montre un autre visage. Un début d’épopée qui va réussir à accrocher notre regard de par sa volonté de ne pas tant se concentrer sur ces monstres et de s’attarder sur le ressenti de ces quelques personnages que l’on suit.

Une quête de survie intéressante

Il n’est pas rare de voir des oeuvres souhaitant se lancer dans le genre horrifique en mettant en scène des créatures inimaginables. Cela permet de créer un aspect assez délirant et surtout totalement inimaginable qui surprend le lecteur et éveille en lui l’envie de savoir comment cela va bien pouvoir finir. 5 minutes forward prend cette voie, mais en suivant une route différente. Il est vrai que le fait de voir des statues de bouddhas prendre vie et s’attaquer à la population peut facilement faire penser à de la série B. De ce fait, le titre veut surtout commencer par offrir un divertissement alliant défouloir et exagération. Pourtant, il y aussi d’autres éléments qui ont su sublimer notre lecture et surtout accentuer l’expérience que l’on vivait. Si l’on a déjà le droit à quelques rebondissements qui offrent des scènes inattendues, on va déjà se pencher sur l’importance du pouvoir qui fut confié au héros. Le fait qu’il se retrouve coincé dans le futur face à cet enfer sans nom pousse Yamato à vouloir revenir en arrière le plus vite possible afin de changer cela. Plus le temps passe et plus ce désir se fait plus puissant au vu des sacrifices et des morts qui ponctuent son parcours. On arrive alors à ressentir la même peur, tristesse et colère qui l’envahissent. De ce fait, on serait tenté de comprendre son envie de retrouver sa réalité. En même temps, on sait que c’est son unique chance de pouvoir endiguer ce phénomène. On est donc, au même titre que ce lycéen, tiraillé entre ces deux choix qui s’incrustent de plus en plus dans notre esprit. La tentation ne cesse donc de se renforcer et ajoute encore plus d’immersion de la part du lecteur qui partage un peu cette responsabilité.

En plus de tout cela, l’auteur va aussi réussir à mettre en place une menace bien présente dans le coeur de chacun. Le fait de choisir des statues comme adversaires permet d’avoir un danger imposant devant nos yeux. Après tout, que peuvent faire de simples civils devant ces structures de pierres dont la pression est largement suffisante pour écraser n’importe quel os ? Ainsi, il ne semble exister qu’un seul moyen de s’en sortir face à un tel ennemi. Le lecteur est donc constamment plongé dans cette fuite qui ne fait qu’accroître légèrement l’espérance de vie du groupe. Pour conclure, ce premier tome va aussi nous proposer une narration des plus efficace. Tous les codes de l’horreur sont parfaitement maîtrisés et permettent ainsi d’établir une atmosphère qui imprègne chacun de nos pas et nous poussent à imaginer le pire des scénarios. D’ailleurs, on ne s’attendait pas du tout à ce que notre cher lycéen se voit confronté à tant d’épreuves en aussi peu de temps. Cela ajoute beaucoup d’intensité et un rythme effréné qui ne nous lâche à aucun moment. Jusqu’à ce que l’on tourne la dernière page, on se dit que tout peut arriver à nos héros qui ne sont au final que des fourmis devant ces figures gigantesques.

5 minutes forward parvient donc à tirer son épingle du jeu, et cela, en seulement quelques pages. Nous projetant rapidement dans le chaos ambiant engendré par l’apparition de ces monstres, le manga a su habilement nous plonger dans ce monde ravagé. Les cases défilent à une vitesse semblable à celle de nos héros qui tentent par tous les moyens d’échapper à leurs poursuivants. Une oeuvre qui mise autant sur la grandeur de sa menace que sur les relations existantes entre les divers protagonistes.

5 minutes forward lance une attaque fracassante

5 minutes forward-bouddha

Une menace de marbre.

En nous lançant dans 5 minutes forward, on s’attendait à avoir un certain préavis avant même de tourner la première page. Finalement, on est tombé sur un très bon divertissement qui arrive autant à nous faire éprouver la peur du moment, mais aussi l’importance pour notre héros de survivre coûte que coûte. Cela passe autant par des prises de décisions insoutenables ainsi que d’être le témoin de la fin d’un monde en se sentant totalement impuissant. Des émotions que l’on partage totalement avec Yamato. En plus de tout cela, le mangaka est aussi parvenu à instaurer une véritable relation humaine entre son lectorat et les gens qui prennent vie dans son oeuvre. On s’attache à eux, notamment à notre trio de départ, et cela rend certains passages encore plus marquants. L’amitié et l’amour se confrontent à un ennemi qui n’en a absolument rien à faire. Des statues divines qui n’hésitent pas un seul instant à empiété des centaines de vies comme si cela n’était rien. Un premier contact qui remplit parfaitement son rôle tout en parvenant à donner naissance à un mystère qui nous interpelle.

S’il faudra attendre d’avoir quelques tomes en plus pour vraiment cerner tout le potentiel de la série, cela ne nous a nullement empêchés de prendre beaucoup de plaisir avec cette lecture. On souhaite ardemment que le secret entourant ces êtres de pierres soit captivant et surtout s’inscrit parfaitement dans l’esprit surnaturel du titre. Si vous aimez l’horreur et que vous souhaitez vous lancer dans un titre qui sait comment poser une atmosphère aussi pesante que saisissante alors 5 minutes forward devrait largement répondre à vos attentes. De plus, la fin de ce volume laisse présager de nombreuses autres possibilités pour l’avenir de cette licence. Un changement qui pourrait redistribuer les cartes et faire que nos camarades ne soient plus passif devant leurs adversaires. Bien entendu, on ne peut fermer un ouvrage sans laisser notre esprit vagabonder entre de multiples questions. Qui est donc ce voyant qui a donné le bracelet à Yamato ? Existe-t-il un moyen d’éradiquer ces monstres ? Quelle est l’origine de tout cela ? Est-il réellement possible de changer ce futur qui semble inéluctable ? On est impatient de connaître la réponse à toutes ces interrogations.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de 5 minutes forward. Qu’avez-vous pensé de l’épée de Damoclès pesant sur nos nouveaux amis ? Avez-vous été surpris par certains passages ? Selon vous, qu’est-ce qui est à l’origine de ce phénomène ? Croyez-vous que notre duo devra se contenter de fuir ? Quel type de renseignements, à votre avis, peut permettre d’empêcher tout cela de se produire ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, débattre et discuter autour de ce sujet. 🙂

© 2018 Fukuda Hiroshi, Shogakukan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *