L'oiseau d'or de Kainis

L’Oiseau d’or de Kainis tome 1 : un combat de chaque instant

On n’a pas le temps de souffler en ce premier trimestre 2022. Il faut dire qu’avec la déferlante de nouveaux titres qui débarquent chaque semaine, on a largement de quoi faire. Cependant, il arrive que certains mangas réussissent à s’extraire de ce raz-de-marée pour éblouir notre regard. Des aventures que l’on n’attendait pas forcément et qui finissent par nous promettre quelque chose de fort pour le futur. C’est exactement le cas de l’œuvre que l’on va parler aujourd’hui et qui nous provient tout droit du catalogue de Glénat. Il s’agit de L’Oiseau d’or de Kainis qui vient tout juste de faire ses débuts. Nous plongeant dans une période historique pas si éloignée que ça, cette histoire désire nous conter la lutte d’une jeune femme pour concrétiser son rêve. Un thème qui se présente comme une façon d’éveiller les consciences, mais aussi d’admirer la détermination de cette héroïne dans son combat de chaque instant. Une très belle surprise qui a su proposer d’immenses qualités dont il est grand temps de parler. On espère que vous êtes prêts à faire un petit voyage où certains combattent vaillamment à coups de plume.

La personne derrière le pseudonyme

L'Oiseau d'or de Kainis - LeaL’Oiseau d’or de Kainis, imaginé par Kazuki Hata, nous emmène au début du XIXe siècle et plus précisément dans l’est de Gloucestershire. C’est là qu’une jeune fille va faire face à la dure réalité de son monde. Lea est une enfant enjouée qui ne cesse de s’émerveiller devant tous ces livres qui se tiennent devant elle. A chaque fois, ouvrir l’un de ces ouvrages est une invitation au voyage lui permettant d’oublier son quotidien pour vivre de grandes aventures. C’est cet amour pour la littérature qui va faire naître au plus profond d’elle un désir tenace. Celui-ci est de devenir une auteure reconnue dont les écrits séduiraient un grand nombre de lecteurs à travers le pays et pourquoi pas hors des frontières. Malheureusement, elle comprend très vite que le chemin pour y arriver va être difficile et ce n’est pas tant par manque de volonté que par le regard des autres. En effet, tous les gens de son entourage ou qui ont entendu parler de son rêve ne peuvent s’empêcher de la remettre à sa place. Ils considèrent que ce métier n’est pas possible pour la gente féminine qui doit se contenter à certaines tâches. Un machisme implanté depuis des siècles par des hommes face à des femmes qui se limitent à ce mode de vie. Face à une telle désillusion, n’importe qui aurait pu baisser les bras. Mais ce n’est pas le cas de Lea qui, même si elle souffre beaucoup de ce peu de considération, est décidée à avancer. C’est ainsi qu’elle va nourrir son souhait au fil des années jusqu’au jour où elle pourra donner tort à ces individus qui se disent proches d’elle.

Le temps passe et Lea devient une ravissante jeune fille dont le père réfléchit de plus en plus au mariage de cette dernière. Un destin qui semble cloisonné d’entrée de jeu, mais qui ne va pas effrayer Lea dont le plan est déjà en marche. En effet, elle utilise un nom de plume depuis son lancement en tant qu’auteure et apprend aujourd’hui que son ouvrage va paraître. Un succès total, mais qui n’est que le commencement de son aventure. Elle parvient donc à convaincre son père qu’elle doit se rendre à Londres pour quelques affaires personnelles. En réalité, ce voyage va être l’occasion pour la demoiselle de se rendre dans sa maison d’édition. Mais elle sait pertinemment que se pointer comme elle ne fera que l’embarrasser encore plus et peut-être même réduire à néant tout son travail. C’est pour ça qu’elle va donner vie à Alain Wedgwood, son pseudonyme, en se travestissant en homme. Déguisée et devant faire attention à chacune de ses actions, elle se lance à l’assaut du monde littéraire en sachant pertinemment que si la vérité éclate, cela pourrait créer un véritable drame pour elle et les siens. Cependant, Lea va aussi découvrir toute la beauté de cet art qui prend vie à travers une simple plume. Entre ses nouvelles connaissances et sa quête de reconnaissance, elle va avoir fort à faire pour se faire accepter et dissimuler son identité. Ainsi commence ce quotidien où la moindre inattention peut mettre un terme au rêve de Lea et ramener cette demoiselle à une vie qu’elle ne veut plus.

Quand on s’attarde sur le premier volume de L’Oiseau d’or de Kainis, on se rend rapidement compte où veut nous emmener l’artiste. En plus d’offrir un divertissement efficace, ce récit veut pleinement nous plonger dans le quotidien de cette héroïne forcée de cacher son identité pour accomplir son rêve. Un constat terrible qui va créer une épopée forte et puissante sans forcément que l’on soit dans le drame. Il est avant tout question d’un problème de société et de mentalité contre lesquels elle doit se débattre pour espérer simplement que son travail puisse être récompensé.

L’amour du livre

Ce qu’il est important de retenir dans un premier temps à travers L’Oiseau d’or de Kainis est son contexte historique. En nous plongeant à une période où la place de la femme était bien différente, le mangaka veut justement nous faire prendre conscience du calvaire que cela pouvait être. Reléguée à seulement certains métiers et besognes, on fait face à un terrible sexisme dont va être victime l’héroïne. Alors que son souhait de devenir une grande autrice est tout à fait louable et fantastique, on ne cesse de nous décrire son objectif comme irréalisable. Tout cela à cause du regard des autres alors que ça ne devrait avoir aucun impact. En appuyant pleinement là-dessus, la série s’assure notre investissement dans son histoire. En effet, la haine que l’on ressent pour ce système et ces mentalités fait que l’on désire ardemment voir notre protagoniste montrer à tous ces gens qu’ils ont tort. Un point très important et qui va renforcer l’immersion du spectateur. Ce n’est pas tout, car un autre élément va venir entrer en ligne de compte. Il s’agit tout simplement de notre nouvelle amie. Lea a beau faire face aux médisances et aux avis de son entourage, elle ne lâche rien. Même si cela implique de se déguiser en homme, elle n’abandonne jamais et cela ne fait que renforcer notre attrait pour elle et son combat. On ressent et l’on partage cette flamme qui brûle dans ses yeux. Mais en même temps, on est triste de voir qu’elle est obligée de se travestir pour finalement réussir à présenter son manuscrit.

Un défi qui passe forcément par une forme de mensonge pour mieux montrer au monde qu’elle a totalement sa place au sein des grands noms de la littérature. D’ailleurs, ce parti-pris va aussi amener une dose de tension constante tout au long de la lecture. Après tout, on se questionne sans arrêt sur ce qu’il se passerait si la vérité venait à éclater avant qu’elle ne puisse aller au bout de son plan. On éprouve donc la peur qui peut l’assaillir à évoluer dans ce milieu réservé à la gent masculine, mais aussi son courage de faire face, à sa manière, à ses détracteurs. En plus de ça, on se rend rapidement compte que le domaine de l’écriture est parsemé d’auteurs tous plus uniques les uns des autres. Des personnalités parfois atypiques et qui montrent justement la diversité dont peut faire preuve ce milieu pourtant si fermé. Une œuvre qui nous donne envie de voir Lea enfoncer ces portes afin de créer un vent de renouveau à travers son écriture. C’est un récit qui parvient ainsi à traiter d’un sujet grave et sérieux, mais sans tomber dans l’extrême violence. Tout est fait avec une certaine douceur afin que l’on soit conscient que la plus grande force de cette jeune femme réside autant dans son esprit inébranlable que dans les personnages qui prennent vie sous sa plume. Le lecteur voit ce qui se cache réellement derrière ce masque et cette tenue pour y découvrir un cœur animé d’une passion dévorante pour une forme d’art qu’on lui refuse. Une incroyable fresque humaine où l’on serre le poing en espérant que les choses changent.

L’Oiseau d’or de Kainis est un manga qui délivre un premier acte remarquable. Il ne faut pas longtemps pour que l’on s’attache à cette jeune femme et à ses rêves de grandeur. Un objectif tout à fait louable, mais qui fait face à des idées rétrogrades à son encontre. On éprouve donc une forte rage à l’égard de ces gens qui ne peuvent aller au-delà des apparences alors que le talent et la détermination sont là. Une introduction d’une grande efficacité et qui va poser habilement les fondations de ce récit qui a encore beaucoup de choses à nous raconter. On se met alors à prier pour que cet oiseau en cage puisse prendre son envol.

L’Oiseau d’or de Kainis déploie ses ailes

L'Oiseau d'or de Kainis - transformationEn s’attardant sur L’Oiseau d’or de Kainis, on ne s’attendait pas forcément à aller aussi loin dans les thèmes traités. Pourtant, le mangaka réussit avec brio à mettre en scène une quête de grandeur et surtout de libération pouvant parler à n’importe qui. Dans une société où les problèmes existent encore, ce récit nous fait prendre conscience du chemin qu’il y a encore à parcourir, même s’il y a déjà eu beaucoup d’avancées. Une envie de montrer que n’importe qui a le droit de suivre ces rêves et qu’il ne devrait y avoir aucune barrière pour empêcher ça. Même si le récit s’incruste dans un contexte historique précis, cela résonne forcément en nous étant donné que les sujets amenés sur la table sont d’une sincérité profonde. On comprend et l’on partage avec émotion toute l’ardeur de Lea qui est une héroïne particulièrement réussie dans son écriture. Un manga qui nous a profondément touchés et qui va aussi véhiculer des valeurs importantes pour chacun. Si cela peut être dur de faire face aux regards des autres, il est encore plus savoureux que de leur montrer qu’ils ont tort. Une ode à tous ces gens qui se battent bec et ongles pour accomplir leur plus profond désir. En lisant ces quelques pages, l’auteur nous offre une aventure qui nous donne aussi envie de croire en nous et d’aller contre vents et marées pour ressortir triomphant. On est face à une introduction plus que réussie et qui va surtout nous amener sur un terrain important et propice à développer une histoire captivante.

Ce fut donc avec beaucoup de plaisir que l’on a lu ce premier volume de L’Oiseau d’or de Kainis. Un ouvrage qui veut éveiller les consciences, mais aussi démontrer que tout le monde peut concrétiser ses rêves sans notion de genre ou de sexe. Avec une héroïne pour qui on a une rapide sympathie, le manga arrive à créer une aventure où on la soutient totalement. En plus de ça, le fait que la série soit prévue en quatre tomes promet une intrigue courte, mais pas pour le moins intense. Il y a déjà beaucoup de choses qui ont pu être révélées au cours de cette lecture et il suffit de voir les dernières pages pour être impatient de lire la suite. Une œuvre qui peut parler à un très grand nombre de lecteurs tant le message véhiculé est puissant et crucial. C’est souvent en regardant en arrière que l’on peut changer le futur et ainsi empêcher que de telles mentalités perdurent. Une ode à l’égalité et surtout à l’amour des livres. Bien sûr, les questions fusent à présent que l’on a terminé cette introduction. Est-ce que Lea va parvenir à conserver son identité secrète ? Que se passera-t-il si la vérité éclate au grand jour ? Pourra-t-elle vivre de son rêve sans avoir à se cacher ? Quel regard pourra avoir son nouvel ami à son égard ? Qu’en est-il de son entourage et de la manière qu’il va apprendre cette nouvelle ? Tout est présent pour nous laisser miroiter un futur palpitant et surtout des thématiques toujours plus profondes.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de L’Oiseau d’or de Kainis. Trouvez-vous que le thème abordé est bien amené ? Avez-vous été touché par le combat de cette jeune femme pour enfin être acceptée comme elle est ? Est-ce que vous avez été tenu en haleine par le parcours de cette demoiselle qui lutte chaque instant pour concrétiser son rêve ? Ce premier volume a-t-il su, selon vous, nous offrir un contexte historique à la fois pertinent et réaliste ? Avez-vous hâte de voir ce qu’il adviendra de notre héroïne ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2018 Hata Kazuki, East Press

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.