Im

Im tome 1 & 2 : le retour du plus grand prêtre de l’Égypte

Amis voyageurs, il est grand temps de repartir sillonner les routes du monde otaku. Pour cela, on va faire une petite escale dans une œuvre mélangeant notre époque et l’Égypte antique. Il s’agit de “Im – Great Priest Imhotep”, édité par Ki-oon, qui, après la “Reine d’Egypte”, continue de surfer sur cette époque. Est-ce que le succès sera autant au rendez-vous que cette dernière ? Cette nouvelle série réussit-elle sa promesse de nous en mettre plein les mirettes ? Ce qui est sûr, c’est que la renaissance du plus grand prêtre-sorcier risque fort de chambouler le destin de bon nombre de gens. En route pour Im afin d’exterminer la menace que représentent les Magai.

La chasse aux Magai est ouverte

Im, réalisé par Makoto Morishita, nous plonge en plein cœur d’un Tokyo moderne. On y retrouve Hinome, une jeune étudiante, qui est la cible des ragots de ses camarades. On la dit maudite et cela n’est pas sans raison. En effet, le moindre son qui sort de sa bouche se transforme en un torrent de flammes mortel. Pour éviter de provoquer un accident, elle décide de rester muette même si cela l’exclut du reste du monde. Un beau jour, elle tombe sur un jeune homme poursuivi dans les rues de la métropole. Elle se retrouve mêlée à la cavale et finit donc par le cacher dans la demeure de sa famille. C’est alors que l’inconnu se présente comme étant le grand Imhotep. Il décide de faire sien la maison d’Hinomine et ceci malgré les refus de la jeune fille. C’est ainsi qu’il finit par mêler notre héroïne à sa mission de la plus haute importance.

Il y a 3 000 ans de cela, notre prêtre égyptien a été condamné pour des crimes innommables. Imhotep fut voué à être plongé dans un sommeil artificiel en guise de punition. Cependant, le monde a maintenant besoin de ses talents. Il fut donc réveillé pour s’occuper de démons appelés Magai. Vouant une haine féroce envers ces êtres malveillants, le criminel ancestral accepte sa mission avec grand plaisir. C’est ainsi que débute sa lutte pour sauver le monde d’un danger imminent. Cela commence par s’occuper du Magai qui a trouvé refuge dans le corps de sa nouvelle amie. La rédemption tant souhaitée par Imhotep ne pourra être acquise qu’à la conclusion d’un âpre combat. C’est ainsi que débute un long et difficile voyage dans l’espoir de corriger ses erreurs passées.

La première chose qui nous marque dès les premières pages est le héros de l’histoire. Faisant preuve d’un très grand charisme, il émerveille le lecteur de par son caractère ainsi que son passé.

Un héros charismatique

Im-Imhotep

Le grand prêtre-sorcier entre en action

Que serait Im sans son principal personnage qui n’est rien d’autre que le grand Imhotep. Dès sa première apparition, le prêtre-magicien dégage une aura envoûtante. Cela est notamment dû au chara-design soigné de la mangaka qui remplit parfaitement son rôle. En dehors de cela, notre protagoniste se démarque par un aspect très comique. Son décalage entre son époque et celle d’aujourd’hui crée des situations totalement hilarantes. Il brise l’image d’homme froid que l’on pourrait penser de lui au premier abord. S’il ne semble pas être dangereux, il est celui dont la puissance a attisé la colère des dieux. Possédant d’immenses pouvoirs, il ne fait souvent qu’une bouchée de ses ennemis. Cela dénote avec le côté grotesque du personnage.

Derrière sa facette de trublion se cache un personnage très torturé. Son passé ne cesse de venir le hanter. Il ne faut pas oublier qu’il est un criminel ayant été condamné à un sommeil éternel. L’origine de ses crimes reste trouble jusqu’à la lecture du cœur du deuxième tome. On apprend alors la vérité derrière son enfermement. Suite à ses révélations, c’est une toute nouvelle émotion que ressent le lecteur. On est triste pour Imhotep concernant les événements de son passé. D’ailleurs, le deuxième tome nous permet de comprendre la vraie raison de sa rédemption. Sa volonté de protéger un être cher s’est finalement retournée contre lui. Il a dû payer le prix fort et cherche, 3 000 ans après, à stopper les conséquences de ses actions passées.

Mise à part les affrontements spectaculaires et le déchaînement de puissance qui s’offre devant nous, Im est aussi doté d’un humour particulièrement efficace. Ces deux éléments offrent un récit des plus plaisant à lire.

De l’action et de l’humour

Im-Thot

Le dieu Thot est de la partie

On pouvait se douter que Im saurait ravir notre soif d’affrontements époustouflants. Cependant, j’ai trouvé chacune des confrontations de Imhotep particulièrement bien retranscrite. Ses immenses pouvoirs font de lui un magicien redoutable qui peut même commander à une divinité de la création. Ses talents grandioses en matière de combat nous sautent aux yeux à travers des dessins captivants. On reste bouche bée devant le déploiement de puissance qui se déroule au cours de la lecture. Dès le premier affrontement entre Imhotep et un Magai, nous autres lecteurs, nous sommes complètement ébahis et transportés par cette rencontre explosive. Le côté divin du récit est parfaitement retranscrit et permet d’insuffler encore plus d’impact et de prestance envers ces différentes confrontations.

Cependant, Im n’est pas qu’une suite de démonstrations de force. C’est aussi une œuvre pleine d’humour qui nous fait rire à plein poumons. La première cause de ces fous rires vient d’Imhotep lui-même. Comme je l’ai dit un peu plus haut, son caractère, mais aussi son incompréhension du monde moderne provoque des moments tordants. À cela s’ajoute Hinome qui se retrouve du jour au lendemain à héberger un être vieux de 3 000 ans qui se croie comme chez lui. Elle fait tout son possible pour essayer de se débarrasser de lui sans succès. Les autres personnages ne sont pas en reste concernant les situations désopilantes. On peut citer le père d’Hinome qui se plie en quatre pour servir Imhotep. Il y a aussi le jeune Anubis, chargé de surveiller chaque action du criminel, mais qui est d’une maladresse maladive. Cet ensemble de personnages provoque aisément l’hilarité chez le lecteur ce qui rend l’expérience encore plus savoureuse.

Pour conclure, ces deux premiers tomes d’Im proposent un très bon divertissement. Il n’y a pas de réel temps mort et on se laisse emporter aisément par l’histoire qui nous est contée.

Im, un début classique mais divertissant

Alors que dire des débuts de cette série ? On ne va pas se le cacher, Im est un shônen très “classique”. Que ce soit dans son rythme ainsi que sa narration, l’histoire qui se déroule devant nous ne renouvelle pas le genre. Malgré tout, ces deux premiers tomes offrent un pur moment de plaisir. Au final, on se laisse envoûter par le périple qu’entreprend Imhotep. Il arrive à faire ce que tout bon shônen doit faire, c’est-à-dire nous divertir. À cela s’ajoute une envie d’en savoir plus concernant le destin du grand prêtre Imhotep. Entre les combats titanesques, l’humour qui fait mouche et sa galerie de personnages attachants, Im ne laisse pas un seul instant la place à l’ennui. Une œuvre réjouissante que l’on peut dévorer sans voir le temps passée.

Je conseille cette série à tous les amoureux de shônen qui aime voir des affrontements épiques. Im plaira aussi à tous ceux souhaitant une aventure sans prise de tête. Le côté comique du titre est aussi un véritable atout et sert absolument le récit. De plus, le chara design des personnages arrive parfaitement à ajouter une aura charismatique à l’ensemble des protagonistes. En tout cas, c’est avec grand plaisir que je me plongerais dans la suite des aventures de notre cher héros. Que nous réserve donc la suite de cette chasse aux démons ? Imhotep parviendra-t-il à se repentir de ses fautes passées ? Il faudra être patient pour obtenir des réponses. En attendant, rien de mieux que de partir affronter quelques Magai pour se préparer aux futurs dangers qui attendent nos héros.

N’hésitez pas à partager votre avis concernant les deux premiers tomes de Im ainsi que vos envies pour la suite du récit 🙂 .

©Makoto Morishita / Square Enix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *