Pygmalion

Pygmalion tome 1 : un festival qui finit en carnage

Et si aujourd’hui, on s’offrait une petite frayeur avec le premier tome de Pygmalion. Ce shônen, édité chez komikku, promet en effet son lot de frissons. Recommandé par Kôhei Horikoshi, l’auteur de My Hero Academia, ce titre avait de quoi attiser ma curiosité. Parvenir à offrir un titre aussi effrayant qu’envoûtant n’est pas chose aisée. Cette histoire peut-elle réussir son pari de nous faire trembler de terreur tout en nous donnant envie de connaitre la suite ? Âme sensible s’abstenir, on va plonger dans un récit où la mort est représentée sous une forme très particulière. Dites bonjour aux mascottes les plus terrifiantes du monde otaku !

Des mascottes pas comme les autres

Pygmalion-festival

Un festival à la conclusion terrifiante

Pygmalion, imaginé par Chihiro Watanabe, nous plonge dans un Japon moderne. On y suit deux frères, Keigo et Makoto Ayahara, en voyage à Osaka. Ils sont venus ici pour assister à la “Journée nationale des mascottes locales” en compagnie de leur amie Ako Sejima. Même si Keigo ne trouve pas de réel intérêts dans cet événement, il est venu ici avant tout pour son petit frère. Alors qu’il regarde Makoto s’amuser, une mystérieuse annonce se fait entendre à travers les hauts-parleurs et ceci dans l’ensemble du pays. Le message qui circule est particulièrement troublant et laisse l’ensemble des visiteurs perplexes. Se demandant si cela faisait partie de l’événement, les gens reprennent le cours de leurs activités. Ils ne se doutent nullement de l’effroi qui va bientôt s’abattre sur eux.

C’est alors qu’il cherche Makoto que Keigo assiste à une scène effroyable. Une mascotte tout à fait normale tue une jeune fille devant ses yeux. La terreur qui s’empare de chacun ne fait que grandir en voyant que cela ne se limite pas à une seule mascotte. L’ensemble de ces figures enfantines se retourne contre la population. Le festival laisse place à des scènes de tuerie dans chaque rue. La panique s’empare de chaque personne qui tente de fuir la cruauté de ces monstres. Cherchant tout d’abord à sauver sa peau, Keigo se rappelle de son frère perdu dans la cohue générale. Ne pouvant s’empêcher de s’imaginer le sort funeste qui pourrait attendre Makoto, il décide de prendre son courage à deux mains. C’est donc une mission de sauvetage à travers une marée de monstres et de corps qui attend notre adolescent.

Là où fait fort Pygmalion, c’est dans l’ambiance qu’il insuffle. On ressent la terreur et la fatalité de la situation. Le seul espoir pour échapper à ces meurtrières mascottes réside dans la fuite.

La fuite comme seule solution

Pygmalion-frère

Le devoir d’un grand frère est de protéger son petit frère

Voici l’unique moyen de survivre aux dangers que représentent les mascottes. Là où d’autres œuvres introduisent un moyen de surmonter les ennemis, ici il n’y a rien. Peu importe les dégâts que l’on inflige à ces créatures, rien ne peut en venir à bout. Bien sûr, cela se limite au premier tome de Pygmalion et il est fort probable qu’un moyen soit découvert pour se défaire de ces monstres. Cependant, cette impossibilité de lutter sert pleinement le récit. On ressent toute la détresse des personnages. La peur nous prend tout autant que les protagonistes de l’histoire. Le peu de répit qu’ils peuvent trouver n’est qu’éphémère dès lors que l’on voit l’ombre d’un des prédateurs qui rôdent à l’extérieur. On est totalement pris par cette course-poursuite constante entre la proie et le chasseur.

De plus, le mangaka offre un rendu particulièrement efficace à ses créatures. Si au premier regard, il peut s’agir de mascottes tout à fait ordinaires cela change lorsqu’elles passent en mode attaque. Le côté mignon laisse place à des visages déformés et horrifiques. Le simple fait de les regarder arrive à nous glacer le sang. C’est vraiment un travail remarquable et déroutant que nous livre Chihiro Watanabe tout au long de la lecture. À cela s’ajoute le côté très enfantin dans la réaction des mascottes qui ajoutent encore plus à cette sensation étrange que l’on ressent au cours des pages. Malgré le courage dont fait preuve Keigo, on ne peut s’empêcher de penser qu’il s’agit d’une véritable mission suicide. Pour espérer retrouver son petit frère, il sera obligé de lutter et d’échapper à ces poursuivants. La pression et l’angoisse qu’il ressent déteint sur le lecteur qui se sent autant oppressé que notre héros.

En dehors de cette lutte pour survivre, un autre grand élément vient s’immiscer dans le récit. Il s’agit du projet Pygmalion qui semble être à l’origine de tout ce cauchemar. De plus, qui est ce mystérieux individu derrière l’annonce faite avant le début des hostilités ?

Le projet Pygmalion

Légende Pygmalion

Que cache la légende de Pygmalion ?

Voici l’un des plus gros mystères que nous dévoilent ce premier tome. S’inspirant du mythe du même nom, le projet Pygmalion semble cacher de nombreux secrets. La première fois que l’on entend parler de celui-ci est de la bouche de l’homme masqué derrière le soulèvement des mascottes. Cet individu semble lié de très près aux recherches secrètes concernant Pygmalion. Les quelques bribes d’informations que l’on obtient au cours de la lecture nous apprennent qu’il s’agissait d’un projet cherchant à créer une nouvelle source de vie. Les mascottes en sont le parfait exemple, et sont appelés des galatées. Ces dernières sont animées par les mêmes désirs que les êtres humains. Mais contrairement à ceux-ci, nos créatures sont incapables de contrôler leurs penchants à travers une conscience.

Elles cherchent seulement à assouvir leurs pulsions sans la moindre inhibition. Cela passe donc par le meurtre de tous ceux qui se trouvent sur le chemin. Ce qui est aussi très étonnant vient des frères Ayahara. Ils semblent liés de près à ce projet et notamment le jeune Makoto. Derrière donc l’aspect survie du titre se cache un mystère grandissant qui ajoute un intérêt supplémentaire au récit. Toute la dernière partie de ce volume se concentre à nous expliquer les bases de ce qui a provoqué le chaos ambiant. L’histoire prend alors une toute autre tournure et nous immerge totalement dans l’intrigue. Il est cependant malheureux que cela soit dévoilé si loin dans le titre, mais cela donne bien sûr l’envie de découvrir la suite.

En conclusion, Pygmalion arrive parfaitement à nous offrir une expérience angoissante et pesante. Malgré tout, il manque une petite chose pour rendre le titre encore plus addictif et prenant.

Une œuvre surnaturelle et angoissante

Au final, Pygmalion garde une aura très mystérieuse. Si le rythme du récit ne connaît pas de réel temps mort, je ressors de la lecture avec un manque. Il s’agit surtout du fait que l’on apprend que peu de choses dans ce tome. Dans ses pages, le début de cette série nous pose avant tout une poursuite constante pour éviter le danger. Je pense que la lumière sur certains éléments se fera dès le second volume au vu du twist final du premier tome. La conclusion de ce volume nous pousse à vouloir en savoir davantage. Il faudra donc faire preuve de patience afin de voir ce qui se cache derrière le fameux projet Pygmalion. Cela n’empêche pas que j’ai quand même apprécié cette lecture surtout au niveau de l’ambiance qui se dégageait du titre. De plus, le fait que les monstres soient des mascottes ajoute à cette sensation de malaise qui ne nous lâche à aucun moment.

Je conseille donc le titre à tous les amateurs du genre horrifique. Si vous êtes en manque de sensations fortes, Pygmalion est donc le manga qu’il vous faut. Attention cependant, cette série est pour un public averti notamment à cause de certaines scènes de violence. Ces dernières peuvent facilement choquer au vu de l’imagination terrifiante dont fait preuve l’auteur. Une œuvre aussi étrange que déroutante posant les bases d’une histoire horrifique ayant un fort potentiel. Qui se cache derrière la mutation des mascottes ? Qu’est-ce qui se cache réellement derrière le projet Pygmalion ? Les questions sont nombreuses et il faudra prendre son mal en patience en attendant le second tome. En tout cas, vous ne verrez plus jamais les mascottes comme avant !

N’hésitez pas comme d’habitude à partager votre avis concernant Pygmalion ainsi que vos suppositions derrière le mystère entourant les deux frères 🙂 .

©WATANABE Chihiro / Mag Garden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *