No Revenge for Mary-T1

No Revenge for Mary tome 1 : l’espoir d’une seconde vie

La question de la réincarnation est très souvent traitée dans le monde immense du manga. Celle-ci peut prendre bien des formes et nous amener vers des voies diamétralement différentes. Humour, aventure et introspection sont autant de possibilités propices au développement de cet élément scénaristique. Si l’on se tourne vers ce sujet, c’est parce que l’on a eu le droit récemment à une nouvelle licence nous amenant sur ce terrain. Il s’agit de No Revenge for Mary dont le premier volume vient de débarquer chez Komikku. Nous emmenant dans un monde médiéval, ce récit se présente comme un impressionnant jeu de dupes pour accéder au pouvoir. En entendant ça suite à son annonce, on était curieux de voir ce que cela donnerait une fois en main. Le résultat final propose plusieurs éléments qui donnent un attrait à l’œuvre et surtout certaines pistes prometteuses pour le développement de l’intrigue. On se tient devant une introduction qui va principalement briller par ses personnages et la dualité qui se forme autour de son héroïne. Le temps est donc venu d’infiltrer cette famille royale qui a de nombreux problèmes.

Une fin tragique

No Revenge for Mary - RosemaryNo Revenge for Mary, scénarisé par Akako et dessiné par Haru Iwaaki, nous emmène au cœur d’un royaume en proie à de nombreux troubles. Rosemary, fiancée du roi, est sur le point de connaître un destin funeste. Suite à des manigances au sein même de la cour, cette jeune femme totalement innocente se retrouve au coeur de terribles accusations. Cela a pour finalité de la conduire jusqu’à l’échafaud où tout le monde assiste à la pendaison de cette dernière. Un acte effroyable pour une demoiselle qui a toujours désiré le bien de ses proches. Alors que la foule semble profiter de ce spectacle macabre, quelques personnes ne peuvent que contenir leur rage face à cette injustice. Malheureusement, que faire face à un pouvoir suprême qui semble aussi corrompu. Ce royaume s’apprête à connaître une forme de décadence provenant directement de la famille royale. Mais si tout le monde pense que Rosemary a totalement disparu, la vérité est tout autre. Sa vie s’est éteinte ce triste jour, mais cela ne veut pas dire qu’elle n’a pas le droit à une seconde chance. Réincarnée en tant que jeune fille d’un petit noble, elle décide de garder ses distances avec son ancien environnement. Se rappelant très bien de ce qu’il s’est passé dans sa précédente existence, celle qui se fait maintenant appeler Mary ne veut plus avoir à souffrir autant. Après tout, elle goûte actuellement à un mode de vie qui lui convient parfaitement et où les jours s’écoulent paisiblement.

Malheureusement, il semblait impossible que cela puisse durer dès l’instant où son père reçut une missive. Celle-ci demandait à ce que sa fille se rende au palais afin de devenir l’une des servantes de la famille royale. Malgré ses réticences, Mary ne peut s’extraire du devoir qui est le sien. Dépitée et déjà terrifiée à l’idée de retrouver ceux qui l’ont conduit à sa perte, elle se rend dans ce nid de vipères en imaginant le pire. Mais en même temps, son cœur s’anime d’un désir de revoir ceux qui l’ont toujours soutenu à l’époque. Elle ignore alors que son retour va être le signe annonciateur de nombreux bouleversements au sein de cette cour où il ne se passe pas un jour sans qu’il y ait un complot. Après des années à éviter ce lieu comme la peste, la voilà revenue dans ce qui fut autrefois son foyer. Les souvenirs ressurgissent et Mary compte bien tout faire pour ne pas attirer l’attention. Malheureusement, il se peut que toute sa bonne volonté ne soit pas suffisante au vu de ce qu’elle va apporter aux habitants de ce lieu. Ici, l’amour est synonyme d’arme pour ceux souhaitant s’élever et il n’est pas rare de faire disparaître une gêne avec quelques manigances en coulisse. Peut-être que le destin qu’elle a connu auparavant va permettre à cette nouvelle servante de se sortir des pièges qui s’annoncent. Dans la fosse aux lions, mieux vaut ne pas attirer l’attention sous peine de voir tous ces fauves déferler sur nous. Une leçon qu’elle a apprise au péril de sa vie. A présent, prudence est mère de sûreté au vu du climat qu’il y a entre ces murs. Le vent du changement est-il sur le point de souffler ?

Ce qui est intéressant derrière le résumé de No Revenge for Mary est la manière dont le manga va utiliser cette notion de seconde vie. Ainsi, nous ne sommes pas amenés dans une volonté de changer les choses par rapport aux connaissances de notre héroïne, mais de s’éloigner le plus possible d’une potentielle menace. Un désir qui va alors avoir l’effet inverse et nous conduire au plus près de cette famille royale. C’est en prenant cette direction que le manga va proposer une expérience assez particulière en compagnie d’un personnage emporté inexorablement dans ce tourbillon de manigances.

Ne pas répéter les mêmes erreurs

Avec ce premier volume, No Revenge for Mary veut nous plonger dans les coulisses du pouvoir en place au sein de ce royaume. Un univers bien loin d’être aussi reluisant que peut laisser paraître le luxe environnant. En montrant d’emblée de jeu le terrible sort qui arrive à Rosemary, cette histoire veut tout de suite montrer que l’on est dans un milieu pouvant se montrer sans pitié. D’ailleurs, plus on avance dans le récit et plus on est témoin  de ce qui se cache derrière toutes ces richesses. Colère, mensonges, haine et complots constituent le quotidien de ces gens qui ne vivent pas dans le même monde que le commun des mortels. Si le décor représenté attire l’œil et est propice pour écrire une lutte pour le pouvoir captivante, c’est avant tout dans le personnage de Mary que le manga fait forte impression. Pour expliquer cela, il est important de voir ce qu’elle symbolise. On a ici une jeune femme qui, dans sa première existence, était la représentation de la pureté et de la bienveillance. Une demoiselle qui s’était retrouvée au sommet sans le vouloir et qui a simplement été considérée comme un obstacle à abattre. Ainsi, la mort tragique de notre héroïne en introduction est autant là pour être l’élément déclencheur de l’intrigue que montrer à quel point la bienveillance n’a pas sa place entre ces murs. C’est encore plus vrai quand on voit la comparaison entre ce destin funeste et la nouvelle vie que notre héroïne possède suite à cette renaissance.

Ce qui est formidable, c’est qu’elle ne veut absolument pas revenir au sein du palais. Elle est tout à fait consciente de ce qui l’attend là-bas et elle nous montre qu’il vaut mieux un quotidien paisible et agréable qu’une vie sous le signe du pouvoir qui peut s’arrêter à tout instant. Ce n’est pas elle qui revient dans ce lieu chargé de mauvais souvenirs. Elle y est forcée par cette demande dont elle ne peut se soustraire. Ainsi, il est captivant d’avoir une héroïne qui ne cherche pas le conflit, mais qui veut justement l’éviter à tout prix. Même quand elle retourne aux côtés de la famille royale en tant que servante, on est intrigué par son envie de rester spectatrice de ce qui se passe. On nous dépeint une demoiselle qui a acquis justement une forme de sagesse afin de ne pas refaire les mêmes erreurs du passé même si elle ne peut s’empêcher de s’impliquer par moment. On est donc dans une très bonne utilisation du savoir acquis à travers le processus de réincarnation pour construire un personnage qui soit bien plus à l’écoute de son environnement et des menaces qui se dissimulent dans la pénombre. En fait, tout est une question de faux-semblant au sein de ces couloirs. Des masques qui cachent des motivations bien plus obscures et nous conduisent petit à petit vers une direction qui s’annonce aussi palpitante que dangereuse. La lutte ne fait que commencer et il va être intéressant de voir quelle place va prendre Mary au sein de celle-ci et ce qu’elle va pouvoir changer au vu de ses connaissances.

No Revenge for Mary porte finalement très bien son nom. En fait, ce titre cache deux sens bien particuliers qui représentent à merveille les deux facettes de cette œuvre. La première n’est autre que celle de symboliser cette rancœur de ceux qui ont survécu à cette pauvre demoiselle et qui ne peuvent encore demander vengeance. Mais cela correspond aussi au désir de notre protagoniste de ne plus vouloir être au cœur de ces intrigues. Un manque absolu de représailles de sa part pour simplement faire table rase du passé. Ce double discours donne lieu à un premier acte fort palpitant.

No Revenge for Mary entame sa renaissance

No Revenge for Mary - nouvelle vieCela est toujours plaisant de voir une œuvre utiliser l’aspect médiéval pour nous plonger dans une querelle pour le pouvoir. Nous sommes ainsi amenés à voir qu’une lutte psychologique peut être tout aussi intense que la plus violente des batailles. Bien évidemment, ce premier volume sert avant tout d’introduction pour poser les bases de ce conflit interne. On commence à cerner les différents acteurs qui vont avoir un certain poids dans la balance et qui seront amenés à jouer un rôle important dans le développement de l’intrigue. Mais ce qui est le plus remarquable et que l’on a cité un peu plus haut, c’est la manière dont le scénariste écrit son personnage central. Mary est une héroïne qui ne veut pas avoir ce statut et qui, en réalité, cherche juste à éviter à tout prix de se retrouver dans la même situation que Rosemary. Dans un sens, elle cherche presque à tirer un trait sur cette première vie qu’elle a mené même si cela implique de rester éloigné de ses proches de l’époque. En fait, No Revenge for Mary nous montre le combat d’une jeune femme pour que ce cycle se brise dans lequel elle se retrouve constamment emportée. Même si elle se dit que le mieux est d’éviter de se faire remarquer, elle a maintenant le savoir requis et le recul nécessaire pour entrevoir tout ce qui se passe au sein de cette demeure. Sans renier sa bonté d’âme, elle peut maintenant elle aussi avoir son mot à dire au sein de cette cour.

C’est donc un premier volume prometteur que nous propose No Revenge for Mary. Nous ne sommes encore que dans la mise en place du scénario, mais cela suffit amplement pour voir notre intérêt grandir pour la suite de cette aventure. D’ailleurs, toute la dernière partie de cet ouvrage représente bien ce qui nous attend après. Des sourires de façade qui cachent une ambition démesurée ou bien une haine viscérale pouvant conduire à de nouvelles souffrances. Si l’on est happé par ce qui va bien pouvoir se passer, le facteur le plus mystérieux reste l’implication de Mary dans les enjeux de cette querelle politique. Tout reste encore à écrire et on est curieux de voir si cela mènera à de nouveaux drames ou à un renouveau de ce royaume. Une série que l’on peut donc fortement recommander à tous ceux qui aiment les épopées médiévales où les intrigues et complots rythment le scénario. Bien sûr, il était impossible que l’on n’ait pas des questions à la fin de cette lecture. Est-ce que Mary va finir par s’impliquer pleinement dans la vie au sein de la cour ? Quel est le plan de ceux qui désirent venger la mort de Rosemary ? Quel destin attend le roi et sa compagne au vu des différends qu’il peut y avoir ? Est-il encore possible de chasser toute forme de corruption de ce lieu de pouvoir ? Qui l’emportera finalement au milieu de tous ces manipulateurs ? Il va falloir attendre un petit peu pour avoir le droit à quelques réponses.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de No Revenge for Mary. Est-ce que vous trouvez que l’idée de base peut amener des choses prometteuses pour le développement de l’intrigue ? Trouvez-vous que l’on a le droit à une bonne écriture de ce jeu de pouvoir qui s’organise dans l’ombre ? Pensez-vous que l’on va se retrouver pleinement plongé dans cette confrontation politique qui a déjà fait tant de ravages ? Croyez-vous que notre héroïne va impacter l’avenir de ce royaume ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2020 Akako / Iwaaki Haru, MAG Garden

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.