Echoes

Echoes tome 1 : une vie motivée par la vengeance

On a décidé qu’il y avait un autre titre dont on voulait parler. En la lisant, on s’est dit que ce titre méritait vraiment que l’on s’attarde dessus le temps d’une chronique. Un bon moyen de commencer le week-end en analysant ce manga qui a su nous proposer une aventure prometteuse posant les bases d’une histoire fort intéressante. Provenant tout droit du catalogue de Ki-oon, cette série n’est autre qu’Echoes dont le premier tome est arrivé il y a quelques jours. Connaissant bien les autres œuvres de l’auteur, on ne pouvait qu’être curieux de savoir ce qu’allait donner cette nouvelle lecture. Cependant, on ne s’attendait pas à ressentir autant de choses à travers ces quelques pages qui nous servent d’introduction. Une première excursion qui frappe fort et parvient à nous immerger totalement dans ce thriller qui donne lieu à une enquête teintée de fantasy. Une belle surprise qui affiche de nombreux atouts tout au long de ces chapitres. On espère donc que vous êtes prêts à découvrir la quête d’un jeune homme qui n’est guidé que par la haine.

Le survivant d’un massacre

Echoes-reflet

La symbolique du miroir.

Echoes, imaginé par Kei Sanbe, nous conte le récit du jeune Senri. Ce dernier est l’unique survivant d’un massacre qui a eu lieu au sein même de son foyer. Toute sa famille à part lui a péri des mains d’un tueur dont l’identité reste encore inconnu. Le souvenir de lui se tenant au milieu des cadavres de ses deux parents continue de le hanter. Cependant, le plus dur pour lui et de se rappeler de son jumeau, Kazuto, qui a été emporté par ce criminel avant d’être tué dans un lieu loin de tout. Personne n’a su où il l’avait emmené et pourtant notre jeune homme sait pertinemment que ce dernier a péri des mains de son ravisseur. La raison de cette certitude est qu’ils étaient bien plus que de simples jumeaux. Depuis toujours, il existait un lien fort entre eux deux qui leur permettait de ressentir toutes les émotions de l’autre. Ainsi, la joie, la peine et la douleur se transmettaient d’un enfant à l’autre même à des kilomètres de distances. Ils leur étaient même capables d’avoir une vision de ce que l’autre pouvait voir. C’est ainsi que Senri comprit, après avoir ressenti une violente douleur, que son frère était parti pour toujours.

Avant de disparaître, notre héros a pu voir la dernière vision de Kazuto qui était aux prises avec un homme cagoulé. Comprenant qu’il s’agissait sans doute de l’homme derrière tous ces malheurs, le jeune garçon ne peut s’empêcher de ressentir une profonde haine et rage à son égard. Malheureusement pour lui, le seul signe distinctif qu’il a pu observer est la présence de cicatrices sur le bras du coupable. Un maigre indice, mais qui va le forcer à tenir bon. Cet homme ne quitte plus son esprit et son seul désir à présent est de lui arracher la vie. Treize ans passent et cette colère n’a nullement faibli au cours de toutes ces années. Notre adolescent n’est plus qu’obnubilé par sa cible et passe la majorité de ses jours à se battre ou à jouer les solitaires. Alors qu’il n’espérait plus grand chose, la surprise va être grande quand il va voir à la télé un individu en arrière-plan portant les mêmes stigmates que le criminel. Une piste découverte par hasard et qui va réveiller en lui toute cette douleur qu’il conservait en lui. Senri est bien décidé à retrouver cet inconnu et à agir s’il s’agit de celui qui a mis fin à l’existence de son frère. Sa quête de vengeance peut enfin reprendre.

Pour commencer, Echoes s’avère convaincant de par ce petit côté enquête que l’on peut suivre tout au long des premières pages. Le désir de notre lycéen d’éliminer cet homme à beau être une motivation néfaste pour lui, on ne peut s’empêcher de vouloir connaître le fin mot de cette histoire. Une très bonne maîtrise de l’intrigue qui nous pousse à vouloir toujours aller de l’avant afin de retracer le parcours de ce meurtrier.

Les débuts d’une sacrée poursuite

En plus d’offrir une excellente ambiance, Echoes sait comment mettre en place son intrigue. A travers les yeux de Senri, on découvre cet effroyable crime et l’on ne peut que comprendre qu’il ne soit animé que par la rage. Ainsi, il a beau vouloir tuer cet individu, on conserve une profonde empathie à son égard qui nous fait nous demander ce que l’on ferait dans un tel cas. Cela prouve à quel point ce personnage principal est loin d’être tout blanc ou noir. Il est juste un jeune garçon qui a été traumatisé par ce qu’il a vécu et que, dans un sens, il a lui aussi perdu la vie cette nuit-là. Il n’a plus goût à rien et se laisse juste porter par le courant de son existence sans vraiment se demander ce que l’avenir pourrait lui réserver. On peut donc l’observer ayant toujours le regard sombre et un peu perdu dans le vide, ne trouvant que ses poings pour communiquer. C’est alors qu’arrive ce fameux reportage qui va redonner un second souffle à son quotidien. Pour la première fois depuis longtemps, son coeur se remet à battre la chamade à l’idée qu’il a peut-être une piste. On assiste alors à un changement radical dans son caractère, comme s’il avait enfin retrouvé la seule raison d’avancer. A cet instant, on peut assister à une traque particulièrement bien ficelée où chaque nouveau pas nous permet de gagner certaines pièces de ce puzzle.

On se laisse donc rapidement emporter par cette enquête que mène notre protagoniste et qui va le conduire sur les pistes de sa proie. De plus, l’auteur sait comment jouer avec son intrigue à travers les différents flash-backs que l’on peut admirer. Si cela peut donner quelques révélations sur le passé de certains de ces acteurs, ils sont aussi une pièce importante afin de cerner la personnalité de Senri, son rapport avec Kazuto et son ressenti concernant cette perte qui est bien plus importante que la simple disparition de ses parents. Un moyen d’attiser notre colère à l’égard de ce tueur tout en apportant un regard inédit sur ce jeune homme qui souhaite se faire justice lui-même. On a alors envie de le voir retrouver sa cible tout en craignant que l’acte qu’il souhaite commettre ne finisse par l’enterrer définitivement. Une lutte entre le passé et l’avenir qui rend ce premier voyage palpitant et bien plus profond qu’il n’y paraît. A cela s’ajoute aussi la complexité de cette affaire qui pourrait bien être plus importante que l’on ne le pensait au départ. Cette sensation ne fait que grandir au fur et à mesure que l’on suit les pas de ce mystérieux inconnu qui pourrait bien avoir d’autres participants à ses trousses.

Outre tout cet aspect enquête et thriller, Echoes brille aussi énormément de par l’émotion que l’auteur parvient à transmettre à travers ces scènes et ces personnages. Ce récit est avant tout une plongée dans le coeur meurtri d’un enfant qui n’a plus rien d’autre que la vengeance pour lui permettre de se raccrocher à la vie. Un objectif dont les conséquences pourraient bien être désastreuses pour Senri qui ne voit pas à quel point il est sur une pente glissante.

La force des émotions

Echoes-douleur

Enfin une piste.

En fait, à travers ce premier volume, on a la sensation qu’Echoes mise énormément sur le côté sentimental des personnages. On ne parle pas forcément de relations, mais plutôt de ce qui peut animer une personne et ce que cela peut lui causer comme problème pour la suite. C’est en tout cas ce que l’on peut observer dans le cas de notre héros. Lui qui n’est obnubilé que par détruire à son tour celui qui lui a tout enlevé oublie tout ce qui peut l’entourer. C’est alors qu’intervient un personnage que l’on trouve très intéressant et pertinent concernant cette thématique. Il s’agit d’Enan, une demoiselle qui est sans doute l’une des rares amies qu’il ait et qui s’inquiète sincèrement du chemin qu’il est en train de prendre. Elle, qui a toujours été dictée par le fait de ne jamais commettre le mal, souhaite protéger son ancien compagnon d’orphelinat de cette route qu’il a déjà commencé à entreprendre. Elle agit alors comme si elle était sa conscience qui tentait de le ramener vers la lumière, donnant naissance ainsi à une dualité qui captive le lecteur.

Ce qui bouillonne à l’intérieur de Senri ne semble pas pouvoir être calmé par de simples paroles. Malgré tout, cette jeune femme continue d’insister et d’essayer de le rattraper pour éviter qu’il ne commette l’irréparable. De ce fait, on peut presque observer une seconde poursuite qui a lieu en arrière-plan de cette première traque. Une manière d’exprimer l’attachement d’elle à son égard et de montrer qu’il existe encore une possibilité pour qu’il fasse table rase du passé. On peut aussi citer le lien qui unissait les deux jumeaux et qui joue beaucoup sur notre appréciation du manga dans sa globalité. En effet, celui-ci est sans doute ce qui forme le coeur de ce manga et qui va nous conduire à nous attacher à Senri et à son frère défunt. Après toutes les épreuves qu’ils ont traversé, l’un d’eux a finalement connu un funeste destin en protégeant, comme à son habitude, le seul membre de sa famille à qui il tenait vraiment. Ce soutien qui pouvait exister entre eux nourrit notre désir de voir le face-à-face entre le dernier survivant de ce massacre et celui qui l’a mis dans cette situation. De ce fait, Echoes parvient à susciter en nous un puissant conflit entre la vengeance du passé et la rédemption du futur. Une incroyable efficacité au niveau de l’écriture qui nous fait constamment hésiter sur le chemin que devrait prendre notre étudiant.

Echoes fait donc partie de cette catégorie d’œuvre qui parvient à nous accrocher dès notre premier contact à travers son contexte, mais aussi et surtout grâce à la profondeur de ces personnages et l’émotion qu’ils parviennent à susciter en nous. Une première approche réussie pour ce seinen qui peut amener un conte à la fois palpitant et prenant concernant son intrigue et l’avenir de ces protagonistes.

Echoes nous offre une piste intéressante

Au final, Echoes fut une très bonne surprise. Même si l’on pouvait se douter, au vu des précédents travaux du mangaka, que celui-ci allait être bon, on ne s’attendait pas à ce que cela prenne une tournure aussi captivante dès le premier tome. Alors que l’on tourne la dernière page, on se rend compte à quel point cette lecture a su attiser notre curiosité en nous faisant miroiter un thriller à l’immense potentiel. Cela se ressent à travers ce protagoniste, cet univers et cette poursuite qui sont mis en place. On a tout simplement envie d’en voir plus alors que l’on laisse Senri sur la piste de ce redoutable tueur.  Kei Sanbe sait comment transmettre l’émotion qui se dégage des acteurs de son récit pour qu’elle s’insinue en nous et nous font comprendre les raisons qui les poussent à agir ainsi. De plus, il n’y a aucun réel temps mort, car tout s’enchaîne assez vite et sans que cela ne nuise à la bonne compréhension de l’intrigue. Un rythme soutenu qui permet de plonger rapidement dans cette quête de vengeance qui risque bien de nous étonner à de nombreuses occasions.

On recommande donc chaudement ce seinen qui a su poser les fondations d’une traque enivrante. Echoes parvient aussi, à travers ces quelques chapitres, à nous faire douter quant à toute cette histoire. On a du mal à se dire qu’il ne s’agit que d’un simple massacre et qu’il y a quelque chose de plus grand qui se cache derrière cet effroyable crime. Si vous aimez les thrillers grisants avec des protagonistes forts et nuancés alors vous avez devant vous une aventure qui vous conviendra totalement. A présent et comme chaque première excursion, on ne peut s’empêcher de se poser plein de questions. Qui est vraiment derrière tout ça ? Senri parviendra-t-il à accomplir son but ? Enan réussira-t-elle à le raisonner ? Qui sont donc ces autres hommes qui sont à la recherche de ce tueur ? Qu’est devenu le corps de Kazuto ? Tant d’interrogations qui trouveront leur réponse tout au long de cette épopée littéraire que l’on suivra avec grand plaisir.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre avis ainsi que votre propre ressenti concernant ce premier tome d’Echoes. Êtes-vous convaincu par ce récit et ce qu’il pourrait donner dans les prochains volumes ? Qu’espérez-vous voir pour la suite ? Quel chemin prendra, selon vous, Senri ? Quel pourrait bien être l’identité de ce mystérieux meurtrier ? On est impatient de connaître votre analyse et d’en discuter avec vous. 🙂

© Sanbe Kei / Kadokawa Shoten

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *