Second Summer, Never see you again T1 et 2 : un été inoubliable

Décidément, la semaine qui s’est écoulée a vu beaucoup de titres basés sur les relations humaines faire leur début. Comme vous le savez, notre curiosité est toujours celle qui finit par nous dicter si oui ou non on va se lancer dans une série. C’est en voyant pour la première fois l’annonce de cette nouvelle licence chez Doki-Doki que l’on a eu envie de se pencher dessus. On parle bien sûr de Second Summer, Never see you again dont les deux tomes constituant la saga sont sorties il y a quelques jours. Poussé par cette irrépressible envie de parcourir de nouveaux mondes pleins de promesses, on a succombé à l’appel de ce manga qui nous a agréablement surpris. Un récit où les sentiments et la musique se combinent pour former une partition qui atteint directement notre coeur. En seulement quelques minutes, cette plongée nous a accroché de par tout ce que l’on est parvenu à éprouver au contact de tous ces personnages. Une romance impossible qui démontre l’importance de l’amitié et surtout des souvenirs créés. L’heure est donc venue de vivre deux étés identiques et pourtant si différents.

Un amour entraînant des regrets

Second Summer-souhait

Un souhait impossible à réaliser.

Second Summer, Never see you again, scénarisé par Hirotaka Akagi et dessiné par Motomi Minamoto, nous fait faire la connaissance de Satoshi Shinohara. Ce garçon va faire la connaissance de Rin Moriyama, une nouvelle arrivante dans son lycée avec qui il partage une passion commune à savoir la musique. Ils vont finalement former un groupe avec d’autres élèves et vont alors avoir un succès retentissant lors de la fête du lycée. Une véritable ovation qui remplit de joie toute cette équipe et plus particulièrement celle qui est derrière sa formation. En effet, il va s’avérer que Rin a une maladie incurable qui va finir par l’emportée. Ainsi, sans le savoir, Satoshi va l’avoir aidé à réaliser son plus grand souhait, mais va aussi commettre l’irréparable. Alors qu’elle est sur son lit d’hôpital à attendre que la mort fasse son oeuvre, le garçon va lui révéler ses sentiments. Des mots qui vont être terribles à entendre pour la jeune fille qui décédera peu de temps après. Totalement désemparé et s’en voulant énormément de l’avoir quitté ainsi, le guitariste ne va avoir de cesse de remuer le couteau dans la plaie en se disant qu’il aurait mieux fait de se taire. Tout son quotidien n’est à présent que souffrance et remords pour ce qu’il s’est passé. Une erreur qu’il sait ne pas pouvoir corriger.

C’est finalement un beau jour, alors qu’il venait de chuter près de la rivière, qu’il va reprendre connaissance dans un environnement qui lui semble familier. Cherchant à comprendre ce qu’il s’est passé, il regarde autour de lui et va finalement croiser le regard d’une jeune fille en train de chanter. Ses yeux s’écarquillent alors au moment où il comprend qui est derrière cette douce mélodie. Rin se tient devant lui comme si de rien n’était et ne semble même avoir aucun souvenir de lui. Voyant qu’il possède une guitare, la demoiselle cherche à tout prix à ce que ce dernier lui joue un morceau. Totalement abasourdi, ce dernier ne sait quoi répondre et va finalement prendre peu à peu conscience qu’il a voyagé dans le passé. C’est donc une occasion en or pour lui de rectifier ce qu’il a commis et ainsi permettre à celle qui hante constamment son coeur de pouvoir reposer en paix et avec le sourire. C’est donc un long combat qui va avoir lieu pour ce lycéen qui doit à tout prix enfouir ses sentiments tout en revivant cette période de bonheur en la compagnie de ces futurs amis. Seulement, est-il possible de changer l’avenir ? Est-ce qu’il ne risque pas de tout bouleverser en se comportant différemment ? C’est un long été qui s’apprête à défiler pour ce duo.

Rien qu’en lisant ce synopsis, notre esprit fut interloqué par ce que cela pourrait donner. De plus, le fait que Second Summer, Never see you again soit seulement en deux volumes pouvaient aussi apporter un rythme soutenu et palpitant. C’est en parcourant cette saga que l’on a pu déceler tout d’abord un premier point crucial qui a grandement joué sur notre attrait pour cette histoire. Il s’agit de cette lutte constante de Satoshi pour retenir de crier haut et fort son amour pour Rin. Un combat qui est là pour garder le sourire de cette jeune fille, mais qui amène sur un chemin bien triste.

Lutter contre ces sentiments

Ce qui est remarquable avec Second Summer, Never see you again, c’est la façon dont l’auteur a décidé de traiter cette romance. Dès le départ, on est plongé dans un événement tragique qui va autant bouleverser le quotidien de ce garçon que les derniers instants de cette élève. Le fait d’avoir avoué ses sentiments à cette dernière va provoquer en elle une terrible souffrance étant donné qu’elle ne pourra vivre pour être à ses côtés. De ce fait, l’ignorance est présentée ici comme un choix qui aurait été préférable pour Rin afin qu’elle parte sans regrets. Un constat terrible et qui ne fait que renforcer le mal-être que l’on éprouve sur le moment. On partage immédiatement toute la tristesse qui s’accumule chez ces deux protagonistes et l’on a tout de suite la larme à l’oeil en voyant les conséquences de tout cela. Le mangaka nous présente donc comme postulat de base un amour impossible car condamné à ne durer qu’un bref moment. En tant que lecteur, on se demande alors comment il serait possible qu’il puisse y avoir une fin heureuse à tout cela et ainsi, on imagine ce récit comme un cercle vicieux qui va finalement nous réserver d’autres surprises. A travers ce contexte, le manga va surtout chercher à nous montrer une autre manière d’exprimer l’amour que l’on peut avoir pour quelqu’un.

Cependant, la douleur est tout de même bien présente et ne s’arrête pas uniquement à cela. En effet, le fait de devoir revivre cet été si important aux yeux de Satoshi signifie aussi savoir comment tout cela va finir. Ainsi, on subi un contrecoup encore plus terrible en sachant qu’il doit tout faire pour éviter de dévoiler ses sentiments. C’est là que réside une bonne partie de la force de cette oeuvre qui va montrer un quotidien hilarant et touchant, mais dont l’issue semble déjà funeste et où le regard de ce garçon est bien différent. On est alors impuissant et triste de voir cette relation naître sans qu’il puisse révéler à quel point il tient à elle. De plus, son comportement va quand même avoir une incidence étant donné que certains éléments vont changer. On est donc encore plus intrigué par ce qu’il va se passer s’il ne dévoile rien et si cela ne conduirait pas à un déroulement encore plus sombre que le premier. Ainsi, le combat qui se joue au plus profond de Satoshi est autant tourné vers son désir d’avouer toute la vérité que de devoir surmonter une fois de plus la perte d’un être cher. Pourtant, il va aussi prendre conscience de tout le bonheur qui a découlé de sa rencontre avec elle et surtout de ces instants qu’il a pu passer en compagnie de son groupe.

C’est maintenant que l’on va s’intéresser à l’aspect positif de Second Summer, Never see you again. Si l’on a l’impression, en lisant ces quelques lignes, que cette oeuvre est particulièrement sombre, il n’en est rien. Cela n’est en réalité qu’une des deux faces de cette pièce et qui va rapidement s’éclipser pour laisser entrevoir toute la lumière de ce récit. Une aventure qui va montrer un amour bien plus spécifique que celui que l’on peut connaître. En fait, cette histoire nous conte la volonté d’une personne de faire perdurer son rêve en le partageant avec les autres.

Un récit éprouvant et plein d’espoir

Second Summer-chance

Une seconde chance.

Après avoir parlé du côté violent de ce titre, on doit aussi parler de cet espoir qui est représenté par Rin. Elle a beau savoir que son heure est comptée, cela ne fait qu’accroître son désir de réaliser son rêve. Un objectif bien difficile étant donné que toute la ville est contre le fait de voir des groupes de musique naître en ces lieux. En allant à la rencontre de Satoshi et des autres joueurs, elle souhaite briser ces interdits et ainsi montrer à quel point ils peuvent avoir du talent. C’est elle qui va déteindre sur l’ensemble des autres acteurs de cette pièce et qui va apporter cette joie qui semblait n’être que peu présente au sein de ces pages. Outre sa relation avec son premier camarade de classe, cette jeune femme est montrée comme forte, déterminée et surtout guidée par ses rêves. Une innocence qui nous touche profondément et nous donne encore plus envie d’assister à cette représentation qui viendrait autant conclure son but que son existence. Au final, elle a beau ne passer que peu de temps dans cet établissement, elle va tout de même réussir à apporter beaucoup de changements. On ne parle pas uniquement ici des règles, mais aussi dans le coeur de tous ceux qui l’entourent.

On nous la présente donc comme un petit ange malicieux auquel on s’attache très vite. D’ailleurs, le fait de vraiment cerner sa personnalité durant cette seconde chance va renforcer cette sympathie que l’on a pour elle étant donné que l’on sait contre quoi elle se bat chaque jour. Il y a même une admiration qui naît dans notre regard au fur et à mesure qu’on la voit avancer sans jamais reculer. On finit même par presque oublier sa maladie pour se concentrer sur cet instant présent que l’on vit à ses côtés. De ce fait, il y a presque une transposition qui se forme entre nous et Satoshi à ce niveau-là. Ce que souhaite nous raconter Second Summer, Never see you again, c’est de savoir vivre avec la perte d’un être que l’on aimait et de faire perdurer sa mémoire. Une leçon fondamentale parfaitement retranscrite tout au long de ces quelques cases qui nous font autant pleurer que rire. Profiter de l’instant présent et des gens que l’on apprécie est le message fort de cette licence qui nous met une véritable claque émotionnelle. Une petite pépite qui fait exprès de poser un décor tragique afin de mettre encore plus en avant ces instants de bonheur que l’on peut avoir au quotidien. Les souvenirs perdurent et permettent à chaque personne de continuer d’exister dans le coeur et l’esprit des individus qui l’ont côtoyé. Ainsi, en plus de nous émouvoir, Rin s’est aussi inscrit à jamais chez chaque lecteur qui se lancera dans cette aventure.

En conclusion, Second Summer, Never see you again est un petit bijou qu’il serait vraiment dommage de louper. Que cela soit par ses dessins retransmettant à merveille l’émotion de chaque scène, les personnages soigneusement écrits ou bien les thématiques traitées, ce manga réussi chacun de ces éléments. Un mélange idéal qui nous tire les larmes des yeux pour finalement nous faire sourire à travers le fait que l’on ne pourra jamais oublier tous ces personnages. Un coup de maître qui nous aura littéralement bluffés.

Second Summer, Never see you again joue un formidable morceau

Vous l’aurez largement compris en lisant cette chronique, on est tombé sous le charme de Second Summer, Never see you again. Cela faisait bien longtemps qu’un titre ne nous avait pas autant ému dans sa narration, son histoire et ses protagonistes. Un titre qui parvient habilement à passer d’une toile noire et violente à une fresque mêlant nostalgie, tristesse et bonheur. Une parfaite représentation de ces moments fugaces que l’on savoure sur l’instant, mais qui prennent toute leur puissance dès le moment où l’on va se remémorer de ces scènes. L’auteur délivre un remarquable travail sur le plan de la mise en scène et pareil pour le dessinateur et le chara-designer qui font aussi de formidables prouesses afin de transformer de simples dessins en un conte qui peut parler à n’importe qui. C’est en lisant ces deux tomes que l’on reprend conscience de l’importance du moment présent sans oublier tous ces gens que l’on a pu rencontrer par le passé. Un récit se basant sur la mort pour mieux sublimer la vie et montrer toute la beauté de l’existence. On est donc devant une oeuvre magistrale qui n’a pas besoin de quoi que ce soit d’autre.

C’est sûrement l’un de nos plus grands coups de coeur de ce début d’année. Second Summer, Never see you again est un manga qui peut plaire à tout le monde de par ses thèmes universels et l’importance de ses propos. Une introduction redoutable et difficile qui permet de se lancer dans un périple court, mais d’une grande beauté. On apprécie chaque seconde que l’on passe avec ce groupe qui dégage une humanité sans pareille. Une véritable petite pépite qui mérite amplement sa place dans n’importe quelle bibliothèque. En plus, le fait qu’il s’agisse d’une série en seulement deux volumes permet de pleinement apprécier cette aventure littéraire qui a su tout condensé sans rater le moindre détail. Contrairement à ce que l’on fait d’habitude, il est impossible d’imaginer diverses questions étant donné que le titre s’est terminé aussi vite qu’il a commencé. Malgré cela, on a quand même envie de se tourner vers Satoshi et de lui souhaiter le meilleur pour la suite en sachant pertinemment qu’il y aura toujours un peu de Rin en lui. Une demoiselle qui aura chamboulé son existence et qui continuera de le pousser en avant.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ces deux volumes de Second Summer, Never see you again. Avez-vous apprécié la relation entre les divers membres du groupe ? Pensez-vous que l’on a la meilleure conclusion possible pour cette histoire ? Avez-vous été ému par ce récit qui prône l’amitié, les souvenirs et les rêves ? Quel est votre personnage préféré parmi toute cette clique ? Quel est le moment que vous retenez le plus au cours de ce voyage ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de cette série. 🙂

© 2016 Akagi Hirotaka / Minamoto Motomi, Shogakukan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *