CARNET-DE-VOYAGE-OTAKU-komiku

Carnet de voyage d’un otaku spécial Komikku chapitre 1

Il n’y a pas à dire, depuis le début d’année on a le droit à une myriade de titres provenant de tous les éditeurs. Si l’on peut rapidement se perdre parmi toutes ces sorties, nouvelles licences et lectures à découvrir, cela permet aussi de vivre une telle diversité d’expériences littéraires. C’est pour cela qu’aujourd’hui, on a décidé d’écrire un nouveau chapitre de notre carnet de voyage qui sera centré, pour la première fois, sur les différentes sagas parues il y a peu chez Komikku. Au programme, pas moins de six titres qui nous ont fait vibrer et immerger pleinement dans toutes ces aventures uniques et fantastiques. Entre tentative de survie, conclusion d’un conflit, la fin de créatures fantastiques, de l’action, la découverte d’un monde et une réunion de démons, il y a largement eu de quoi faire. C’est en nous attardant sur toutes ces œuvres que l’on se rend compte à quel point le monde du manga peut nous faire vivre une infinité d’expériences et ainsi montrer toute la créativité et le talent des gens se trouvant derrière ces dessins. Un long et fabuleux périple nous attend et on espère que vous êtes prêts pour ces six escales dans des univers ayant leur propre charme. On est donc reparti pour faire le point sur ces séries.

Monkey Peak tome 10

Monkey Peak Vol. 10

Monkey Peak, scénarisé par Koji Shinasaka et dessiné par Akihiro Kumeta, nous avait laissés alors que cette paisible randonnée des employés d’un laboratoire pharmaceutique s’était transformée en un enfer sans nom. Pris pour cible par une étrange créature simiesque, il ne fallut pas longtemps pour que nombre d’entre eux périssent de ses mains. Ne sachant pas du tout pourquoi ils sont la cible de cette bête, ils vont finalement découvrir qu’elle n’est pas seule. D’autres agresseurs font leur apparition et cherchent à tout prix à éliminer les quelques survivants restants. Alors que cela fait pratiquement une semaine maintenant qu’ils sont coincés dans ces montagnes, la faim et la soif n’ont jamais été aussi pesantes. Ils savent pertinemment que s’ils ne se sortent pas de cette situation, ils mourront quoi qu’il arrive. En plus de ça, la suspicion et la peur a déjà fait de nombreuses victimes au sein du groupe qui est plus désuni que jamais. Alors qu’ils sont totalement désemparés, le retour d’un mort va les surprendre. En effet, Hasegawa refait surface alors que tout le monde pensait qu’il avait péri. Ils étaient loin d’imaginer que ce dernier était un traître à la solde de leurs agresseurs. Cependant, Anzai commence sérieusement à douter de celui-ci et va essayer, avec l’aide d’Himuro, de le piéger. Malheureusement, cela se retourne contre lui dès lors que les autres membres du groupe le découvrent et pensent qu’il s’agit d’une agression. La colère monte une fois de plus et l’équipe se sépare. Cette fois, la rupture semble définitive et chacun fait alors de son mieux pour ne pas tomber dans la folie. Se rapprochant peu à peu du sommet, il se pourrait bien que ce soit le moment approprié pour que la vérité éclate. Personne n’est alors prêt pour ce qui va être dévoilé et les conséquences que cela va avoir sur leurs chances de survie.

On le dit assez souvent, mais Monkey Peak est clairement l’un des meilleurs mangas d’horreur de ces derniers temps. La maîtrise du suspens, mais surtout de l’ambiance contribuent beaucoup au plaisir que l’on a en parcourant ces effroyables montagnes. Alors que l’on était emporté par la bataille qui avait lieu entre les derniers survivants du groupe et leurs poursuivants, on s’était rendu compte à quel point cette affaire était plus complexe que ça. Tout était une question de vengeance et les coups bas, trahisons et autres ruses ne cessaient de s’enchaîner. Cela a pour effet d’amener un climat de suspicion qui intensifie l’angoisse que l’on peut ressentir étant donné que l’on ignore totalement quand arrivera le prochain coup de l’ennemi. On pourrait même dire que la tension est à son paroxysme, mais cela ne semblait pas suffisant à l’auteur. En effet, les quelques lueurs d’espoir que l’on pouvait avoir vont connaître un destin tragique. Le mangaka s’amuse à les éteindre une à une, de façon intelligente et souvent déchirante. On a alors l’impression que jamais nos amis pourront quitter ce lieu vivant. Ce passage va donc autant être une grosse épreuve pour eux qu’un point de non-retour. L’abandon et le défaitisme règnent totalement et la seule chose qui les motive maintenant est la haine qui s’empare d’eux. Un tome incroyable qui resserre peu à peu son étreinte sur nous et va même se payer le luxe de nous offrir un moment absolument terrible. Plus rien ne semble séparer la proie du prédateur tandis que ses montagnes continuent de se gorger du sang des disparus. Tout simplement magistral et l’on est alors tiraillé entre notre envie de connaître la suite et la peur de voir ce qu’il pourrait bien arriver.

© 2016 Shinasaka Koji / Kumeta Akihiro, Nihon Bungeisha

Le livre des démons tome 6

Le Livre des démons Vol. 6Le Livre des Démons, imaginé par Konkichi, s’était stoppé alors que Mayu, la jeune fille qui avait trouvé refuge chez Shôtarô et Shiro, avait fini par succomber à ses pulsions. Le dieu créé de manière artificielle avait entamé une transformation brutale et s’était pris au gérant de la librairie Mononobe. Un acte qui venait mettre un terme à jamais à leur cohabitation qui lui avait tant apporté. C’est même justement la crainte de perdre ça qui avait subitement fait perdre les pédales à Mayu qui ne savait plus distinguer ce qui était bien ou mal. Se contentant juste de détruire tout ce qui se trouvait sur sa route, son bienfaiteur avait été une victime collatérale. Shôtarô était maintenant entre la vie et la mort, totalement perdu dans les bribes de ses souvenirs. Ne pouvant laisser son sujet dans cet état et devant punir la coupable, Shiro prit alors le chemin la menant à cette pâle copie de lui-même. Bien décidé à se débarrasser d’elle, son regard ne laisse transparaître aucune pitié pour son adversaire. Le combat entre les dieux est sur le point d’éclater et mieux vaut ne pas se trouver dans les parages pour éviter leur courroux. Pendant ce temps-là, les démons s’activent un peu partout dans le pays. Un étrange événement est sur le point de commencer et tous ces êtres se regroupent pour y assister. Eux qui ont finalement accepté de devoir vivre cachés parmi les humains sentent un vent de changement s’approcher. Il se pourrait bien que cette assemblée change drastiquement le pouvoir en place. Le monde risque fort de connaître de terribles bouleversements dans un avenir proche. Les démons ont rongé leur frein pendant tant d’années et maintenant ils sont bien décidés à reprendre ce qui leur revient de droit. La colère gronde et Shiro et Shôtarô pourraient bien se retrouver mêlés à ça sans même le savoir. Tous les pions sont maintenant en place avant que la partie ne débute.

Le Livre des démons est une oeuvre assez obscure, mais qui mérite amplement que l’on s’attarde dessus. Avec son atmosphère mêlant mysticisme et terreur, cette série parvient à offrir une expérience littéraire assez originale et surtout à nous plonger dans un monde où le cauchemar prend forme humaine. Alors que l’on avait été happé par ce qui s’était passé lors de notre précédente escapade, cette suite va être tout autant haletante, mais pour des raisons différentes. En effet, là où l’action était prépondérante précédemment, ici tout va se calmer afin d’aborder une facette de cet univers bien particulière. Il s’agit de cette société démoniaque qui existe en marge des êtres humains. Beaucoup de dialogues et d’informations vont ainsi être diffusés afin de prendre conscience du rôle de ces créatures et surtout du chemin qu’ils s’apprêtent à prendre. Cela permet autant de retrouver d’anciennes connaissances que de nouveaux visages et de prendre conscience du danger qui s’apprête à bondir sur les hommes. On aborde donc un côté bien plus politique et qui permet de se projeter habilement vers l’avenir et ainsi préparer les fondations de ce qu’il pourrait bien arriver ensuite. D’ailleurs, on pourrait même dire que notre duo est mis à l’écart pour que l’on se concentre pleinement sur ces monstres qui rôdent dans l’ombre. Des hommes et femmes prêtent à tout pour briser cette situation et reprendre ce qui leur revient de droit. Les complots s’enchaînent alors et il y a même divers clans qui se forment en prévision des épreuves à venir. Tel un témoin privilégié s’étant caché pour assister à ce regroupement, on sent notre coeur se serrer en imaginant l’enfer qui pourrait bientôt s’abattre sur ce monde. Une construction bien pensée et qui captive notre regard.

© 2015 Konkichi, MAG Garden

King of Ants tome 11

King of Ants, scénarisé par Nagahisa Tsukawaki et dessiné par Ryû Itô, s’était arrêté alors que Shirô Aguri s’était décidé à infiltrer le temple de la secte “Kyûsei Mandai”. Ce rassemblement de fidèles était suffisamment conséquent pour jouer un atout majeur dans l’attaque à faire à l’égard du roi des fourmis actuel. Malheureusement, l’entrée du jeune homme ne fut pas des plus réussies. En effet, il fut coiffé au poteau par Chiyo, la petite-fille de la fondatrice, qui prit la place de son ancêtre. Il se retrouva alors enfermé dans les sous-sols du bâtiment à devoir jouer les démons devant des enfants cherchant à le tuer. C’est en faisant face à ces gamins et à leur superviseur que de nombreux souvenirs firent surface dans l’esprit de Shirô concernant son enfance. Parvenant à rallier à lui tous ces petits garnements, le voilà maintenant prêt à reprendre son objectif. Il savait pertinemment qu’il lui fallait absolument ce groupe pour pouvoir rivaliser avec le conglomérat Rikudô. C’est donc pour détrôner la toute nouvelle meneuse de cette secte qu’il va établir un plan aussi loufoque qu’audacieux lui permettant autant de s’occuper d’elle que d’amener tous ces gens à entrer à son service. Cependant, il ignore aussi que d’autres forces sont sur le point de faire leur apparition. L’équilibre établi par les rois fourmis du Japon pourrait bien chavirer et entraîner de nombreux problèmes avec leurs homologues étrangers. Tout cela arrive alors que Ryûtarô est sur le point de faire son retour après son long séjour hors des frontières japonaises. Tous les acteurs s’apprêtent à se réunir sur cette immense scène qui ne peut qu’accueillir qu’un seul seigneur au sommet de la montagne. La question est maintenant de savoir qui aura l’insigne d’odeur d’occuper cette place. Le roi actuel et le rebut de la famille sont sur le point de régler ce différend.

Ah King of Ants est toujours un pur plaisir. En plus d’avoir un univers captivant où tout se règle par la force des bras, on apprécie toujours autant de retrouver cette galerie de personnages complètement dingue. Cette onzième virée va permettre de conclure le précédent arc tout en amenant quelques éléments pour préparer la suite. Une aventure littéraire toujours aussi décomplexée où notre bande de malfrats brille toujours autant. En plus de ça, on a aussi le droit à une petite touche d’émotions fort surprenante. Cela va briser un peu cette carapace badass qui entourait nos amis pour montrer qu’ils ont beau être de véritables démons dans leur quête de suprématie, ils peuvent aussi être humain. La situation bouge énormément et l’on a aussi le droit à quelques interactions avec de nouveaux venus. L’action est un peu en retard par rapport aux précédents volumes, mais cela permet aussi de travailler un peu plus sur le plan de nos amis pour espérer donner un coup dans la fourmilière. Un affrontement qui semble bien parti pour être dantesque et aussi mémorable par son aspect ridiculement exagéré. L’auteur sait parfaitement comment enrichir son univers qui ne se cantonne plus au Japon. En seulement quelques échanges, on prend conscience que tout ce que l’on observe est en réalité un problème qui pourrait faire trembler l’équilibre précaire du monde. Une lecture rafraîchissante et où le temps semble défiler à une vitesse folle tant on est happé par ce qu’il se passe. Ce n’est pas un combat pour la justice, mais bel et bien un terrible affrontement entre deux démons qui se prépare. Le sang risque fort de couler !

© 2014 Tsukawaki Nagahisa / Ito Ryu, Akita Shoten

Faraway Paladin tome 4

Faraway Paladin Vol. 4-komikkuFaraway Paladin, scénarisé par Kanata Yanagino et dessiné par Mutsumi Okubashi, nous avait laissés alors que William avait finalement fait ses adieux à sa famille. Suite à son terrible combat contre la représentation de la divinité des morts, il avait enfin reçu la grâce d’une divinité. Malheureusement, cela signifiait aussi que le temps était venu pour lui de partir et de laisser sa famille adoptive reposer en paix. A présent, il s’est mis à marcher vers la civilisation et surtout vers un monde qui lui est totalement inconnu. C’est alors qu’il fait ses premiers pas dans une épaisse forêt qu’il va faire la connaissance de Méneldor, un chasseur demi-elfe. Si ce dernier est loin d’être amical au premier abord, il finit lentement par s’ouvrir à ce jeune homme semblant totalement perdu. Il lui indiqua alors le nom de ce lieu baptisé la Forêt des Bêtes et lui affirma qu’elle pouvait être extrêmement dangereuse pour les gens se baladant seuls. Il va alors être conduit jusque dans un village et c’est là qu’il va avoir une vision voyant son compagnon de route s’en prendre aux gens habitant dans ce lieu. Il lui fallait alors absolument trouver un moyen d’empêcher ce dernier de commettre l’irréparable. En tant que prêtre de la déesse de la lumière, William se devait absolument de venir en aide à ce monde ravagé et surtout à toutes ces âmes égarées et traumatisées. S’il est déjà plus fort que la majorité des gens qu’il rencontre, cela n’est pas suffisant pour faire face aux nombreuses épreuves qui se dresseront sur sa route. Il est encore loin d’imager où le conduira ses pas alors qu’il devra autant se confronter à la détresse des gens qu’à la présence toujours plus grande des démons qui parcourent librement ces terres. Peut-il encore espérer apporter la paix par rapport aux préceptes de sa déesse ? Seul le temps le dira et il lui faudra faire preuve de courage pour y arriver.

Plus le temps passe et plus Faraway Paladin se présente comme une petite perle du catalogue de Komikku. En effet, il est remarquable de voir un isekai réussir avec autant de pertinence à exprimer un côté très humain. Chaque échange est empreint d’une profonde sincérité qui nous touche tout particulièrement et puis ce volume va aussi être l’occasion d’en apprendre plus sur le monde extérieur. Cette quatrième lecture va donc apporter de gros changements au récit étant donné que l’on va surtout être captivé par l’aspect découverte de ces environnements. Les ruines semblent déjà bien loin alors que l’on pose le regard sur ces forêts, ces villages et villes qui nous étaient inconnus. On partage donc avec joie la curiosité de notre jeune héros qui fait de son mieux pour rester fidèle à ses principes. On a même une fantastique transposition qui se fait entre nous et lui étant donné qu’il est aussi ignorant que nous sur tout ce qui l’entoure. En plus de ça, les quelques personnages que l’on va rencontrer et qui vont avoir une incidence sur la progression de notre jeune prêtre sont un parfait exemple d’écriture soignée. On ressent totalement ce qu’il exprime et les doutes pouvant les assaillir. C’est dans ces moments-là que notre ami venu de nulle part se présente comme un véritable sauveur guidant les gens vers la lumière. Si le prélude de cette oeuvre était plus que réussi, le commencement de ce grand voyage part lui aussi sur de très bonnes bases. Une virée enchanteur qui nous met en contact avec un univers d’une richesse incroyable et où la lumière se frotte constamment à l’obscurité. On ne peut qu’en redemander un peu plus.

© 2017 Okuhashi Mutsumi, OVERLAP

Dívčí Válka tome 12

Dívčí Válka Vol. 12 fin-komikku

Dívčí Válka, imaginé par Kouichi Ohnishi, nous avaient laissés alors que les armées hussites retournaient à Prague victorieuses. C’est après avoir terrassé les chevaliers teutoniques présents dans leur fief que l’ambiance était maintenant à la fête. En battant de tels guerriers, le message transmis par ces soldats avait résonné dans une bonne partie du royaume. Rien ne semblait pouvoir aller à l’encontre de leur foi et de la mission qu’ils s’étaient vu confier. Pourtant, malgré leur dernier succès en Baltique, un problème subsistait. Souhaitant maintenant faire la paix avec leur ennemi, les conditions de ce dernier ainsi que leurs concessions étaient mal vu par les hussites radicaux. Selon eux, il s’agissait de l’ultime humiliation de la part des catholiques. Ils avaient démontré de quoi ils étaient capables et ils ne pouvaient se contenter d’avoir juste quelques miettes. Les partisans souhaitant continuer à lutter étaient convaincus que de nouvelles victoires feraient changer l’accord proposé. Malgré les inquiétudes de Sarka et de certains de ses compagnons, rien ne pouvait empêcher les bataillons de partir de nouveau en guerre. La jeune fille ne peut alors se décider entre les radicaux et les modérés. Son unique rêve est d’instaurer la paix avec l’aide de Leon et Eliza. Alors que chacun s’efforce de suivre la voie qu’il lui semble la plus conforme à ses principes, la dernière bataille des guerres hussites est sur le point de débuter. Peu importe le résultat de cette dernière, ce conflit prendra enfin fin. Malheureusement, il est évident que cette lutte va encore faire couler beaucoup de sang. Le temps joue maintenant contre Sarka qui va devoir accélérer le pas si elle souhaite sauver un maximum de ses amis avant la boucherie qui s’annonce.

On a beaucoup d’affections pour Dívčí Válka qui est une série historique qui nous a tenus en haleine dès les premières minutes. Une retranscription fidèle et surtout très sombre de ce conflit religieux ayant fait trembler tout le royaume de Bohème. Après tant de temps à voyager en compagnie de ce petit ange et de sa troupe de révolutionnaire, ce douzième tome met un terme à leur récit dans un final grandiose. Après avoir tout tenté pour apporter la paix et surtout se faire accepter par leurs compatriotes, nos amis se retrouvent dos au mur et doivent maintenant tout faire pour s’en sortir. Cependant, on ne s’attendait pas du tout à ce que cette saga atteigne un tel niveau de qualité dans l’écriture de cette conclusion. Ce que l’on voit devant nous, ceux sont des gens qui luttent vaillamment pour leurs idéaux et dont la notion de mort n’a plus d’emprise sur eux. Des fanatiques prêts à mourir pour leurs idéaux et qui vont nous offrir un baroud d’honneur absolument grandiose. On a beau être ému, triste et en colère de voir ce qui se passe, toutes ces émotions sont la preuve vivante que l’on a pris un malin plaisir à accompagner toutes ces âmes dans leur quête de justice et de liberté. On est alors témoin d’un spectacle où chacun est prêt à donner sa vie pour un combat qui semble déjà perdu d’avance. Ce qui est formidable dans tous les récits historiques, c’est que l’on sait pertinemment comment cela va se finir étant donné que cela s’inscrit dans une logique propre à ce qu’il s’est passé réellement. C’est alors que l’on se rend compte que ce n’est pas la destination qui compte, mais bel et bien tout le chemin parcouru jusqu’ici. Au fur et à mesure que l’on voit le dénouement de cette bataille, on ne peut s’empêcher de ressasser tout ce qu’il s’est passé auparavant. Un retour en arrière qui nous fait prendre conscience de l’enfer traversé par tous ces gens et qu’ils ont peut-être eu finalement le destin qu’ils désiraient. C’est tout simplement un dernier tome magistral où l’on est presque obligé de verser une petite larme en voyant cette histoire se refermer pour de bon.

© 2013 Ohnishi Kouichi, Futabasha

Créatures Fantastiques tome 5

Créatures Fantastiques Vol. 5-KomikkuCréatures Fantastiques, imaginé par Kaziya, avait continué de nous montrer le quotidien de la jeune Ziska. Cette dernière, provenant d’une longue lignée de mages, avait décidé d’apprendre le métier de vétérinaire auprès de Nico. Alors qu’elle est sûrement la dernière représentante des siens, la demoiselle cherche absolument à utiliser son savoir pour aider les animaux qui dépassent de loin le cadre ordinaire de la vie. Après avoir fait ses preuves et beaucoup appris auprès de son maître, elle était encore plus déterminée à suivre cette voie en alliant autant ses connaissances en magie que la science ayant pris le pas dans ce monde en constante évolution. Un beau jour, elle entend parler d’une nouvelle créature ayant fait son apparition en ville. Il s’agirait d’un Tatzelwurm, un être connu pour provoquer l’évanouissement des gens qui le rencontrent. En réalité, celui-ci et ses congénères ont été obligés de quitter leur foyer dans la montagne à cause d’une chose se déplaçant venant de l’est. Au même titre que le griffon blessé, il s’agirait de la même bête qui soit à l’origine de ses deux incidents. Si rien n’est fait, il est fort probable que d’autres problèmes soient à déplorer très rapidement. Cependant, comment faire face à une créature dont le duo ignore tout ? L’influence et la crainte de l’homme pourraient bien être la cause de ce brusque changement. Après tout, peu importe les progrès de la civilisation, les hommes seront toujours apeurés par ce qu’ils ignorent. C’est l’inconnu qui engendre le folklore, les mythes et, de ce fait, les créatures qui en découlent. Il est donc grand temps pour ce tandem de braver cette inquiétude pour aller à la rencontre du plus effrayant cas qu’ils ont pu s’occuper. L’avenir de beaucoup de gens est à présent entre leurs mains tout comme celle de cette bête qui avance inexorablement vers la ville.

C’est une seconde fin de série que l’on a aussi pu découvrir ces derniers jours et on peut dire que le dernier tome de Créatures Fantastiques fut fidèle à ses prédécesseurs. Abordant avec toujours autant de douceurs et d’émotions le fossé séparant la magie de la science, ce final va être porteur d’un très beau message d’espoir. On va assister à une dernière intervention de la part de notre duo et c’est pendant celle-ci que l’ensemble de la série va prendre tout son sens. L’émerveillement que l’on pouvait ressentir à proximité de ces êtres surnaturels est aussi puissant, car on sait pertinemment qu’ils sont voués à disparaître de la mémoire des hommes. Avec l’avancée technologique et les raisonnements scientifiques, les mystères de ce monde s’élucident un à un. On a donc le sentiment de vivre des moments privilégiés en compagnie de ces créatures que l’on ne reverra peut-être plus jamais. Les quelques mots que nous lancent alors certains personnages vont profondément résonner en nous. C’est l’être humain qui a créé ces mythes afin d’expliquer l’inexplicable. Le surnaturel était forcé de disparaître au fil de toutes ces recherches. Cependant, ce qui devrait nous attrister va se transformer en une petite lueur d’espoir grâce à cette lecture. Ces êtres fantastiques ne s’effaceront pas totalement. Ils prendront juste une autre forme dans l’inconscient collectif et ils feront donc toujours partie des gens qui ont bien voulu croire en eux même un bref instant. Une lecture d’une beauté rare qui s’exprime autant par ses dessins que par ses propos d’une importance capitale. Une petite bouffée d’air frais qui nous montre que l’imagination aura toujours sa place chez l’homme et que le mystère peut aussi avoir du bon.

© 2016 Kaziya, MAG Garden

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.