WOMBS-Vol.-1-2

Wombs tome 1 : les combattantes lunaires

On le dit assez souvent, mais la science-fiction n’est pas notre genre de prédilection. Cependant, on aime quand même découvrir des œuvres abordant ce thème, car il arrive que l’on tombe sur d’excellentes surprises. Des mangas qui nous font vivre une aventure au-delà de ce que l’on aurait pu imaginer et qui réussissent donc à nous faire oublier nos goûts personnels pour sortir de notre zone de confort. Ce fut exactement le cas avec le titre que l’on va aborder aujourd’hui et qui nous provient tout droit du catalogue d’Akata. On parle bien sûr de leur dernière licence en date, à savoir Wombs. Le premier volume de cette série est sorti il y a quelques jours et au vu de tout le bien que l’on entendait à ce sujet, on s’est dit qu’il fallait sauter le pas. On a bien fait de laisser notre curiosité prendre l’ascendant, car on a pu découvrir une introduction diablement efficace et qui a autant su nous donner des frissons que nous apporter une histoire poussant à la réflexion. Une belle petite claque où il y a énormément de choses à dire sur ce qui englobe ce scénario bien ficelé. L’heure est donc venue d’accompagner un groupe de jeunes femmes dans un combat fort mystérieux.

Défendre sa patrie

Wombs - combat

Un combat difficile.

Wombs, imaginée par Yumiko Shirai, nous plonge dans un monde futuriste au sein d’un univers lointain. On y suit les first, une population qui s’est installée sur la planète Jasperia et l’a terraformée. Voulant profiter de ce nouveau lieu pour repartir de zéro, tout semblait aller pour le mieux. Les villes se multipliaient et les gens vivaient sans se douter un moindre instant qu’un terrible événement allait avoir lieu. La paix était dans l’esprit de chacun et tous avaient baissé leur garde concernant de potentielles menaces extérieures. C’est alors que sont apparus les second. Une autre peuplade qui déclencha une terrible guerre sur Jasperia. Sans même faire au préalable la moindre déclaration, les vaisseaux ennemis apparurent et commencèrent à bombarder les zones habitées. Il s’est fallu de peu pour que les first ne se retrouvent pas totalement éradiqués par une telle invasion surprise. Cela fait maintenant vingt ans que le conflit s’éternise entre les deux camps. Si tout semble indiquer une sorte de statu quo, la réalité est bien différente. Une bonne partie de la planète est sous le contrôle de cet opposant et il est primordial pour ceux qui étaient là en premier de regagner du terrain. C’est dans ce contexte que la jeune Mana Oga est choisie pour intégrer une section spéciale de l’armée. Répondant au nom de “Forces spéciales de transfert”, cette unité d’élite joue un immense rôle dans cette guerre qui dure maintenant depuis trop longtemps. Composée uniquement de femmes, cette troupe s’avère être chargée d’une mission tout à fait singulière.

En effet, les utérus de ces membres servent ici d’incubateurs à des fœtus parasites. Si cela peut sembler aussi malsain que contraire à la nature, ces jeunes femmes sont considérées comme de véritables héroïnes aux yeux du public. Il faut dire qu’accepter un tel parasite en eux leur confère un don bien pratique, à savoir la téléportation. Cette capacité, qui leur est propre, s’avère être un atout de taille face à leur adversaire. Pouvant ainsi frapper des zones sensibles, transporter du matériel ou même des hommes et venir en aide sur le front, elles n’ont aucunement le temps de se reposer. Oga va ainsi suivre le chemin de ces héroïnes de guerre afin de mettre un terme aux souffrances qui accablent les first. Son quotidien ne se résumera bientôt plus qu’à une succession d’entraînements, de tests et surtout d’expérimentations sur son corps. Une voie qu’elle accepte si cela peut venir en aide aux gens qu’elle aime. Cependant, elle est bien loin de se douter de ce que cache réellement ce conflit. Les véritables enjeux et implications de cette guerre pourraient bien dépasser tout ce qu’elle a pu entendre auparavant. Sur cette planète où tout se règle l’arme à la main, la vérité pourrait bien créer une panique sans précédent. Voici donc le récit de ces jeunes filles qui abandonnent tout ce qu’elles ont pour espérer apporter un peu de réconfort à tous ces gens fatigués de cette guerre qui s’enlise. Cette nouvelle génération de combattante sera-t-elle celle qui mettra un terme à tout ça ? Le regard d’Oga brille en tout cas d’une détermination sans pareille.

Wombs propose un synopsis à la fois original et suffisamment intrigant pour capter l’attention du lecteur. Cependant, on était loin de se douter que ce contexte serait un jardin aussi fertile afin de proposer autant une œuvre de science-fiction qualitative qu’un regard sur de nombreux sujets pertinents. Derrière cette volonté de protéger sa nation d’un ennemi dont on ignore tout se cache une démonstration effroyable de manipulation. Plus on avance dans le récit et plus on se rend compte que derrière ce pouvoir que l’on nous décrit se cache de nombreuses zones d’ombres poussant à s’interroger sur le vrai but de tout ça.

Un pouvoir qui fait débat

Il y a clairement beaucoup de choses à dire sur ce premier volume de Wombs. En plus de proposer un récit attirant à travers un univers finement construit l’autrice va aussi et surtout profiter de cette toile de fond pour mettre en avant de nombreux sujets importants. Même s’il s’agit d’une oeuvre de science-fiction, le contexte qui nous est proposé permet d’amener sur la table des thématiques comme la place de la femme dans la société, le fait de donner naissance ou bien même une réflexion sur l’univers militaire et ce que cela amène chez certaines recrues. Ce qui est d’abord intrigant quand on s’attarde sur cette introduction, c’est que l’on est à la fois rapidement plongé dans le bain et assez peu aiguillé sur tout ce qui régit ce principe de téléportation. Comme s’il y avait une envie de préserver le secret et de nous faire avancer dans une brume épaisse qui ne se lèvera que bien plus tard. D’ailleurs, cette ignorance sur tout ce qui entoure cette faculté et ce fœtus parasite va aussi souligner cette pression que peut avoir le système sur ces jeunes femmes. Convaincues de faire quelque chose de bien pour leur patrie, ces recrues ne se posent que très peu de questions ou vont finir par laisser tomber en voyant à quel point on les conditionne à accepter leur sort. Cela souligne donc cette espèce de lavage de cerveau qui peut être fait à travers toute une propagande, mais aussi par ce sens du devoir que l’on inculque à ces demoiselles qui ne savent pas vraiment dans quoi elles s’engagent.

Outre cela, on nous indique que les second sont les principaux antagonistes, mais pourtant on ignore tout de qui ils sont réellement. Les seules informations que l’on a sont les informations distillées par les first. Il y a donc une ambiance très intéressante et collant parfaitement à cette situation tendue propre à ce conflit. A cela vient alors s’ajouter toutes les questions autour de l’escouade d’Oga. Servant surtout de présentation de leur formation militaire, ce premier contact avec Wombs souhaite que l’on observe le quotidien de ces jeunes femmes poussées dans leur dernier retranchement. Le parallèle qui est réalisé alors entre le fait qu’elles sont des femmes pouvant enfanter et qu’elles doivent abriter un être extraterrestre en eux est aussi ingénieux et va permettre de construire toute une échelle de puissance et d’évolution en rapport avec les diverses semaines de grossesse. Là encore, la mangaka parvient parfaitement à utiliser tout ce que l’on sait de ce processus naturel pour l’adapter à son contexte. C’est ainsi que l’on arrive au cœur du sujet concernant cette œuvre qui est le fait de transformer le simple fait de pouvoir donner naissance à un enfant en une arme primordiale pour la réussite de ce conflit. La vie est ainsi contrebalancée par cette nécessité d’aller sur le champ de bataille et donner la mort à l’ennemi. On transforme alors cette capacité propre aux femmes pour en faire un outil de guerre poussant forcément à remettre en question tout ce qui nous est présenté. Finalement, ce corps expéditionnaire a beau être présenté comme la clé de la victoire, on ne peut s’empêcher d’avoir une certaine empathie et tristesse à l’égard de ces demoiselles qui sont presque élevées comme du bétail pour simplement devenir un outil entre les mains des puissants. Une terrifiante perspective qui fait que l’on a envie d’espérer voir ces choses-là changer avant que le pire arrive.

Wombs nous a clairement bluffés tout au long de cette lecture. On ne s’attendait pas du tout à découvrir une histoire d’une telle profondeur et parvenant à nous faire réfléchir sur de nombreux sujets importants. Avec son côté militaire très prononcé, cette fiction nous conte avec brio le destin de ces demoiselles engagées dans une lutte où l’unique moyen de gagner semble d’aller à l’encontre de la nature elle-même. Tous les ingrédients sont là pour amener une profonde réflexion sur tous ces sujets qui ne sont pas forcément propres à ce contexte. Un récit qui utilise à merveille les codes de la science-fiction pour s’en servir de toile de fond afin d’amener le vrai problème sur le devant de la scène.

Wombs réussi son premier test

Wombs - recrutement

Le début d’une longue voie.

Comme on l’a dit plus haut, Wombs n’était pas forcément le titre vers lequel on allait se diriger en premier. Pourtant, on a bien fait de franchir le pas tant on a été emporté par ce qui nous était raconté. En nous plongeant dans cet univers futuriste assez effrayant, la mangaka souhaite que notre regard s’attarde sur ce groupe de jeunes femmes qui se lance dans un combat dont elles ne savent pas grand-chose. En vérité, on est à la fois captivé par cette faculté à nous faire tenir en haleine à travers toutes ces interrogations que frustré d’être justement autant dans le brouillard. Un parti-pris efficace et qui nous pousse à vouloir connaître la suite pour comprendre ce qui se trame vraiment en coulisses. De même, on trouve le personnage d’Oga bien écrit, car elle symbolise un peu toute l’influence que peut avoir cet environnement sur quelqu’un. Elle a beau avoir une capacité très intéressante, cette jeune femme va alterner entre ces deux facettes qui est, en premier lieu, de se questionner sur l’origine de tout ce système avant de finalement accepter son sort. Un conditionnement qui fait peur, mais qui est représentatif du contexte dans lequel on évolue où tout semble acceptable sous prétexte de ce conflit. Il ne s’agit donc pas d’une aventure faite pour nous faire rêver, mais bel et bien pour nous faire réfléchir sur cette société où l’être humain a perdu un tant soit peu cette notion d’humanité.

Wombs est un manga ayant un très fort potentiel et dont on comprend le succès au vu de tout ce qui est réuni dans cette introduction. Un récit dense, mais qui ne tombe jamais dans l’indigestion d’informations. A cela s’ajoute la parfaite maîtrise de l’autrice en ce qui concerne son univers, le suspens proposé et surtout les mystères qui ne sont jamais réellement révélés au grand jour. Un titre que l’on recommande absolument et qui plaira à tous les amoureux de science-fiction et à ceux désireux de se lancer dans une lecture interrogeant sur de nombreux points qui ne sont pas réservés uniquement à cette fiction. Il faut souligner l’incroyable imagination et la créativité de la mangaka pour proposer un monde gravitant autour d’une thématique particulière et qui parvient à adapter de nombreux codes de la maternité pour les implanter dans ce contexte très militaire. Au vu des nombreuses zones d’ombres qu’il y a, on ne peut s’empêcher d’avoir une myriade de questions en tête. Quelle est vraiment l’origine de ce foetus parasite ? Qui sont les second et la raison de leur venue sur cette planète ? Que semble manigancer l’état-major dans les coulisses de ce conflit ? Oga parviendra-t-elle à maîtriser totalement sa téléportation ? Il va falloir prendre son mal en patience maintenant afin de trouver les réponses à toutes ces problématiques.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Wombs. Trouvez-vous que les thématiques traitées sont amenées avec intelligence et ingéniosité ? Pensez-vous que tout ce que l’on nous présente n’est en réalité qu’une question de manipulation par les puissants ? Avez-vous une profonde empathie pour ces jeunes femmes que l’on condamne à une mission périlleuse et plus que discutable ? Trouvez-vous que l’univers présenté est travaillé et propice à proposer un récit toujours plus riche et complexe ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet 🙂

© 2009 Shirai Yumiko, Shogakukan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.