Called Game-Vol.-4-2

Called game tome 4 : la souffrance engendrée par la quête de pouvoir

Il y a des séries dont on n’aurait jamais imaginé une seule seconde qu’elles puissent nous intéresser. Des mangas dont le pitch de base n’était pas forcément de notre goût, mais que l’on a testé par curiosité pour finalement se prendre une véritable claque. Ce fut le cas à de nombreuses reprises pour notre plus grand bonheur. On s’est donc dit qu’aujourd’hui, on allait aborder l’un de ces cas à travers son quatrième volume. Il ne s’agit nul autre que de Called Game que vous pouvez retrouver aux éditions Kazé. On peut dire que ce fut l’une de nos plus grandes surprises de ces derniers mois, car justement on ne s’attendait pas du tout à être autant emporté dans ce récit. En nous plongeant dans cette lutte psychologique entre prétendantes à épouser le souverain du royaume, ce conte n’a eu de cesse de nous confronter à des situations intenables. Ce nouvel acte ne change pas ça et va même amener le mal encore plus loin en nous montrant une confrontation déchirante et qui découle entièrement de ce qu’il s’est passé précédemment. Une œuvre qui sait habilement jouer de ses atouts pour nous surprendre et nous tenir en haleine. L’heure est donc venue d’observer le prochain coup mené par ces femmes redoutables.

Se confronter aux erreurs du passé

Called Game - fuite

Pas de place pour la fuite.

Called Game, imaginée par Kaneyoshi Izumi, nous avait laissés sur un suspens insoutenable. Camilla, la servante d’Alna se faisant passer pour elle, souhaitait absolument quitter ce château où la mort guettait à chaque détour de couloirs. Effrayée par les autres concurrentes, rien ne semblait pouvoir faire changer d’avis cette jeune femme ayant été entraînée dans cette histoire contre son gré. Elle était même prête à dévoiler la vérité concernant leur petite mise en scène si la princesse refusait de l’accompagner ou l’empêchait de partir. Cherchant à tout prix une solution pour éviter cela, Alna fut finalement rattrapée par le temps. En effet, sa dame de chambre était finalement partie de son côté en préparant au préalable son évasion. Une situation qui ne devait surtout pas s’ébruiter sous peine de détruire tous les efforts effectués jusqu’à maintenant. Totalement désemparée, la jeune femme devait alors à tout prix la rattraper pour éviter que tous ceux qui la soutiennent finissent par se faire tueur. Cependant, le seul moyen de rattraper sa cible devait la conduire à faire confiance à un homme qu’elle avait du mal à cerner. Ce dernier n’était autre qu’Arthur, celui qui, tout comme Alna, dissimulait sa véritable identité à l’ensemble de la population. Il ne fallut pas longtemps pour que ce dernier cerne la gravité d’un tel départ et surtout les conséquences que cela pourrait engendrer dans le conflit en cours. Une faiblesse qu’il ne pouvait se permettre d’avoir au vu de son objectif.

Il n’hésite pas donc à accompagner Alna dans son périple en compagnie d’Edward. Le trio était maintenant prêt à rechercher cette fugitive qui risquait fort de tout faire capoter. D’après leurs dernières informations, elle se serait réfugiée dans la ville autonome de Fradol. Cette cité, en apparence tranquille, n’est clairement pas le lieu idyllique pour une personne se faisant passer pour une princesse. En tant que l’un des principaux ports du royaume, ce lieu était souvent la cible de pirates et d’autres dangers. En plus de ça, cet endroit est connu pour regrouper des individus avant tout attirés par l’argent. Qu’il s’agisse des simples citoyens ou des grands commerçants, tout ici est régi par le son des pièces. Il va donc falloir faire très attention pour ce groupe qui se retrouve en terrain hostile. De même, il est important de se méfier des zones d’ombre. On ne sait jamais quels adversaires peuvent s’y cacher. Une seule défaillance de leur part et ils pourraient bien se retrouver victimes des coupe-jarrets qui sévissent dans les bas-fonds de Fradol. Pourtant, ce voyage pourrait aussi être l’occasion rêvée pour la princesse de comprendre enfin ce qui assaille son cœur dès lors qu’elle se retrouve face au roi. Elle qui a toujours prôné l’honneur, la justice et la paix, un tout autre sentiment vient de s’éveiller en elle. Attention cependant à ce que cet amour naissant ne soit pas utilisé à des fins cruelles. Après tout, personne n’est réellement à l’abri dans ce jeu de duperies morbide.

Called Game nous fait aller de surprise en surprise, et cela, depuis le tout premier tome. Cette quatrième escapade ne déroge pas à cette règle et va même proposer de nombreux rebondissements concernant l’histoire, mais aussi les personnages. Un traitement toujours aussi méticuleux et qui permet de donner de nombreuses nuances à ce manga. On se retrouve ici à devoir assister à une confrontation tragique découlant tout droit des événements ayant eu lieu auparavant. Une manière de nous montrer à quel point cette lutte pour la suprématie peut causer bien du tort à l’ensemble de la population.

Une maîtrise totale de son sujet

Jusqu’à présent, Called Game s’était surtout concentré sur ce qu’il se passait au sein du château. Après tout, il s’agissait du principal champ de bataille qui existait entre les différentes prétendantes au titre de reine. De ce fait, tout ce que l’on avait pu voir auparavant était imaginé dans le but de nous introduire chaque personnage et surtout de montrer le véritable visage de certains. Le lecteur comprend alors que rien n’est jamais simple dans ces somptueux appartements où les sourires dissimulent de terribles poignards. Mettant un point d’honneur à soigner l’écriture des divers acteurs de cette pièce de théâtre dramatique, la mangaka a su enrichir l’histoire de chacun d’entre eux tout en gardant une part de mystère bienvenue. Là où ce quatrième volume se distingue des précédents, c’est qu’une grande partie de l’action se déroule en dehors des murs de cette zone qui nous paraît maintenant hostile. Même si l’on suit nos protagonistes dans une mission cruciale, on a presque un sentiment de liberté qui accompagne ces quelques instants loin de tous ces complots sordides. Pourtant, la réalité nous rattrape très vite afin d’étouffer cette sensation d’évasion et nous rappeler que l’on est toujours sous l’empire de cette mission dangereuse. On va alors de rebondissements en rebondissements tout au long de ce tome et qui nous font nous projeter vers le futur tant tout semble incertain maintenant. La visite de cette cité n’a rien d’anodine, car elle est le reflet de tout ce qui se passe concernant la gestion de ce pays et les problèmes qui y sont liés.

C’est donc intelligent d’avoir placé ce passage juste ici, car on est autant subjugué par ce que l’on découvre que terrifié en voyant à quel point chacun se bat pour ce qu’il désire. C’est là aussi que l’on va remarquer tout le talent de la mangaka en matière d’écritures. Il suffit de deux personnages secondaires pour prendre conscience à quel point cette lutte est destructrice. Les forts n’ont que faire du destin de la population qui souffre en silence. On assiste alors à une rencontre qui va parfaitement représenter cet état de fait, et même nous déchirer le cœur. A cause du principal événement ayant chamboulé notre vision de ce manga, c’est un nombre incalculable de vies qui ont été détruites. Cette simple recherche de la servante se transforme alors en une confrontation où la rage et la tristesse animent le bras d’un homme ayant tout perdu. Un résultat qui nous fait presque verser une larme tant on comprend la détresse de cet individu. Finalement, on ouvre les yeux sur le fait que cette souffrance, qui accable la plupart des personnages, ne sera jamais effacée tant que cette histoire ne sera pas réglée. Tout cet arc est donc là autant pour changer notre regard sur ce royaume que nous donner envie de voir nos amis réussir à atteindre leur objectif. C’est en observant tout ça que l’on admet alors que Called Game a parfaitement su nous immerger dans cette histoire.

Called Game n’est clairement pas une œuvre où il faut se fier aux apparences. Bien au contraire, tout ici est pensé pour créer un immense jeu de dupes qui se renforce avec le temps. Les trahisons, manigances, complots et autres coups de poignard dans le dos sont presque naturels maintenant. Un quotidien où la moindre faiblesse est utilisée par ces concurrentes pour se débarrasser des autres. Une parfaite représentation de cette paix factice qui dissimule en réalité un terrible combat. On est un peu plus emporté par ce chaos ambiant tandis que l’on comprend à quel point ce pays est en mauvaise posture.

Called Game dévoile sa main

Called Game - changement

Une lutte aux nombreuses conséquences.

Called Game ne s’arrête jamais d’approfondir l’expérience ressentie. On est totalement sous le charme de ce récit qui mélange parfaitement romance, écriture de personnages captivants et aussi manigances en tout genre. En proposant une histoire où tout est possible et où les héros ne sont jamais à l’abri de connaître un terrible destin, la mangaka accapare entièrement notre attention. Il n’y a pas une seule seconde où l’on ne se demande pas si nos amis vont réussir à s’en sortir. De plus, il y a constamment une touche d’émotions qui vient ponctuer cette aventure. Que cela soit à travers Alna, Arthur ou même les personnages secondaires que l’on rencontre, on a le ventre qui se noue en voyant à quel point ce conflit a des répercussions terribles. En nous mettant devant des situations tragiques qui auraient pu être évitées, le manga nous montre l’importance de tous ces choix et surtout les enjeux derrière cette prise de pouvoir. Cela nous motive encore plus à voir nos amis triompher et non devenir les marionnettes entre les mains d’une femme dont l’intelligence sert de noirs desseins. En plus, ce quatrième volume nous montre que tout ce qui s’est passé en amont a une influence considérable sur ce qu’il se passe dans l’ensemble du royaume. Tel un immense échiquier, cette lutte pour le pouvoir avance ses pions et la moindre perte de l’un d’entre eux peut être terrible. Des vies brisées qui finissent par nourrir ce cercle de haine qui semble interminable.

Voilà une série qui ne faiblit nullement et va même se permettre de consolider son noyau central en nous montrant de nouveaux aspects de cette guerre politique. Called Game a beau dégager une aura de douceur quand on s’attarde simplement sur ses couvertures, c’est bien tout le contraire une fois que l’on plonge dedans. Une aventure parfois morbide où tous les coups sont permis pour atteindre son but. On est donc au cœur d’une confrontation où l’honneur n’a nullement sa place dans un tel nid de vipères. Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de découvrir cette saga, on vous la recommande chaudement tant elle cache bien son jeu. Si vous aimez les récits à la fois psychologiques et politiques teintés d’un peu de romance alors vous aurez largement de quoi vous occuper avec Called Game. On est, en tout cas, captivé par la maîtrise de la mangaka concernant chaque petit détail de son travail où rien n’est laissé au hasard. Chaque nouvel acte est l’occasion de s’imprégner un peu plus de cette ambiance unique reflétant à merveille un quotidien où les nobles se déchirent entre eux pour plus de puissance. On a maintenant de nombreuses questions à venir au vu des multiples rebondissements que l’on a pu avoir. Quel va être le prochain mouvement d’Alna dans sa quête ? Comment va évoluer sa relation avec Arthur ? Quelles seront les prochaines manigances de ces prétendantes au titre d’épouse royale ? Il nous tarde de nous lancer dans la suite de ce conte !

N’hésitez pas à nous partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce quatrième volume de Called Game. Avez-vous toujours du plaisir à lire cette série ? Pensez-vous qu’il soit réellement possible pour nos amis de stopper l’influence néfaste de la noblesse et de la religion dans ce royaume ? Croyez-vous que les victimes vont encore se multiplier pour cette lutte autour du pouvoir ? Selon vous, qui ressortira vainqueur de ce conflit se déroulant en coulisses ? Quel est, à votre avis, le plus grand obstacle à surmonter pour notre héroïne ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet 🙂

© 2017 Izumi Kaneyoshi, Shogakukan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.