Adabana-Vol.-1-2

Adabana tome 1 : une affaire à résoudre

Ce que l’on aime par-dessus tout avec l’univers du manga, c’est quand on se plonge dans une série dont la découverte est totale. Cet ouvrage dont on ne s’est même pas renseigné sur le synopsis et que l’on a juste pris en librairie par simple curiosité. C’est souvent dans ces moments-là que l’on a le droit aux plus belles surprises qui nous donnent juste envie de se jeter sur la suite. Le titre dont on va parler aujourd’hui est dans ce cas de figure et nous provient tout droit du catalogue de Kana. Il s’agit du premier volume d’Adabana, paru il y a seulement quelques jours. On était attiré par cette couverture qui éveillait notre imagination et l’on a donc finalement décidé de prendre cette introduction qui nous a bluffés sur bien des points. Prenant la forme d’un thriller prometteur, cette série nous plonge au cœur d’une affaire sordide où l’on va tenter de comprendre ce qu’il s’est réellement passé. Avec une narration efficace et surtout une atmosphère qui nous prend aux tripes, on s’est rapidement laissé séduire. Un nouveau voyage qu’il est grand temps d’analyser. On espère que vous avez le cœur bien accroché pour l’affaire qui se présente à nous.

Une chute aux enfers

Adabana - lycéenneAdabana, dessiné par NON d’après l’idée originale de Dai Tezuka, nous emmène au cœur d’une petite ville japonaise. Cette dernière est le lieu parfait pour se reposer avec son cadre agréable et la neige qui la recouvre actuellement. Malheureusement, cette quiétude va être de courte durée le jour où un odieux meurtre a lieu. La police découvre le corps démembré d’une jeune lycéenne répondant au nom de Mako Igarashi. C’est suite à l’appel des parents de la victime qu’ils ont découvert que quelqu’un avait déposé la main de cette dernière sur le palier de leur maison. De fil en aiguille, ils ont pu remonter jusqu’à découvrir d’autres morceaux de l’étudiante. Alors qu’ils cherchent de nouveaux indices pour avoir une piste sur l’assassin, l’enquête va être totalement chamboulée. Mizuki Aikawa, une autre lycéenne étudiant dans le même établissement que Mako, débarque au poste de police. Ses propos vont faire l’effet d’une bombe quand elle avoue être la responsable de ce crime. Sans perdre une seule seconde, elle est mise aux arrêts et interrogée pour savoir si tout cela est vrai ou s’il s’agit d’un délire d’adolescent. Cependant, ses révélations s’avèrent justes et la présence de l’arme du crime sur elle renforce les suspicions à son égard. Tout semble trop facile, mais cela est suffisant pour les policiers qui voient là une occasion de rapidement mettre un terme à ce climat de terreur qui s’est installé dans la région. D’ailleurs, Mizuki ne semble à aucun moment contredire le fait qu’elle soit derrière tout ça.

Certains pensent qu’il s’agit de la culpabilité qui a trop pesé sur ses épaules. D’autres voient en elle une adolescente perturbée ayant commis l’irréparable par jalousie. Mais tous se trompent sur son sujet. Personne ne sait ce qu’il s’est réellement passé entre les deux lycéennes. C’est finalement quand son avocat commis d’office décide de lui rendre visite que les langues se délient petit à petit. Écoutant attentivement les faits qu’elle relate, le doute va progressivement s’installer dans son esprit. Quelque chose cloche, il le sent mais ne parvient pas à mettre le doigt sur ce qui ne va pas. Ce qui devait être une affaire simple et rapide va se transformer en un problème bien plus grave où les apparences sont trompeuses. Quels lourds secrets Mako et Mizuki partageaient-elles ? En enquêtant, le représentant de la suspecte risque fort de découvrir de terribles vérités pouvant totalement chambouler le résultat du futur procès. Il est grand temps de se plonger dans l’âme de cette demoiselle dont les ténèbres semblent bien opaques. De vieux stigmates risquent de se réveiller au vu de ce que l’être humain est capable de faire pour assouvir ses perversions. La méfiance se répand et il suffit d’un élément pour que toute cette enquête puisse prendre des proportions démesurées. Cette petite ville, qui était en apparence si paisible, pourrait bien cacher bon nombre de monstres se déguisant sous des traits humains. Voici le combat d’un avocat pour faire la lumière sur ce crime abominable, mais aussi lever le voile sur la noirceur de ce lieu. 

Le synopsis d’Adabana est largement suffisant pour comprendre ce qui nous attend au sein de ces quelques pages. Un périple pour découvrir la vérité et surtout sonder l’esprit d’une adolescente qui parvient aisément à se jouer de nous. En effet, le manga fait preuve d’une subtilité dans l’écriture qui va nourrir l’ambiance rapidement oppressante de celui-ci. On cherche à comprendre ce qu’il s’est passé et c’est ainsi que ces premiers pas se présentent comme un immense puzzle. Chaque pièce récoltée nous rapproche du but, mais en soulevant bien d’autres questions. Ce qui peut paraître simple au premier abord peut dissimuler une affaire bien plus complexe.

Démêler la vérité

Ce qui fait toute la force d’Adabana provient de cette faculté de la mangaka à jouer avec le lecteur. On se laisse rapidement emporter par ce thriller haletant qui ne perd pas de temps pour poser son décor. En fait, le spectateur ne reste pas simplement à regarder l’intrigue se dérouler devant ses yeux. Il se sent impliqué à travers toute cette enquête. Notre âme d’inspecteur se réveille et l’on cherche à démêler le vrai du faux tout au long de cette introduction. Cela est rendu possible grâce à l’excellent travail de l’auteure pour instaurer une atmosphère qui nous prend aux tripes en misant sur cette recherche de la vérité. Après tout, on nous amène dès le départ une coupable toute indiquée étant donné qu’elle fait des aveux. Mais plus le temps passe et plus on se met à douter de ce qui nous est dit. Comme si cette histoire était bien plus complexe qu’il n’y paraît. C’est cette remise en question qui va être le fil conducteur de notre épopée et nous pousser à faire attention au moindre détail. Il est remarquable d’avoir su poser un climat de méfiance aussi efficace d’entrée de jeu. On va ainsi parcourir les différents témoignages, indices et autres informations pour faire le tri dans ce qui semble juste et ce qui pose problème. D’ailleurs, le récit nous emmène aussi au contact d’autres personnes qui vont aussi remettre en perspective cette sordide affaire. On se questionne sur ce qu’il s’est passé, mais aussi ce qui aurait pu conduire à une telle folie. Un parti-pris redoutable, car il implique le lecteur qui va inconsciemment se mettre à réfléchir à de multiples scénarios possibles.

En faisant ça, le manga s’assure de notre attention et va même nous pousser à revenir par instant sur certaines planches pour bien discerner s’il n’y aurait pas une incohérence dans certains propos. Tout cela dans l’unique but de déceler le fil rouge qui nous emmènera au véritable meurtrier de cette pauvre demoiselle. Si tout ça constitue le principal atout de ce premier volume, il faut aussi reconnaître à la série sa capacité à traiter de sujets graves. On aborde ici des crimes importants, mais aussi des thèmes profondément ancrés dans la société japonaise et qui vont avoir un impact considérable sur ces étudiantes. Plus on creuse dans le passé de ces jeunes filles et plus on se rend compte des épreuves qu’elles ont dû vivre. Tout est très cru, mais on sent que c’est une volonté de la mangaka qui veut que l’on soit justement confronté à l’horreur de tels actes. Cela éveille en nous un profond sentiment d’injustice et va ainsi accentuer notre attention sur le parcours de cette demoiselle. Une oeuvre qui fait tout pour maintenir cette aura obscure autour de ce meurtre et dont le mal est ancré bien plus profondément qu’on pourrait le croire. En notre for intérieur se passe alors quelque chose de fort étant donné que l’on confronte notre logique avec ce que l’on peut éprouver pour ces personnages. On ignore si l’on est en train de danser dans la paume de cette lycéenne ou si l’on part dans une direction pouvant nous amener à d’autres révélations. Une maîtrise exceptionnelle de ce genre qui va poser les bases d’une intrigue qui se saisit de nous pour ne plus nous relâcher.

Adabana a clairement su poser des bases solides pour un thriller haletant. La plus grande force de ce premier acte vient de sa faculté à nous impliquer dans l’histoire. Il n’est pas question ici de rester simple spectateur. On veut démêler le vrai du faux afin de cerner ce qu’il s’est réellement passé cette nuit-là. Une œuvre qui réussit à immerger le lecteur dans cette enquête où les témoignages se recoupent, mais ne tiennent pas forcément des propos identiques. Il y a ce désir naissant qui apparaît de vouloir accompagner cette adolescente jusqu’au dénouement final de cette histoire. Savoir si tout ça fait partie d’un plan magnifiquement orchestré ou si la simplicité est parfois la meilleure des solutions.

Adabana débute son emprise

Adabana - rencontreComme on l’a dit en introduction, Adabana fut une totale découverte et on a ressenti un pur plaisir. On a été totalement plongé dans ce thriller qui, en plus d’être haletant, parvient à nous délivrer de sublimes planches. La mangaka nous montre autant son talent dans le dessin que dans la mise en scène. Il suffit de seulement quelques minutes pour être totalement emporté par ce qui nous est proposé. Face à cette jeune fille qui semble prête à accepter son sort, on ne peut s’empêcher de se dire que tout ça est bien plus complexe qu’il n’y paraît. Jouant habilement le côté investigation, ce premier volume a su poser les bases d’une enquête solide et qui invite le lecteur à y participer. De ce fait, on est face à une série qui ne se contente pas de nous raconter une histoire. Il s’agit d’une œuvre désireuse d’avoir une relation différente avec le spectateur qui se retrouve plongé au cœur de cette ville. On accompagne avec joie ces avocats dans la recherche de la vérité et chaque nouvelle pièce du puzzle nous rapproche du dessin final. On est à la fois angoissé d’en apprendre plus au vu des terribles secrets que l’on nous dévoile ici qu’impatient de connaître le fin mot de tout ça. Un juste milieu qui va permettre de créer une atmosphère d’une redoutable efficacité sans pour autant que cela n’impacte cette curiosité grandissante qui nous guide au fil des cases. En seulement quelques chapitres, nous voilà emportés dans une aventure dont on désire ardemment la suite. D’ailleurs, le format Big Kana convient parfaitement à ce genre d’intrigue afin de sublimer ces illustrations qui nous hypnotisent.

Vous l’aurez donc compris en lisant ces quelques lignes, mais on a été grandement séduit par Adabana. En sachant que cette fiction se conclut en trois volumes, il était important de voir si cette introduction parvenait à réaliser son but. Le pari est réussi étant donné que l’on adhère aisément à cette expérience littéraire. Attention cependant, le titre est destiné à un public averti au vu des thèmes traités et des situations exprimées dans ces pages. Voilà une aventure affichant un très grand potentiel et qui nous fait clairement comprendre qu’il n’a pas besoin de s’étendre en longueur pour nous captiver. Une saga qui peut se présenter comme une excellente idée de lecture pour les amateurs du genre et ceux cherchant un ouvrage éveillant leur sens de la déduction. On est épaté de voir tout ce qui peut être raconté en seulement un volume sans pour autant nuire au rythme du scénario. Il arrive même que l’on ne se rende pas compte des pages qui défilent à toute vitesse jusqu’au moment où l’on referme ce tome. Bien sûr, on ne peut conclure une chronique sans évoquer les interrogations qui nous hantent. C’est encore plus vrai avec ce style de récit. Est-ce que cette lycéenne est vraiment coupable de ce crime ? Que s’est-il réellement passé entre elle et sa camarade de classe ? Y aurait-il un mal bien plus enraciné que ce que l’on peut imaginer ? Tout ceci fait-il partie d’un plan conçu pour nous tromper ? Il nous tarde de découvrir le second acte de ce thriller haletant.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Adabana. Avez-vous été intrigué par le développement de cette histoire ? Est-ce que cela vous a donné envie de lever le voile sur le mystère derrière cet effroyable crime ? Trouvez-vous que cette introduction arrive à installer une ambiance qui fonctionne à merveille ? Ce titre est-il, à vos yeux, prometteur pour faire concurrence à d’autres œuvres du genre ? Ces quelques pages sont-elles parvenues à vous tenir en haleine et à éveiller l’enquêteur qui sommeille en vous ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2020 NON, Shueisha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.