Neon Genesis Evangelion-Vol.-1

Neon Genesis Evangelion tome 1 : un nom qui fait trembler

S’il y a bien un titre qui a fait beaucoup parler de lui ces derniers temps, c’est bel et bien Neon Genesis Evangelion et sa nouvelle édition. Cependant, on ne reviendra pas sur ce qu’il s’est passé, mais sur l’ouvrage en lui-même afin de voir si oui ou non cette version vaut le coup d’œil. En effet, après plusieurs reports, cette Perfect Edition a fait récemment ses débuts dans le catalogue de Glénat. On était très curieux pour notre part de voir ce qu’allait donner tout ce que ce premier volume nous promettait. Il faut savoir que l’on a surtout connu la licence à travers l’anime ainsi que les films qui ont été très importants pour nous concernant notre attrait pour la japanimation. C’est donc avec beaucoup d’attention que l’on s’est penché sur cette version papier qui offre une intrigue similaire, mais en apportant aussi quelques modifications intéressantes sur certains éléments. La qualité est au rendez-vous, mais il est important de s’arrêter quelques minutes sur ce qui fait vraiment toute la force de cette introduction. Il est donc temps de retourner combattre les anges en compagnie d’un jeune homme ignorant où se trouve sa place.

L’impact est là

Neon Genesis Evangelion Vol. 1Neon Genesis Evangelion, imaginé par Hideaki Anno et dessiné par Sadamoto Yoshiyuki, nous emmène sur Terre. La planète bleue a connu un drame sans précédent en l’an 2000. Un astéroïde gigantesque s’abat sur le pôle Sud. Une catastrophe sans précédent dans l’Histoire et qui va être nommée le “Second Impact”. Cet événement eut des effets néfastes sur l’ensemble de l’écosystème terrestre. Montée du niveau des eaux, perturbations climatiques, l’effondrement de l’économie et des guerres civiles ne sont qu’un simple échantillon de ce qu’a connu l’Humanité pendant cette sombre période. Plus de la moitié des êtres humains ont disparu suite à cette chute et les survivants durent se confronter à la réalité de ce monde. Quinze ans après que le malheur se soit insinué dans la vie de tous ces gens, des signes de renouveau ramènent l’espoir dans le cœur des habitants. Il semblerait qu’enfin le pire soit derrière eux et qu’ils puissent retrouver un quotidien paisible. Malheureusement, tout ceci n’était que les prémices d’un enfer encore plus grand qui n’allait pas tarder à faire son apparition. Cette crise fut représentée par l’arrivée des Anges. Des créatures gigantesques dont l’origine est inconnue et qui n’apportent que la destruction dans leur sillage. Personne ne sait ce qui se cache réellement derrière ces armes vivantes qui semblent être le symbole de la colère de Dieu à l’égard des hommes.

Est-ce la fin de l’Humanité qui ne peut lutter face à cette menace d’un nouveau genre ? Ce qui est sûr, c’est qu’elle ne compte pas se rendre sans combattre. C’est ainsi qu’est développé le dernier rempart de la Terre : Evangelion. Des armes humanoïdes qui peuvent rivaliser avec leurs opposants, mais qui ne peuvent être pilotées que par des personnes bien précises. En 2015, trois unités sont presque prêtes. Trois adolescents sont désignés pour devenir les pilotes de ces entités et combattre face à des adversaires mortels. Pour Shinji, l’un des trois concernés, tout cela semble irréaliste. Alors qu’il n’était absolument pas au courant de ce qui se tramait dans les coulisses de ce monde, le voilà impliqué dans une guerre qui le dépasse. Ne sachant absolument que faire, il entre dans son EVA avec la peur au ventre. Tous les espoirs de l’humanité reposent sur ses épaules et il ignore s’il sera à la hauteur d’un tel fardeau. Face à cette colère divine qui s’abat sur eux, survivre est un combat sans fin et éprouvant. Après tout, combattre face à un ennemi dont on ignore tout est déjà handicapant, mais cela l’est encore plus quand les doutes et l’angoisse assaillent le cœur du défenseur. Le voile se lève sur ce qui pourrait bien être le dernier acte de l’histoire humaine et si la population vit en grande partie dans l’insouciance, trois âmes se jettent à corps perdu pour les protéger. Des héros de l’ombre dont les noms ne seront sans doute jamais dévoilés aux yeux du grand public.

En tant que Perfect Edition, Neon Genesis Evangelion propose plusieurs éléments venant sublimer une aventure déjà très forte. Un récit qui nous prend rapidement à la gorge notamment par le travail qui est fait au niveau de l’écriture des personnages, mais aussi de la mise en scène. Si l’on est plongé dans un récit de science-fiction se voulant très instructif dans certaines parties de l’histoire, il y a aussi énormément de choses qui nous sont racontées par le simple aspect visuel. Dans un récit où le protagoniste a du mal à mettre des mots sur ce qu’il ressent, il n’est jamais aussi expressif que quand le silence prend le pas sur la parole.

Un ouvrage sublimant le contenu

Il est vrai que l’on peut se demander s’il est intéressant d’analyser l’histoire de Neon Genesis Evangelion au vu de la portée qu’a eu cette série dans le monde. Pourtant, on trouve qu’il est important de revenir sur ce récit notamment pour ceux qui pourraient justement découvrir la licence à travers le manga. Tout d’abord, il est important de noter que cette Perfect Edition porte bien son nom. Sous le format d’un double tome, on a le droit à un ouvrage de qualité qui accentue le plaisir de la lecture notamment par le choix du papier, le travail du vernis sélectif sur la couverture et qui contient aussi la présence de pages couleurs et d’un ex-libris. Des petits ajouts non-négligeables qui renforcent l’immersion dans cette saga et font que l’on a un produit final qui soit clairement à la hauteur de nos attentes. Si tout ça est déjà excellent, qu’en est-il de l’histoire en elle-même ? Comme dit un peu plus haut, il faut savoir qu’Evangelion est à l’origine un anime et que cette version papier est une adaptation de cette œuvre. Cela signifie aussi que l’on peut noter quelques changements spécifiques concernant l’intrigue, mais aussi par rapport à l’écriture de certains personnages. Si ces modifications sont présentes, cela n’impacte pas tant que ça le fond de l’intrigue qui est toujours aussi brillante dans ce qu’elle raconte. En parcourant ces pages, on se rend compte que l’on peut facilement se transposer en Shinji concernant certains points.

On partage son ignorance concernant ces attaques incessantes de la part des Anges et l’on cherche à comprendre tout ce qui se passe autour de ces armes qui sont le dernier rempart de l’humanité. Mais au-delà de cette présentation du combat pour la sauvegarde du monde, ce premier volume va surtout être l’occasion de se focaliser sur ce jeune garçon et ce qu’il ressent. On est face à un adolescent qui a été abandonné par son père et qui est finalement rappelé par ce dernier pour le faire participer à un conflit dont il ne connaissait même pas l’existence. Ce premier acte nous dépeint un protagoniste totalement désorienté et qui ne sait pas du tout qu’elle est sa place dans ce monde. Poussé à bout pour participer à cette bataille, on le prive d’un avenir pour lui en imposer un autre. On comprend sa détresse, mais aussi ses interrogations sur son entourage et sur lui-même. Un excellent travail porté sur ce dernier et qui va se combiner au talent du dessinateur pour tout ce qui concerne la mise en scène. Rien qu’en contemplant certaines cases, on pouvait revoir des passages de l’anime et l’on sentait autant l’intensité de ces scènes que l’imposante stature des EVA et Anges. Un titre qui arrive autant à jouer la carte du récit de science-fiction poussée avec pas mal d’informations à assimiler et le récit visuel où beaucoup de messages sont amenés par le dessin. Cela donne un juste équilibre entre l’approfondissement du lore et des mécaniques propres à Evangelion et le côté spectaculaire de ce conflit qui dépasse l’entendement.

Ce contact avec le premier tome de cette Perfect Edition de Neon Genesis Evangelion est largement convaincant. Le travail abattu est plus que réussi et on se laisse facilement emporter par ce combat pour la survie de l’espèce humaine. Brillant par ses dessins et son écriture, cette série est aussi une expérience frappante autant sur les réflexions qu’elle amène que sur des aspects bien plus psychologiques et philosophiques. Un retour convaincant et qui nous laisse replonger avec délice dans ce scénario qui affiche bien des niveaux de lecture et toujours plus de détails à analyser.

Neon Genesis Evangelion défend vaillamment

Cette Perfect Edition est donc un remarquable ouvrage autant concernant le papier que sur tout ce qui fut apporté dans cette version. Un travail à la hauteur de cette série qui nous en met plein la vue et qui rend cette épopée encore plus agréable à découvrir. En dehors de ça, le récit est toujours aussi puissant dans ce qu’il raconte et surtout le travail de mise en scène qui est fait pour sublimer chaque plan de cette lutte ainsi que les doutes qui assaillent les personnages. Le fait en plus de renouer avec cette histoire à travers ce format papier permet aussi de noter des détails très intéressants concernant certains aspects de l’œuvre. On conserve toute la teneur dramatique de ce scénario au contact de Shinji et de ce destin qu’on lui ordonne quasiment d’accepter sans qu’il n’ait son mot à dire. Ainsi, on est rapidement embarqué dans l’intensité de ce conflit qui ne laisse aucunement le temps aux enfants de grandir et de profiter d’une véritable existence. Ils ne sont plus que des outils pour la sauvegarde du monde et l’on sent notre coeur se serrer en assistant à tout ça. C’est donc une introduction plus que réussie que l’on a au travers de cet ouvrage qui permet à cette saga importante de la culture pop de revenir sur le devant de la scène. En se lançant dans cette lecture, on comprend que le titre d’Hideaki Anno a toujours des choses à nous raconter même après tant d’années à avoir vu l’anime. Une expérience littéraire qualitative et qui n’a rien perdu de sa superbe.

Comme on l’a dit en introduction, cette perfect edition est pour nous une porte d’entrée vers l’univers de Neon Genesis Evangelion au format papier. Avec pour seule connaissance nos souvenirs de l’anime et des films, cette nouvelle escapade nous a fait rapidement renouer avec les prémices de cette épopée sans pour autant chercher à être totalement fidèle. Une adaptation qui a parfaitement capté ce qui faisait l’aspect iconique de la série et qui parvient aussi à exprimer beaucoup de choses à travers ces dessins. Le récit de Shinji et de sa lutte contre les Anges ne fait que débuter et pourtant on ressent déjà tellement d’émotions à travers ces quelques pages. Un ouvrage où l’on n’a pas vu le temps passé tant on était embarqué dans les enjeux de cette lutte et du ressenti du principal intéressé à l’égard de ce monde qui le voit principalement comme un outil. On pense que cette édition peut autant plaire à ceux qui connaissent la licence qu’à ceux désirant ouvrir les portes de ce titre très symbolique. A présent, on ne peut quitter cette lecture sans évoquer plusieurs questions qui nous viennent en tête. Comment va être retranscrit la suite de ce récit ? Va-t-on retrouver toute l’intensité et surtout la profondeur des thèmes de la série ? Que va donner le développement des personnages sur le reste des tomes ? Est-ce que l’on va conserver ce juste équilibre entre informations importantes et exposition efficace des nombreux messages de la saga ? On a en tout cas très hâte de continuer cette aventure qui nous donne aussi envie de refaire un visionnage complet de l’anime.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de la Perfect Edition de Neon Genesis Evangelion. Trouvez-vous que celle-ci est réussie avec tous ces ajouts ? Appréciez-vous la qualité de l’ouvrage ainsi que son contenu ? Avez-vous été happé par le combat qui se dessine devant nous et qui décidera du sort de l’Humanité ? Etes-vous intéressé par cette version si vous avez déjà lu la première édition ? Trouvez-vous que la série en manga s’écarte grandement de ce qu’il y a pu y avoir dans l’anime ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 1994 Sadamoto Yoshiyuki / Anno Hideaki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.