Le-rideau-se-baisse- Kengan Ashura

Le rideau se baisse : Kengan Ashura

Après vous avoir déjà proposé mon avis sur la conclusion d’une série, je me suis dit qu’il serait dommage de s’arrêter en si bon chemin. Il faut dire que chaque mois nous réserve son lot de derniers actes dans le monde du manga. En effet, s’il y a beaucoup de sagas qui font leurs débuts, il y a aussi des licences qui tirent leur révérence. Il est alors tout aussi important de se pencher sur l’arrivée d’une œuvre que d’analyser la manière dont elle se termine. Pour cette fois, on se tourne du côté de chez Meian avec une épopée qui s’est finie il n’y a pas si longtemps. Il s’agit de Kengan Ashura qui, après 27 tomes, a mis un terme à ce tournoi spectaculaire. J’ai déjà pu évoquer à de nombreuses reprises tout ce qui était raconté à travers les multiples combats qui ponctuent ce récit. Mais aujourd’hui, on va surtout se concentrer sur les derniers instants de cette aventure survitaminée et brutale. Après tout, on peut dire que celle-ci a su grandement nous surprendre à travers ces quelques pages qui ont transformé un guerrier en une légende. J’espère que vous êtes prêts, car on est reparti pour un dernier round.

Le rêve à portée de main

Kengan Ashura - couverturePour rappel, Kengan Ashura, scénarisé par Sandrovich Yabako et dessiné par Daromeon, nous amène au cœur d’une compétition clandestine où les plus grandes entreprises s’affrontent à travers leur champion. Une occasion en or pour les combattants de prouver leur valeur et surtout de se mesurer à des adversaires redoutables. Ainsi, la série n’a eu de cesse de nous montrer l’évolution de ce tournoi pour désigner qui serait le meilleur. Parmi eux, Ohma a su déjouer tous les pronostics en montrant sa force de caractère, mais aussi tout son savoir-faire face à des ennemis tous plus redoutables les uns que les autres. Malheureusement, il ne peut y avoir qu’un seul gagnant et chaque duel amène autant la lumière sur le vainqueur que l’obscurité au perdant. Malgré tout, ceux qui ont combattu vaillamment au sein de cette arène ne disparaissent jamais totalement. Leur nom résonne encore entre ces murs et leur détermination est transmise à celui qui continue sa route. Même les pires blessures et stigmates ne suffisent pas à empêcher ces guerriers des temps modernes de retourner dans la mêlée. Cette vie est telle une drogue pour eux. L’effervescence du public et pouvoir confronter son art à celui d’un autre n’a pas de prix. Si tout le monde a les yeux fixés sur ce spectacle brutal et les résultats, le tournoi a tout de même subi quelques mésaventures en coulisses. Il faut dire que nombreux sont ceux dans cette association à vouloir prendre la place du chef actuel.

Si le gagnant de la compétition est celui qui prendra les rênes de toute cette affaire, certains furent bien décidés à mettre toutes leurs chances de leur côté. Mais cela n’est qu’un jour banal pour ceux qui ont suivi la voie des combats Kengan. Mieux vaut alors être du côté du vieux renard roublard que de celui qui se laisse trop avoir par son empressement. A présent, toute l’attention se porte sur les deux hommes qui sont parvenus à atteindre la finale. Des participants surprenants qui ont su déjouer tous les pièges pour arriver jusqu’ici. Le silence d’avant-match laisse maintenant place à une excitation folle dans les gradins. Les combattants prennent position et avant même que l’arbitre ne sonne le coup d’envoi de cette rencontre, les deux guerriers se jaugent. Ils ignorent alors totalement que ce dernier duel va symboliser la fin de beaucoup de choses, mais aussi l’avènement d’une nouvelle ère pour l’association. Tout le monde a beau savoir ce qui est en jeu actuellement, cela n’a finalement que peu d’importance quand la cloche sonne. Ce qui est vraiment important, c’est ce que ces individus vont raconter et transmettre à travers chacun de leurs coups. Plus rien ne compte mise à part l’expression de ces artistes qui se lancent dans ce qui pourrait être leur dernière prestation. Après avoir surmonté tant d’épreuves, ils sont bien décidés à tout donner quitte à faire l’ultime sacrifice. Le rideau se baisse sur une conclusion qui se forge dans la sueur, le sang et les larmes.

On l’avait longtemps attendu cette grande finale de Kengan Ashura. Le lecteur a suivi ce tournoi avec énormément d’attention et en voyant de nombreux rêves se briser. Seuls deux élus ont pu se hisser au sommet, mais on n’oubliera jamais ces duellistes qui ont tout donné pour montrer leur force, mais aussi leur détermination. A travers ce dernier combat, la série nous montre sa volonté de ne pas suivre un chemin classique et de nous offrir un mythe surclassant le principe de victoire. C’est en se jetant à corps perdu dans la mêlée que les véritables aspirations de certains vont se révéler.

Un final faisant couler beaucoup de larmes

Jusqu’à présent, Kengan Ashura s’est surtout présenté comme une succession d’affrontements dantesques. On a déjà pu, par le passé, parler du fait que c’est à travers toutes ces confrontations que l’auteur parvenait à donner corps à son récit et surtout une richesse insoupçonnée. C’est en se lançant à corps perdu dans ce duel que les participants parvenaient à raconter leur propre histoire et à en écrire le futur en écrasant celui des autres. Ainsi, on a déjà eu le droit à des moments mémorables qui n’ont absolument rien à envier au reste de cette compétition. Cependant, il y a un élément important qui est à prendre en considération à présent. Il s’agit de la manière dont le mangaka va clore ce chapitre de son récit étant donné que l’on sait qu’une suite a déjà vu le jour. Si l’on reste dans une approche avant tout martiale, on sent que l’atmosphère est totalement différente. Il ne s’agit pas uniquement de savoir qui sera le gagnant et qui deviendra le perdant. La finale se tient devant nous et l’on ressent pleinement toute l’électricité qu’il y a dans l’air en voyant les deux combattants ayant atteint ce niveau. Bien évidemment, on ne spoilera pas le nom des guerriers qui vont mettre un terme à ce tournoi. Il est cependant intéressant de voir à quel point toute la construction en amont a servi à rendre ce moment encore plus fort. En effet, cette compétition n’a pas été uniquement l’occasion d’assister à de l’action spectaculaire et à la démonstration de force de tous ces personnages. 

Elle a surtout servi à ce que l’on s’attache à eux et que l’on ait une profonde envie de voir ce que pourrait donner une telle affiche. Alors que l’excitation gagne la foule, le spectateur reste sans voix en voyant ces deux géants faire étalage de leurs compétences. On est tiraillé concernant le résultat à venir, car on apprécie ces deux guerriers pour tout ce qu’ils ont pu montrer jusqu’ici. Il ne s’agit pas ici d’une confrontation entre le bien et le mal. Nous avons devant nous juste deux combattants aguerris bien décidés à montrer quel style est meilleur que l’autre. On oublie totalement toutes les autres considérations ou intrigues pour se concentrer uniquement sur cette dernière prestation. Si ce duel impressionnant fonctionne aussi bien, c’est parce que l’on est totalement immergé dans ce qui se passe. On n’a plus le sentiment d’être un lecteur, mais un spectateur au milieu de cette foule. En plus de ça, ce qui est le plus marquant dans ce dernier acte, ce n’est pas la conclusion de cet affrontement. C’est ce qui arrive ensuite qui vient nous mettre un coup derrière la nuque. Cela fait un moment que la série tente de nous préparer à ça, mais on restait imperméable à tous ces indices. On ne voulait pas y croire et cela ne peut que renforcer l’impact de cette scène qui est à la fois belle dans sa symbolique que déchirante pour le lecteur. L’auteur nous montre un duelliste qui est allé au bout de ses convictions et qui a finalement compris ce qui était le plus important à ses yeux. Il tire alors sa révérence de la plus forte des manières pour le guerrier qu’il est. Un final qui nous frappe en plein cœur et montre que cette série est allée bien plus loin qu’un simple enchaînement d’action. On a devant nous une remarquable épopée où la notion d’être humain ressort pleinement de chaque champion. Une légende est née, mais en prenant une direction que l’on n’imaginait pas.

Il est vrai que l’on peut être surpris par la tournure que prend Kengan Ashura dans cette dernière partie. Pourtant, je trouve que cela est autant un choix audacieux qu’une manière très émouvante de conclure cette histoire. Si l’on est attristé de ce qu’il se passe, on voit aussi que tout ça fut l’occasion parfaite pour Ohma de trouver ce qu’il cherche et surtout de faire la paix avec lui-même. Un tournoi où chacun a lutté pour ses propres ambitions et qui a finalement révélé un homme qui continuera à jamais de vivre dans le cœur de tous ceux qui ont croisé sa route. Un final où la brutalité laisse place à une grande tendresse.

Kengan Ashura a fait son entrée dans la légende

Kengan Ashura Vol. 27Il est vrai que quand on s’est lancé dans Kengan Ashura, on s’est rapidement demandé comment cela pourrait finir. Après tout, on était devant une série qui vivait pour et par le combat. On se doutait que cela se terminerait dans une confrontation spectaculaire à la hauteur de tout ce que l’on a pu voir pendant tout notre cheminement. Cependant, on ne s’attendait pas du tout à ce que cette conclusion soit aussi chargée en émotions. Une remarquable preuve qu’un manga totalement dédié à l’action et dont la narration s’axe autour de duels peut totalement nous faire vibrer. Après tout, on a été aux premières loges pour voir tous les efforts, mais aussi les sacrifices faits par ces gens qui ont dédié leur existence aux arts martiaux. En plus de nous proposer un final surprenant à plus d’un titre, le mangaka voulait que l’on ressente tout cet attachement que l’on a enfoui en nous sans nous en rendre compte. Tout comme Kazuo, le lecteur lambda que l’on est s’est retrouvé mêlé à un monde qui lui était totalement inconnu. Un environnement où l’on n’a pas le sentiment d’être à notre place et où pourtant se nouent de remarquables amitiés et où le respect entre ces guerriers est présent constamment. C’est exact que le manga se veut dans l’excès à de nombreuses reprises par rapport aux combats proposés. Cependant, cela a contribué à créer cette identité propre à la licence et à exacerber ce que l’on a pu éprouver au contact de ces monstres du combat. 

Il ressort de ce final un sentiment d’avoir côtoyé des légendes. Des êtres qui, même s’ils n’ont pas atteint le sommet, ont su trouver leur place dans le cœur du lecteur. Et parmi eux se trouve un individu qui a su nous faire trembler et nous émouvoir comme jamais on n’aurait pu l’imaginer au lancement de cette aventure. Tout ça fonctionne à merveille et fait de Kengan Ashura une saga remarquable autant sur sa manière de narrer son histoire que dans le rapport qui se construit entre nous et ces participants. On a même la sensation d’avoir vécu quelque chose d’exceptionnel en ayant accompagné Ohma depuis ses débuts dans la rue jusqu’à ce tournoi qui est entré dans les annales. Rien qu’en écrivant ces quelques lignes, j’ai encore le souvenir de ces quelques cases qui viennent prouver que cette série est bien plus qu’un regroupement d’individus qui aiment s’en mettre plein la tronche. Il y a une forme d’admiration et surtout un profond respect qui ressortent de cette expérience littéraire à l’égard de ceux qui n’ont pas hésité une seconde à encaisser les pires coups pour simplement nous offrir un spectacle exceptionnel. Finalement, cette histoire sera parvenue à faire ce qu’elle souhaitait depuis le départ. Écrire le parcours d’une légende dont le nom résonnera à jamais à travers les fans de combats Kengan. J’espère que cette chronique vous aura plu et surtout qu’elle vous aura permis de découvrir cette conclusion d’un autre œil. 

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant l’ensemble de la série Kengan Ashura et sa conclusion. Trouvez-vous que l’on a le droit à une fin à la fois surprenante et forte par rapport à tout ce que l’on a vécu ? Avez- vous apprécié tous les combats qui ont résonné au sein de cette arène ? Ohma est-il devenu, à vos yeux, une légende en gravissant les échelons de cette éprouvante compétition ? Etes-vous curieux de ce que pourrait donner la seconde partie du manga et les nouveaux guerriers qui feraient leur apparition ? Le mangaka est-il parvenu, selon vous, à apporter une histoire haletante à travers ces duels ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2012 Sandrovich Yabako / Daromeon, Shogakukan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.