Hanebado

Hanebado : plus que du simple badminton

Vous savez à quel point on aime les mangas ou animes sportifs. On a toujours eu l’habitude d’avoir le droit à plusieurs de ces séries à chaque saison. L’été étant propice à ce genre de compétitions, il était inévitable que l’on parle de cela avec notamment un titre du catalogue de Crunchyroll. On se souvient encore de l’impatience et de la joie que l’on avait éprouvé en apprenant son arrivée et en contemplant le trailer. Il s’agit d’Hanebado qui nous plonge, pour la première fois, dans le monde du badminton ! Tiré du manga du même nom imaginé par Hamada Kosuke, cet anime était bien parti pour nous surprendre. Après plusieurs épisodes, quel est notre ressenti ? Celui-ci est tout simplement très positif, car l’on fait face à une aventure prometteuse et qui affiche de multiples points forts. Soyez donc prêts à entrer sur le terrain pour assister à des matchs endiablés.

Un sport aimé et détesté

Hanebado-Aragaki

Une compétitrice prête à tout pour gagner !

Hanebado, réalisé par le studio LIDEN FILMS, nous propulse au sein du lycée Kitakomachi. On peut y observer la routine du club de badminton qui est loin d’être une sinécure. En effet, la capitaine de l’équipe, Nagisa Aragaki, fait subir un entraînement infernal à ses camarades. Peu importe leur plainte et leur douleur, rien ne fait changer cette joueuse qui veut absolument gagner. Il faut dire déjà que sa team ne compte que peu de membres et ceux qui restent ne sont pas loin d’abandonner. C’est alors qu’un beau jour, l’enseignante en charge de ce groupe décide de faire appel à une personne extérieure. Cette dernière n’est autre qu’un homme se prénommant Kentarô Tachibana et qui va être chargé de coacher ces joueurs. Ayant déjà fait ses preuves en tant que compétiteur, cet entraîneur semble tout indiqué pour donner un second souffle à ce club. Pourtant, il aura fort à faire pour espérer maintenir la cohésion entre ces équipiers. De plus, il faudra canaliser la rage qui ronge Aragaki. Cependant, le plus gros problème vient de son effectif réduit qui empêche l’équipe de pouvoir participer à des compétitions.

Cherchant désespérément une solution, Kentarô va alors être témoin d’une scène qui va éveiller sa curiosité. Passant devant les terrains de tennis, il va assister à un arrêt et un contre splendide d’une des joueuses. Face à une telle agilité et un si grand talent, le coach ne se fait pas prier et se précipite à sa rencontre. Le nom de cette demoiselle est Ayano Hanesaki. Il tente de la convaincre de rejoindre sa team, mais sa réponse va être pour le moins étonnante. Cette lycéenne déclare qu’elle déteste le badminton et qu’elle ne compte pas remettre les pieds dans cet univers. Malgré ce refus, le nouveau guide de l’équipe désire vraiment la recruter. C’est à ce moment qu’Aragaki arrive et qu’elle croise le regard de cette étudiante. Sa surprise et son attitude sur le moment montrent un passif entre ces deux jeunes femmes. Qu’est-ce qui lie ces deux sportives ? Le coach parviendra-t-il à persuader Ayano de rejoindre les siens ? Ainsi débute ce récit où l’amour et la haine de ce sport vont s’affronter !

Dès le premier épisode d’Hanebado, on se rend compte d’une chose flagrante. Les personnages sont au coeur même du récit. Les membres de ce groupe apportent une véritable profondeur à cette histoire qui ne se cantonne pas à de simples matchs.

Une aventure humaine

Au cours de notre visionnage des quatre premiers épisodes, on a pu déceler deux gros points forts à Hanebado. Tout d’abord, il y a le soin apporté à l’écriture de chaque protagoniste. Dès le départ, on se rend compte qu’il ne s’agit pas d’une simple intrigue sportive. Si le but de l’équipe est de sortir victorieuse de ses rencontres, ce prologue se concentre avant tout sur la psychologie des membres. On fait alors face à un récit plutôt sombre et froid où la passion de ce sport laisse place à une certaine rancœur. Que ce soit pour Aragaki ou surtout Ayano, on sent et on découvre un profond traumatisme qui les consume peu à peu. Le spectateur éprouve alors une certaine tension et noirceur qui recouvre cette aventure. Cela donne énormément d’impact et d’importance à ses acteurs. L’adversaire à abattre ne se trouve pas tant derrière le filet qu’en eux-mêmes. L’histoire prend donc son temps pour permettre à ces lycéennes de pouvoir trouver la raison qui les pousse à faire du badminton. Il y a ainsi toute une réflexion pertinente sur l’abandon, la perte de confiance en soi et la douleur que peut engendrer une simple défaite.

Rare sont les titres sportifs à s’attarder autant sur l’individu plutôt que le sport en question. Cela ajoute un plus grand rapprochement et une certaine empathie envers cette équipe qui a beaucoup souffert. Outre cela, l’autre atout de cette série vient de son animation qui est tout bonnement fantastique. La qualité n’est pas tant dans le dessin, qui est quand même de très bonne facture, que dans les mouvements de ces athlètes. Il suffit de voir les quelques échanges qui se déroulent devant nos yeux pour comprendre cela. Chaque coup, chaque smash, chaque renvoi donnent à ces confrontations une toute autre ampleur. On ressent chaque mouvement comme si on était sur le bord du terrain. Un excellent travail qui arrive à insuffler la puissance et les compétences de chaque sportive tout en leur donnant un style unique. Des chorégraphies somptueuses qui captivent notre regard sans que l’on puisse s’en détourner. Réussir à travailler autant le background de ces héroïnes tout en conservant le fun propre à chaque affrontement permet à Hanebado d’offrir un début mémorable.

Au final, Hanebado parvient à combiner tout ce qui fait le charme de ce genre d’œuvre. Cependant, elle y apporte aussi sa propre touche personnelle. Un premier aperçu qui nous en met plein les yeux et qui nous laisse présager de grandes choses pour la suite.

Hanebado-impact

On sent tout l’impact de cet échange.

Hanebado remporte son premier match

Nous n’en sommes encore qu’au quatrième épisode et déjà Hanebado est un gros coup de coeur. Parvenir à allier psychologie humaine et matchs épiques est une très belle prouesse. Cela donne encore plus de cachet à ce voyage. On se laisse embarquer dans cette histoire où les émotions de chacun se retrouve et s’exprime à travers le volant qui s’élance d’un côté à l’autre du filet. De plus, l’animation est là pour embellir encore plus cette aventure qui s’annonce fantastique et inoubliable. Un excellent travail de la part du studio qui a su donner vie à des échanges mouvementés, complexes et surtout puissants. On suit avec soin le parcours de ces jeunes joueuses qui tentent d’avancer malgré les difficultés. Notre esprit se questionne alors pour savoir si leur conflit interne prendra le pas sur leurs chances de victoire. Plus qu’un simple anime de sport, Hanebado est parti pour devenir un grand hit de cette année qui mise aussi sur une forte expérience émotionnelle.

Vous l’aurez deviné en lisant ces lignes, on vous recommande totalement cet anime qui saura vous faire vibrer. Que vous cherchiez une série sportive de qualité ou une épopée humaine, alors Hanebado est ce qu’il vous faut. De plus, le dernier épisode en date nous laisse sur une révélation et un suspense insoutenable concernant Ayano et son adversaire. On se retrouve totalement sous le choc face aux nombreuses questions qui viennent assaillir notre esprit. Cette nouvelle recrue parviendra-t-elle à retrouver la passion qui l’animait auparavant ? Ses capacités sont-elles suffisantes pour venir à bout de ses ennemis ? Quels secrets se cachent encore dans son passé ? Ce qui est sûr, c’est que l’on suivra avec grand intérêt ce titre prometteur et qui pourrait très bien devenir une référence en matière d’anime sportif ! Un très bon départ qui pose les bases d’un futur encore plus spectaculaire.

Et vous, avez-vous été convaincu par les premiers épisodes d’Hanebado ? Qu’attendez-vous pour la suite de cet anime ? Les commentaires sont là pour partager votre ressenti ! 🙂

© Hamada Kosuke / LIDEN FILMS / Crunchyroll

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *