Kingdom T7 & 8

Kingdom tome 7 et 8 : deux leçons essentielles

C’est devenu l’une de nos habitudes depuis quelques mois. On est reparti pour vous parler de Kingdom, édité chez Meian, à travers le tome 7 et 8. Vous l’avez compris suite à nos derniers articles, ce seinen est une véritable pépite. Que ce soit dans la construction de son univers, son action épique et ses personnages soignés, la saga n’a eu de cesse de nous émerveiller. Un début qui fut fabuleux et qui nous pousse constamment à vouloir connaître la suite. Maintenant que l’on a pu découvrir ces deux nouvelles excursions, il est temps de vous dire si notre ressenti est toujours le même. Comme à chaque fois, la lecture de Kingdom nous enchante tout en évoquant des sujets différents. C’est exactement le cas dans ces volumes que l’on va analyser aujourd’hui. Shin et Ei Sei nous invitent, une fois de plus, à admirer leurs exploits. On retourne en plein coeur de la mêlée pour contempler ces guerriers devenir des légendes !

La fin de la guerre contre Wei

Kingdom-généraux

La rencontre des deux généraux.

Kingdom, qui fut imaginé par Hara Yasuhisa, nous avait abandonnés en plein milieu de la mêlée. Après s’être enrôlé, Shin avait rejoint la quatrième armée. Cela lui avait permis de retrouver certaines vieilles connaissances de son village. Si tout semblait aller pour le mieux, le cours de la guerre changea brutalement. En à peine quelques jours, l’adolescent et ses nouveaux compagnons devaient faire face à une force bien plus nombreuse qu’eux. Malgré le peu de chance qu’ils avaient de survivre, ils se jetèrent sur l’ennemi avec toute la fougue qu’ils avaient. Plus que de vaincre les troupes adverses, il était surtout question de survie. Les ordres étaient de s’emparer d’une colline où se terrait l’un des commandants du Wei. Alors qu’ils avançaient difficilement vers leur objectif, les fameux chars, qui faisaient la renommée du voisin de Qin, firent leur entrée. La faucheuse avait beau s’amuser sur ces terres gorgées de sang, ils parvinrent à tenir bon et à débuter leur ascension de la colline. C’est notamment grâce à l’assaut mené par Baku Koshin qu’ils réussirent à atteindre le sommet.

S’ensuivit alors un violent duel entre les deux officiers et ce fut finalement l’homme de Qin qui réussit à plier son opposant. Cependant, cette petite victoire ne signifiait nullement la fin des hostilités. Il fallait à présent défendre ce lieu coûte que coûte. Déjà mal en points, le courage qui les animait était sur le point de s’évaporer en voyant l’immense armée qui se dirigeait vers eux. Comme si cela ne suffisait pas, il fallait que celui qui les conduise au combat soit le général Go Kei. Alors qu’il semblait n’y avoir plus le moindre espoir, un corps de cavalier surgit afin de mener une attaque frontale en direction du commandant de Wei. Ce groupe, composé de 5 000 guerriers, était dirigé par Duke Hyou. Il s’apprêtait à rentrer de plein fouet dans les rangs adverses. Le temps n’est plus venu pour la piétaille de guerroyer. C’est au tour du chef d’orchestre de chaque camp de prendre les choses en main. Un face-à-face explosif dont seul un homme pourra en sortir vivant. Shin est aux premières loges pour assister à cette scène qui le changera à jamais. Les généraux entrent dans cette danse macabre et s’apprêtent à écrire l’Histoire.

Kingdom nous avait démontré, lors du premier acte de ce conflit, le point de vue de cette bataille du côté des soldats et des officiers. Après avoir assisté à la charge héroïque de Qin, on va découvrir l’importance que revêt le chef d’une armée. Une figure d’autorité qui est bien plus qu’un homme donnant des ordres et se cachant derrière ces troupes.

Le rôle d’un général

On peut le reconnaître, Shin a été particulièrement actif depuis le début de la série. Il a souvent été en premier plan. Cette approche nous a ainsi permis de comprendre la force et le talent de ce jeune garçon prêt à tout pour ses rêves. D’ailleurs, la bataille contre les forces de Wei fut une bonne occasion pour lui d’accomplir divers exploits. Cependant, le tome 7 le met plus en retrait. Mise à part un moment de courage, notre guerrier va laisser sa place d’acteur pour devenir un simple observateur. Ce qu’il va voir va grandement changer sa vision concernant le devoir d’un chef. C’est ainsi que Go Kei et Duke Hyou deviennent les stars de ce moment. Tout d’abord, on ressent et on peut contempler la spécialité de chacun. Le général Wei mise avant tout sur sa ruse et son sens de la stratégie pour renverser ses ennemis. À l’opposé se trouve le commandant de Qin qui laisse son instinct s’exprimer. Ce sont donc deux écoles bien différentes qui s’opposent et qui donnent un face-à-face incroyable et saisissant.

Pourtant, le point le plus intéressant ne vient pas de leurs méthodes divergentes. Cette confrontation entre les deux hommes va surtout être une splendide leçon pour Shin concernant son désir de devenir le plus grand général. Être un meneur, ce n’est pas juste envoyer ses troupes à l’abattoir. En réalité, il existe une multitude de généraux ayant tous une approche particulière du champ de bataille. Malgré tout, il y a un point qui unit tous ces officiers. Il s’agit de leur faculté à galvaniser leurs troupes et à changer l’issue d’une rencontre. Leur objectif est de décrocher la victoire et cela implique forcément des sacrifices. Il faut donc savoir accepter cela et faire en sorte que chaque individu tombé pendant les combats ne soit pas mort en vain. Au final, derrière chaque opposition se trouvent deux généraux qui luttent bec et ongles pour arracher la tête de leur adversaire. À travers Duke Hyou et Go Kei, Shin va ouvrir les yeux. L’individu qu’il rêve d’être n’est pas simplement un héros. C’est avant tout un homme à qui on a confié le sort de milliers de vies et qui n’a d’autre choix que de les utiliser pour que son camp gagne. Ce choc va lui permettre de prendre son envol et il est le seul, à présent, à pouvoir choisir quel type de chef il deviendra plus tard.

Si cette expérience est une nouvelle leçon pour Shin, on n’oublie pas non plus le souverain du royaume. Kingdom va aussi prendre son temps pour nous conter le récit de ce garçon qui a vécu de terribles épreuves. Un retour en arrière émouvant et qui apporte encore plus d’intérêt à ce protagoniste sur lequel repose le destin de tout un peuple.

Ei Sei se dévoile

Kingdom-Shika

Une demoiselle qui marque les esprits.

Si le développement de notre jeune soldat prometteur est au coeur du volume 7, la suite se concentre bien plus sur le nouveau roi. Même si on l’a souvent côtoyé par le passé, Ei Sei reste quelqu’un de très mystérieux. On a pu admirer ses compétences en tant que dirigeant et surtout le charisme dont il a fait preuve lors de sa prise de pouvoir. Malgré l’importance de ce protagoniste, on ne savait que peu de choses le concernant. C’est là que le tome 8 entre en scène et nous plonge dans les souvenirs de ce garçon ayant connu de multiples tragédies. Si ce passage peut sembler casser le rythme du récit, il n’en est rien tant il apporte d’éléments afin d’approfondir ce personnage qui s’attire une plus grande sympathie de la part du lecteur. On va essayer de ne pas en dévoiler trop afin de vous laisser la surprise de la découverte. Il faut savoir que notre ancien prétendant n’a jamais grandi dans le confort d’un palais. Même s’il est de sang royal, les circonstances ont fait qu’il fut élevé en plein territoire hostile. Suite à un violent conflit et une conclusion désastreuse, le royaume servant d’hôte au prince avait perdu des milliers de braves soldats. Ils avaient tous péri suite à la décision du roi de Qin de l’époque.

Suite à cela, Ei Sei dut grandir en tant qu’otage de l’Etat de Zhao. C’est donc une nouvelle perspective qui s’offre à nous à propos de cet enfant qui n’avait nullement le quotidien d’un héritier. Bien au contraire, il était martyrisé, battu et traité comme un simple déchet par tous ceux qui avaient perdu des proches à cause de sa patrie. Ainsi, il fut choisi comme bouc émissaire de cette tragédie alors qu’il n’était qu’un simple gamin n’ayant rien à voir avec tout cela. Toute cette haine qui l’entourait l’a profondément changé. C’est uniquement sa rencontre avec une certaine personne qu’il put enfin sortir de ce cercle macabre dont il était la victime depuis sa naissance. L’image du fort seigneur déterminé à reconquérir son trône s’efface peu à peu au fur et à mesure qu’on observe ces cases. On éprouve une profonde tristesse à son égard au vu de tout ce qu’il a enduré. Il n’est donc plus un noble différent des autres à nos yeux. Il a vécu ce qu’aucun membre de la royauté n’a connu auparavant. La souffrance de l’époque va alors lui permettre de prendre un chemin bien à l’opposé de tous ceux qui possèdent un tant soit peu de pouvoir. La lumière est faite sur les origines de son caractère droit et sa volonté de ne jamais abandonner. Un gosse qui a connu la misère, la violence et l’effroi et qui s’en sert à présent comme moteur afin de changer la face de ce pays. Un acte de l’histoire qui nous fait avoir un profond respect pour ce roi que l’on souhaite voir diriger la Chine.

Kingdom fait partie de ces œuvres qui capte toute notre attention sans jamais relâcher son emprise. Ce retour dans ce monde en guerre parvient à changer notre regard quant à ces deux héros que l’on suit tout en étendant cet environnement si complexe. Les larmes, le sang et la mort ont beau être leur quotidien, la détermination de ce duo nous éblouit et nous fait avoir de l’espoir concernant leur avenir.

Kingdom poursuit sa charge

Une fois n’est pas coutume, Kingdom parvient à nous transporter littéralement à cette époque de guerres et de violences. Ces deux tomes réussissent à conserver tout ce qui fait la force de la saga tout en permettant à ces deux personnages centraux d’évoluer et de grandir à nos yeux. Chaque détail est pensé afin d’approfondir l’une des facettes de ce récit. On le sent à chaque fois que l’on tourne la page. Rien n’est laissé au hasard et Hara Yasuhisa confirme son immense talent au niveau de l’écriture et du dessin. D’ailleurs, le rythme et la narration de l’œuvre sont aussi parfaitement maîtrisés afin d’offrir au lecteur quelques temps morts, mais qui ne sont jamais sans raison. L’action a beau jouer un rôle prédominant ici, ce n’est pas le sujet principal de ces nouvelles excursions. Il s’agit avant tout d’une fresque historique qui met un point d’honneur à mettre en avant les hommes et les femmes qui ont marqué cette époque de par leurs actes et leurs paroles.

C’est donc avec toujours un grand sourire aux lèvres que l’on vous recommande cette épopée grandiose et fantastique qui nous fait vibrer à chaque instant. Une immersion incroyable durant cette ère où les guerriers de légendes étaient légions. Des héros dans chaque camp qui ont inscrit leur nom sur le champ de bataille. Shin est-il capable d’atteindre ce rêve qui semble si loin ? Ei Sei réussira-t-il à unifier le pays ? Deux questions importantes, mais qui ne sont que peu de chose face au plaisir que l’on éprouve à contempler ces individus accomplir leur devoir. La conclusion a beau être tentante, elle n’est rien face à la richesse du voyage qui nous y conduit. On sera donc toujours au rendez-vous pour suivre et encourager ces soldats qui ont tous leur propre raison d’aller se jeter dans la mêlée. À noter que les volumes 7, 8, 9 et 10 débarqueront en librairie le 15 décembre prochain.

Et vous, avez-vous été conquis de nouveau par Kingdom ? Voyez-vous Ei Sei différemment après la découverte de son passé ? Selon vous, Shin a-t-il ce qu’il faut pour rivaliser avec les plus grands officiers ? Qu’attendez-vous pour la suite ? N’hésitez pas à partager votre avis dans les commentaires. On est très curieux de connaître votre opinion sur cette licence. 🙂

© Hara Yasuhisa / Shueisha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *