Kingdom T13 & 14

Kingdom tome 13 & 14 : un nouvel acte déchirant

Qui dit nouveau mois dit nouvelle excursion au sein de l’univers de Kingdom. Ce voyage dans le temps saisissant atteint sans doute ici l’un de ses passages les plus marquants. Le titre des éditions Meian a toujours su nous emporter pleinement dans ce qu’il nous racontait. On restait bouche bée devant les affrontements qui se jouaient devant nous. A d’autres moments on souriait et on apprenait à découvrir certains protagonistes. Cependant, ces deux nouveaux volumes nous font éprouver des émotions encore jamais vraiment ressentis dans nos précédentes pérégrinations. Si le côté épique prenait le pas sur tout le reste, cette fois c’est la peur, la tristesse et l’impuissance qui règnent sur notre lecture. En effet, on est sûrement devant le passage le plus déchirant depuis le début de cette licence. Le cours de cette bataille va prendre une tournure magique pour nos camarades qui vont devoir tout donner pour survivre. On espère que vous êtes prêts à encourager Shin et ses hommes.

Une poursuite funeste

Kingdom-Moubou

La force dépasse la stratégie.

Pour rappel, Kingdom est né sous la plume d’Hara Yasuhisa et il est important de remettre le contexte en place afin de bien cerner ce qu’il se passe à travers ces pages. Alors que le royaume de Qin tournait son attention vers l’est, Zhao en profita pour lancer une violente invasion et fit un véritable massacre parmi les soldats en garnison et la population. Pour répondre à cette attaque, une armée fut levée afin de faire rapidement face à cette menace. C’est le fameux général Ouki qui fut choisi pour prendre le commandement tandis que l’on pouvait voir Shin rejoindre sa propre escouade. Il ne fallut pas longtemps pour que les premiers assauts soient lancés et c’est finalement le groupe de notre jeune soldat qui se démarqua en prenant la tête d’un des officiers ennemis. Un coup dur pour l’envahisseur qui, malgré tout, ne semblait pas prêt à flancher. C’est donc à ce moment-là que l’on a laissé ces deux camps alors qu’ils s’apprêtaient pour une nouvelle journée de bataille. La terre était encore loin de s’être suffisamment abreuvé du sang de ces êtres qui osaient la fouler.

La suite des opérations du côté d’Ouki misait surtout sur la puissance de Moubu. Ce dernier avait beau ne pas avoir réussi à percer le front, cela n’était pas du genre à l’empêcher de repartir au combat. Son vrai visage s’apprête à tomber tandis que ce démon et ses hommes se lancent de nouveau dans une charge effrénée. L’adversaire va devoir contrer une chevauchée implacable qui pourrait bien l’écraser à la moindre faiblesse de sa part. Cependant, un autre facteur s’apprête à entrer en jeu et à bouleverser l’équilibre de ce face-à-face. Il y a encore un individu qui n’a pas pris part à la mêlée et ses bruits de pas sont sur le point de résonner sur ce champ de bataille. Son nom est Houken et il est sur le point de démontrer que les dieux existent en ce bas-monde à travers ses prouesses martiales qui n’ont rien d’humain. Un monstre qui va à l’encontre de tous les pronostics et qui pourrait bien transformer la détermination des troupes de Qin en une volonté irrépressible de fuir. Ce conflit va atteindre un point culminant alors que son issue est loin d’être certaine. La mort est encore loin d’avoir fini son travail.

Outre la suite du conflit actuel, Kingdom va mettre en avant une opposition particulièrement forte et qui va s’ancrer dans notre esprit. Alors que notre jeune officier semblait pouvoir tout trancher, il va se retrouver face à un obstacle de taille. Un individu dont la force et le talent n’a rien d’humain et qui va causer bien des tourments aux troupes de Qin.

L’homme face au dieu

Le guerrier dont on parle et qui fait son entrée dans ces pages n’est autre que le général ennemi. Ce qui est intéressant, dans un premier temps, est la manière dont il est introduit. On ne connaissait son nom et son visage qu’à travers les récits que nous ont transmis Shobunkun et les quelques paroles d’Ouki. Cependant, les souvenirs qui nous sont montrés suffisent déjà à nous faire prendre conscience de la force de cet adversaire. Lui qui a provoqué un terrible drame il y a bien des années refait surface dans ce conflit. Tout ce travail pour nous le présenter en amont est important, car il suffit de le voir pour la première fois en vrai pour déceler la menace qu’il représente. D’ailleurs, il a beau être le commandant de l’armée adverse, il n’est pas vraiment présenté comme un meneur d’hommes. Ce qu’il souhaite avant tout s’est se lancer dans des duels qui prouveront son statut de divinité sur terre. Son objectif actuel concerne celui qui a réussi à le blesser par le passé tandis qu’il avance sur le champ de bataille.

Là où l’auteur fait fort, c’est dans l’explosion de puissance qui surgit à chacun des pas de cet homme. Cet individu donne même l’impression d’être un intrus dans cette histoire où la faucheuse est sensée être la reine. Les combats que l’on a vus jusqu’à présent nous ont déjà montré des guerriers se démarquant de la mêlée, mais qui n’était en rien immortel. Ce constat est bouleversé par ce monstre dont la mort ne semble pas pouvoir l’atteindre. Cela accentue encore plus cette aura céleste qui l’entoure. Rien ne semble pouvoir arrêter sa marche implacable et ceci marque autant notre regard que celui de l’unité Hi Shin. Si la guerre a toujours été le quotidien de ces soldats, ici on a la sensation qu’il ne s’agit plus d’une simple lutte. La question n’est pas de vaincre son ennemi, mais de savoir comment lui échapper. La haine qui relie Zhao et Qin est tellement loin au moment où l’on pose les yeux sur cette masse qui fauche des dizaines de soldats comme s’il s’agissait de simples épis de blé. Pour la première fois, on ressent une réelle peur envers ces hommes que l’on a appris à connaître. Un sentiment qui permet de sublimer cette scène qui s’ancre à jamais dans notre mémoire.

Si l’apparition de ce dieu de la guerre fait grand bruit, ces chapitres de Kingdom ont aussi un autre atout de taille. Celui-ci vient totalement à l’opposé de ce premier car il s’agit des instants de bonheur qui s’invitent au sein même de ce camp à travers l’harmonie et la joie qui existe entre les membres de la troupe de Shin. Un regroupement d’individus qui n’ont rien en commun et qui sont pourtant prêt à donner leur vie pour sauver celle de leurs frères d’armes.

L’unité Hi Shin au cœur de la tourmente

Kingdom-dieu

Que faire face à un tel monstre ?

On est clairement ici à l’un des passages les plus marquants de Kingdom. Alors que l’on a toujours eu l’habitude de voir la mort accompagnée Shin sur le champ de bataille, celle-ci réussit à reprendre son rôle terrifiant. La mort de milliers de soldats n’était rien car on avait aucune attache à leur égard. Malheureusement, cela n’est plus le cas ici où c’est toute l’unité de notre jeune officier qui se retrouve en mauvaise posture. Face au terrible ennemi qui se dresse devant eux, il ne semble y avoir aucun espoir. C’est même la première fois que l’on voit notre soldat être mis en déroute aussi facilement. Malgré toutes ses prouesses martiales, rien ne semble pouvoir venir à bout de ce monstre. La seule solution semble alors être la fuite et là encore la faucheuse continue de planer sur toute cette unité. L’auteur a parfaitement su retranscrire la tension et l’urgence qui se dégage de cette situation. On tourne alors fébrilement chaque page en craignant de voir ce qu’il pourrait advenir de ces guerriers qui ont su nous conquérir. Tout comme eux, on se retrouve complètement déboussolé et perdu alors que l’on perd la trace de certains. Le soin qui est apporté à toute l’écriture de cet acte est là pour nous rappeler à quel point la guerre peut être destructrice.

Tous les tomes précédents qui mettaient en place la guerre opposant à Zhao et Qin avaient aussi un tout autre but. Il s’agissait de nous attacher aux hommes qui accompagnent Shin sur le terrain et qui sont autant un solide bouclier qu’une épée aiguisée. Plus le temps avançait et plus l’image de simples combattants disparaissaient pour laisser place à une véritable famille. Ces individus, venant de tout horizon, ont appris à se défendre les uns des autres et à vouer une profonde loyauté à ce groupe qui représente pour eux un second foyer. Même le lecteur se retrouve aspiré dans cette troupe composé de gens que l’on a appris à connaître et à apprécier. Cet attachement que l’on a pour eux va ainsi être le déclencheur de l’effroi qui va nous envahir tout au long de cette lecture. Peu importe le danger, ces hommes continuent de tout donner pour protéger celui qui a réussi à les fédérer et à faire d’eux ceux qu’ils sont aujourd’hui. Cette relation est aussi belle que cruelle, car elle est autant source de joie, d’émotions que de tristesse. Un véritable coup de maître de la part du mangaka qui a su rendre des personnages secondaires aussi importants à nos yeux.

Kingdom continue de prouver qu’il s’agit d’une véritable pépite et à étendre ses possibilités que ce soit en matière de narration, de personnages, de combats ou d’émotions. Une fresque historique qui prend vie devant nous et qui nous montre autant les instants de joie entre camarades que l’horreur qui peut surgir et engloutir des centaines de vies. Un acte qui nous bouleverse et montre que Shin a encore beaucoup de chemin à faire.

Kingdom nous fait verser des larmes

On le dit souvent, mais Kingdom ne cesse d’être surprenant et magique dans tout ce qu’il parvient à nous faire vivre. Le lecteur se plonge avec délice dans ces querelles qui rongent toute la Chine. C’est alors un pur plaisir que de voir Shin évoluer et progresser tout en admirant ceux qui tournent autour de lui. Pourtant, l’auteur parvient ici à nous faire presque oublier cela et à transformer notre joie en une frayeur insoutenable. Tout est préparé de manière à nous faire croire en la victoire et à sourire devant cette famille de guerriers qui se construit peu à peu. Une lumière qui réchauffe notre coeur alors que l’on est plongé dans une période de trouble. Cette chaleur, qui illumine notre visage, finit alors par être balayé dans ce passage qui chamboule à jamais notre vision de ce récit. Hara Yasuhisa transforme ces deux tomes en un monument à la gloire de cette unité Hi Shin qui lui permet, même dans les coups durs, de se renforcer. Une véritable claque qui nous met dans tous nos états alors que l’on passe des rires aux larmes en seulement quelques secondes.

C’est des moments comme cela qui font qu’une oeuvre se hisse à un tout autre niveau. L’émotion que l’on ressent à travers les épreuves que l’on vit à côté de ces héros est indescriptible. Une expérience littéraire qui continue de se renforcer et de se diversifier. Kingdom est et reste un gros coup de coeur qui montre parfaitement tout ce qu’il est possible de transmettre à travers des dessins et des bulles. On ne peut que continuer de le recommander tant il est bourré de qualités. A présent, on se tourne vers le futur de la licence en se demandant ce que celui-ci va bien pouvoir réserver à notre jeune commandant et à son ami de sang royal. On a beau essayer de s’imaginer ce qu’il va suivre, on ne peut qu’être sûr d’une chose. Il s’agit de la faculté de cette saga à nous partager des instants inoubliables et qui s’emparent totalement de nous le temps d’une lecture.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre opinion ainsi que votre ressenti concernant ces deux volumes de Kingdom. Avez-vous été affecté par ce qui se passe entre ces pages ? Pensez-vous qu’il sera possible d’arrêter cet être qui n’a que la forme d’humaine ? Qui remportera cette guerre selon vous ? On est là pour en discuter et on attend impatiemment de connaître vos avis sur ces interrogations. 🙂

© Hara Yasuhisa / Shueisha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *