Raisekamika

Raisekamika tome 1 : un cycle éternel de réincarnation

Les jours s’enchaînent tout autant que nos voyages au sein du monde otaku. Notre prochaine escale va s’attarder sur une toute nouvelle licence provenant tout droit du catalogue de Delcourt Tonkam. Intitulé Raisekamika, ce manga avait su attiser notre curiosité à travers son synopsis et la part de mystère qui entourait ce titre. C’est donc avec un certain intérêt que l’on est allé chercher ce premier tome afin de voir si ce périple inédit avait de quoi nous séduire. Après lecture, on a clairement pu se rendre compte du potentiel de cette œuvre qui prend son temps pour poser ses bases avant que tout ne finisse par exploser pour notre plus grand plaisir. Affichant une bonne dose de mysticisme, ce récit fut vraiment surprenant à travers plusieurs points. Des personnages atypiques, une bonne dose d’action et un univers aux nombreux secrets sont les ingrédients de ce cocktail savoureux. Il est grand temps que l’être humain laisse place à la divinité qui sommeille en lui pour partir à la chasse aux monstres. On espère que vous êtes prêt à côtoyer des êtres à la force surhumaine.

Le monde des dieux

Raisekamika-rencontre

C’est l’amour fou.

Raisekamika, imaginé par Segawa Hajime, nous emmène à la rencontre de Raise Ôkuni. Ce lycéen tout à fait lambda, passe ses journées à se rendre à l’école puis à aller à son petit boulot afin de subvenir à ses besoins. Malgré le fait qu’il soit assez gaffeur ou dans la lune, il profite tout de même de cette existence comme il se doit. Un beau jour, alors qu’il vient de quitter son service, il aperçoit une jeune demoiselle qui semble être harcelé par un loubard. Raise se dit alors que c’est le bon moment pour jouer les justiciers et venir en aide à cette ravissante demoiselle. Malheureusement pour lui, il n’aura pas le temps d’agir que l’adolescente va mettre au tapis son interlocuteur à l’aide d’une déferlante de coups-de-poing. S’ensuit un léger malentendu entre les deux qui va finir en une altercation que le garçon va perdre rapidement. Le jour suivant, il va se rendre compte avec effroi que cette furie est une nouvelle élève de sa classe. Son paisible quotidien s’apprête alors à voler en éclats.

Ne pouvant rester sur une mauvaise impression, le garçon va essayer d’arranger les choses en s’adressant à elle. Cependant, un évènement surprenant va venir troubler ses plans. Les deux nouveaux camarades se retrouvent entourés d’étranges symboles qu’ils sont les seuls à pouvoir voir. Après avoir essayé d’en toucher un, Raise et Kamika sont projetés dans une autre dimension. Totalement confus et désemparés, ces deux lycéens égarés vont essayer de savoir ce qu’il vient de se passer. Alors qu’ils sont en pleine réflexion, un monstre gigantesque va se dresser devant eux. Sans le savoir, nos héros viennent de se lancer dans un conflit millénaire où l’homme n’a nullement sa place. Les dieux se réveillent peu à peu alors que le danger grandit dans ce monde rongé par l’obscurité. Les hostilités sont alors lancées et nos deux étudiants vont être obligés de se lancer dans cette bataille qui décidera autant du destin de cette dimension que de leur propre réalité.

Ce qui fascine notre regard, dans un premier temps, est l’environnement mis en place par Raisekamika. Si tout semble commencer tout doucement, il ne faut pas longtemps pour être subjugué par l’étrange lieu que l’on va parcourir. Au même titre que nos héros, on ne peut qu’être surpris devant tout ce qui se dessine devant nous. Un monde qui n’a plus rien à voir avec la réalité et où seule règne la loi divine.

Un univers absolument divin

La construction de ce premier tome se base sur deux aspects bien distincts. Tout d’abord, on peut observer et suivre la vie tout à fait banale de nos protagonistes. Tout est introduit de manière à ce que l’on ait la sensation de se trouver devant un simple school-life. Cette partie est avant tout là pour nous présenter les personnages et assister aux échanges qu’ils peuvent avoir en tant que simple camarade de classe. Si cette première étape dure un petit moment, cela est surtout dû au fait que l’auteur souhaite placer le décor et surtout nous permettre de découvrir et de s’attacher à ces étudiants. On rigole avec eux et on se demande alors comment va évoluer la relation entre nos deux héros alors que celle-ci n’a pas débuté dans les meilleures conditions. Alors que l’on s’habitue à ce quotidien paisible et typique d’un adolescent, l’autre monde vient s’incruster dans cette douce réalité. Tout comme notre tandem, on est totalement perdu et décontenancé par ce qui se passe tandis que l’on est propulsé dans cette autre version de la Terre. Le mangaka accélère alors le rythme de son œuvre en nous propulsant rapidement au cœur de l’action.

A partir du moment où l’on découvre le secret de ce lieu et la raison pour laquelle nos deux compagnons peuvent y entrer, le titre change totalement de direction. Le surnaturel vient chambouler la paix qui régnait et cela bouscule autant ces acteurs que le lecteur. De ce fait, visiter cet endroit lugubre et sombre apporte un côté grisant qui nous procure une envie soudaine de nous élancer à la découverte de ces paysages. Le bestiaire que l’on rencontre ainsi que les différents alliés qui croisent notre chemin rendent ce voyage encore plus palpitant et intéressant. On reste bouche bée en voyant ces êtres légendaires se lancer dans la mêlée et cette stupéfaction est préservée jusqu’à la dernière case. D’ailleurs, on ne cesse d’aller de surprises en surprises tout au long de ce périple où les dieux se sont lancés dans un combat sans merci. Il n’y a qu’à voir la fin de ce tome pour se dire que l’on se dirige vers des situations insoutenables et particulièrement intenses. Un univers qui dégage un folklore incroyable et qui nous éblouit devant tant de puissance, d’intensité et de charisme. En abordant toutes ces figures mythiques, Raisekamika parvient à se créer une identité qui lui est propre et ainsi proposer un environnement unique et accrocheur.

Raisekamika ne se contente pas d’éveiller notre côté explorateur. En plus de nous combler avec ces terres à découvrir, le titre installe un prologue des plus palpitants. Si, au premier abord, on ne semble pas savoir où veut aller l’auteur, on finit par entrevoir les possibilités qui se cachent derrière ce scénario. Ce terrain que l’on parcourt s’avère alors d’une fertilité incroyable pour l’imagination du lecteur qui se laisse aller à de nombreuses théories.

Une histoire prometteuse

Raisekamika-problème

Un peu gros comme ennemi.

Le rôle principal d’un premier volume est, en dehors de poser des fondations solides, est d’attirer l’attention du lecteur pour la suite. Sur ce point-là, on peut clairement dire que Raisekamika sait y faire. Si tout débute de la plus banale des manières, la seconde moitié finit par accélérer grandement le cours des événements. Là où le mangaka frappe un grand coup, c’est dans sa maîtrise du suspens tout au long de son scénario. On a beau recevoir de nombreuses informations, il y a toujours une part d’ombre qui entoure nos camarades. Que ce soit concernant leur identité, leurs pouvoirs, et même la présence d’un tel monde. De plus, alors que cela aurait pu se cantonner seulement à la culture japonaise, l’œuvre va distiller aussi d’autres mythologies et divinités. En faisant cela, ce conte réussit le pari de faire côtoyer toutes ces figures légendaires en un seul lieu. Chacun possède sa propre personnalité, ses griefs avec d’autres camps et son passé. Ainsi, on ne sait jamais comment va réagir tel dieu face à un autre et cela crée une tension absolument savoureuse où l’on a envie de voir ces personnages échanger, se lier d’amitié ou même s’affronter.

De plus, cette envie de s’étendre à un large panthéon permet aussi d’accroître les possibilités concernant le futur. On regarde cela avec des étoiles pleins les yeux tandis que notre imagination carbure à chaque instant. Les interrogations fusent et on se met à créer notre propre scénario pour la suite. Outre cela, les créatures qu’ils doivent combattre sont aussi un élément essentiel à l’attrait que l’on peut avoir pour cette odyssée. Les Aramitama ont une influence directe sur le monde des hommes ce qui fait que l’on perçoit pleinement la menace qu’ils représentent. Ils s’avèrent des adversaires redoutables et qui ne font que se multiplier pour mieux ravager tout ce qui les entoure. Si on a le droit à une description assez détaillée de ces esprits maléfiques, on n’est quand même interloqué de savoir comment ils ont pu autant semer la discorde dans ce lieu qui devrait être régulé par les dieux. Toutes ces zones d’ombre sont parfaitement maîtrisées afin de donner juste ce qu’il faut d’informations au lecteur pour qu’il soit à la fois satisfait de découvrir ces éléments et frustré de ne pas connaître les origines de ce mal. L’ensemble de ces pièces donnent, une fois réunies, un puzzle dont l’image nous fascine et nous amuse alors que l’on essaye de voir jusqu’où s’étendra cette fresque qui s’étend à chaque nouvelle page.

La dernière licence en date de l’éditeur fait partie de ces séries qui parviennent à déjouer tous les pronostics pour finalement nous mettre une claque. Même si on est encore loin d’avoir tout vu, il faut reconnaître à quel point tout est bien pensé pour nous amuser autant que nous captiver. Un bien beau premier contact avec cette saga qui a de quoi devenir une épopée fort plaisante à vivre aux côtés de ces réincarnations divines.

Raisekamika prépare un clash céleste

Raisekamika a été étonnant sur de nombreux points. Même si on était curieux de voir ce qu’allait donner ce scénario, on n’était pas paré à faire face à tout ce qui nous a été proposé au cours de cette lecture. Que ce soit la construction de cette toile de fond que les secrets qui se dissimulent derrière chaque protagoniste, cette licence a ce qu’il faut pour faire durer et développer sa propre magie. Segawa Hajime montre qu’il est tout à fait capable d’allier et de traiter ces deux univers bien distincts et de jouer autant sur l’aspect extraordinaire et spectaculaire que sur les petits tracas du quotidien. Nos amis ont beau être des réincarnations de dieux, cela ne les empêche pas d’exprimer totalement leur humanité. C’est aussi ce qui fait que l’on s’intéresse et que l’on sympathise autant avec ces jeunes hommes et femmes qui continuent d’agir comme s’ils étaient par moment de simples humains. Une lecture qui a su parfaitement remplir ses objectifs et qui permet de s’évader le temps de quelques minutes afin de s’ébahir devant les capacités de ces êtres mythiques et de rêver à ce que pourra donner les prochaines confrontations.

C’est donc avec beaucoup de plaisir et de joie que l’on recommande à chacun de se lancer dans cette aventure littéraire qu’est Raisekamika. Un shônen qui démarre sur les chapeaux de roues et qui n’a plus qu’à tenir ses engagements pour que ce périple soit mémorable. Si vous aimez tout ce qui peut toucher à la mythologie et au folklore tout en souhaitant une épopée avec une bonne dose d’action, alors cette saga devrait répondre à vos attentes. Maintenant que l’on s’éloigne un peu de ces combattants, on se laisser aller à imaginer ce qu’il pourrait bien advenir d’eux. Feront-ils la connaissance d’autres divinités ? Parviendront-ils à terrasser ces monstres qui dévorent tout sur leur passage ? Pourront-ils retrouver leur train-train quotidien ? Cela semble mal parti en tout cas pour le moment. Quoi qu’il en soit, on sera très heureux de retrouver Raise et Kamika dans leurs prochaines péripéties face à ces hordes de créatures ténébreuses.

Les commentaires sont là si vous souhaitez partager votre opinion ainsi que votre ressenti concernant ce premier tome de Raisekamika. Avez-vous été convaincu par ce pitch et attendez-vous impatiemment la suite ? Qu’espérez-vous pour le futur de cette épopée ? Quelle est votre divinité préférée ? Pensez-vous que l’on aura le droit à des duels mémorables dans ce monde parallèle ? On a hâte de connaître vos avis sur le sujet et de discuter avec vous autour de cette œuvre.

© Segawa Hajime / Kadokawa Shoten

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *