Frère à louer

Frère à louer tome 1 : a la recherche du bonheur perdu

Pour bien commencer cette semaine, on a décidé que l’on allait aborder pas mal de nouveautés. En effet, les jours précédents ont été l’occasion de découvrir pas mal de licences inédites. La première d’entre elle que l’on va traiter aujourd’hui a su nous faire verser notre petite larme. Il s’agit de Frère à louer, édité chez Delcourt Tonkam, dont le premier tome est sorti il y a peu. Rien que par son postulat de base, ce manga avait su éveiller notre curiosité et nous promettait un récit particulièrement prenant et déchirant. Après avoir fini cette lecture, on peut clairement dire que l’on a été bluffé par tout ce que cette expédition a su nous proposer en terme d’écriture, de sentiments et de relations humaines. Le parcours d’une petite fille qui essaye tant bien que mal de retrouver son bonheur perdu et qui nous offre une expérience littéraire marquante et profonde. Voilà le genre de récit qui joue avant tout sur l’empathie que l’on peut avoir à l’égard de ses personnages. On espère donc que vous êtes prêts à encourager et à soutenir cette jeune fille dans cette difficile épreuve.

Une envie de sourire

Frère à louer-scission

Une triste séparation.

Frère à louer, imaginée par Ichiiro Hako, nous permet de faire la rencontre de la jeune Kanami. Cette petite fille gentille, attentionnée et douce vivait une vie tout à fait paisible. Elle adorait passer des moments en compagnie de son grand frère adoré. Le lien qui les unissait semblait indéfectible et impossible à briser. Malheureusement, il s’avéra que tout cela ne pouvait supporter l’épreuve qui allait venir. En effet, ils reçurent un beau jour un appel qui allait changer leur existence à jamais. Ils apprirent le décès de leurs parents. Une nouvelle qui fit s’effondrer le reste de cette famille qui s’apprêtait à descendre peu à peu dans un abîme sans fond. Le grand frère autrefois si prévenant s’isola sur lui-même. Ne quittant plus la maison, il se mit à regarder inlassablement son écran et à jouer sans même porter la moindre attention sur la dernière membre de sa famille. Il délaissa Kanami qui cherchait juste un peu de réconfort auprès de son grand frère. Malgré ses demandes, celui-ci restait muet et finissait même par la brutaliser pour qu’elle le laisse tranquille. Complètement désemparée et cherchant juste à retrouver le souvenir de ces instants perdus, la petite fille ne savait plus quoi faire.

C’est alors qu’elle pleurait seule dans un parc qu’un adolescent va venir à sa rencontre. Essayant de la rassurer et de la réconforter, ce garçon va rappeler à Kanami son frère. C’est alors que pour retrouver le sourire, elle va lui demander de tenir ce rôle pour elle. Même si cela n’est que pour quelques heures, elle désire désespérément un peu de gentillesse et de réconfort. C’est ainsi que la petite fille lui propose de jouer les imposteurs contre de l’argent. Un marché qui peut paraître étrange aux yeux de cet inconnu qui va tout de même accepter ce travail. Ainsi débute une relation bien singulière pour cette fausse fratrie qui va faire comme si rien ne s’était déroulé. Il a beau s’agir d’un mensonge, tout cela est juste pour permettre à cette enfant de retrouver un peu de tranquillité et de reconstruire son monde qui venait tout juste de s’effondrer. Cependant, est-il vraiment possible d’avancer en se voilant la face ? Une question qui va rester figée dans l’esprit de cette héroïne qui souhaite, pour l’instant, profiter de ces quelques instants de bonheur.

Ce qui fait toute la force de Frère à louer vient bien évidemment de son scénario. Prenant une base réaliste et tragique, l’auteur transforme son oeuvre en un incroyable et touchant récit qui nous plonge au coeur du changement qui peut s’effectuer chez quelqu’un après la perte d’un être cher. Des approches différentes, mais tout aussi bouleversantes qui permettent de souligner à quel point ce genre de situations peuvent être compliqués à surmonter. Une incroyable épopée humaine qui ne peut laisser indifférent.

Une histoire poignante et déchirante

Lors de notre lecture de Frère à louer, on ne s’attendait pas à être autant emporté par ce qui nous était raconté. Le malheur qui a frappé cette jeune fille et son grand frère nous arrache déjà une larme avant que l’on ne finisse déchiré par cette scission qui se forme au sein de cette fratrie. Rien qu’avec ce postulat de base, le lecteur se sent déjà fébrile car tout est amené avec une grande touche de réalisme. On voit comment cette relation a pu s’envenimer au fur et à mesure que le temps passait après cette tragédie. Un lien brisé qui ne fait que nous émouvoir au fur et à mesure que l’on passe du temps en compagnie de cette jeune fille. C’est alors qu’arrive celui-ci qui va paraître comme un sauveur pour elle. Un adolescent qui va se retrouver en elle et va désirer l’aider de son mieux afin de la soulager et de l’aider à traverser cette épreuve. Si tout cela apporte un peu d’espoir à notre héroïne et à nous, on se rend tout de même compte de nombreux points qui vont autant nous serrer le coeur que nous prouver la richesse de ce titre. Tout d’abord, la fausse relation qui naît entre cet inconnu et cette demoiselle a quelque chose d’assez triste du fait que cela n’est finalement qu’une question d’argent. C’est même la jeune fille qui va souhaiter cela afin de garder une certaine distance avec son frère de substitution.

Une façon très poignante de nous montrer qu’elle est toujours à la recherche de l’attention de son véritable frère. Elle ne souhaite absolument pas remplacer ce dernier, mais juste retrouver ces moments de convivialité qu’elle pouvait avoir avec lui. Il y a donc une naïveté teintée d’une certaine maturité qui se mélange en Kanami et qui rend cette demoiselle captivante. De plus, on ne peut s’empêcher de penser que même si cet inconnu veut apporter de la joie dans la vie de sa fausse soeur, il y a aussi une profonde tristesse qui se dégage de tout ce marché. On jongle donc constamment entre ces scènes de bonheur et ce retour à la réalité qui plane toujours autour d’eux. C’est ce va et vient entre les deux côtés de cette frontière qui fait que l’on se sent à la fois captivé et emprisonné par ce sinistre coup du destin. On se rend alors compte à quel point on est impuissant et que l’on est simplement un témoin de ce drame et que l’on doit juste espérer que les choses s’arrangent pour cette famille qui était encore heureuse il n’y a pas si longtemps. Une parfaite représentation de ce que la perte d’un être cher peut provoquer chez chacun de nous.

Si l’on était déjà grandement intéressé en lisant le résumé de Frère à louer, il faut reconnaître que cette aventure littéraire est allée au-delà de toutes nos espérances. On a clairement vu notre coeur se serrer tout au long de notre parcours en compagnie de cette fratrie déchirée. Une oeuvre qui essaye de nous apporter un peu d’espoir, mais qui sait aussi très bien nous plonger dans une profonde noirceur. Un voyage unique qui sait parfaitement nous chambouler et marquer notre esprit pour un très long moment.

Frère à louer nous offre un service de qualité

Frère à louer-marché

Une rencontre cruciale.

Dire que Frère à louer est parvenu à nous marquer ne serait pas assez fort pour décrire ce que l’on a pu ressentir tout au long de ces pages. On a beau n’être qu’aux prémices de toute cette histoire, on a déjà été profondément chamboulé par ce qui s’est passé. Il y a une telle sincérité qui se dégage de chaque détail que l’on ne peut qu’être pris à la gorge en voyant le combat qui est mené. Il est presque impossible de ne pas avoir de l’empathie pour Kanami et de souhaiter de tout son coeur qu’elle puisse enfin sourire de nouveau en compagnie de son grand frère. Une oeuvre qui peut facilement s’adresser à n’importe qui de par les sujets abordés et la profondeur des propos tenus. Une thématique parfaitement traitée et qui est amenée à travers un point de vue unique et qui s’empare rapidement de nous. On ne peut que souligner le talent de la mangaka pour avoir réussi à cerner l’épreuve que cela peut être de subir une telle perte. Une disparition qui prend de court ces enfants qui se retrouvent isolés et apeurés de ce que l’avenir peut leur réserver. Des victimes collatérales du travail de la faucheuse qui peut tout à fait frapper à tout hasard. Un récit dur et sombre qui nous saisit et ne nous relâche à aucun moment.

On peut que recommander cette expérience littéraire absolument unique qui est encore bien présente dans notre esprit. Frère à louer est une lecture qu’il faut absolument découvrir de par ses multiples aspects à la fois authentiques, réalistes et surtout déchirants. Même si les propos tenus peuvent être compliqués et difficiles à voir, on est tout de même devant un manga qui mérite absolument le coup d’œil. L’auteur parvient à traiter cette épreuve de la vie avec un mélange de douceur et de violence qui se combine parfaitement. On est alors emporté par ce tourbillon de haine, de colère, de tristesse, mais aussi de recherche d’espoir qui permet de tenir le coup. Une odyssée humaine de haute voltige qui n’en est qu’à ses débuts et qui pourtant nous a déjà totalement séduit. Il est presque impossible pour le lecteur de ne pas sortir de cet ouvrage sans se poser tout un tas de questions. Est-il réellement possible de se remettre totalement d’un tel drame ? Quel est le passé de cet homme qui est entré dans l’existence de Kanami ? Va-t-il vraiment pouvoir aider cette jeune fille à surmonter tout cela ? On est à la fois inquiet et impatient de découvrir ce qu’il va se passer ensuite.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre ressenti ainsi que votre analyse concernant ce premier volume de Frère à louer. Avez-vous été bouleversé et touché par ce conte ? Croyez-vous que le lien entre notre chère petite héroïne et son frère pourra se reconstruire ? Pensez-vous que cette amitié factice parviendra à se transformer au fur et à mesure du titre ? Est-il possible, selon vous, que toute cette famille parviendra à faire table rase du passé ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette licence ? On reste disponible pour échanger autour de ce sujet et en débattre. 🙂

© Ichiiro Hako / Square Enix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *