CARNET-DE-VOYAGE-OTAKU-Ki-oon-1

Carnet de voyage d’un otaku spécial Ki-oon chapitre 2

Il n’y a pas à dire, depuis le début d’année on a le droit à une myriade de titres provenant de tous les éditeurs. Si l’on peut rapidement se perdre parmi toutes ces sorties, nouvelles licences et lectures à découvrir, cela permet aussi de vivre une telle diversité d’expériences littéraires. C’est pour cela qu’aujourd’hui, on a décidé d’écrire un nouveau chapitre de notre carnet de voyage qui sera centré, une fois de plus, sur les différentes sagas parues il y a peu chez Ki-oon. Au programme, cinq titres qui nous ont fait vibrer et surtout de façon bien singulière et propre à chacune de ces histoires. Entre combats grandioses, intrigue, récit haletant et un pu de magie, il y a largement eu de quoi faire. C’est en nous attardant sur toutes ces oeuvres que l’on se rend compte à quel point le monde du manga peut nous faire vivre une infinité d’expériences et ainsi montrer toute la créativité et le talent des gens se trouvant derrière ces dessins. Un long et fabuleux périple nous attend et on espère que vous êtes prêts pour ces quatre escales dans des univers ayant leur propre charme. On est donc reparti pour faire le point sur ces séries.

Valkyria Apocalypse tome 4

Valkyrie Apocalypse Vol. 4-Ki-oonValkyria Apocalype, scénarisé par Shinya Umemura et dessiné par Aji Chika, s’était arrêté alors que l’on avait pu observer le résultat de la deuxième confrontation de ce tournoi. Malgré le fait qu’Adam avait pu faire jeu égale avec Zeus, il n’avait malheureusement pas pu tenir le coup face au regain d’énergie de ce dernier. Même après avoir vaillamment combattu, le premier homme finit par s’avouer vaincu en ayant au préalable marqué les esprits de tous ceux présents dans l’assistance. Une défaite terrible qui s’avère être la deuxième consécutive de ce tournoi qui déciderait du destin de l’humanité. Il fallait absolument renverser la vapeur pour le camp des humains qui venait de perdre deux de ses meilleurs combattants. A présent, la troisième manche débute et ce n’est autre que Poséidon qui fait son entrée dans l’arène. L’un des trois grands dieux de l’Olympe venait d’apparaître et semblait avoir déjà condamné la moindre lueur d’espoir pour ses adversaires. Pourtant, la capitaine des valkyries était bien décidée à ne pas se laisser faire et décida d’envoyer le fameux Kojiro Sasaki pour contrer un tel opposant. Un choix bien étrange pour certains lorsque l’on sait que cette figure historique japonaise était connue comme le perdant ultime. Tous les pronostics semblent donc être en faveur du Dieu des océans alors que l’ensemble du panthéon se réjouit déjà de leur future victoire. Cependant, quelque chose changea peu de temps après l’arrivée du champion de la Terre. Le vieillard qui se présenta devant l’assistance semblait dégager quelque chose d’unique. Une atmosphère pesante qui instaura un silence dans les deux groupes qui venaient tout juste de comprendre que cet épéiste pourrait bien être un adversaire plein de surprises. Un troisième duel qui allait être bien différent des précédents.

Vous le savez si vous avez lu nos précédentes chroniques sur Valkyria Apocalypse, on apprécie grandement ce que propose cette série. De par sa connaissance de la mythologie et de l’Histoire, l’auteur profite de chaque combat pour nous offrir autant un festival d’actions que d’anecdotes captivantes sur chacun des participants. Ce quatrième volume ne déroge pas à la règle et va se baser sur un aspect bien plus technique que les précédentes rencontres. Là où l’on avait le droit à de véritables explosions de puissances, ici tout se joue avant même que le premier coup ne soit porté. On est donc captivé d’une toute autre manière par cette chorégraphie qui se joue devant nous et qui s’avère bien plus élégante et subtile. Le mythe de Kojiro, mais aussi de la voie de l’épée est parfaitement assimilé dans ces quelques pages où de multiples scénarios se déroulent dans l’esprit du sabreur et lui permettent de s’entraîner constamment. Ainsi, on est donc autant fasciné par le duel en lui-même que la manière qu’a cet homme de se battre. Cela est encore plus flagrant lorsque l’on compare ses deux opposants. La toute-puissance dont fait preuve Poséidon se voit malmener par un simple humain qui n’est ni costaud ni doté de capacités surhumaines. On a juste devant nous un homme ayant réussi à maîtriser son art à la perfection à travers l’ensemble de ces défaites. Chaque fois qu’il fut envoyé à terre, il s’est relevé jusqu’à ce qu’il puisse battre son ennemi. Cela a beau ne se passer que de manière mentale, cela suffit amplement à nous permettre d’entrevoir une lueur dans ce combat qui dépasse l’entendement. Un divertissement plus que réussi et qui affiche aussi de nombreuses autres qualités indéniables. Un rythme haletant, un enjeu important et surtout des combats habilement orchestrés. Une série qui renforce ses points forts et qui prouve, à travers ce volume, que ce tournoi est bien plus qu’un simple concours se basant sur la force.

© 2017 Aji Chika / Fukui Takumi, Tokuma Shoten


Beastars tome 10

Beastars, imaginée par Itagaki Paru, nous avait laissés sur une révélation particulièrement importante. Alors que Legoshi avait démarré une toute nouvelle vie afin d’apprendre à contrôler sa force et son instinct de carnivore, il tomba nez à nez avec l’un de ses camarades de classe qui lui avoua le crime qu’il avait commis. Le secret du meurtre était maintenant connu de trois personnes et le jeune loup ne savait pas comment réagir face à une telle déclaration. A la fois inquiet des répercussions que cela pourrait avoir et enragé de savoir ce qu’il avait osé faire, celui-ci pris finalement sur lui. Après tout, qui oserait le croire alors qu’il n’a aucune preuve pour appuyer cette vérité. De plus, un autre sujet ne pouvait s’empêcher de trotter dans sa tête. Il s’agissait du cas de Louis. Le cerf qui était bien parti pour décrocher le statut de Beastars avait finalement tout plaqué pour se transformer en un véritable parrain de la mafia. Un changement radical dans la personnalité de son ancien camarade de classe dont il était le seul à connaître ce qu’il était devenu. C’était ainsi en partie pour lui qu’il avait entamé son apprentissage auprès de son nouveau maître au sein même du marché noir. Il était le seul à voyager entre ces deux mondes bien différents. Passant ses journées comme simple étudiant et ses nuits à traquer les individus ayant succombé à l’appel du sang, le loup était lui aussi devenu méconnaissable autant physiquement que mentalement. Cependant, le fait d’avoir enfin pu faire la lumière sur la mort de Temu risquait fort de chambouler la quiétude déjà si fragile de cet institut ainsi que de la société elle-même. La question était maintenant de savoir quel serait le rôle de chacun de ces acteurs dans cette immense pièce qui allait provoquer de nombreux bouleversements.

On en est maintenant au dixième tome pour Beastars et force est de reconnaître que la mangaka sait parfaitement tenir son lectorat en haleine. Si l’on pouvait craindre que l’ambiance de la série ainsi que son scénario puisse s’essouffler, on est heureux de voir que l’on avait tort. Bien au contraire, on a jamais été autant emporté dans le quotidien de nos amis bestiaux. En plus d’en apprendre toujours plus sur eux, ce passage va aussi être l’occasion de remettre Legoshi en valeur et surtout de le voir prendre toujours plus d’assurance au fil des cases. Que cela soit par le fruit de son entraînement que par son ouverture d’esprit, notre jeune héros ne s’arrête jamais de nous surprendre. On apprécie surtout de voir à quel point celui-ci décide de se battre autant pour réfréner ses pulsions que pour s’accepter en tant que carnivore. Après tout, une grande partie de cette oeuvre repose sur le fait que ces derniers doivent constamment lutter pour ne pas se lancer à la gorge du premier herbivore qui passe. Ainsi, l’intégration du marché noir est aussi une excellente idée étant donné que cela montre l’autre côté de cette pièce. L’univers tout beau et amical où tout le monde s’entend s’est brisé dès l’instant où l’on a mis le pied dans cet endroit. Il est donc pertinent et surtout captivant de voir nos amis évoluer et aller d’un côté de la barrière dont ils pourraient ne plus jamais revenir. Sur ce point encore, Legoshi fait ici preuve d’un formidable travail d’écriture qui le transforme en un voyageur ayant connu et pratiquement vécu des deux côtés de cette ligne à ne pas franchir. Un ouvrage qui intensifie son action et propose surtout des enjeux toujours plus importants pour l’avenir de nos amis, mais aussi de ce monde. Sans même s’en rendre compte, on arrive à la dernière page et l’on ne peut que ronger son frein en attendant la suite.

 
© 2017 Paru Itagaki (AKITASHOTEN)

Vigilante – My Hero Academia Illegals tome 8

Vigilante – My Hero Academia Illegals, scénarisé par Furuhashi Hideyuki et dessiné par Betten Court, s’était arrêté alors qu’un terrible drame était en train d’avoir lieu. Alors qu’un immense concert devait avoir lieu, le nouveau dealer de la Villain Factory avait trouvé en cet événement une occasion parfaite de tester son produit et de signer un grand coup. Faisant appel à des gens transformés en mutants, il fit exploser ces derniers afin de faire chuter la tour dans laquelle se déroulait la fête. Ce n’est que grâce à l’intervention de certains héros que la chute fut retardée, mais rien n’était encore réglé. L’ennemi pouvait apparaître à n’importe quel moment et ils leur étaient impossibles de combattre et de retenir l’effondrement de l’édifice en même temps. Un fabuleux spectacle aux yeux de l’instigateur de tout cela qui avait tout de même eu la malchance de laisser des preuves laissant supposer que le Trigger, la drogue qu’il proposait, était originaire de Chine. Un lieu en dehors de la juridiction des super-héros japonais qui ne pouvaient plus faire grand chose. Enfin, il y a bien quelqu’un qui peut faire fi de toutes ces règles et lois qui brident l’intervention des Alters. Il ne s’agit nul autre que de Knuckle Duster, le mentor de Koichi. Ce justicier de l’ombre a décidé de mener l’enquête de son propre côté dès lors qu’il a eu vent du pouvoir de ce mystérieux vendeur de drogues. En effet, l’Alter de ce dernier rappelle étrangement celui du héros disparu O’Clock et cela a grandement éveillé la curiosité de notre héros aux poings puissants qui va alors devoir faire face à une incroyable révélation. Le passé et le présent se retrouvent tandis que le compteur tourne pour de nombreux citoyens qui pourraient vivre leur dernière heure dans ce bâtiment ne tenant dans les airs qu’à travers le courage et la détermination de quelques individus.

On le dit assez souvent, il est bien compliqué de réaliser un spin-off qui puisse réellement apporter quelque chose à la série d’origine. Souvent là pour surfer sur la vague du succès d’une licence, Vigilante a su nous prouver au fil du temps qu’il n’était pas de cela. A travers chaque acte que l’on a pu suivre, ce manga est parvenu à enrichir l’univers de My Hero Academia de manière intelligente et fantastique. Ce nouveau volume réussit une fois de plus à renforcer la mythologie propre à cette saga. De plus, elle ne se contente pas uniquement d’annexe au matériau de base. Le titre n’en oublie pas de faire progresser son intrigue qui s’avère de plus en plus intrigante et captivante. Toutes les pièces du puzzle se rassemblent au fil du temps et laissent entrevoir un dessin d’une envergure inimaginable. On pense bien sûr à Knuckle Duster qui est sans doute l’un des personnages les mieux travaillés de Vigilante. De par son passif, ses méthodes et surtout sa vision des choses, ce héros est constamment là pour nous éblouir, mais aussi nous faire frissonner devant les affrontements qu’il doit mener. Une lecture qui aura révélé bon nombre de choses et dont la seconde partie va aussi s’avérer être d’une importance capitale pour comprendre l’histoire d’une des figures emblématiques de la franchise. C’est ce retour en arrière qui fut fascinant, car il permet d’entrevoir tout ce par quoi un héros peut passer pour devenir ce qu’il est aujourd’hui. Un voyage dans le temps qui nous ramène sur les bancs de l’école et va aussi présenter de nouveaux protagonistes qui s’attirent déjà notre sympathie. Un bel exploit de la part de l’auteur qui parvient à s’emparer du mythe My Hero Academia pour y apporter sa touche personnelle sans que cela dénature l’oeuvre initiale. Un contenu supplémentaire qui existe autant pour agrandir la licence que pour développer sa propre histoire.

 
© 2016 Betten Court / Furuhashi Hideyuki, Shueisha

Darwin’s Game tome 19

Darwin’s Game, imaginé par FLIPFLOPs, nous avait laissés alors que l’on s’était retrouvé dans une toute nouvelle partie en compagnie de Kaname et d’une partie des meilleurs joueurs. Se retrouvant sur un paquebot isolé du reste du monde, ils devaient protéger certains points bien précis de cet endroit au moment où des pirates viendraient à leur rencontre. Préparant une défense solide, nos participants étaient déterminés à faire mordre la poussière à leur adversaire. Malheureusement, ils ne s’attendaient pas à ce que l’ennemi puisse provenir d’un autre monde. En effet, un immense dirigeable fit son apparition et de très nombreuses troupes en sortirent pour assaillir le navire. Les envahisseurs, tous dotés de cornes, possédaient aussi des sigils. Malgré un armement bien moins puissant que le groupe de Kaname, ces individus maîtrisaient à la perfection leur pouvoir et offrirent un assaut des plus redoutables. Le chef des marins se devait donc de réfléchir à un tout nouveau plan pour endiguer ce problème sous peine de voir l’ensemble des joueurs se faire massacrer sans n’avoir rien pu faire. Il était loin de se douter que les problèmes qu’il avait en ce moment n’étaient rien en comparaison de ce qui était en train de se passer à Shibuya. Bien loin de l’affrontement entre marins et pirates, un autre jeu venait de se déclencher en plein coeur de ce quartier. Cet Hunting Game fit apparaître des monstres assoiffés de sang qui s’attaquaient à tous les passants qui croisaient leur route. Ce lieu était maintenant devenu une zone de guerre où les quelques membres des Sunset Ravens restants devaient mettre en place une défense désespérée. Une attaque sur plusieurs fronts qui annonçaient le lancement d’un tout nouveau Darwin’s Game dont personne n’avait encore pu comprendre la portée.

On le dit assez souvent, mais Darwin’s Game est sûrement l’un de nos survival-game préférés. Ayant clairement redéfini ce concept et ne cessant jamais de faire évoluer son principe de base, cette oeuvre est toujours parvenu à capter notre attention. A travers ce volume, la magie opère une fois de plus et montre toute l’imagination de l’auteur. Le jeu, comme on l’a connu jusqu’ici, a totalement disparu pour laisser place à une version inédite et encore plus mystérieuse. Alors que l’on commence à accumuler les quelques informations que l’on nous donne, on prend conscience de ce que celui-ci implique et surtout des possibilités qui se présentent pour l’avenir. On est sans cesse interpellé par un petit détail dans cette course effrénée pour sauver des vies et ce qui ajoute encore plus de tensions, c’est le sort qui est réservé aux marins à la fin de la partie. Ignorant totalement ce qu’il se passe chez lui, on se demande comment Kaname pourrait réagir en apprenant la nouvelle. De plus, les nombreux secrets autour du Darwin’s Game continuent d’être entretenu dans ces pages. Alors que l’on pensait avoir compris une bonne partie de son fonctionnement, ce nouvel arc vient effacer une bonne partie de nos connaissances pour instaurer de nouvelles règles. Outre cela, ce tome va aussi mettre en avant un aspect découverte par rapport à ces fameux êtres cornus qui ont pris d’assaut le paquebot. On se dit alors que tout est à présent possible et on se demande surtout comment tout cela va finir. Une lecture bien moins axée sur l’action que sur l’aspect réflexion et qui accentue grandement l’intérêt du moment que l’on est en train de vivre. Une récolte d’informations cruciale pour cerner les frontières de ce jeu de survie qui va bien au-delà de la compréhension humaine. C’est un tout nouveau monde qui s’offre à nous pour notre plus grand plaisir.

 
© 2013 FLIPFLOPs, Akita Shoten

Dead Mount Death Play tome 4

Dead Mount Death Play-Ki-oonDead Mount Death Play, scénarisé par Narita Ryohgo et dessiné par Fujimoto Shinta, s’était arrêté peu de temps après l’incendie ayant eu lieu chez les Shinoyama. Un acte qui ne pouvait signifier qu’une seule chose. Le meurtre de l’hôte du Maître des corps avait bel et bien été commandité. Rien qu’à cette pensée, le nécromancien se doutait que la menace était loin d’être écartée et que les gens ayant organisés ce crime pourraient revenir à la charge très bientôt. Malgré toutes ses tentatives, il ne trouvait aucun moyen de découvrir l’instigateur de tout cela ainsi que ses motivations. Une épée de Damoclès planait au-dessus de sa tête et il lui fallait absolument s’en débarrasser. Cette succession d’événements va obliger le faux Polka à devoir accepter d’héberger un membre de sa famille répondant au nom de Sayo. Cette dernière va faire son apparition en compagnie d’un protecteur pour le moins singulier et ajoute encore plus d’animation dans ce quotidien que le nécromancien aurait aimé paisible. De plus, les ennuis n’allaient pas tarder à revenir car le célèbre Solitaire Mystère va réussir à s’évader de sa prison et va alors révéler à la Terre entière l’existence d’un étrange symbole. Si cet emblème ne semble pas représenter grand chose pour certain, le Maître des corps ne peut contenir un frisson en le voyant. Il s’agit de l’écusson d’un royaume disparu dans son ancienne vie. La question est maintenant de savoir s’il existe un lien entre cette réalité et la précédente existence de ce magicien morbide. Quoi qu’il en soit, le faux Polka est bien décidé à tirer cette affaire au clair et il est loin d’être le seul sur le coup. De nombreux acteurs s’apprêtent à se retrouver à cette immense table de poker où dévoiler son jeu peut être synonyme de défaite cuisante.

Lors de son arrivée, Dead Mount Death Play est parvenu à nous conquérir de par son traitement habile des codes du isekai où tout était inversé. En plus de cela, le Maître des corps n’a jamais cessé de jouir d’un charisme grandiose surtout dans les moments où il laissait libre cours à son art funeste. Ainsi, on était curieux de voir comment allait se développer l’histoire autour de son nouveau quotidien surtout après ce qu’il s’était passé lors de notre précédente excursion. On peut clairement dire que l’on n’a pas été déçu concernant cette lecture. En plus de mettre en scène de nombreux personnages que l’on venait de découvrir, ce passage va aussi être l’occasion d’étoffer le mystère entourant les deux mondes que l’on a pu parcourir. Alors que l’on pensait que cette réincarnation s’était effectué sur une Terre proche de la nôtre, les quelques éléments que l’on a pu accumuler montre tout de même une relation étrange avec l’univers médiéval du nécromancien. Il faut aussi combiner à cela les quelques individus que l’on a pu observer et qui sont bien loin d’être des gens ordinaires. Tout est alors remis en question dans ces cases qui renouvellent notre intérêt pour la saga tout en peaufinant l’écriture de notre sorcier. On prend plaisir à en apprendre plus sur lui, les gens qui l’ont aidé à grandir, son mentor, mais aussi sa vision des choses. A cela s’ajoute aussi une bonne dose d’actions et d’humour qui permettent de peaufiner cette expérience littéraire toujours plus complète et fascinante à suivre. Un univers riche et prometteur dont on a constamment envie d’en savoir plus sur ceux qui y vivent. Le tome a beau être dense, on ne voit clairement pas le temps passé tant on est emporté dans tout ce qui se dessine au loin. Une licence qui sait comment attirer l’attention et qui suit un chemin intrigant.

 
© 2017 Narita Ryohgo / Fujimoto Shinta, Square Enix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *