Kingdom-Vol.-47

Kingdom tome 47 et 48 : tout est une question de vitesse

Comme chaque mois, il est temps de revenir sur des terres que l’on a déjà parcouru à de très nombreuses reprises. Un petit plaisir qui nous permet de voir l’évolution d’une saga dont la puissance n’a eu de cesse de monter en flèche au fil du temps. C’est un récit à la fois historique et épique qui nous attend aujourd’hui étant donné que l’on va parler de Kingdom et plus particulièrement du tome 47 et 48. Le fer de lance de Meian a beau enchaîner les arcs palpitants depuis son lancement, jamais on n’a réellement senti d’ennui dans ce périple qui a toujours su se renouveler avec pertinence. La question est donc de savoir si cela est toujours le cas alors que l’on s’apprête à assister à une guerre pouvant changer à jamais le destin de toute la Chine. Il faut le dire, les précédentes lectures avaient su nous exciter à l’idée de la bataille qui se profilait à l’horizon et l’on était donc impatient de constater par nous-même si Ousen allait nous éblouir. On le dit tout de suite, ces deux nouvelles escapades ont largement su nous satisfaire et toujours en gardant de belles surprises. Il est donc grand temps de retrouver sa place en tant qu’observateur de cette époque de guerriers.

Une avancée ne devant être arrêtée

Kingdom - retrouvailles

Cela rappelle des souvenirs !

Kingdom, imaginé par Yasuhisa Hara, s’était arrêté alors qu’une terrible tempête était sur le point de frapper la Chine. Celle-ci avait pris la forme d’une immense armée ayant quitté la capitale de Qin pour se lancer à la conquête de Zhao. Cette confrontation tant redoutée allait enfin avoir lieu et représentait énormément pour le rêve d’unification d’Ei Sei. Après avoir échangé avec Riboku, ce dernier avait clairement montré son désaccord face à un tel projet et avait juré de tout mettre en oeuvre pour détruire celui-ci. Il savait pertinemment que pour accomplir un tel objectif, le temps était le pire des ennemis. Le plus grand génie des Trois Grands Cieux avait donc rapidement mis en place des défenses redoutables qui allaient briser la détermination des soldats qui oseraient se frotter à eux. Plus les jours passeraient et plus cela signifierait la fin des ambitions de ce jeune roi. Face à ce problème épineux, un plan tenant plus du pari allait être mis en place pour contrecarrer cette situation. Faisant de son mieux pour contrôler l’information, les hauts dignitaires de Qin avaient seulement informés ceux qui allaient jouer un grand rôle dans la bataille à venir. L’ensemble de cette stratégie reposait sur une diversion permettant de contourner la vigilance adverse pour pouvoir frapper rapidement en plein coeur du pays.

A présent, le but était de continuer à faire semblant et ainsi réussir à tromper l’attention de Riboku et cela impliquait aussi de surprendre tous ces soldats qui suivaient Ousen, Yotanwa et Kanki. En seulement quelques minutes, tout bascula dès lors que le chemin entrepris changea. Le coup d’envoi d’une tactique qui pouvait autant être gagnante que cause la perte de toute cette armée. Tout reposait à présent sur la capacité des officiers à s’adapter à tout ce qui pourrait arriver d’inattendu sur le terrain. Après tout, le plus grand stratège de cette époque est bien loin de se laisser faire même lorsqu’il est pris de court. Tandis que le pas s’accélère pour l’ensemble de ces hommes qui se précipitent pour s’emparer des nombreuses villes sur leur chemin, la réaction adverse pourrait bien en surprendre plus d’un. Est-ce qu’il sera vraiment possible d’arriver jusqu’à la capitale de Zhao sans problème ? Une question qui va très vite trouver sa réponse au vu de l’ingéniosité de l’opposant. Tout va maintenant être une question de timing, de maîtrise du terrain et surtout d’une bonne dose de ruse pour pouvoir contrer chaque assaut. De nombreuses batailles sont sur le point d’éclater et de révéler de multiples talents qui vont briller au sein de toute cette violence.

Si l’on enchaîne les conflits de grande envergure, Kingdom va nous délivrer ici une confrontation encore plus importante que les précédentes. Le choc qui se dessine devant tout est cruciale, car on sait que peu importe le résultat final, l’un des deux camps ne pourra plus se relever. Il y a donc constamment cette épée de Damoclès qui plane au-dessus de chaque soldat et le seul moyen de s’en sortir est de réussir à s’acclimater des aléas du terrain et de pouvoir analyser chaque petit changement sur le champ de bataille. Un jeu où l’on va découvrir deux véritables maîtres en la matière.

Tout peut arriver sur le terrain

On le sait, la guerre opposant Qin et Zhao est loin d’être comme les précédentes. De par ses enjeux et surtout les moyens mis en place, le raz-de-marée humain qui engloutit cette contrée va aussi apporter quelque chose de très intéressant. Si une stratégie a été mise en place dès le départ pour prendre de court Riboku et ses hommes, il y a un élément qui va amener un véritable tournant dans cette progression. En effet, le fait d’impliquer une si grande armée et de s’enfoncer aussi loin dans les lignes ennemies va aussi obliger celui qui dirige ses troupes à devoir suivre son propre instinct. Un droit qu’on a offert à Ousen et qui va nous montrer à quel point il peut être brillant quand il s’agit de s’adapter. Ce n’est pas la première fois qu’une bataille ne se déroule pas exactement comme cela fut imaginé. Il y a toujours un petit caillou venant bloquer l’engrenage et pouvant totalement changer le cours d’un duel. C’est même devenu un exercice récurrent au sein de la licence qui a permis d’observer certains talents s’éveiller. Ici, c’est à une toute autre échelle et éblouir notre regard au fur et à mesure que l’on comprend la nouvelle stratégie élaborée par cet homme insondable. En réussissant à transformer un plan de base pouvant avoir de nombreuses failles en une invasion redoutable pouvant mettre à mal les officiers de Zhao, Ousen se montre une fois de plus comme un monstre d’ingéniosité.

En fait, on se demande même jusqu’où peut aller son appréhension de l’environnement qui l’entoure. Ainsi, cet arc va permettre de vraiment le mettre en lumière et ainsi constater à quel point il est sans nul doute l’un des plus gros atouts de son royaume. Cela sublime notre vision du champ de bataille et surtout démontre une autre manière de mener une armée au combat. On ne cesse alors d’aller de surprise en surprise en compagnie de cet homme qui enchaîne les tactiques avec une efficacité terrifiante. Rien que le fait de le voir se confronter et tenir tête à celui qui a tant posé de problèmes aux siens suffit à nous faire trembler de plaisir. A travers les actions d’un homme, l’auteur prouve à quel point il maîtrise l’art militaire en mettant en scène des ruses que l’on avait encore jamais vu pendant cette ère de chaos. On a beau savoir que le temps est compté et que le moindre retard peut être fatal, le simple fait de voir ce général se tenir fièrement devant son adversaire suffit à nous faire oublier nos doutes. Une prestance qui s’exprime autant par son charisme que par sa faculté à déceler le moindre changement. Un véritable maestro qui dirige ses soldats sans que l’on ne sache jamais quel morceau il va jouer.

Bien sûr, qui dit bataille dantesque dit aussi un excellent moyen pour se démarquer. C’est au cours de tels affrontements que chaque officier peut faire étalage de sa puissance, de son ingéniosité ou bien de sa fourberie. On va donc autant assister à un ballet mortel où chaque coup compte qu’un terrain de jeu parfait pour toutes ces jeunes pousses désirant s’élever toujours plus haut. La surprise peut alors être de taille quand on voit l’évolution de certains et les capacités dont ils font preuve face à l’ennemi. Sûrement l’obstacle le plus dur à franchir, mais qui peut amener à la plus belle des récompenses.

Un champ de bataille propice aux exploits

Kingdom-ousen

Un homme imperturbable.

On le sait depuis maintenant un petit moment, nos jeunes guerriers rêvent tous de pouvoir se distinguer sur le champ de bataille. L’honneur et la victoire sont des éléments cruciaux permettant leur ascension au sein de cette hiérarchie militaire basée sur les prouesses. On a d’ailleurs pu assister à de nombreuses occasions à ces exploits ayant permis à Shin de gravir les échelons un à un. C’est donc tout naturellement que la guerre entre Zhao et Qin va nous être présenté autant comme un événement majeur de l’Histoire de la Chine qu’un moyen pour tous ces officiers d’écrire leur nom dans les livres. Cependant, ce face-à-face ne va pas uniquement se concentrer sur le talent de nos jeunes soldats. De par sa portée grandiose, ce conflit va être l’occasion parfaite pour chacun de briller et ainsi peut-être prétendre à devenir l’un des nouveaux grands généraux du royaume. Le lecteur va donc constamment être balloté au sein de ces deux lectures d’un bataillon à l’autre afin d’être le témoin privilégié des aptitudes de chacun. Une scène gigantesque où chaque homme et femme se lancent dans la mêlée afin d’en ressortir victorieux. Que cela soit Ouhon, Shin, Mouten, le peuple des montagnes, Ousen ou Kanki, chacun va démontrer qu’il est digne de son rang. Un spectacle épique où chacun peut s’exprimer comme il l’entend.

D’ailleurs, c’est justement cette diversité dans l’action qui va aussi grandement attirer notre attention. Il n’y a pas un seul officier qui se bat comme les autres. Notre regard va ainsi se porter sur la sauvagerie des tribus montagnardes à la fourberie bien connue de Kanki en passant par l’excellent sens de déduction de Mouten. Cela provoque un étonnement constant chez le lecteur qui ne sent aucunement l’ennui alors qu’il est plongé au coeur de ce choc faisant vibrer les fondations de deux pays. Cette particularité propre à ces deux tomes va aussi amener un sujet intéressant sur la table à savoir le fameux passage de flambeau qui est l’un des sujets principaux de la licence. En voyant notre trio de jeunes officiers se battre quasiment d’égal à égal avec leurs collègues ayant bien plus d’expérience, l’auteur nous montre ainsi que le fossé diminue entre tous ces gens. Une manière aussi pertinente qu’excitante de prouver que les oisillons ont à présent quitter le nid et qu’ils peuvent voler de leurs propres ailes sur tous ces champs de bataille. L’expérience qui leur faisait défaut s’est peu à peu résorber au fil des duels et la concurrence ne se limitent donc plus uniquement à ce trio. Ils se sont suffisamment élevés pour pouvoir inquiéter leurs homologues qui doivent alors redoubler d’efforts pour ne pas être distancé. Une toile qui nous conte à merveille la progression de toutes ces âmes.

Kingdom nous prouve à chaque fois que l’on peut constamment se réinventer sans pour autant dénaturer ce qui fait la force d’une oeuvre. Si l’on a l’impression de simplement aller de bataille en bataille, cela ne signifie pas que tout cela se répète. Bien au contraire, il y a constamment tous pleins de petits détails, de stratégies élaborées et de progression qui rendent cette aventure littéraire absolument mémorable. Chaque acte est donc un moyen pour nous d’observer la légende de tous ces gens s’écrire. On avance et on grandit en même temps qu’eux et cela ne fait que nous impliquer encore plus dans ce récit grandiose.

Kingdom avance ses pions

A chaque fois que l’on s’aventure sur ces terres en proie au chaos, on en ressort ébloui. Cette fascination s’est présenté à nous de tellement de façons différentes que l’on a constamment l’impression de vivre sans cesse un voyage inédit. La force de Kingdom est autant dans ces scènes de batailles dantesques que dans cette faculté qu’a l’auteur de traiter l’art de la guerre sous tous ses aspects. C’est encore plus vrai dans ces deux lectures qui vont frapper un immense coup autant sur le plan visuel que sur le scénario en lui-même. Chaque combattant que l’on croise se bat autant pour sa patrie que pour être celui qui pourra laisser son empreinte à jamais. Comme le dit si bien l’adage, seuls les gagnants peuvent écrire l’Histoire. Une leçon que bon nombre de gens comprenne en foulant ce sol gorgé de sang et où chaque assaut peut être le dernier. Cette licence représente à merveille toutes les facettes de ces conflits qui ont traversé les âges. En participant à cette immense expédition, on a vraiment le sentiment d’assister à un tournant majeur qui va autant influencer le destin des deux camps que l’ensemble de ce pays. Les stratégies et les soldats s’entrechoquent dans un spectacle à la fois hypnotisant et violent. Ce n’est qu’une fois le calme revenue que l’on pourra vraiment savoir qui sera le grand gagnant de ce choc dantesque.

La magie opère donc toujours autant dans cette franchise qui dépasse tout ce que l’on a pu lire auparavant. Alors que l’on s’approche inexorablement des cinquante tomes passés, le plaisir reste le même et va aller jusqu’à se renforcer. En réalité, c’est une grande joie que de suivre Shin et tous ses camarades dans leur lutte pour unifier la Chine. Après toutes les épreuves qu’ils ont franchies et les pertes vécues, on ne peut qu’être admiratif devant ce groupe qui n’a cessé de s’étendre et de grandir. Le lien entre le lecteur et tous ces personnages ne fait que se renforcer au fil des cases et cela rend chaque scène encore plus belle, puissante et émouvante. Un véritable exploit et une très belle manière de la part du mangaka de donner vie à toute cette galerie d’individus. Qu’ils soient amis, ennemis, simples civils ou politiciens, chacun a su démontrer qu’il méritait sa place ici. C’est maintenant à l’aube de ce qui pourrait être la naissance d’une nouvelle ère que l’on contemple silencieusement tout ce beau monde combattre pour leurs idéaux. A présent, les questions fusent dans notre esprit à l’approche de la prochaine mêlée. Qui sortira victorieux de cette course contre la montre ? Ousen pourra-t-il surpasser le génie de Riboku ? La surprise viendra-t-elle d’un de ces jeunes généraux ? Devra-t-on faire nos adieux à de vieilles connaissances ? On va rapidement le savoir en se lançant dans la suite.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti sur ces deux volumes de Kingdom. Appréciez-vous toujours autant cette fresque historique ? Trouvez-vous que l’on a encore été agréablement surpris au cours de cette confrontation ? Pensez-vous que tout cela aboutira à une victoire de Qin ou de Zhao ? A votre avis, quel est le meilleur stratège entre Ousen et Riboku ? Croyez-vous que notre trio pourra se surpasser durant cette guerre ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet. 🙂

© 2006 Hara Yasuhisa, Shueisha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *