COLORLESS-Vol.-1

Colorless tome 1 : un monde sans couleurs

On est toujours intrigué de découvrir des nouvelles facettes de l’univers du manga. Les oeuvres ont beau s’enchaîner, on a constamment l’impression de ne jamais s’ennuyer. Le plaisir de la découverte est présent et c’est ce qui fait aussi tout la force de ces titres uniques. D’ailleurs, nous avons pu poser les mains récemment sur une licence inédite qui avait grandement éveillé notre intérêt dès son annonce. Provenant tout droit du catalogue de Shiba Editions, cette saga comptait nous proposer un récit aussi prenant que visuel. Vous l’aurez compris, aujourd’hui on va évoquer le premier tome de Colorless qui a fait ses débuts la semaine dernière. En cherchant à jouer sur le thème des couleur et à nous plonger dans un monde post-apocalyptique, l’auteur souhaitait attirer rapidement notre attention. Après lecture de cette introduction, on peut clairement dire que le pari est réussi au vu de l’intérêt que l’on a pu éprouver tout au long de ces cases. Une virée aussi sombre qu’hypnotisante dans une société où le passé s’efface pour créer un futur incertain. L’heure est donc venue d’essayer de remettre un peu de beauté en ce monde terne.

Une catastrophe inimaginable

Colorless - église

L’ennemi a abattre.

Colorless, imaginé par KENT, nous plonge sur une Terre ayant subi un terrible cataclysme. En effet, suite à une éruption solaire d’une ampleur sans précédent, la planète entière a perdu ses couleurs. En plus de cela, cette catastrophe a aussi provoqué de nombreux bouleversements pour l’Humanité. Cette dernière a été victime de terribles mutations génétiques qui ont transformé le visage de tous les gens en d’étranges créatures. Un tragique événement qui a amené le monde vers son déclin. Alors que tout semble peu à peu s’écrouler sur la surface du globe, les gens essayent tant bien que mal de profiter de cette vie teintée de noir et de blanc. Heureusement, il existe encore des fragments infimes de couleurs dans le monde. Ceux-ci pourraient bien être la clé permettant la sauvegarde de la Terre ainsi que son possible rétablissement. Une splendeur d’antan qui fait rêver de nombreuses personnes dont un groupe ayant constamment pris de l’ampleur au fil des années. Il s’agit de l’Eglise qui vénère les couleurs du passé et souhaite ardemment revenir aux temps anciens. Si ce groupuscule n’était constitué que d’une poignée de fidèles au départ, cela a pris rapidement une dimension bien plus grande. A présent, cette secte a des contacts dans tous les milieux et va même jusqu’à diriger une grande partie des hautes sphères.

Tout le monde sait maintenant qu’il ne vaut mieux pas être sur le chemin de cette organisation qui cherche à étendre son influence. Cependant, il existe un individu qui arrive à tenir tête à ces individus et qui a décidé de suivre une toute autre voie. Son nom est Avidya et il étudie la prodigieuse énergie qui se concentre dans les fameux pigments. Cherchant désespérément à pouvoir utiliser cette puissance pour le bien commun, il a souvent eu des démêlés avec ceux qui convoitent cette précieuse ressource. S’il s’en est toujours sorti jusqu’ici, il est encore loin d’imaginer que sa vie va prendre une toute autre tournure suite à une rencontre fatidique. C’est en faisant la connaissance de la jeune Tchié qui semble être convoitée par l’Eglise. Ne pouvant laisser une telle personne tomber entre leurs griffes, le chercheur est prêt à mettre son existence en péril pour la protéger. Un terrible combat s’apprête alors à débuter entre ces deux partis qui pourraient bien avoir l’avenir de l’Humanité entre leurs mains. Qui l’emportera donc entre le savant et cette organisation terrifiante ? La solution pourrait bien alors se trouver dans ces couleurs disparues dont il ne reste que quelques traces. Cette société en ruines va ainsi se transformer en un théâtre où se jouera une pièce d’une importance capitale. Le temps n’a alors jamais été aussi précieux pour ces êtres humains qui se rapprochent plus du monstre que de l’homme.

Si le synopsis de Colorless suffit déjà à éveiller notre curiosité, ce premier volume avait la lourde tâche de parvenir à transformer cette promesse en réalité. Le résultat est plus que satisfaisant au vu de tout ce que proposent ces quelques actes. Un prélude qui nous dévoile de nombreux visages au fur et à mesure que l’on avance dans la lecture. Entre son côté science-fiction, l’imagination dont fait preuve le mangaka au fil de son récit et l’écriture des principaux groupes, notre regard est sans cesse capté par quelque chose. Un voyage extraordinaire qui dépasse de loin toutes nos attentes.

Un récit aux multiples facettes

Tout d’abord, il faut souligner à quel point le concept des couleurs perdues est bien trouvée. L’auteur permet ainsi de donner une raison à l’existence de ce noir et blanc qui ponctuent la vie de tous ces citoyens. Cela va aussi permettre d’avoir le droit à des séquences faisant appel à ces pigments et ainsi sublimer certains passages. Rien qu’en amenant ce sujet, l’oeuvre propose un aspect contemplatif des plus fascinants tout en offrant des plans magnifiques. Outre son idée de base, le titre va aussi se démarquer par les nombreuses facettes dont il fait preuve. Que ce soit cette volonté d’amener un côté scientifique à l’intrigue pour coller à l’ambiance et au personnage principal ou bien le fait de proposer des confrontations grandioses, ce premier volume parvient à passer de l’un à l’autre avec aisance. On est constamment interpellé par ce que l’on découvre et surtout les travaux de notre savant. Le lecteur se retrouve comme hypnotisé par ce savoir qui dégouline de chaque page et va donc donner toujours plus de profondeur et de réalisme à ce conte. Ce qui n’empêche nullement d’avoir le droit à une bonne dose de mystères. C’est d’ailleurs ce contraste entre cette mine d’informations que représente Avidya et les multiples secrets qui existent encore qui rendent ce scénario aussi prenant. On a envie de savoir tous les tenants et aboutissants de ce scénario futuriste et inquiétant.

Pourtant, Colorless ne repose pas uniquement sur le thème de la science-fiction. Bien au contraire, cette introduction va nous permettre de découvrir une touche d’humanité bienvenue. Dans ce monde où l’être humain est difforme et ne ressemble plus du tout à ce que l’on connaît, le fait de voir quelqu’un se battre pour défendre une autre vie nous laisse entrevoir une lueur d’espoir. Cela s’exprime aussi par quelques petits échanges pouvant sembler anodins, mais qui viennent briser cette atmosphère froide et sombre qui règne sur ces terres. En réalité, ceux sont les êtres qui pullulent dans ces restants de villes qui peuvent transformer un quotidien morne en un fragment de leur passé. Si bien sûr tout ceci fait partie intégrante de l’intrigue, la justesse des liens qui se tissent entre les différents protagonistes est suffisamment soignée pour que cela sublime l’oeuvre. Le combat qui va même opposer notre héros à toute cette organisation menaçante est autant pour conserver la mainmise sur le futur de l’Humanité que pour permettre à certains de pouvoir vivre libre. On observe donc ce spectacle autant heureux de voir les raisons d’Avidya de se battre que curieux en imaginant toutes les possibilités qui peuvent se dessiner au loin. Un excellent premier acte qui nous plonge rapidement dans le bain tout en laissant des indices intéressants pour le futur de cette licence.

Colorless nous délivre donc un prélude aussi satisfaisant que prometteur pour la suite. Le charisme dont fait preuve le personnage principal, l’ingéniosité derrière l’utilisation des couleurs et les diverses énigmes du récit sont largement suffisants pour nous faire rêver. Ironiquement, ce monde, dépourvu de toute nuance, n’a jamais été aussi éblouissant qu’à travers ce déluge de noirs et de blancs. On se laisse même à imaginer quelles pourraient bien être la véritable apparence de tout ce qui constitue cet environnement qui nous est inédit. Une société où la monstruosité est devenue la norme et où la recherche du passé pourrait conduire à un drame sans précédent.

Colorless dessine une toile captivante

Colorless - savant

Avidya ne rigole pas.

Si l’on avait déjà été intéressé par Colorless dès lors que l’on s’est penché sur sa direction artistique, l’histoire a fini de nous convaincre. N’étant pas trop fan de science-fiction à la base, cela ne nous a nullement empêchés d’apprécier ce qui se dessinait devant nous. Ceci est dû, en grande partie, à l’imagination de l’auteur pour utiliser habilement les couleurs ainsi que sur l’écriture des divers personnages qui nous accompagne durant cette épopée. Bien évidemment, ce premier volume sert avant tout à introduire cet univers et les différents mystères qu’il faudra résoudre. Cependant, il se dégage de ces quelques pages une identité unique et captivante qui retient rapidement toute notre attention. On s’implique dans ce que l’on peut observer et cela donne à chaque scène une dimension bien plus grande. Notre esprit cherche à comprendre les recherches d’Avidya tandis que l’Eglise est à la fois si mystérieuse et inquiétante que l’on éprouve aisément des frissons en voyant certains de leurs agents. L’affrontement qui se joue alors au coeur de ces cases est traité avec autant de pertinence dans les principes guidant chaque camp qu’explosif dans sa mise en scène. Un premier essai plus que réussi qui donne clairement envie de retourner sur ces terres désolées où certains tentent de survivre tandis que d’autre se cramponne à un passé ayant disparu.

C’est donc avec grand plaisir que l’on recommande chaudement ce prélude qui est rapidement devenu un coup de coeur. On espère que les prochains tomes seront du même calibre que celui-ci et surtout qu’ils parviendront à embellir une histoire déjà saisissante. A travers ses personnages charismatiques et humains malgré leur apparence, le mangaka n’a aucun mal à nous faire avoir de l’empathie pour eux. Une relation se tisse alors entre eux et nous rendant ce périple encore plus savoureux. Si vous aimez les récits de science-fiction post apocalyptique intelligents et ingénieux alors Colorless pourrait être le titre qu’il vous faut. Le temps est passé à une vitesse folle tandis que l’on se perdait avec délectation dans ces dessins fourmillant de détails. Cette expérience littéraire va alors s’emparer de nous et perdurer même après la lecture tandis que notre esprit cherche à imaginer ce que pourrait réserver l’avenir à nos héros. A présent, il est l’heure de poser par écrit les questions qui nous trottent dans la tête. Quel va être le plan d’Avidya pour protéger sa nouvelle camarade ? A quoi pourrait réellement correspondre le but de l’Eglise ? Est-il vraiment possible pour un seul homme de tenir tête à un tel adversaire ? Il faudra être patient pour avoir les réponses à toutes ces interrogations. Il est en tout cas sûr que l’on suivra de près l’évolution de ce conte qui a tout pour plaire et devenir une aventure hors du commun. La noirceur de ce monde ne fait que renforcer un peu plus l’importance de la couleur dans la vie de chacun.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti sur ce premier volume de Colorless. Avez-vous apprécié le principe régissant cet univers ? Trouvez-vous que cela donne un début de récit palpitant ? Les personnages ont-ils su s’attirer votre sympathie ? A votre avis, quel est le secret qui se cache derrière la personne étant la cause de tous ces problèmes ? Pensez-vous que la société que l’on entrevoit va nous réserver d’autres surprises ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet. 🙂

© 2019 KENT, Leed

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *