Eyeshield 21

On rembobine : Eyeshield 21 tome 1

Alors que cette semaine signe le retour des sorties mangas, il était donc vital pour nous de trouver des sujets intéressants à évoquer avant de reprendre le cours de l’actualité livresque. Pour cela, on s’est rappelé d’anciennes chroniques que l’on avait où l’on replongeait dans le premier tome d’une ancienne série comme si on venait juste de la découvrir. On s’est donc dit que ce serait le moment idéal pour faire un petit retour en arrière afin de vous évoquer d’autres licences qui ont grandement marqué notre culture manga dès notre plus jeune âge. Pour ce premier voyage dans nos souvenirs, on va revenir sur le terrain de football américain avec le légendaire Eyeshield 21, édité chez Glénat. Devenu un véritable monument du shônen sportif, cette oeuvre avait-elle cependant tout ce qu’il faut pour capter l’attention du lecteur dès son introduction ? La réponse est oui et pas uniquement par son aspect divertissant et épique. Une licence qui, en plus de son côté spectaculaire, a commencé dès le départ à développer son point fort qui n’est autre que ses personnages. L’heure est donc venue de marquer le touchdown !

Le lycéen aux jambes d’or

Eyeshield 21 course

Toujours courir.

Eyeshield 21, scénarisé par Inagaki Riichiro et dessiné par Murata Yusuke, nous plonge dans le quotidien du jeune Sena Kobayakawa. Venant tout juste d’arriver au lycée, ce garçon craintif et frêle est bien déterminé à ne plus se laisser marcher sur les pieds comme ce fut le cas auparavant. Cependant, les vieilles habitudes ont la vie dure et ils se retrouvent rapidement à devoir faire le larbin pour les délinquants de l’école. Cette vie à devoir répondre aux exigences de ses tortionnaires lui a tout de même apporté une chose unique. Il affiche une vitesse de course prodigieuse couplé à une analyse pertinente de son environnement. Deux qualités qui surprennent grandement lorsque l’on observe cet étudiant qui ne sait dire non à tout ce qu’on lui demande. Ce qu’il ne sait pas encore, c’est que ses capacités vont être aperçues par l’individu le moins fréquentable de l’établissement et qui s’avère être le capitaine de l’équipe de football américain. Répondant au nom d’Hiruma, ce véritable démon va être le témoin de sa rapidité hors du commun et ne va avoir plus qu’un désir qui est de le recruter pour faire partie de sa team. Sena va donc se retrouver avec le pire des tortionnaires possibles qui va utiliser son art de la persuasion et de la manipulation pour le faire jouer sur le terrain. Sans même comprendre comment il en est arrivé là, ce garçon n’ayant jamais fait de sport de sa vie va devoir se confronter à de véritables montagnes de muscles.

A deux doigts de faire un malaise, il va tout de même s’impliquer dans cette première rencontre concernant une discipline dont il ignore tout. C’est ainsi que les Devil Bats, dont le groupe n’est constitué que de quelques joueurs provisoires, va obtenir son arme la plus redoutable. Derrière sa visière teintée dissimulant son visage, ce petit gabarit va commencer à s’élancer sur ce champ de bataille qui va laisser exprimer tout son talent. Le mythe d’Eyeshield 21 s’apprête à voir le jour sous le regard attentif d’Hiruma qui est plus que décidé de transformer cette saison en une série de victoires. Cependant, le chemin vers le sommet est semé d’embûches et nombreuses sont les équipes talentueuses à se battre pour obtenir leur place tout en haut. C’est donc un enfer sans nom que va vivre le pauvre Sena qui va cependant entrevoir en ce sport une chance de grandir et surtout de changer. C’est dans l’adversité que certains individus se révèlent et cela pourrait bien être le cas de cet adolescent dont les jambes sont encore loin d’avoir atteint leur plein potentiel. De plus, les Devil Bats ne sont encore qu’au prélude de leur ascension tandis que l’équipe peine encore à se construire. Une longue traversée du désert dont la ligne d’arrivée pourrait bien symboliser beaucoup de choses pour ces joueurs qui donnent tout ce qu’ils ont.

Lorsque l’on s’attarde uniquement sur le premier volume d’Eyeshield 21, on pourrait aisément croire que tout ceci est le prélude à un titre ressemblant à de nombreuses autres oeuvres du genre. Pourtant, dès les premières cases, les deux artistes derrière ce récit vont réussir à donner vie à un élément crucial qui insuffle l’âme de cette oeuvre. Il ne s’agit nul autre que des protagonistes dont on fait la connaissance et qui parviennent, en l’espace de quelques minutes, à capter entièrement notre attention. L’aspect explosif des matchs et des techniques propres aux joueurs ne seraient que peu de chose sans cette sympathie pour ce trio.

Les fondements des Devil Bats

Lorsque l’on évoque Eyeshield 21, on pense bien sûr aux incroyables rencontres sportives dont on a eu le droit. Cependant, ce premier volume était encore loin de nous poser les bases de ce qu’allait devenir ces futures confrontations. On était avant tout dans une volonté d’introduire les différents protagonistes qui allaient guider le récit jusqu’à sa conclusion. C’est à ce niveau que cette introduction fait le plus remarquable des travails en proposant une présentation à la fois soignée et intrigante des trois lycéens qui constitueront le pilier central de cette équipe. Il suffit de quelques instants pour prendre pleinement conscience du potentiel du jeune Sena et on partage alors la même surprise qu’Hiruma en assistant à ce spectacle. Si l’étiquette du peureux de service va se coller tout au long de cette lecture sur le dos de notre héros, celle-ci parvient à disparaître dès lors qu’il entre sur le terrain. C’est dans ces moments uniques que l’on oublie notre énervement pour cet adolescent qui panique constamment afin de voir en lui le joueur qu’il peut être. Notre frustration se transforme alors en excitation et c’est ce changement radical, mais efficace qui nous montre que l’on ne peut se fier à cette première impression. Pareil pour nos deux autres compères qui n’ont rien à envier à leur nouveau comparse.

Kurita nous est montré comme un gros nounours dont la gentillesse va en totale opposition avec l’infamie de son partenaire de toujours. Pourtant, il se transforme une fois sur le terrain pour devenir une montagne que rien ne semble pouvoir déplacer. Pour Hiruma, s’il reste toujours fidèle à sa notoriété de démon qui ne lâche jamais sa proie, il nous est aussi montré comme un grand stratège dont l’ingéniosité n’a d’égale que sa fourberie. On est donc constamment interpellé par cette double facette qui anime chacun des acteurs de ce récit. Des étudiants qui se caractérisent par un trait unique avant de montrer toute leur complexité une fois qu’ils ont enfilé leur tenue. Ainsi, on prend conscience à quel point ils sont capables de choses uniques et que, même si le chemin semble long, ils peuvent devenir de sérieux concurrents pour le titre. En un volume, on sent pleinement tout le potentiel qui se dégage de tous ces sportifs qui ne montrent qu’une infime partie de leur travail d’équipe. Cet attrait est si maîtrisé que l’on se met rapidement à rêver de voir ce trio se battre vaillamment pour agrandir cette équipe et surtout créer leur légende. Si le manga porte le nom d’Eyeshield 21, notre coureur n’est pas le seul à écrire son mythe. Une oeuvre qui nous montre que tous ont la possibilité d’apporter leur pierre à cet édifice qu’est la team des Devil Bats qui pourrait bien rentrer dans les annales.

Eyeshield 21, de par ce premier contact, cherchait autant à nous donner envie de nous intéresser à ce sport que de surtout élever les quelques individus que l’on rencontre. Une fondation solide et qui surtout laisse énormément de place à l’imagination de par la parfaite écriture que l’on peut observer concernant les promesses réalisées par Sena et ses amis. Une oeuvre sportive qui souhaite aussi à montrer qu’à travers le football américain, il est aussi possible de grandir et surtout de changer. Le récit d’un jeune garçon et de ses compagnons qui s’unissent pour accomplir un but semblant impossible, mais qui nous fait rêver.

Eyeshield 21 remporte son premier point

Alors que l’on connaît parfaitement la légende de cette série, Eyeshield 21 est très intéressant à étudier à travers son premier tome. Ce qui pouvait sembler paraître comme un début classique pour un manga de sport est en réalité un premier contact pertinent dans sa manière de construire ses personnages. Le fait de se concentrer principalement sur nos trois joueurs est intelligent, car cela permet de vraiment accentuer leur rôle majeur dans l’histoire à venir tout en cernant parfaitement leur personnalité et capacités. C’est grâce à cela que l’on va aussi pouvoir ressentir un lien se tisser entre le lecteur et ces étudiants qui donnent tout ce qu’ils ont pour décrocher la victoire. Que cela soit le rapide Sena, la montagne Kurita ou le diabolique Hiruma, ils ont chacun une manière de nous marquer et de nous donner envie de lire la suite. De plus, on ne peut évoquer ce manga sans parler évidemment de la qualité indéniable des dessins qui ont permis à Yusuke Murata de montrer une bonne partie de son talent. Une véritable claque graphique qui accompagne avec brio ce récit dont le rythme ne cesse de monter en puissance dans ce premier volume. Une démonstration de force de la part de ceux qui deviendront les fondateurs de la grandiose équipe des Devil Bats.

A travers ce premier contact, l’oeuvre parvient aisément à accomplir son rôle. Celui-ci était d’accrocher le lecteur afin de lui donner envie de voir ce qu’il adviendra par la suite. Outre l’aspect incroyable de Sena, c’est avant tout le potentiel qui se dégage de lui et le fait d’être le témoin privilégié de son ascension qui rend ce moment si unique. Une galerie de personnages qui commence tout juste à prendre forme et qui pourtant nous tient déjà en haleine. Si vous n’avez jamais eu l’occasion de vous pencher sur cette série, n’hésitez plus surtout si vous adorez les titres sportifs où le côté épique d’une confrontation se mêle à la perfection à l’apprentissage des règles. Bien sûr, cette introduction est encore loin de nous montrer des matchs endiablés où chaque point est sujet d’un violent affrontement. Cependant, elle parvient, en un duel, à nous faire vibrer au rythme de chacun des pas de cet adolescent qui foule pour la première fois un terrain qui pourrait tant symboliser pour lui. Un acte qui est le signe annonciateur de l’incroyable tempête qui approche et qui pourrait bien tout ravager. A l’instant où l’on referme cet ouvrage, on ne peut que se demander qui seront ceux qui se tiendront devant eux et qui viendra grossir les rangs d’Hiruma et de ses sbires.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti lors de la lecture de ce premier volume d’Eyeshield 21. Nous sommes aussi curieux de connaître votre propre expérience par rapport à cette licence. Appréciez-vous les personnages mis en scène ? Trouvez-vous que l’on a ici un shônen sportif qui dépasse le cadre du domaine de la compétition ? Quel est votre joueur préféré ainsi que votre équipe de prédilection parmi toute la saga ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet. 🙂

Eyeshield-21-Sena-esquive-Shin

Le début de la légende.

© 2002 Murata Yusuke / Inagaki Riichiro, Shueisha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *