Iruma à l'école des démons-Vol.-1

Iruma à l’école des démons tome 1 : bienvenu dans un établissement infernal

Il n’y a pas à dire, cette rentrée littéraire aura vraiment été fantastique en matière de nouvelles licences dans le monde du manga. Parmi tout ce que l’on a pu découvrir, il y a un titre que l’on attendait avec impatience tant on avait apprécié l’adaptation en anime de cette saga. D’ailleurs, il est toujours intéressant de pouvoir jeter un regard sur une série de cette manière, car cela permet de découvrir des aventures inédites. C’est donc chez nobi nobi que l’on a pu voir l’arrivée du premier tome d’Iruma à l’école des démons. Ce titre a eu le droit à sa série animée sur Crunchyroll il n’y a pas si longtemps et on était donc curieux de voir ce que pouvait donner cette histoire dans son format d’origine. Le résultat est là et l’on a été totalement captivé par ce début de récit qui nous a donné un immense sourire tout au long de notre lecture. Rien que le fait de revoir tous ces personnages et leurs péripéties fut un véritable bonheur surtout que cela permet aussi d’introduire d’autres atouts bien spécifiques. Il est donc grand temps de prendre notre cartable pour rejoindre un établissement scolaire infernal.

Tout commence par un marché

Iruma à l'école des démons - vendu

Quel drôle de prélude.

Iruma à l’école des démons, imaginé par Osamu Nishi, nous plonge dans le quotidien tout à fait lambda d’un jeune étudiant répondant au nom d’Iruma. Ce garçon s’avère être quelqu’un ne sachant pas dire non peu importe ce qu’on lui demande. C’est encore plus flagrant avec ses parents qui n’ont eu de cesse de le mettre dans des situations totalement improbables tout au long de sa jeunesse. Sa gentillesse chronique lui joue ainsi de nombreux tours, mais il ne s’attendait pas du tout à ce que cela puisse l’amener à vivre un véritable enfer. Un beau jour, sa famille va lui déclarer qu’ils l’ont vendu à un démon pour une somme rondelette. Totalement abasourdi par ce qu’il entend et le sort qui lui est réservé, Iruma ne peut rien y faire et se retrouve embarqué dans un autre monde fort lugubre. Totalement terrorisé et imaginant déjà subir les pires supplices de la part de son nouveau maître, il se dit que sa vie fut bien courte. Se résignant finalement au funeste destin qu’il imagine, sa surprise va être grande dès lors qu’il va se tenir devant ce vieux démon aux allures de noble. Pensant finir dans son estomac, il ne put qu’être figé de stupeur en voyant que ce dernier souhaitait juste l’adopter en tant que petit-fils. En effet, il a toujours rêvé de devenir grand-père et a donc passé ce marché pour cette raison.

N’en revenant pas devant cette vérité, Iruma se demande alors ce qu’il va advenir de lui. L’excentricité de son nouveau papy va alors faire surface tandis qu’il cherche à combler le moindre besoin de son protégé. Il lui déclare alors qu’il va dès à présent rejoindre la prestigieuse école démoniaque nommée Babyls. Se demandant comment il a pu en arriver là, le jeune garçon ne peut finalement qu’accepter. Ce n’est qu’un peu plus tard qu’il va comprendre la dangerosité de ce quotidien qui va le forcer à côtoyer des créatures en tout genre n’ayant jamais croisé d’humain, mais rêvant de pouvoir savourer la chair de l’un d’entre eux. C’est donc la peur au ventre qu’il va faire sa rentrée et va devoir alors tout faire pour cacher sa véritable identité tout en suivant des cours bien étranges. Il va alors être le témoin d’un quotidien surnaturel où les démons se défient en duel et où les épreuves scolaires pourraient aisément le tuer. Malgré tout, Iruma va pouvoir compter sur un atout de taille au sein de cet environnement hostile. Il ne s’agit nul autre que de sa gentillesse désarmante qui pourrait bien surprendre son entourage. La cloche sonne à présent pour symboliser le début d’une existence inédite où le moindre faux pas pourrait être fatal. La question est maintenant de savoir combien de temps il pourra survivre dans cet enfer.

Ce qui fait bien sûr l’âme d’Iruma à l’école des démons est son humour désopilant. Sur ce point-là on n’est nullement déçu et bien au contraire, on a même beaucoup de choses à dire sur le sujet. Un élément qui va rythmer le quotidien de ce jeune homme chez les monstres, mais qui va aussi permettre d’introduire cet univers de manière décalée, mais attirante. Un premier volume qui cherche à jouer sur la comédie pour que l’on s’attache à tous ces personnages et surtout à l’environnement dans lequel on évolue. Les enfers n’auront jamais été aussi colorés que dans cette saga.

Un humour parfaitement maîtrisé

La comédie est toujours un genre délicat à traiter étant donné qu’il faut éviter une trop grande redondance. En effet, perdurer dans le temps n’est pas aisée lorsque l’on mise avant tout sur l’humour et parfois l’absurde. Pourtant, ce premier tome d’Iruma à l’école des démons démontre rapidement qu’il peut réussir aisément à s’en sortir. Ce constat se fait tout d’abord à travers cette ambiance unique qui s’empare de nous en découvrant ce monde démoniaque et pourtant très coloré. En effet, le manga prend un parti-pris efficace qui est de transformer ces créatures effrayantes en un lieu où la bêtise a sa place et qui caricature à merveille cette obscurité pour provoquer l’hilarité. Cela fonctionne du tonnerre et l’effet va même redoubler de pertinence en mettant au centre de cette histoire notre jeune garçon. Lui qui se montre comme un étudiant chétif, peureux et peu sûr de lui, il va devoir faire des efforts inhumains pour transcender son caractère afin de s’acclimater à son nouvel environnement. Sa trop grande gentillesse va ainsi aller en totale opposition de tous ces monstres qu’il fréquente à présent et ainsi forger une dualité qui va permettre de vivre des situations totalement loufoques et plaisantes. On va alors enchaîner les surprises et les fous rires en côtoyant cet adolescent qui va, sans le vouloir, devenir l’une des célébrités de l’établissement.

On prend même un malin plaisir à le voir se débattre pour rester dans son coin et au final se retrouver constamment sous le feu des projecteurs. Outre cela, on ne peut analyser ce premier volume sans évoquer la très grande palette de personnages qui gravite autour de notre protagoniste. Des individus atypiques, drôles et profondément attachants qui vont aussi aller à l’encontre de cette image que l’on peut avoir d’un monstre. Entre le noble idiot et collant, la camarade qui ne cesse de faire des boulettes et le papy qui veut faire briller son petit-fils, on n’a nullement le temps de s’ennuyer au cours de cette première partie. Cela va aussi avoir une autre répercussion très importante sur le lecteur, car tout ce que l’on découvre va faire naître quelque chose en nous. A force de suivre les cours de cette école, d’assister aux épreuves et de rencontrer les gens qui y passent le plus clair de leur temps, on se prend d’amour pour ce lieu. On a presque envie de se perdre au sein de ces longs couloirs afin de contempler toute la vie qui fourmille entre ces murs. Un univers qui s’empare de nous et nous pousse constamment à vouloir en apprendre plus sur les spécificités de cet enseignement ahurissant. Une invitation à l’étrange, au surnaturel et surtout à la bonne humeur et cela fait énormément de bien. Un début qui sait comment donner le sourire !

Iruma à l’école des démons accomplit tout ce que l’on pouvait espérer de cette licence en nous offrant une virée absolument unique. Un voyage fascinant et amusant où chacun des acteurs de cette pièce trouve parfaitement sa place sur scène. Le moindre détail est alors pensé pour autant nous étonner que nous permettre d’apprécier pleinement ce que l’on vit en compagnie de nos nouveaux camarades. En plus de cela, il y a une curiosité qui s’éveille en nous alors que l’on commence à réfléchir à ce qui pourrait bien arriver par la suite. Le divertissement est suffisamment puissant pour nous investir pour la suite.

Iruma à l’école des démons entame son année scolaire

Iruma à l'école des démons - intégration

Au milieu d’un banc de requins.

On va le dire très clairement, Iruma est un titre qui nous a grandement séduit de par son effet feel-good. Tout est pensé pour aller à contre-pied de tout ce que l’on connaît de ces univers où les démons pullulent pour transformer cela en une comédie qui donne la pêche. Il n’y a pas un seul instant où l’on n’a pas souri en découvrant tout ce que pouvait receler cette autre dimension où la monstruosité n’a nullement sa place. En donnant naissance à des personnages aussi contradictoires avec les stéréotypes du genre, l’auteur nous fait mourir de rire. L’humour est parfaitement maîtrisé et l’oeuvre ne tombe jamais dans des gags simplement pour combler l’histoire. Ce conte est organisé pour que l’on avance dans cette exploration de cette école hors du commun. Iruma a beau risquer sa vie à chaque instant de ce nouveau quotidien, tout cela est guidé avec une bienveillance touchante et qui nous fait sourire constamment. En plus de cela, le mangaka parvient autant à nous proposer un divertissement de haute volée qu’à nous donner suffisamment d’éléments afin d’éveiller notre curiosité. Un pur plaisir qui ne perd aucunement de sa force et permet donc à cette introduction de poser des fondations solides et surtout nous promettant de nombreuses autres péripéties savoureuses.

C’est donc un véritable coup de coeur pour ce premier tome d’Iruma à l’école des démons que l’on vous recommande chaudement. On n’a jamais assez de récits nous permettant de nous évader et cela fait un bien fou de tomber sur un titre de ce calibre. On aurait presque envie de se retrouver nous aussi bloquer dans un tel monde rien que pour pouvoir partager le quotidien mouvementé de ces jeunes gens. Si vous aimez les univers loufoques ou que vous souhaitiez une oeuvre qui sait comment vous faire oublier tout le reste alors cette série pourrait bien vous convenir. On referme cet ouvrage en imaginant tellement tous les cours et épreuves que devra surmonter notre jeune camarade. En plus de cela, on ne peut s’empêcher d’être joyeux en voyant les liens qui se tissent entre lui et ses nouveaux amis qui n’ont rien d’humain. Une convivialité rafraîchissante et qui fait fi des différences pour juste nous faire rire. C’est donc une expérience littéraire originale et fascinante que l’on a pu lire et qui nous laisse avec de nombreuses questions. Est-ce que quelqu’un découvrira son terrible secret ? Iruma finira-t-il par s’habituer à cette existence rythmée par la magie et les démons ? Se fera-t-il d’autres compagnons lors de ses prochaines leçons ? On a vraiment hâte de se lancer dans la suite de cette licence.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume d’Iruma à l’école des démons. Avez-vous apprécié l’humour propre à cette épopée ? Quel est le personnage pour lequel vous avez le plus de sympathie ? Trouvez-vous qu’il y a une bonne alchimie entre les divers protagonistes ? Quels sont, à votre avis, les prochains défis que devra surmonter ce jeune garçon ? Pensez-vous que quelqu’un finira par découvrir son terrible secret ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet. 🙂

© 2017 Nishi Osamu, Akita Shoten

2 Comments

  • Comme toi j’ai été comblé par ce premier tome que j’attendais beaucoup. L’humour est top pour conférer à cet univers déjà original une ambiance qui lui est propre et le fait que tout se passe dans une école avec une bonne dose de fantastique me rappelle beaucoup Harry Potter ce qui n’est pas pour me déplaire.

    • EspritOtaku dit :

      Pour ma part, ce titre me rappelle énormément la licence Disgaea ! ^^
      Cela fait en tout cas beaucoup de bien de pouvoir autant rire et se divertir en une seule lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *