Dahliya,-Artisane-Magicienne-Vol.-1

Dahliya, artisane magicienne tome 1 : un métier de rêve

Si la semaine dernière fut moins riche que les précédentes en terme de nouvelles licences, on a tout de même eu le droit à quelques belles surprises. Des petites pépites dont on attendait rien au départ et qui ont su offrir des débuts prometteurs à ces séries. C’est exactement le cas du manga dont on va parler aujourd’hui et qui a fait son apparition dans le catalogue de Komikku. Il s’agit nul autre que de Dahliya, artisane magicienne dont le premier tome est arrivé il y a peu. Ce qui est fantastique avec ce titre, c’est qu’il va autant réussir à nous offrir un récit parfois difficile, mais tout en gardant une volonté de nous faire rêver. En effet, en mettant en scène un personnage entreprenant un métier aussi singulier, on se laisse alors envahir par l’admiration de cette jeune et de ses ouvrages. Une oeuvre qui va poser des bases intelligentes tout en parvenant rapidement à capter notre attention en dépassant le simple cadre de l’isekai. C’est un nouveau voyage qui débute alors en compagnie d’une demoiselle se donnant à fond dans son travail. On espère donc que vous êtes prêt à assister à la naissance d’une inventrice de génie !

Une nouvelle vie commence

Dahliya-rêve

Un rêve sublime.

Dahliya, imaginé par Hisaya Amagishi et dessiné par Megumi Sumikawa, nous fait faire la connaissance d’une jeune japonaise inconnue qui va mener une vie assez triste. Ayant totalement accepté son sort et n’agissant plus que comme une simple machine à son travail, elle va se demander alors ce qui aurait bien pu arriver si elle avait choisi elle-même sa destinée. Son voeu va finalement être exaucé le jour où elle va se réincarner dans le royaume d’Ordine. Dans ce monde, la magie, les slimes, l’alchimie et autres éléments fantastiques ne se limitent pas aux livres. Tout cela existe réellement et fait partie du quotidien des habitants qui se sont adaptés à cet environnement surnaturel. C’est ainsi que va débuter une deuxième chance pour cette personne qui va renaître en tant que Dahliya Rossetti. Cette jeune fille s’avère être l’enfant d’un artisan d’objets magiques de renom. Ce travail consiste à inventer des outils, matériaux ou des instruments permettant de faciliter la vie des gens. Un métier loin d’être ordinaire, mais qui laisse libre cours à la créativité de ceux qui suivent cette voie. Cette gamine va alors être émerveillée en voyant les oeuvres de son père prendre vie et va alors décider de dédier son existence à préserver cet héritage. Elle va alors tout faire pour apprendre les rudiments de ce travail qui est bien loin d’être à la portée du premier venu.

Cependant, elle voit en cela une manière pour elle de prendre son destin en main et d’accomplir une chose qu’elle souhaite vraiment. Malgré quelques erreurs de jeunesse lors de ses premiers tests, elle va très vite apprendre les bases en compagnie du seul membre de sa famille qui reste. Utilisant alors son savoir de sa vie antérieure et les techniques apprises ici, Dahliya va alors se lancer dans la construction d’objets encore jamais vu sur ces terres. Une véritable aubaine pour la demoiselle qui prend de plus en plus d’assurance et a retrouvé goût à la vie. Son sourire ne quitte désormais plus son visage tandis que son esprit est en constante ébullition. Malheureusement, ce bonheur ne semble pas être fait pour durer. La venue de Tobias Orlando, un nouvel élève de son père, risque fort de bouleverser cet avenir tout tracé qu’elle avait mis tant de temps à se créer. Ce jeune homme, semblant talentueux, pourrait bien devenir l’acteur principal de nombreux drames à venir. Malgré tout, la jeune femme est bien déterminée à suivre les traces de son géniteur et à révolutionner ce monde féérique à travers ses créations. C’est ainsi que continue sa seconde existence dans ce monde dont la magie qui l’anime pourrait bien se dissiper pour laisser place à ses vieux démons.

Derrière ce contexte pouvant sembler classique dans sa forme, Dahliya va grandement nous surprendre de par la manière dont ce conte va être raconté. Très vite, on va assister aux déboires de cette jeune femme qui va tout faire pour ne pas répéter les erreurs de sa vie passée. On va de ce fait avoir un regard émerveillé en la voyant s’épanouir dès lors qu’elle se met à réfléchir à sa prochaine création. Un premier tome qui va ainsi amener des sujets très intéressants sur la table et réussir à autant nous donner envie de l’encourager que de voir ce que l’avenir lui réserve.

Un parcours semé d’embûches

Ce qui est fascinant avec ce premier volume de Dahliya, c’est à quel point l’auteur parvient à nous surprendre de par la nature très sérieuse du titre. Si l’on ignorait totalement le chemin que l’on allait prendre en se lançant dans cette lecture, on fut ébahi par la manière dont le récit va nous conter la seconde vie de notre artisane. Tout d’abord, le fait d’aborder un milieu aussi atypique est quelque chose qui va retenir rapidement notre attention. En effet, il ne faut pas longtemps pour que l’on s’implique grandement dans tous les travaux de notre nouvelle amie. Le simple fait de vouloir créer, par exemple, un sèche-cheveux est si bien pensé que l’on est captivé par toute la fabrication de cet objet pouvant nous sembler banal. Pourtant, là où la licence va se démarquer vient surtout de sa mise en scène concernant les relations qui vont grandement impacter le métier de la demoiselle. On va se rendre compte que la simple rencontre avec une personne peut totalement bousculer une existence qui semblait pourtant paisible. Une façon aussi très intéressante et réaliste de prouver qu’il ne faut jamais se fier aux apparences et qu’un sourire peut cacher un individu sans scrupule. On est alors témoin d’une relation pouvant être toxique pour l’une des personnes et ainsi montrer à quel point ce genre de lien peut créer une prison dont on craint de sortir.

C’est donc un ouvrage qui ne se cantonne pas de jouer sur la féérie de ce monde. Bien au contraire, rarement un univers aussi magique n’avait paru aussi réel au vu des échanges entre les divers individus ponctuant ce conte. On peut donc aisément s’impliquer et même se transposer à la place de Dahliya qui souhaite juste mener sa vie comme elle l’entend. Ce sentiment est si perceptible que l’on a envie de partager ce rêve avec elle. La voir alors se lancer corps et âmes dans ses inventions est ainsi encore plus plaisant à suivre. On se dit que chacun de ses travaux peut alors la guider vers son objectif d’indépendance. Outre tout cela, on apprécie aussi énormément tout l’univers qui nous est dépeint. On ne se concentre pas ici uniquement sur le principe de fabriquer tous ces objets magiques. Le lecteur est témoin de tout le cheminement à faire pour que chaque réalisation puisse être brevetée et ainsi devenir une source de revenue pour son créateur. Une dimension très réaliste qui permet aussi d’être heureux de voir certains projets se concrétiser et s’implanter dans le quotidien de tous ces habitants. Sans le savoir, des outils anodins peuvent alors sauver la vie de nombreuses personnes ou tout simplement faciliter des conditions parfois difficiles. Chaque élément est parfaitement ancré pour décrire au mieux le cheminement de ces hommes et femmes qui laissent leur imagination guider leur métier.

Dahliya réussi un sacré pari à travers ce premier volume. A une époque où l’isekai est à la mode et où de nombreuses oeuvres se ressemble, l’auteur parvient à insuffler à son récit une âme qui lui est propre. Tout au long de notre parcours en compagnie de cette héroïne, on s’est amusé à voir que l’on était totalement happé par son parcours. C’est en voyant tous ses déboires, mais aussi sa volonté de ne jamais baisser les bras que l’on entre en contact avec la plus grande force de cette introduction. En nous perdant au milieu de ces pages, on entre directement en contact avec une détermination comme rarement on en a vu. On s’émerveille alors en imaginant comment elle va bien pouvoir nous surprendre.

Dahliya enchante notre quotidien

Dahliya-bouleversement

Une rencontre qui va tout changer.

Si l’on était curieux de voir ce que pourrait donner ce premier tome de Dahliya on ne s’attendait clairement pas à ce que l’on soit autant happé par ce récit. Cela est dû, en grande partie, à l’alchimie qui se dégage entre le lecteur et notre protagoniste. En plus d’offrir un contexte original, il y a une profonde implication qui s’organise entre nous et le déroulement de l’oeuvre. Chaque chapitre nous pousse à vouloir voir cette véritable artiste s’épanouir au sein de son atelier. En mettant en scène un travail où l’imagination est la plus importante des compétences, l’auteur nous montre aussi à quel point sa créativité est gigantesque. On ne peut s’empêcher de se dire qu’il y a largement de quoi faire pour donner une licence à la fois longue et prometteuse. En plus de tout cela, la force de ce titre repose autant sur cette féérie que sur la dure réalité qui s’incruste dans ce monde. On a beau être emporté par toute cette fantaisie, les divers obstacles qui se dressent sur la route de notre nouvelle camarade nous frappe tellement ceux-ci sont empreint d’une profonde réalité. Des défis que la vie peut nous mettre sur notre chemin et qui permet donc d’avoir encore plus d’empathie pour cette demoiselle qui lutte contre cet avenir qu’elle ne souhaite pas. Le parfait mélange entre le surnaturel et une sincérité déconcertante.

On a vraiment pris beaucoup de plaisir à suivre le quotidien de Dahliya tout au long de ce premier volume. Une introduction efficace, riche et prenante qui allie habilement émotions et rêverie. Si vous aimez voir des oeuvres exprimer pleinement la créativité de leurs personnages ou que vous souhaitiez un récit étonnamment réaliste alors vous devriez aimer cette saga. Alors que l’on referme la dernière page de cet ouvrage, on ne peut retenir notre imagination qui bouillonne en essayant de voir ce qu’elle pourrait bien inventer prochainement. Un manga qui joue son rôle à merveille et dont l’expérience se prolonge même une fois sorti de ce monde. A cela s’ajoute aussi tous les différents acteurs qui font leur entrée et qui peuvent apporter de nombreux bouleversements dans le quotidien de cette artisane. D’ailleurs, il est remarquable de voir que son talent n’est pas dû à son génie, mais bel et bien à tous les efforts qu’elle met dans la confection de tous ces projets. Bien sûr, on finit cette chronique en évoquant toutes les questions qui restent en suspens alors que l’on abandonne la jeune fille. Quelle sera sa prochaine création ? Finira-t-elle par connaître la renommée à travers son boulot ? Devra-t-elle encore subir les caprices de ceux qui cherchent à profiter d’elle ? Seul le temps nous dira si la réussite sera au rendez-vous pour cette héroïne qui souhaite prendre son futur en main.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant le premier volume de Dahliya, artisane magicienne. Trouvez-vous que le personnage principal de ce récit est très bien écrit ? Avez-vous envie de voir cette demoiselle réussir à prendre son envol ? Croyez-vous qu’elle a une chance de révolutionner ce monde à travers toutes ces inventions ? Pensez-vous que sa détermination est son plus grand atout pour pouvoir concrétiser son rêve ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet. 🙂

© 2019 Sumikawa Megumi / Amagishi Hisaya, MAG Garden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *