Moi,-Sherlock-Vol.-1

Moi, Sherlock tome 1 : l’enquêteur du futur

Si l’on a eu le droit à énormément de suites ces derniers jours, cela n’empêche pas quelques nouvelles licences de faire leur apparition. Il est toujours pertinent de se pencher sur ces séries faisant leurs débuts surtout en cette période de fêtes. Après tout, cela est aussi l’occasion parfaite pour peut-être découvrir une excellente idée cadeau. C’est en tout cas vrai pour le manga dont on va parler aujourd’hui et qui avait su attirer notre attention dès son annonce. Provenant tout droit du catalogue de Soleil Manga, on parle ici de Moi, Sherlock dont le premier tome est paru il y a peu. On était donc très curieux de voir ce qu’allait pouvoir donner cette nouvelle itération des aventures du fameux détective. En plus de cela, on était intrigué de voir comment allait pouvoir se mêler l’aspect futuriste à ce personnage si emblématique et très ancré dans son époque. Le résultat est finalement plus que réussi au vu de ce que nous a montré cette première excursion. En effet, le mélange des genres est parfaitement dosé et va surtout servir de tremplin afin de traiter de sujets à la fois importants et habilement ancrés dans ce contexte. Il est donc grand temps de partir pour 221B Baker Street pour employer les services d’un enquêteur pas comme les autres.

Un détective fait d’acier

Sherlock - Androïde

Le début de la légende.

Moi, Sherlock, scénarisé par Naomichi Io et dessiné par Kotaro Takata, est inspiré de la fameuse œuvre de Sir Arthur Conan Doyle. Nous sommes plongés dans un futur proche où la robotique a atteint un stade particulièrement avancé. C’est là que l’on fait la connaissance d’un androïde répondant au nom de Sherlock Holmes. Chargé par sa maîtresse d’apprendre au contact des autres, celui-ci va donc faire fi de ses capacités en tant que machine pour comprendre ce qui fait tout l’intérêt de l’être humain. Malheureusement, il lui faut pour cela trouver une personne pour cohabiter avec lui et qui soit suffisamment atypique pour qu’il puisse récolter un maximum de données. C’est là que le nom de John Watson fait son apparition. Cet ancien médecin militaire est à présent considéré comme le type le plus nul de Londres. Passant son temps à dérober de quoi se faire plaisir et se nourrir, rien ne va jamais dans son sens. Un homme véritablement malchanceux, mais qui est loin d’être dénué de qualités. C’est donc au vu de ce qu’il représente que Sherlock considère qu’il serait le candidat idéal pour lui permettre de progresser et répondre aux attentes qu’on lui a laissé. C’est ainsi que ces deux individus vont se lancer dans une cohabitation qui risque fort d’apporter autant à l’un qu’à l’autre. Un duo est sur le point de se former pour le meilleur, mais aussi pour le pire.

C’est encore plus vrai quand d’étranges événements ont lieu un peu partout en ville. Des morts étranges qui suscitent l’inquiétude et l’incompréhension des officiers de Scotland Yard. Est-ce que Sherlock, avec son esprit affûté et sa logique implacable, ne ferait pas le parfait candidat pour lever le voile sur ce mystère ? Avant même de devenir le grand détective qu’il pourrait devenir, voici le récit d’un androïde qui va chercher sa voie dans un monde corrompu par le crime et plein d’incohérences. C’est grâce à son cerveau aussi lumineux que des néons qu’il compte bien faire la lumière sur cette ville et ses mystères. Un lieu où les meurtriers sont partout et où un seul homme peut réussir à changer la donne. Voilà donc le début d’une toute nouvelle légende pour ce héros que tout le monde connaît, mais qui peut encore nous surprendre. Derrière les câbles, l’acier et les données pourraient bien se cacher un être prenant peu à peu conscience de ce qu’il pourrait devenir. L’heure est donc venue de retrouver un univers ayant marqué à jamais l’histoire de la littérature, mais sous un angle bien différent. Est-ce que tout sera élémentaire pour ce cher Watson ? La balle est maintenant entre les mains de Sherlock qui est le seul à pouvoir écrire son futur.

Quand on parle de Sherlock, pleins d’éléments bien singulier nous viennent en tête. Tout ce qui a permis de façonner la légende de cet homme fictif légendaire et dont un simple détail peut nous évoquer sa figure. A travers ce manga, l’auteur parvient à s’emparer des codes de ce mythe littéraire pour la façonner à travers un univers bien spécifique et différent de d’habitude. La science-fiction vient alors s’intégrer à un récit policier pour donner un mélange étonnant et loin d’être dénué d’intérêt. C’est une virée au côté d’une autre facette de ce grand détective qui nous est proposé pour notre plus grand plaisir.

Un contraste palpitant

Quand on entend le nom de Sherlock, on s’attend forcément à plonger dans une ambiance londonienne à l’ancienne et de revoir tous les codes propres au personnage. Mais que se passerait-il si cela se passait dans un contexte bien plus contemporain voire même légèrement futuriste ? C’est en tout cas ce que nous propose ce premier volume et il le fait de manière très habile. Le fait que notre enquêteur de génie soit un androïde va ainsi symboliser ce côté très détaché et presque froid qu’il a et ainsi introduire la raison de sa logique exacerbée. Cependant, le gros intérêt va venir dès lors que l’on s’attarde un peu plus sur ce personnage et sa relation avec les autres. Contrairement à toute autre machine où il serait connecté au réseau à chercher la moindre information, Sherlock ne peut pas faire ça. Il est obligé d’apprendre au contact des humains et ainsi développer lui-même son sens de l’analyse, du comportement des gens, mais aussi d’affûter sa propre humanité. Le mythe du détective est ainsi utilisé autant pour donner une première enquête fort plaisante que d’introduire une thématique collant à merveille avec cette figure littéraire. Tout d’abord, cela permet de voir la place que peut avoir un être robotique au sein de la société et surtout s’il peut se forger sa propre âme, personnalité et surtout faire ses propres choix. Un constat qui va rapidement être au cœur de l’histoire en plus de nous faire suivre un fil rouge des plus intéressants. On est donc autant happé par ce que l’on connaît de l’univers de Sherlock que par tout ce qui est introduit en plus.

S’il y a un côté léger qui accompagne le récit, notamment concernant la relation entre notre détective et ce cher Watson, force est de constater que l’aspect très noir des affaires criminelles est conservée. On jubile en voyant chaque élément que l’on connaît faire son apparition tandis que l’on est agréablement surpris d’observer un personnage qui explique son caractère carré, très terre-à-terre et rationnel par un aspect scientifique. Il ne faut donc pas prendre ce premier volume comme une transposition de l’univers de base dans un contexte différent, mais bel et bien comme une toute nouvelle adaptation qui souhaite amener sa propre vision du personnage. Cela marche à merveille, car l’auteur a su capter tout ce qui faisait l’intérêt de cet homme légendaire et à le transformer pour que cela soit pris sous un angle inédit. On a beau n’en être qu’aux balbutiements de ce récit, l’alchimie qui se dégage entre les divers protagonistes est remarquable et ne fait qu’accentuer le plaisir éprouvé en tant que spectateur. Même les contacts avec Scotland Yard, des références très actuelles et l’intrigue en elle-même sont divertissantes et servent à construire un environnement à part permettant d’enrichir notre nouvel ami. D’ailleurs, il est intéressant de noter que Sherlock, en son statut d’androïde, passe le plus clair de son temps à dire qu’il n’a aucune attache à la vie, mais qu’il fait de plus en plus preuve d’agissements lui donnant un caractère à part entière. C’est donc la très belle naissance d’un tout nouvel enquêteur que l’on assiste au sein de ces pages.

Moi, Sherlock nous offre un premier acte fort plaisant et qui permet de traiter de ce personnage culte à travers un prisme bien différent de ce que l’on a l’habitude de voir. L’aspect science-fiction s’intègre parfaitement au quotidien de cet androïde enquêteur qui ne cesse d’apprendre au fil de ses expériences. On a vraiment été bluffé par tout ce qui est construit autour de ce duo pour lequel on va rapidement ressentir une profonde sympathie. Une vision inédite et fort intéressante des enquêtes du plus grand détective de tous les temps qui a remplacé son côté sérieux et asocial par des câbles et une volonté d’évoluer.

Moi, Sherlock commence son apprentissage

Sherlock - John

John a bien changé.

En souhaitant proposer une nouvelle itération des aventures de Sherlock Holmes, le mangaka est parvenu habilement à accomplir ce qu’il souhaitait. Le lecteur est autant happé par le divertissement procuré par les réflexions et investigations de nos amis que captivé par la portée du message qui est proposé. Ce qui est d’ailleurs remarquable et très important à noter, c’est que cette science-fiction, qui vient se coller au squelette de ce récit, se mélange à la perfection avec tout ce que l’on connaît du personnage et de ce qui façonne son univers. Un détective des temps modernes dont la capacité de traitement de l’information est exceptionnelle, mais qui est toujours dans cette optique d’apprendre et d’expérimenter. Le contact humain devient alors une véritable source d’inspiration et c’est justement tous ces petits échanges qui vont fabriquer le cœur de ce conte qui nous happe en seulement quelques minutes. Même le simple fait de voir tous ces visages connus évoluer dans un milieu qui n’est pas forcément le leur à la base permet d’avoir un tout autre regard sur ce qu’ils auraient pu être. Un très bel hommage à ce mythique enquêteur consultant qui montre que peu importe l’environnement dans lequel il évolue, celui-ci peut facilement s’adapter à toutes les situations. Comme dit un peu plus haut, on est le témoin privilégié de la création d’une autre facette de Sherlock qui cherche autant à coller à ceux que l’on connaît de lui qu’à forger sa propre histoire de ses mains.

Vous l’aurez donc aisément compris, ce fut un réel plaisir que de se lancer dans cette lecture. En plus d’être un amoureux inconditionnel de cette figure littéraire ayant traversé les années, on apprécie énormément tous les efforts faits pour mêler la tradition au renouveau. On recommande chaudement ce premier volume de Moi, Sherlock qui pose des bases solides pour une histoire courte, mais pouvant largement nous offrir notre dose d’enquêtes. Si vous aimez en tout cas le personnage de Sherlock ou que vous désirez voir un tout autre visage de ce dernier alors cette série devrait largement vous satisfaire. Une expérience prometteuse et surprenante qui se savoure pleinement du début à la fin. C’est aussi une bien belle manière de montrer qu’il est tout à fait possible d’utiliser un personnage aussi célèbre et de réussir tout de même à proposer une œuvre parvenant à se dissocier du matériau de base. Des titres ayant à jamais marqué la littérature ainsi que le divertissement dans sa globalité et qui inspire, encore aujourd’hui, de nombreux auteurs. A présent, on ne peut pas partir sans évoquer les multiples questions que l’on a en tête. Est-ce que notre androïde va avoir l’occasion de briller de nouveau ? Deviendra-t-il un être à part entière ou devra-t-il se cantonner à son statut de machine ? Quel est le véritable but de celui qui se trouve derrière ces crimes ? Que donnera le face-à-face entre les deux ? On est impatient de voir les réponses à tout ça !

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Moi, Sherlock. Avez-vous apprécié le fait de voir cette figure mythique de la lecture évoluer dans un contexte différent ? Trouvez-vous que les sujets amenés sont bien travaillés et en adéquation avec l’image de notre détective ? Aimez-vous la façon dont est écrite la relation entre Sherlock et Watson ? Pensez-vous que cela pourrait donner des enquêtes plaisantes pour la suite ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet 🙂

© 2016 Takata Kotaro / Io Naomichi, Shogakukan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.