Unsung Cinderella

Unsung Cinderella tome 1 : le quotidien des pharmaciens

2021 vient de débuter depuis quelques jours et il est donc grand temps pour nous de reprendre nos pérégrinations dans le monde du manga. Si l’on n’a pas encore eu l’occasion de se pencher sur les tomes sortis cette semaine, il y a tout de même une série dont on voulait parler. Provenant tout droit du catalogue de Meian, cette nouveauté a largement su attirer notre attention par son sujet et surtout son aspect chaleureux. On parle ici de Unsung Cinderella dont le premier volume est sorti en décembre. Si l’on est à la base pas très friand des univers hospitaliers d’un point de vue personnel, on a tout de même envie de savoir ce que peut donner une licence prenant place dans l’un d’eux. Cette première escapade est parvenue à nous surprendre agréablement par son approche bienveillante et surtout par rapport aux personnages que l’on suit. Nous mettant au contact d’une partie peu connue des employés d’hôpitaux, ce conte va nous délivrer un tout autre regard sur ce qu’il se passe au cœur de ces longs couloirs blancs. L’heure est donc venue d’aller chercher notre prescription de joie, de santé et surtout de bonne humeur.

Le bien-être du patient avant tout

Unsung Cinderella - lutte

Savoir se faire entendre.

Unsung Cinderella, imaginée par Mamare Arai, nous plonge dans le centre hospitalier Yorozu. On y fait la connaissance de Midori Aoi, une jeune pharmacienne ayant commencé sa profession depuis peu. Alors que tout semble aller normalement au sein de cet établissement, la réalité est bien différente. En effet, pour les pharmaciens faire entendre leur voix et leurs suggestions n’est pas chose aisée. Bien au contraire, il est beaucoup plus compliqué pour ce service de se faire accepter par les autres membres du centre. Pour les médecins et autres chirurgiens, leur parole est incontestable et cela peut provoquer de nombreux conflits avec leurs collègues surtout quand la vie de gens est en jeu. C’est encore plus vrai pour notre jeune recrue qui passe le plus clair de son temps à reconsidérer les décisions venant d’en haut. Pour elle, rien n’est plus important que le bien-être des patients et son objectif est de pouvoir soulager leurs maux même si cela va souvent à l’encontre des décisions de ses partenaires de travail. Une lutte de chaque instant qui désespère par moments cette demoiselle qui se demande parfois si cela vaut le coup de se battre pour rien. Malgré ses quelques moments de doute, elle ne peut s’empêcher de revenir chaque jour pour accomplir son travail qu’elle apprécie tant. Même si elle n’est pas la plus productive, elle est sûrement celle qui est la plus proche des gens qui passent chercher leurs médicaments. Toujours à l’affût des dires de ces derniers, elle sait que parfois il n’est pas uniquement question de soigner une pathologie.

Il est nécessaire de les comprendre, de les entendre et surtout de les conseiller au mieux pour que leur métier soit pleinement accompli. A ses yeux, être pharmacien n’est pas une simple question de donner les bons médicaments aux patients. Il s’agit aussi de soulager et de faire au mieux pour que le sourire puisse se retrouver sur le visage de tous ces gens. Heureusement, elle peut tout de même compter sur de nombreux collègues pouvant lui venir en aide et surtout la guider pour qu’elle puisse s’épanouir et surtout approfondir son expérience dans le domaine. Bien qu’ils jouent un rôle secondaire, ils sont ceux qui servent de dernier rempart pour éviter les problèmes. Ces individus, pouvant sembler anecdotiques, vont alors tout faire pour prouver leur utilité et surtout apporter leurs connaissances à chacun. Voici donc le véritable combat des pharmaciens qui se battent pour que les visiteurs puissent repartir vivre une vie normale. Une mission loin d’être facile surtout quand certains pensent que leurs décisions sont indiscutables et que même certains patients s’y mettent. Il faut alors faire preuve de détermination, mais aussi souvent d’obstination pour pouvoir se faire entendre. Ce centre hospitalier pourrait alors devenir un champ de bataille bien spécifique qui risque fort de faire chambouler à jamais les fondations de sa hiérarchie. Les cas s’enchaînent et avec eux de nouvelles expériences pour Midori qui a encore beaucoup à apprendre.

A travers ce premier volume, Unsung Cinderella va autant chercher à nous poser les bases de son récit qu’à faire travailler notre réflexion. En effet, en nous plongeant dans le milieu médical et plus précisément celui des pharmaciens hospitaliers, le mangaka cherche avant tout à mettre en avant le combat quotidien de ces gens pour les patients. Un rôle qui peut sembler moins important que celui des grands chirurgiens, mais qui nous est présenté ici comme essentiel, et même nécessaire pour sauver des vies. Une approche très humaine réussissant à capter notre attention et représentée à merveille par ce personnage central.

Un rouage essentiel

Les œuvres traitant du milieu hospitalier ne sont pas aussi nombreuses que ça. Si l’on a tout de même eu le droit à de belles séries, il était souvent question de romance ou alors de suivre un médecin talentueux face à de nombreux cas difficiles. Unsung Cinderella est très intéressant à lire dans son approche de ce monde et surtout la manière dont cela nous est conté. Tout d’abord, le fait de suivre les pharmaciens est original et permet donc de se pencher sur une branche pas forcément la plus connue de la sphère médicale. Ils ont beau faire partie de notre quotidien ou un passage obligatoire dans la remise en forme d’un patient, le fait est que l’on ne s’est jamais trop attardé sur leur métier. Ce premier tome est donc l’occasion parfaite pour découvrir ça et nous dépeindre un quotidien bien loin d’être rose. En plus d’avoir une grande responsabilité dans le rétablissement des gens, on assiste aussi à la querelle pouvant opposer ce groupe aux autres services de ce type de centre. Tout d’abord, il faut reconnaître que le personnage de Midori est tout simplement excellent. Cette jeune femme parvient autant à nous faire rire qu’à nous donner envie de la voir changer les choses. Elle a beau être encore jeune et pleine d’incertitudes, on apprécie son franc-parler et surtout sa bienveillance envers les gens qui viennent chercher leur prescription. Plus qu’une simple lutte entre médecins et pharmaciens, ce récit nous conte le métier de cette demoiselle qui se confronte à la dure réalité de son travail et qui progresse au fil des épreuves qu’elle doit surmonter.

Le fait de justement assister à tout ça à travers les yeux de cette pharmacienne permet en même temps d’ajouter une dimension très humaine au récit. On partage son désir de sauver des vies et surtout de se faire écouter par les autres. Elle nous prouve que son rôle n’est pas moins important que ceux qui opèrent ou établissent les diagnostics. Son expertise, mais surtout son empathie vont grandement contribuer à prouver que le milieu hospitalier ne doit pas être un simple concours d’ego ou de chiffres. C’est avant tout un endroit où les gens cherchent à être soigné et à être réconforté. Une douleur permanente qui envahit les couloirs de cet hôpital et qui se ressent à la perfection à travers toutes ces planches. Il y a donc une profonde chaleur qui se dégage de chaque action de cette jeune femme et permet ainsi d’aborder des cas graves ou plus légers de manière douce. Elle a beau faire parfois des erreurs ou ne pas élargir ses réflexions, cela n’entame jamais le plaisir que l’on a de la voir se démener chaque jour. Une très belle écriture qui va aussi être partagée chez les autres protagonistes du récit qui ont tous un petit quelque chose d’attirant. On n’est jamais dans la négation et même si le message est puissant étant donné que ceux sont des vies humaines qui sont en jeu, le mangaka cherche toujours à y apporter une bienveillance. Une fantastique façon de montrer que l’écoute, l’attention, mais aussi la gentillesse sont des qualités nécessaires pour pouvoir accomplir ce travail.

Unsung Cinderella s’avère être une lecture autant pertinente que bienveillante. Un premier tome qui introduit à merveille le milieu dans lequel on évolue et surtout les obstacles que nos nouveaux amis doivent franchir. On a alors une toute autre vision du monde hospitalier et surtout de la place qu’ont les pharmaciens au sein de ces établissements. Un univers où il est souvent difficile de se faire entendre et où le grade prend souvent le pas sur la raison. Cela ne fait que nous donner encore plus envie de suivre le récit de cette demoiselle dont le sourire suffit à nous réchauffer le cœur. Le bien-être de chacun est au centre des préoccupations de cette fiction empreinte d’une profonde sincérité.

Unsung Cinderella délivre une prescription efficace

Unsung Cinderella - Midori

Un sourire communicatif.

Il n’aura pas fallu longtemps à Unsung Cinderella pour nous convaincre de continuer cette aventure prometteuse. Comme on l’a dit plus haut, le sujet traité n’est pas forcément celui que l’on apprécie le plus. Pourtant, cette saga a su capter toute notre attention tout simplement par la bonne humeur qui s’en dégage. Les sujets traités ont beau être graves, l’optique ici n’est pas de nous confronter forcément à la maladie ou à la mort, mais surtout de mettre en avant le rôle essentiel des pharmaciens. Un rouage bien plus vital qu’il n’y paraît pour la satisfaction et surtout la guérison des patients. Il y a une telle sincérité qui se dégage des personnages que l’on ne peut qu’avoir une rapide sympathie pour eux. Les voir se battre et même souvent se confronter à l’autorité des autres provoque une sorte de profond soulagement chez le lecteur. On prend énormément de plaisir à les voir non pas lutter contre l’autorité, mais essayer de changer la vision des gens sur leur métier. D’ailleurs, on peut déjà voir à quel point l’influence de cette équipe parvient à déteindre sur certains autres employés qui prennent justement plaisir à consulter ces derniers. Le simple fait d’avoir ajouté cette dose d’humanité au sein de cet hôpital fait du bien au lecteur. Si ce lieu est souvent signe de guérison, il peut aussi être l’endroit de bien des souffrances. Cela réchauffe le cœur de voir un récit souhaitant mettre en avant cette volonté de non seulement soigner, mais aussi d’apporter un réconfort moral à tous ceux qui doivent franchir les portes de ce centre.

Vous l’aurez donc aisément compris, mais on a eu un immense coup de cœur pour ce premier acte d’Unsung Cinderella. Une saga qui vient juste de débuter, mais qui offre déjà de nombreuses possibilités pour la suite. Le simple fait d’explorer une branche peu connue de ce milieu est déjà grisant et la manière dont celle-ci nous est montrée est juste formidable. Si vous désirez vous lancer dans une série portant sur le domaine médical ou une lecture mettant en avant la chaleur humaine alors vous devriez trouver votre bonheur à travers Unsung Cinderella. On est en tout cas fan de Midori et de ses partenaires de travail qui apportent tous quelque chose d’important à l’ensemble de l’œuvre. Si le récit se centre avant tout sur son apprentissage et ses expériences au quotidien, il est aussi une formidable ode à la compassion et surtout à l’entraide. A présent, il est impossible de quitter cette lecture sans se poser de nombreuses questions pour la suite de ce périple. Est-ce que les avis vont changer au sein de cet hôpital concernant le rôle des pharmaciens ? Midori va-t-elle finalement se confronter à un cas qui pourrait la faire sombrer ? Est-ce que les prochaines directives permettront aux différentes équipes de continuer à avancer dans la bonne direction ? Il va maintenant falloir être patient avant de pouvoir se jeter sur la suite.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume d’Unsung Cinderella. Avez-vous apprécié le sujet traité ainsi que la manière dont celui-ci est amené ? Trouvez-vous qu’il est intéressant de voir le point de vue des pharmaciens dans ce quotidien souvent compliqué ? Aimez-vous les personnages que l’on suit et qui ponctuent l’ensemble de ce récit ? Pensez-vous qu’il y a suffisamment de matière pour que l’alchimie marche sur la longueur ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet 🙂

© 2018 Arai Mamare, Tokuma Shoten

4 Comments

  • Nana Coubo dit :

    Ah ouais, vous avez bien vendu le manga. Il a l’air rafraichissant ^^

  • REMI dit :

    Très bon article dont je partage le point de vue. Un manga rafraichissant et un domaine peu exploré par les autres éditeurs. C’est cool de mettre en avant ce genre de manga plutôt que les blockbusters !

    • EspritOtaku dit :

      Merci beaucoup pour ton commentaire qui nous fait très plaisir !
      C’est en effet un titre rafraichissant qui permet de mettre en avant un milieu peu étudié ^^
      On essaye de faire de notre mieux pour traiter de tout 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.