Les Enfants de Gorre

Les Enfants de Gorre tome 2 : le retour des loups

Si l’on s’attarde énormément sur la majorité des mangas qui sortent, il y a aussi bien d’autres œuvres qui méritent qu’on les analyse. Parmi elles se trouvent les light novel, des romans pouvant nous conduire vers des contrées source de nombreuses épopées. On a déjà eu l’occasion de parler de certains titres du genre et l’on va revenir aujourd’hui sur des terres que l’on a déjà parcouru par le passé. En effet, on va parler du tome 2 des Enfants de Gorre, édité chez Mahô Editions, qui est sorti cet été et dont le premier volume nous avait déjà bien séduits. On était très curieux de voir comment allait se sortir la fratrie Fenrys surtout au vu de la fin de ce premier acte. C’est donc avec beaucoup d’attention que l’on s’est attardé sur cette nouvelle escapade qui a su apporter des bouleversements intéressants dans la quête personnelle de ces jeunes seigneurs. Une virée qui tourne au cauchemar pour eux et va permettre de souligner l’âpreté de ce monde où la noblesse n’a au final que peu d’importance. On pose alors un regard inédit sur tout ce qui constitue cette histoire qui n’a pas fini de nous étonner. L’heure est donc venue de se tourner une fois de plus sur cette région en proie à un certain chaos.

Le calvaire des enfants Fenrys

Les Enfants de Gorre, imaginé par Sylvain Ferrieu et illustré par Navigavi, nous ramène auprès des fils Fenrys qui ont eu fort à faire ces derniers temps. Alors que Wilfrid pensait pouvoir revenir chez lui en tant que futur seigneur du domaine, rien ne s’était passé comme prévu. Alors qu’il avait passé tant de temps à apprendre les codes de la chevalerie auprès des gens du sud, il avait dû faire face aux vieilles traditions de son peuple qui avaient du mal à cohabiter avec l’enseignement acquis. Heureusement, il avait pu compter sur le soutien de ses deux frères, Fanegan et Gunnolf, même s’ils semblaient constamment se quereller. Chacune de ces trois âmes espérait pouvoir suivre la voie qu’il avait choisie, mais d’étranges événements n’avaient eu de cesse de graviter autour d’eux. Pour ne rien arranger à ça, ils durent renouer avec un héritage qu’ils se seraient bien passé et qui les conduisit à assister à un véritable drame. Suite aux tragiques mésaventures avec le Carillonneur, la fratrie n’eut pas le choix et fut faite prisonnière. Les voilà maintenant à devoir vivre sur les terres irlandaises appartenant à l’ennemi ancestral de leur royaume. Il faut dire que les habitants de cette contrée avaient une sacrée dent contre le patriarche du clan Fenrys qui leur causa bien du tort il y a de ça plusieurs années. L’île sur laquelle les trois frères se retrouvaient ne pouvait être qu’une prison où ils pourraient bien trouver rapidement leur fin sans même avoir accompli la moindre véritable prouesse martiale.

Forcé de s’acclimater à leur nouvelle demeure, les trois otages commençaient peu à peu à perdre espoir. Les mois passèrent et aucune nouvelle ne semblait provenir de l’extérieur. Comme si leur disparition ne semblait inquiéter personne au sein de leur foyer. A la simple idée qu’ils soient abandonnés à tout jamais sur ce bout de terre, les trois adolescents ne pouvaient qu’afficher une sinistre mine. La question qui revenait sans cesse dans leur esprit était de connaître le destin du domaine de Thorgelsen. Après tout, leur fief était maintenant dépourvu de ses gardiens et il ne faudrait pas longtemps pour qu’une force étrangère s’en empare ou qu’elle soit confiée à une autre famille. Cette optique suffisait à encourager les prisonniers à tenter de s’échapper de ce lieu. Malgré tout, rien ne semblait pouvoir leur permettre de retourner chez eux. Wilfrid désespérait de retrouver les siens et de pouvoir proclamer son droit à gouverner. Du côté de Gunnolf, le guerrier pensait surtout à celle qui faisait battre son cœur. L’héritière de l’île de Mann pourrait bien s’être mariée à un meilleur parti étant donné qu’il n’était plus là pour lui faire la cour. Pour finir, Fanegan continuait de se questionner sur ses dons et si ces derniers seraient capables de les aider dans leur entreprise de fuir loin de cette geôle insulaire. La réponse à leur détresse risque fort de les surprendre. Une décision va devoir être prise tandis que le temps défile et avec lui de nombreuses incertitudes. Ainsi débute un nouveau périple pour cette fratrie souhaitant retrouver le chemin de leur maison.

Il est vrai que le premier volume des Enfants de Gorre avait su poser les bases d’un univers conséquent et grandiose. Cependant, il montre aussi à quel point il pouvait être compliqué de vivre dans un monde où les complots sont légion et où chacun fait de son mieux pour satisfaire ses propres ambitions. Dans ce second acte, cette impression se renforce par rapport aux épreuves que doivent surmonter la fratrie et surtout le fait que cette dernière semble isolée, sans le moindre soutien. Un périple qui va être encore plus éreintant et dévoiler certaines faiblesses nous rendant ces trois garçons encore plus touchants.

Les Enfants de Gorre - Fanegan

Un voyage aussi périlleux qu’important

Si le premier volume des Enfants de Gorre avait pour objectif de nous familiariser avec l’univers dépeint, sa culture, ses divers clans, mais aussi la mythologie de ces terres, cette suite a un tout autre but. Cette fois, on va vraiment être au cœur des préoccupations de cette fratrie tout en observant les prémices du dessein final de l’auteur. Si l’on a le droit à de nombreuses péripéties tout au long de ce roman, on a surtout été captivé par ce trio qui forme les principaux héritiers de Fenrys. Fanegan, Gunnolf et Wilfrid  ne vont clairement pas avoir le temps de se reposer. Entre ce qu’il leur est arrivé lors de la précédente lecture et ce qui les attend au sein de ces pages, on peut clairement dire que le sort semble vouloir s’acharner sur eux. En fait, si l’on a cette sensation, c’est surtout parce que ces trois jeunes gens vont faire face à la dure réalité de ce monde dans lequel ils évoluent. Leurs aspirations, craintes, espoirs et rêves finissent toujours par être bousculés devant les agissements de leur entourage. Aussi sombre que l’héritage qu’ils portent, ces contrées nous sont présentées une fois de plus comme le lieu de terribles querelles et de manigances en tout genre. Cela en est tellement pesant que l’on comprend totalement la détresse de ces trois frères qui sont souvent brisés et qui ne peuvent véritablement compter que sur ce lien familial qui les unit. Ce fut vraiment captivant de voir ce contraste, qui était déjà présent auparavant, prendre une toute autre dimension à travers ces quelques chapitres.

Comme pour souligner l’écart entre ces royaumes païens et la chevalerie qui s’installe progressivement, on cherche à nous montrer que les vieilles croyances sont toujours bien ancrées. Cependant, le roman va aussi appuyer le fait que l’on est témoin d’un très gros changement au sein de ce pays. Les anciens rites laissent peu à peu la place à ce qui provient du continent. On est donc le témoin privilégié d’une nouvelle ère qui commence et où nos compagnons de route font de leur mieux pour trouver leur place et quérir ce qui leur revient de droit. Franchement, l’écriture des enfants du loup est fantastique, car on perçoit vraiment à quel point toute cette existence leur pèse. On pourrait croire qu’il ne leur arrive que des malheurs, mais en réalité les quelques bienfaits qu’ils trouvent ne sont que peu de choses face à un monde qui dévore tous ceux qui ne font pas suffisamment attention à leurs arrières. En dehors de ça, on apprécie aussi de voir la partie fantastique et même folklorique prendre un peu plus de place sur scène. Cela permet d’ajouter une dose de magie qui est tellement rare que l’on a aisément le même regard surpris que nos protagonistes en imaginant cela. On est dans une seconde partie qui va reprendre tout ce qui faisait la force de son prédécesseur tout en y apportant une touche encore plus dramatique qui s’incruste parfaitement dans ce sinistre décor. Bloqués entre les joies de la politique et un fardeau qu’ils ne veulent pas porter, nos trois jeunes hommes n’ont pas fini de lutter pour survivre.

Les Enfants de Gorre est une licence qui prend son temps pour installer son action et surtout s’attarder sur le ressenti des divers personnages. Ce second volume le montre parfaitement en étant bien plus axé sur tout ce qui est politique et manigances qui affectent grandement les pensées de nos jeunes héros. On voit beaucoup d’éléments qui se mettent en place pour proposer de futurs chapitres prometteurs. Il était alors important de mettre en avant la difficulté que ces jeunes gens rencontrent pour simplement récupérer ce qui leur revient de droit. Une manière très intelligente de les faire passer un cap et de leur ouvrir les yeux sur l’horreur de ce monde.

Les Enfants de Gorre prépare de gros changements

Les Enfants de Gorre T2Nos souvenirs du premier volume ont beau dater un petit peu, tout s’est rappelé à nous dès que l’on s’est plongé dans ce second volume des Enfants de Gorre. On a alors retrouvé tout ce qui faisait le charme de la série qui continue de construire un décor solide tout en proposant les premières grosses épreuves pour nos jeunes amis. La présentation de l’introduction laisse ainsi plus de place au développement personnel de chaque personnage qui va commencer à bâtir sa propre voie et surtout de contredire un destin qui semble pourtant inéluctable. L’auteur fait donc un excellent travail d’exposition et de mise en place permettant de s’imaginer facilement sur ces terres où souffle le vent du changement. De même, on a suffisamment d’éléments pour nous laisser présager d’un futur encore plus captivant surtout lorsque l’on connaît tout ce qui tourne autour de la mythologie Arthurienne. C’est ça qui est fantastique ici, car tout nous semble plus grand et les barrières que l’on avait au départ finissent par se briser pour voir un monde bien plus imposant. Tout s’emboîte ainsi habilement pour donner vie à une trame scénaristique qui nous tient en haleine tout en sachant quand il faut se poser pour que l’on puisse s’attacher un peu plus à cette famille qui en voit de toutes les couleurs. Véritable chemin de croix pour ces trois garçons, ce récit souhaite les mettre face à une réalité qui est loin d’être aussi glorieuse qu’ils pourraient le croire.

En s’attardant sur ce second volume, il était surtout question de savoir si le scénario continuait à nous captiver ou bien s’il y avait un moment d’accalmie. Au vu de tout ce qui se passe, le lecteur n’a clairement pas le temps de s’ennuyer. Si l’on partage la même colère que ce trio à l’égard de ce monde qui semble décidé à les mettre à l’écart, on ne peut qu’être admiratif de cette volonté de ne rien lâcher provenant de ces adolescents. Ils ont beau être porteurs d’un sang aux terribles capacités, ils sont avant tout des jeunes hommes cherchant juste à se défaire de ce poids pour mener leur propre vie. Un combat qui dépasse le simple cadre du duel habituel, car constant. On assiste alors à tout ça avec une sympathie croissante à l’égard de ces trois âmes qui se débattent pour ne pas sombrer. Une œuvre qui continuera de plaire à tous ceux ayant apprécié leur première escapade ou ceux souhaitant une aventure fantastique aux multiples possibilités. A présent, on ne peut s’arrêter sans évoquer les nombreuses questions qui nous viennent en tête suite à cette lecture. Est-ce que cette fratrie va finalement pouvoir souffler un peu ? Les héritiers parviendront-ils à offrir une renaissance à ce domaine maudit ? L’ennemi qui se dresse maintenant devant eux cacherait-il un adversaire plus retors ? Quand est-il de ce conflit qui se profile à l’horizon ? On a très hâte de voir ce que nous réservent les prochaines péripéties de la famille Fenrys.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce second volume des Enfants de Gorre. Appréciez-vous la manière dont évolue le récit ainsi que tout ce qui gravite autour de cette intrigue ? Trouvez-vous que les héritiers de la lignée Fenrys sont attachants ou peuvent apporter un vent de changement sur ces terres ? Croyez-vous que l’on assistera à un tournant de taille par la suite au vu des événements racontés au sein de ce volume ? Etes-vous toujours autant emporté par ce conte où les légendes Arthuriennes commencent à prendre forme ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2020 Sylvain Ferrieu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.