Kengan Ashura

Kengan Ashura tome 13 à 16 : Une nouvelle étape dans la violence

Comme souvent, il y a des licences où l’on apprécie toujours autant de voir leur évolution. Cela peut être à travers de nouvelles épreuves pour les personnages, des adversaires inédits, des rebondissements incroyables ou alors un combat pouvant tout changer. Dans ce dernier domaine, il y a un titre qui a déjà su montrer toute son expertise et qui nous provient tout droit du catalogue de chez Meian. Il s’agit de Kengan Ashura dont les tomes 13 à 16 sont sortis il y a peu. Après avoir déjà abordé à plusieurs reprises les précédents volumes de la série, on s’est dit qu’il serait intéressant de continuer au vu de ce que nous raconte cette dernière. En effet, ces chapitres vont réussir à apporter un petit vent de changement sans pour autant bousculer ce qui est la plus grande qualité de l’œuvre, à savoir son aspect spectaculaire et grisant. Une lutte incessante qui va réveiller de vieilles blessures et surtout permettre à beaucoup de participants de se transcender afin de montrer une autre facette de leur art si sanglant. Les poings résonnent de nouveau dans cette arène. L’heure est venue de reprendre place dans les tribunes et d’assister à la suite de cette compétition.

Le tournoi est loin d’être fini

Kengan Ashura - T13Kengan Ashura, scénarisé par Sandrovich Yabako et dessiné par Daromeon, nous avait laissés alors que l’on se rapprochait de la conclusion du premier tour de ce tournoi. Tous les yeux sont braqués sur les quelques affrontements restants pour clôturer cette partie de la compétition. De nombreux combattants sont rentrés dans l’arène et seulement quelques élus sont parvenus à franchir cette étape. Même si pour beaucoup cela semblait déjà un grand pas en avant, il ne s’agissait en réalité que d’un tout petit succès. Le plus gros défi était encore à venir, car bientôt ils ne resteraient plus que les plus talentueux de cette compétition. Chacun dévoilait ses atouts et il s’agissait maintenant de savoir qui pourrait l’emporter à armes égales. Ce n’est pas pour rien que les patrons des grandes entreprises n’étaient pas les seuls à être dans les tribunes. Les autres participants suivaient avec beaucoup d’attention ceux qui pourraient devenir leur prochain opposant. La victoire ne se décide pas uniquement une fois au centre de ce lieu. L’observation peut devenir une clé indispensable pour trouver la parade idéale à un style bien précis. La lutte avait déjà débuté dès l’instant où ils avaient mis le pied sur cette île dont les dangers ne se limitent pas uniquement à ceux qui furent désignés pour combattre. D’autres menaces s’étendent dans l’ombre et sont prêts à frapper dès l’instant où l’un d’entre eux fera preuve de faiblesse.

Cependant, tout ce beau petit monde est loin d’imaginer que ce tournoi leur réserve encore bien des surprises. Sur son trône doré, le dirigeant de toute cette assemblée semble prendre un malin plaisir à assister à ce spectacle. Ne ressentant pas la moindre inquiétude concernant le risque de perdre sa place, il décide de rajouter un peu de piment à cet événement. Une nouvelle règle est sur le point d’apparaître et elle peut redistribuer les cartes pour beaucoup de groupes. Il faut dire que la loyauté n’est que peu présente dans ce monde sinistre où tout se règle par la violence. Une leçon que va apprendre Yamashita qui va aussi devoir prendre ses responsabilités suite à une situation inattendue. De son côté, Ohma ne peut tolérer de stagner face à des adversaires qui sont bien plus forts qu’il ne l’espérait. En restant comme il est, il sait pertinemment qu’il se fera éliminer même s’il refuse d’accepter un tel avenir. Il doit donc faire face à sa plus grande épreuve qui ne réside pas dans ses affrontements futurs, mais bel et bien dans son passé. Les souvenirs refont surface et la clé de son pouvoir pourrait bien se cacher dans ces blancs qui ont envahi son esprit. Le temps est venu de lever le voile sur certaines vérités et surtout au démon de refaire surface. Dans l’arène, l’Homme peut être un redoutable prédateur, mais il ne fait guère le poids quand il doit se tenir devant un monstre. Que le tournoi continue !

On l’a déjà évoqué par le passé quand on parlait de Kengan Ashura, mais l’incertitude est une composante essentielle de l’expérience ressentie dans ce manga. C’est elle qui rend chaque affrontement aussi haletant et nous fait imaginer tout un tas de scénarios afin de savoir qui pourra l’emporter. Cependant, elle atteint ici un tout autre niveau au même titre que les affiches qui nous sont proposées. On sent que l’on fait face maintenant aux meilleurs combattants et cela ne fait que rendre chaque duel encore plus palpitant à suivre. Une construction qui est loin d’être anodine et va permettre de s’emparer pleinement de l’attention du lecteur.

L’incertitude atteint son paroxysme

Il est vrai que Kengan Ashura repose sur un élément en particulier qui est le fait que l’on ne sait jamais auparavant qui va bien pouvoir l’emporter. Un jeu de supposition qui est extrêmement bien rôdé et nous permet d’être pleinement happé par les divers combats dont on est témoin. C’était déjà le cas lors du premier tour de ce tournoi, mais ces quelques volumes font monter cette incertitude d’un cran. Une réalisation fort surprenante alors que l’on n’imaginait pas un seul instant pouvoir être autant saisi par un duel. Le fait d’aborder une toute nouvelle étape de cette compétition est important, car cela signifie que l’on a devant nous des guerriers ayant déjà fait leurs preuves lors de leur première confrontation. Ainsi, on sait déjà à quoi s’attendre par rapport à leur style respectif et l’on cogite encore plus afin de savoir qui pourrait bien ressortir grand vainqueur. L’ignorance que l’on pouvait avoir aux prémices du récit s’est transformée pour devenir une expertise qui, au lieu de nous conforter dans un choix précis, va justement renforcer cette réflexion que l’on peut avoir sur le déroulement de la rencontre. On se questionne sur le pour et le contre autour de chaque participant afin de dénicher l’élément qui pourrait tout faire basculer. En plus de rendre le récit plus grisant à travers cet effet, le mangaka va aussi continuer de jouer avec son lectorat. Un mangaka qui continue d’aiguiser notre appétit pour des combats endiablés, mais qui parvient encore à nous surprendre dans le feu de l’action.

Il suffit de voir certains des affrontements qui nous sont présentés au sein de ces pages pour se rendre compte de ça. En effet, si le spectateur a su assimiler les nombreuses connaissances autour de ces duellistes, il y a un facteur que l’on n’a pas pris en compte. Il s’agit de l’évolution de ces guerriers qui ne cessent jamais de progresser au fil des défis relevés et des ennemis qui se tiennent devant eux. En fait, c’est incroyable de se dire qu’il y a peu, ces individus venaient de nous en mettre plein les yeux et qu’à leur retour dans l’arène, ils parviennent encore à nous surprendre. On renoue ici avec le talent de l’auteur pour construire des histoires pertinentes autour de ses confrontations et ainsi approfondir le récit de chacun, mais surtout leur permettre de grandir en comprenant ce qu’ils recherchent vraiment. Il a réussi à pousser l’art du combat à un autre stade où les frissons que l’on ressent devant ce déferlement de puissance se mélangent à une sorte d’admiration pour ces gens qui luttent bec et ongles pour leur rêve, leur devoir ou leur objectif. Ils ont beau avoir été déjà profondément marqués par leur précédente rixe, cela ne les empêche pas de se surpasser encore et toujours sans que cela n’ait un effet redondant. Derrière ce torrent de coups, d’os fracturés et de sueurs versées se cache une subtilité étonnante pour écrire des personnages qui ne donnent jamais l’impression de stagner. Bien au contraire, chaque marche franchie au sein de ce tournoi est une nouvelle étape dans la perfection de leur art, mais aussi de grandir en tant qu’être humain et combattant.

Un autre point qui va avoir son importance dans cette nouvelle partie de Kengan Ashura est le fait que notre regard se concentre de nouveau sur notre protagoniste principal. Ohma revient sur le devant de la scène et pour construire quelque chose de très intéressant concernant son style de combat tout en apportant un peu de lumière sur son passé. Un passage important et qui va nous montrer à quel point cet homme peut être un démon dans l’arène, mais en échange d’un lourd tribut. C’est face à celui qui combat comme un monstre qu’il va finir par montrer qu’il peut aussi entreprendre ce chemin.

Ohma revient sur le devant de la scène

Kengan Ashura - T16Cela peut paraître étonnant, mais la présence du personnage principal est ici très importante dans Kengan Ashura. En effet, on en avait parlé précédemment, mais cette série ne souhaite absolument pas concentrer toute l’attention du lecteur sur un seul combattant. Depuis le lancement de ce tournoi, on a vu passer des dizaines de duellistes qui sont tous parvenus à nous raconter quelque chose de fort à travers leur propre style. De ce fait, on avait pris l’habitude que Ohma soit mis de côté afin de coller au principe de cette compétition qui ne met pas en avant qu’un seul individu, mais une multitude de personnages cherchant à se hisser au sommet de la foule. Notre jeune participant était au même niveau que tous les autres et doit maintenant franchir une nouvelle étape pour se diriger vers le sommet. Ainsi, on renoue de manière logique et intéressante à son histoire qui va se développer de manière sporadique, mais intelligente. Il suffit de quelques planches pour comprendre qu’il cache quelque chose dont même lui a oublié l’existence. Une rage qui peut l’amener à un tout autre niveau l’amenant même presque à ne plus rien avoir d’humain. En quelques instants, on revoit le Ohma qui avait totalement laissé sa colère et ses pulsions prendre le dessus. Le nom d’Ashura résonne de nouveau dans notre esprit et le personnage nous montre une fois de plus que ce surnom n’est absolument pas dérobé. D’ailleurs, le fait qu’il affronte déjà l’un des favoris du tournoi dès son second match est aussi crucial concernant son développement.

En effet, avoir un tel opposant devant lui est un levier efficace pour le pousser dans ses derniers retranchements. Là encore, le mangaka fait forte impression en nous montrant qu’il maîtrise son écriture qui s’exprime à travers chaque coup donné. Les côtes brisées, le sang qui gicle et les muscles déchirés sont une façon pour ses artistes martiaux d’écrire leur légende. Cependant, cela franchit un tout autre cap concernant Ohma qui reste quand même très obscur concernant ses origines. Même si l’on commence à voir se dessiner au loin tout ce qu’il a pu vivre, cela ne fait qu’engendrer de nouvelles interrogations. Le voir se déchaîner nous montre qu’il est autant un homme désireux de montrer sa force qu’un monstre dont l’unique plaisir est d’écraser les fourmis se dressant devant lui. Un homme ayant une double facette et qui colle justement très bien à cette partie de la licence où chacun se redécouvre et comprend ce qui le motive vraiment. Une étape importante autant sur le plan du spectacle proposé que sur le développement des personnages que l’on rencontre. A travers cette lutte interne qui se joue dans l’esprit d’Ohma, c’est une manière pour lui de se réconcilier avec son passé, mais surtout de pouvoir faire face à son avenir malgré le prix qu’il est prêt à payer pour ça. La brutalité ici n’est pas que physique, mais aussi mentale et va même symboliser quelque chose de très fort chez ce jeune homme dont le corps va être mis à rude épreuve autant par ses adversaires que par sa propre personne.

Kengan Ashura continue sa route sans jamais dévier de sa trajectoire et va même se permettre de renforcer grandement ses fondations. Ainsi, ce tournoi devient autant un vecteur important de l’intrigue qu’une incroyable méthode pour permettre à tous ces individus de grandir même dans la défaite. C’est en rentrant dans ce lieu gorgé de sang et de sueurs qu’ils découvrent une autre facette d’eux-même. Quatre volumes qui vont nous offrir un show grandiose sans pour autant oublier de façonner d’importantes histoires à travers chaque coup donné. Pas besoin ici de paroles pour comprendre les enjeux de cette compétition.

Kengan Ashura reprend sa danse brutale

La question que l’on peut constamment se poser quand on s’attarde sur Kengan Ashura est de savoir si la série est capable de maintenir sur le long terme ce qui fait sa principale force. Une fois de plus, la licence nous montre que l’on a aucun souci à se faire à ce niveau tant on est emporté par la suite des événements. Un tournoi qui ne cesse de nous faire frissonner par ses nouvelles affiches et les nombreux retournements de situation que l’on peut vivre au cours d’un seul affrontement. C’est même parfois un véritable ascenseur émotionnel que l’on ressent pendant ces rencontres où l’on passe de l’excitation de voir notre participant préféré prendre le dessus à une profonde peur en voyant que rien n’est écrit à l’avance. Il est remarquable de voir à quel point un simple arc narratif centré sur une compétition parvient à nous faire ressentir tant de choses. En plus de ça, les nombreuses qualités du manga ne se contentent pas de se répéter au fur et à mesure des chapitres. Elles parviennent à se transcender pour atteindre des sommets inédits et surtout proposer une évolution logique, pertinente et palpitante de ce qu’une lutte peut procurer comme sentiments et comme frissons. Les combattants continuent de nous éblouir en prouvant qu’ils sont à leur place dans cette impressionnante arène. Des gens qui vivent par le sang et ne trouvent réellement leur voie que dans la mêlée. C’est en contemplant leur propre quête de pouvoir que ce manga exprime toute la richesse de son écriture.

Comme dit un peu plus haut, on est épaté par la capacité de cette série à nous divertir et surtout à utiliser au mieux l’action comme un magnifique levier scénaristique. Un spectacle grandiose, grisant et brutal qui n’en oublie pas pour autant de mettre à l’honneur ces âmes qui luttent constamment pour le plaisir de quelques personnes. Kengan Ashura nous donne presque l’impression par moment d’oublier ce simple désir de détrôner celui à la tête de l’organisation Kengan. Ce fil rouge va servir ici à mettre à l’honneur l’histoire personnelle de tous ces individus qui sont prêts à encaisser un nombre incalculable de coups si cela leur permet de concrétiser leurs objectifs. Si vous avez aimé les précédents volumes de la saga alors vous apprécierez tout autant cette suite qui saura vous offrir des moments épiques et importants. Une série qui prouve toujours que ce n’est pas parce qu’un manga n’offre que de l’action qu’il n’en est pas moins intéressant. C’est encore plus impressionnant de réussir à transformer ces ballets sanglants en un moyen de communication que de réussir à placer posément les divers éléments de son récit. A présent, il est grand temps d’aborder les quelques questions que l’on peut se poser pour la suite de cette violente épopée. Est-ce que Ohma va réussir à dompter le démon qui sommeille en lui ? Finira-t-il entièrement consumé par ce dernier ? Qui seront les grands gagnants de ce second tour ? Il nous tarde d’avoir la réponse à ces interrogations.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ces volumes de Kengan Ashura. Trouvez-vous que la licence parvient à conserver sa force initiale à travers cet enchaînement d’affrontements. Avez-vous apprécié le fait de retrouver notre protagoniste au cœur de l’action ? Etes-vous intrigué par ce qu’il pourrait éveiller en lui au fur et à mesure de ses combats ? Quel est le participant qui a su vous en mettre plein les yeux pendant sa prestation ? Croyez-vous que l’on aura le droit à quelques surprises concernant certains résultats ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2012 Daromeon / Sandrovich Yabako, Shogakukan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.