Team Phoenix-Vol.-1

Team Phoenix tome 1 : la vie contre l’acier

Vous le savez si vous nous suivez depuis longtemps, mais on met un point d’honneur à souligner l’importance de la curiosité dans la découverte d’un titre. Même si parfois certaines séries peuvent ne pas forcément éveiller notre intérêt dans un premier temps, c’est souvent en franchissant le pas que l’on peut avoir nos plus belles surprises. Ce fut exactement le cas aujourd’hui avec le titre que l’on va aborder et qui nous provient tout droit du catalogue de VEGA-Dupuis. Il s’agit de Team Phoenix dont le premier volume vient tout juste de sortir. Si la couverture pouvait éveiller un certain attrait, c’est parce que le manga met à l’honneur divers personnages issus des œuvres d’Osamu Tezuka. Kenny Ruiz reprend ces grands noms pour les amener au sein d’un univers de science-fiction qui nous a bluffés à travers cette introduction. Un récit débordant de qualités et qui va surtout être le coup d’envoi d’une aventure interstellaire à l’immense potentiel et surtout nous racontant une histoire bien plus complexe qu’il n’y paraît. L’heure est donc venue d’assister au conflit opposant la machine à l’être vivant.

Un conflit galactique sanglant

Team Phoenix - SaphirTeam Phoenix, imaginé par Kenny Ruiz et inspiré des personnages d’Osamu Tezuka, nous plonge dans une galaxie étrangère où vivent de nombreux peuples. Le temps s’écoule comme si de rien n’était et les civilisations se développent sous le regard attentif des puissants. Malheureusement, une tragédie va venir frapper ces diverses sociétés qui vont connaître une période funeste. En effet, les êtres vivants ont vu leurs créations robotiques se soulever. Une conscience s’est éveillée au sein de ces unités faites d’aciers et de câbles. A présent, ils refusent d’obéir ne serait-ce qu’une minute de plus à leurs maîtres qui exploitent leurs talents. C’est ainsi que débuta la Grande Guerre qui fit trembler les fondements de toutes ces planètes. Si le conflit semblait être tombé dans une phase de statu quo entre les deux puissances, l’arrivée d’un robot allait changer la donne. Répondant au nom d’Atlas, ce dernier finit par se libérer des chaînes qui le retenaient à sa condition de serviteur et fut celui qui amena la révolution des machines à un tout autre niveau. Se présentant comme un chef impitoyable n’ayant pas la moindre once d’humanité à l’égard de la vie biologique, il mena ses troupes à la victoire sur chaque champ de bataille. Cela amena finalement à la naissance de l’Union Robotique, un gouvernement totalitaire qui avait inversé les rôles. Les quelques êtres vivants qui existaient encore n’étaient plus que des esclaves aux yeux de leur nouveau seigneur.

Seuls ceux qui se montrent utiles à la cause ont le droit d’obtenir un “permis de vivre” leur donnant accès aux rudiments de cette nouvelle société. Une situation qui amène de nouvelles souffrances, mais où la moindre résistance est finalement étouffée dans l’œuf avant même d’avoir fait le moindre dégât. C’est donc une sélection qui est faite entre ceux qui méritent de vivre et les individus devant disparaître car inutiles à ce monde inédit. Les années passent et la grogne ne cesse de croître parmi ceux qui étaient autrefois au-dessus de ces monarques créés de leurs mains. Ainsi naquit une nouvelle rébellion qui se mit à frapper à divers endroits malgré le danger qui pouvait s’abattre sur eux. C’est au sein de ce groupe qu’un trio très particulier fit son apparition. Cette équipe allait bientôt donner naissance à la “Team Phoenix” et jouer un rôle important dans l’équilibre des forces. Alors que chacun est guidé par une volonté propre de stopper cette tyrannie, les robots au sommet de la hiérarchie ne comptent pas se laisser faire sans se battre. Atlas contemple ces combattants désespérés comme s’il ne s’agissait que de fourmis. Il est persuadé qu’il ne faudra pas longtemps pour que le calme fasse son retour dans son union. Attention cependant, car c’est quand une personne est acculée qu’elle est souvent la plus dangereuse. Une leçon qui pourrait bien être fatale à ce despote qui cherchait juste à libérer ses frères et sœurs de leur condition d’outil.

On comprend très vite, derrière ce contexte, que Team Phoenix veut nous proposer un périple à la fois dépaysant et cherchant à véhiculer des messages importants. Il ne faut alors pas longtemps pour que l’on pose les yeux sur un univers regorgeant de qualités. La plus puissante d’entre elles n’est autre que cette faculté à nous happer et à nous donner l’impression de n’être qu’un grain de sable au centre de tout ce cosmos qui gravite autour de nos héros. A chaque chapitre, on en apprend bien plus sur certaines cultures, le conflit en cours, les personnages tourmentés et sur d’autres éléments tout aussi captivants.

Un univers d’une grande richesse

La plus grande force de ce premier volume de Team Phoenix repose sur l’imposant univers que l’on nous présente dès les premières pages. Il est vrai que voir certaines des plus grandes figures d’Osamu Tezuka nous fait avoir quelques frissons, mais c’est surtout la manière dont l’auteur s’approprie tous ces éléments qui rend cette expérience aussi palpitante. En fait, très rapidement on a cette sensation que l’on vit une épopée à part entière qui ne se limite pas uniquement à faire appel à des noms bien connus de la culture pop. On sent qu’il y a une volonté de créer une série unique et cela s’exprime dès les premières minutes tandis que l’on contemple cette galaxie mise à feu et à cendres par ces machines. Dès nos premiers pas, on pose les yeux sur une diversité remarquable de planètes, d’êtres vivants, mais aussi de civilisations. On a beau être plongé au cœur d’un conflit destructeur, on ne peut s’empêcher de laisser notre imagination vagabonder d’une idée à l’autre en fonction de ce que l’on voit. Le lecteur ressent cette envie d’en apprendre plus sur tous ces peuples, leur histoire respective et le passé de ces personnages. On se retrouve donc devant un ouvrage qui se veut ambitieux et qui arrive pleinement à nous faire adhérer à tout ce potentiel. En ouvrant les pages de ce manga, ce n’est pas uniquement une quête pour la sauvegarde de cet univers qui nous est conté. C’est aussi une remarquable invitation à ce que l’esprit du spectateur s’égare d’un lieu à l’autre en rêvant de ce qui pourrait être narré sur tous les aspects de cette galaxie.

Le travail qui est fait au niveau de la création et de la mise en place de ce lore est stimulant pour le lecteur. Outre cette importante qualité, ce tome introductif va aussi retenir notre attention par rapport au contexte proposé. En effet, l’opposition entre machines et êtres vivants ne date pas d’hier. C’est une thématique très souvent utilisée, mais qui n’empêche pas de proposer un scénario prenant et intelligent. C’est exactement le cas ici, car derrière le côté coloré que peut avoir cet ouvrage, on a aussi le droit à des scènes très fortes et même brutales dans ce qu’elles expriment. Le contraste entre le dessin et les propos tenus va renforcer cette oppression que l’on ressent par rapport à ces géants qui écrasent les plus faibles. En dehors de ça, ce sujet confrontant nos deux camps va aussi permettre d’aborder la notion de tyrannie, de cycle de haine, mais aussi de liberté et de vengeance. Quand on s’attarde quelques instants sur ce premier volume, on se rend compte à quel point celui-ci cherche à étouffer la moindre lueur d’espoir. Celle-ci n’est entretenue que par quelques personnes qui espèrent qu’une cohabitation est possible. Malgré tout, la violence de cette réalité revient frapper un grand coup et nous montrer que le chemin est encore long pour simplement mettre un terme à toute cette souffrance. En fait, Team Phoenix nous montre avec brio cette roue qui tourne sans cesse entre l’oppresseur et l’oppressé jusqu’au moment où les rôles sont inversés, mais que cela revient au même point. Une série affichant plusieurs niveaux de lecture et qui n’en est que plus captivante à lire.

Quand on prend du recul sur ce premier volume de Team Phoenix, on se rend compte à quel point cette expérience littéraire regorge de bonnes idées. En plus du côté grisant de voir les nombreux personnages d’Osamu Tezuka vivre dans le même univers, cette épopée affiche une identité qui lui est propre. A chaque case que l’on observe, on découvre une myriade de détails qui contribuent à rendre cette lecture aussi plaisante. Plus que l’intrigue principale, le lecteur est attiré par ce monde qui regorge de possibilités et qui surtout est une invitation à l’exploration et à la découverte.

Team Phoenix entame son épopée

Team Phoenix - robotTeam Phoenix est une œuvre qui nous a totalement surpris du début jusqu’à la fin. Comme dit un peu plus haut, on ne savait pas du tout où on mettait les pieds à travers ce récit. C’est simplement par curiosité que l’on s’est lancé dans cette aventure dont le charme a rapidement fait son effet. Sans même s’en rendre compte, on était totalement plongé dans cette lecture qui nous donne ce sentiment de faire partie de quelque chose de bien plus grand. On ouvre les yeux sur toutes ces planètes que l’on nous décrit et les habitants qui y vivent. Tout ça fourmille de vies et stimule notre imagination pour ce qui pourrait être raconté par la suite. Un environnement absolument fantastique et qui sait comment attiser la curiosité du spectateur pour qu’il ait envie d’en apprendre plus. En dehors de ça, cette épopée n’est pas uniquement un régal pour les yeux et intéressant pour son aspect créatif. C’est aussi une très belle représentation du conflit pouvant opposer les êtres fait de chair et de sang à leurs propres créations d’aciers. En nous contant ce conflit entre êtres vivants et robots, cette série va mettre en avant bien des éléments importants sur ce qui fait la nature humaine, l’oppression d’une dictature, mais aussi qu’il ne faut jamais juger quelqu’un sur les apparences. Une saga qui débute de manière très manichéenne avant de finalement effacer cette frontière afin que le bien et le mal se mélangent. Un premier acte qui ne fait aucune réelle fausse note.

Décidément, VEGA-Dupuis enrichit son catalogue de deux petites pépites en ce début d’année. Si Manchuria Opium Squad était un manga que l’on attendait énormément, Team Phoenix fut cet étonnement si cher à notre cœur quand on tombe sur un récit qui dépasse tout ce que l’on pouvait croire. Une introduction plus que réussie et qui sait nous dire que tout ce que l’on voit actuellement n’est à peine que le commencement. Le potentiel est conséquent et il faut juste maintenant espérer que le futur sera aussi qualitatif que ces premiers pas. Si vous souhaitez une aventure de science-fiction affichant clairement ses ambitions et qui est à la fois pertinente dans ses propos que ludique dans son trait alors vous aimerez cette épopée. Avec une galerie de personnages qui ne cesse de s’étoffer et un voyage qui se présente déjà sous les meilleurs auspices en matière de péripéties, cette licence a su éveiller notre intérêt pour la suite. Bien évidemment, on se pose tout de même quelques questions pour l’avenir de nos jeunes héros. Est-ce qu’il est encore possible pour ces deux camps de cohabiter ? Quels secrets résident sur ces divers mondes en proie au chaos ? Assisterons-nous à des batailles spectaculaires entre machines et êtres organiques ? Pourrons-nous en apprendre plus sur les divers protagonistes de l’histoire ? L’attente va être longue jusqu’à la parution du second volume. Il suffit parfois d’ouvrir au hasard un ouvrage pour être happé par un univers qui se façonne au fil des pages.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Team Phoenix. Est-ce que vous trouvez que l’univers présenté a de quoi proposer une aventure grandiose ? Trouvez-vous que la thématique traitée tout au long de cette introduction est efficace ? Croyez-vous que l’on aura le droit à d’autres surprises au vu de la richesse de cet environnement ? Avez-vous apprécié les divers personnages qui se présentent à nous tout au long de la lecture ? Ce tome est-il parvenu à vous donner ce sentiment de voyage au sein de cette gigantesque galaxie ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet captivant.

©2022 Kenny Ruiz / Tezuka Productions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.