Gilgamesh

Gilgamesh tome 1 : l’opposition entre la vie et la mort

Comme on a pu le dire dans de précédentes chroniques, le marché du manga et du webtoon n’a eu de cesse de s’étoffer au fil des années. C’est encore plus vrai lorsque l’on s’attarde sur les derniers chiffres en date avec un milieu qui n’a fait que grandir au fil des mois. Il est donc normal que l’on voit l’arrivée de nouvelles collections qui vont venir enrichir les étagères de nos librairies. Aujourd’hui, on se tourne vers le webtoon à travers la nouvelle collection de Matin Calme intitulée Koyohan. Récemment lancée, cette dernière va inaugurer son catalogue à travers un premier titre qui est notre sujet du jour. Il s’agit de Gilgamesh et si ce nom évoque une figure héroïque de la Mésopotamie, ici nous abordons une toute autre histoire. Voilà une série dont on ignorait beaucoup de choses et que l’on a pu découvrir sans réellement savoir ce qui nous attendait. On a alors été très intéressé par la manière dont cet ouvrage va nous amener sur un conflit captivant entre la vie et la mort. Avec ses deux protagonistes, on a le droit à une bonne entrée en matière dans cet univers prometteur. L’heure est donc venue de partir à la rencontre d’un duo atypique.

Le destin d’un immortel et d’une guerrière

Gilgamesh - inconnuGilgamesh, imaginé par Hwan Daeng, nous plonge dans un monde fictif où l’on fait la connaissance de Tludia. Cette jeune femme était destinée à devenir un chevalier au service du peuple. Malheureusement, il semble que ses frasques et autres problèmes de comportement, notamment au niveau de son appétit féroce, lui aient joué un mauvais tour. Elle est radiée de l’Ordre et se voit contrainte d’abandonner ses rêves de devenir une protectrice du royaume. Malgré tout, rien ne semble pouvoir entacher son caractère bien trempé. Elle est persuadée qu’elle va pouvoir arranger les choses ou bien trouver une nouvelle voie lui permettant d’accomplir son but. C’est en voulant prendre un peu de recul face à ces derniers événements qu’elle se retrouve en dehors de la cité. Alors que Tludia pensait profiter d’un moment d’accalmie pour se reposer, elle assiste à l’agression d’un vieil homme par deux brigands. Un groupe bien connu des environs et qui aime s’en prendre aux plus faibles pour les détrousser. Ne pouvant rester de marbre devant une telle situation, elle décide d’intervenir. Mais pendant l’échauffourée entre les deux camps, le vieillard est décapité. Un terrible spectacle qui fait enrager l’ancienne élève. Elle est décidée à en finir avec cette vermine, mais se retrouve en mauvaise posture au vu de la situation. C’est au moment où elle pense sa dernière heure venue que le corps sans vie du vieil homme s’interpose pour la protéger.

La tête réapparaît comme par magie au sommet de son cou comme si rien ne s’était passé. Un phénomène incompréhensible pour les témoins de cette scène. En réalité, cet inconnu est un homme immortel qui a totalement perdu la notion du temps. Parcourant ce monde depuis des temps immémoriaux, il n’a plus aucun goût à la vie qui ne signifie plus rien à ses yeux. Il en est même venu à perdre nombre de ses souvenirs et ne se rappelle même plus de tous les noms qu’il a pu utiliser. Après que la situation se soit calmée, Tludia souhaite comprendre ce qu’il est réellement. En contemplant son visage, l’immortel se remémore une étrange jeune femme qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau. Il sait pertinemment que cela n’est pas possible au vu des années qui se sont écoulées, mais il ne peut détourner son regard de son interlocutrice. Tandis qu’il cherche un moyen d’esquiver la conversation et de retourner à sa vie d’ermite, l’apprentie chevalière s’effondre. Crachant du sang et perdant connaissance, le vieil homme comprend qu’elle est atteinte d’un mal incurable. A cet instant précis, il prend une décision qui va radicalement changer son existence ainsi que celle de cette demoiselle. L’embarquant avec lui, il l’emmène vers le continent de l’Est. Peut-être que c’est en ce lieu que se trouve un remède pour guérir cette maladie qui ne lui laisse que peu de temps à vivre. C’est ainsi que débute leur voyage vers des contrées lointaines qui réservent bien des surprises à ce nouveau binôme exceptionnel.

Avec un tel contexte, on comprend rapidement où Gilgamesh va vouloir nous amener. Prenant la forme d’une longue odyssée à travers des sentiers dont on ignore tout, ce manhwa nous invite à explorer ce monde, mais aussi à réfléchir sur la symbolique de ce duo. Nos deux protagonistes ont beau être très différents, ils vont parfaitement se compléter avec aussi une intense réflexion sur l’existence. Deux visions diamétralement opposées et qui font qu’ils ont chacun leur manière d’aborder leur environnement. On est ainsi projeté dans une aventure qui affiche plusieurs niveaux de lecture.

Une dualité fascinante

Ce qui fait la principale force de Gilgamesh est le tandem que l’on va suivre. En effet, si l’univers proposé reste encore bien mystérieux, cet ouvrage parvient à capter notre attention par ses deux protagonistes. Dans un premier temps, ils forment l’archétype des deux comparses qui n’ont absolument rien en commun. D’un côté, on a une apprentie chevalière gloutonne qui n’a pas sa langue dans sa poche et de l’autre un immortel qui semble imperturbable peu importe la situation. Si ce contraste donne lieu à des scènes nous faisant sourire, c’est avant tout sur autre chose que notre attention va se focaliser. En effet, si l’on s’attarde uniquement sur ce que l’on nous montre, on est devant une aventure prometteuse portée par des personnages qui éveillent notre curiosité. Mais le véritable attrait de ces deux individus vient de ce qu’ils symbolisent. Dès leur rencontre, on voit se dessiner une opposition en arrière-plan tout à fait pertinente. Il s’agit de celle confrontant la vie et la mort par le biais de ces deux enveloppes charnelles. Le fait que l’on soit amené à suivre une jeune femme dont le temps est compté et un homme qui ne peut mourir n’a rien d’anodin. Cela remet en perspective chaque situation et échange où ils vont être impliqués. Tludia est une demoiselle qui veut vivre le plus longtemps possible et profiter au mieux de son existence, car elle sait que son espérance de vie est réduite par cette maladie qui la ronge. On est face à une humaine pour qui chaque seconde est précieuse et va être en désaccord avec la vision de son nouveau partenaire.

Cet inconnu, de par son statut d’immortel, a totalement perdu goût à la vie. Voyant ses proches tomber les uns après les autres, il nous montre à quel point ce don ressemble bien plus à une malédiction. D’ailleurs, on voit qu’il n’a plus aucun scrupule à se blesser dans le feu de l’action. Sachant pertinemment qu’il ne peut trépasser, il en vient à n’avoir aucun regret de sacrifier son corps pour atteindre ses objectifs. Une forme de désacralisation de cette enveloppe si précieuse, car il ne se sent plus du tout humain. Ainsi, on est dans le cas de figure où l’immortalité est considérée comme un fardeau, mais qui va pourtant éveiller une sorte de jalousie chez Tludia. La demoiselle rêverait de se dire qu’elle n’a plus rien à craindre du futur. Voyant le sablier du temps s’écouler à toute vitesse, elle ne peut accepter la manière dont son acolyte perçoit sa faculté. Il est fantastique d’avoir une telle confrontation des idées au sein de cette paire qui va justement nous happer un peu plus dans ce récit. En les accompagnant dans leur voyage, on assiste à cette réflexion sur ce qui fait la beauté de la vie humaine, mais aussi de nous faire réfléchir sur ce don d’immortalité que l’on a tous rêvé un jour de posséder et qui pourtant serait loin d’être une bénédiction. C’est par cette approche philosophique et psychologique de ces deux notions que Gilgamesh parvient à attiser la curiosité du lecteur qui veut savoir qui aura le dernier mot. Si ce premier volume établit une quête à suivre, il est avant tout le parfait reflet d’une question qui anime beaucoup de gens.

Comme dit un peu plus haut, Gilgamesh est une œuvre qui affiche différents degrés de lecture. Une impressionnante introduction qui parvient à utiliser un sujet assez connu, mais en l’amenant à travers deux points de vue diamétralement différents. En vérité, on ne se dit pas que l’un ou l’autre à tort, mais qu’ils ont tous les deux raisons d’une certaine manière. C’est leur propre expérience qui forme leur vision de l’existence et du futur qu’il souhaite. Le vagabond rêvant de mourir et la guerrière désireuse de vivre se rencontrent pour une épopée qui peut aller très loin dans son écriture.

Gilgamesh nous implique dans une prometteuse aventure

Gilgamesh - immortelCe qui est bien lorsque l’on se lance dans une nouvelle épopée dont on ignore tout, c’est que l’on a tout à découvrir. Gilgamesh nous a proposé cette expérience et l’on fut très heureux de partager ce moment avec nos deux nouveaux comparses. Si l’on se questionne encore sur ce que vont donner leurs pérégrinations au sein de ce monde, on peut déjà dire que l’on est séduit par le message traité en arrière-plan. Une brillante lutte des notions de vie et de mort habilement mise en scène par l’intermédiaire de ces deux êtres spéciaux. On partage avec eux leurs doutes, leurs complaintes, mais aussi leur volonté d’avancer jusqu’à leur objectif final. Des individus qui suivent le même chemin, mais pour des raisons opposées. C’est ça qui fut remarquable tout au long de notre exploration de ces pages. Une épopée qui a encore beaucoup de choses à nous raconter, mais qui a déjà su poser les bases des thèmes voulus par l’auteur. De même, on est très curieux de voir comment vont réagir cet inconnu et Tludia face aux différentes situations qu’ils vivront. L’homme désireux de mourir l’emportera-t-il ou bien sa partenaire voulant prolonger sa vie va-t-elle le faire changer d’avis ? Il y a énormément de mystères qui planent encore sur cette série et cela nourrit notre intérêt pour les futurs tomes. En plus de ça, la narration est aussi un point fort notamment dans la seconde partie de l’ouvrage. Une écriture qui met à l’honneur le ressenti de ces figures centrales auprès de qui on se retrouve propulsé.

Finalement, Gilgamesh est une œuvre qui parvient à tirer son épingle du jeu par le potentiel philosophique qui s’en dégage. Ce premier acte nous montre clairement que cette histoire ne veut pas uniquement s’attarder sur la quête pour sauver Tuldia. Il s’agit avant tout d’un voyage conçu pour faire réfléchir ces deux protagonistes qui ont tant de choses à nous raconter. Un périple qui plaira à tous ceux qui souhaitent une aventure prenant le temps de traiter ses thématiques tout en souhaitant aborder un sujet grave et important. Avec cette lecture, on ne suit pas tant des héros que de simples êtres humains étant malheureusement rongé par une malédiction qui leur est propre. L’un est condamné à voir tous les gens qui l’entourent mourir avant lui tandis que la seconde ne sait pas si elle pourra assister à un nouveau lendemain. Maintenant, il est évident que l’on a plusieurs questions qui nous viennent à l’esprit après avoir refermé ce volume. Est-ce qu’il est vraiment possible de guérir Tuldia ? Quels secrets nous réserve encore cet homme mystérieux ayant connu tant de siècles ? Ce monde est-il propice à vivre de grandes épopées ? Toute l’intrigue se centrera-t-elle sur ce binôme ou bien verrons-nous d’autres acteurs influencer cette pièce ? Qui l’emportera entre la vie et la mort représenté par ces deux malheureux champions ? On a hâte de connaître l’avenir de ces derniers.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti sur ce premier volume de Gilgamesh. Trouvez-vous qu’il y a du potentiel dans l’aventure qui nous est proposée ? Croyez-vous que l’on aura le droit à une évolution intéressante de ce tandem ? Avez-vous été captivé par cette opposition qui se passe entre ces deux protagonistes ? Est-ce que vous avez de la sympathie pour ces derniers face à leur propre calvaire ? Pensez-vous qu’il soit possible de sauver cette jeune femme de la maladie qui se propage en elle ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2015 Hwandaeng

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.