Les Enfants d'Hippocrate-Vol.-2

Les Enfants d’Hippocrate tome 1 et 2 : la naissance d’un grand pédiatre

Je l’ai très souvent dit, mais le manga est un formidable média pour parler de tout un tas de sujets. Cela peut autant être autour d’une thématique précise que de s’attarder sur un domaine particulier comme c’est le cas du titre que je vais traiter aujourd’hui. On était beaucoup à l’attendre et il nous vient tout droit du catalogue de Mangetsu. Vous l’aurez compris, on va parler cette fois des Enfants d’Hippocrate dont les deux premiers volumes sont sortis simultanément la semaine dernière. Nous plongeant dans le monde de la pédiatrie, cette série nous intriguait déjà par son sujet, mais aussi la manière dont il allait pouvoir traiter ce métier qui est très rarement mis à l’honneur. Une occasion parfaite de voir la manière dont l’auteur va écrire son histoire autour de son axe. Maintenant que j’ai pu lire ces deux ouvrages, il y a énormément de choses à dire au vu de ce que nous propose cette introduction à cet univers. Une vision à la fois douce et bienveillante de ce travail qui peut se montrer très difficile psychologiquement autant pour les patients que les médecins. Il est donc temps d’aller à la rencontre d’un jeune homme dédiant sa vie aux autres.

Le futur d’un jeune homme

Les Enfants d'Hippocrate Vol. 1Les Enfants d’Hippocrate, imaginé par Toshiya Higashimoto, nous pousse dans un Japon contemporain. Dans cette société où l’argent règne en maître, le monde médical n’est pas épargné. Alors que certains se dévouent corps et âme pour leurs patients et leur devoir, cela ne suffit pas. Aux yeux des dirigeants d’un établissement, il est nécessaire de proposer un service qui soit rentable sans avoir à perdre de temps en états d’âme. C’est encore plus difficile pour les pédiatres qui ne peuvent rester de marbre face à la détresse de ces enfants qui arrivent face à eux. Un terrible constat qui a déjà poussé certains établissements à fermer toute une aile pour une question de revenus au détriment de tous ceux qui ont besoin de soins. Pour ne rien arranger, les soignants sont aussi confrontés à la peur et à l’impatience des parents qui veulent absolument des soins immédiats pour leurs enfants. Une attitude compréhensible, mais qui nuit au travail de ces médecins qui doivent autant s’occuper des malades que rassurer les adultes. Une pression constante qui finit aussi par avoir raison de certains qui préfèrent se tourner vers d’autres secteurs plutôt que de subir de nouveau ça. Il est alors facile de se demander qui serait prêt à subir ça et de comprendre ceux qui préfèrent se tourner vers un autre domaine. Cependant, il y a aussi des gens qui ne changeraient pour rien au monde de travail.

Entièrement dévoués aux gens qui se présentent à eux, ils sont toujours prêts à se battre pour soulager l’inquiétude de ces enfants. C’est notamment le cas pour Maco Suzukake. Ce jeune praticien en devenir affiche perpétuellement un grand sourire et n’a rien d’autre en tête que de venir en aide à ces petits patients. Sachant toujours comment réconforter ces derniers, il semble toujours trouver l’origine du mal qui les assaille. Une sorte de génie quand il s’agit de trouver la maladie correspondant aux symptômes. Même s’il peut sembler excentrique à bien des égards, tout le monde est d’accord pour dire qu’il a un véritable don en tant que pédiatre. A tel point que même certains vétérans se disent qu’ils pourraient bien apprendre une chose ou deux à ses côtés. Mais la grande question qui se pose est de savoir si son humanisme est capable de surpasser toutes les problématiques de sa pratique et apporter le bonheur à tous ceux qui croiseront sa route. Et puis, il faut aussi qu’il décide ce qu’il compte faire de son avenir. C’est à cet instant où il réfléchit à son futur qu’il reçoit une lettre dont le contenu pourrait bien changer radicalement son existence. Qu’est-ce qui peut bien se cacher derrière ce sourire éternel ? Il est grand temps pour la médecine d’accueillir ce jeune homme qui, telle une bourrasque, va tout chambouler sur son passage. Peu importe les questions de profits, car la plus belle richesse aux yeux de ce jeune homme est de voir le sourire de ses patients quand ils quittent l’hôpital.

Si le synopsis peut sembler classique de prime abord pour ce type de récit, Les Enfants d’Hippocrate va rapidement montrer toute sa force à travers deux aspects bien précis. La première concerne tout naturellement la retranscription de ce métier et surtout le rapport qu’il y a entre les enfants et ce milieu médical. Une série qui ne veut pas se présenter comme sombre, mais qui arrive quand même à traiter de sujets graves et importants pour prendre conscience des dangers qu’il peut y avoir. Une lecture où il s’agit avant tout d’une question de relation entre les patients et le corps médical.

Au service des plus petits

Il est impossible de parler des Enfants d’Hippocrate sans évoquer la manière dont nous est exposé le métier de pédiatre. Il s’agit de l’un des deux gros aspects du manga et il est donc important de s’attarder dessus afin de cerner au mieux ce qui fait l’attrait de ce titre. Ce qui marque rapidement les esprits quand on découvre cette histoire, c’est cette opposition qui se joue entre cette société japonaise où le profit prime sur tout le reste et les médecins qui sont avant tout là pour aider les autres. C’est encore plus flagrant lorsque l’on se penche sur le service pédiatrie où la priorité n’est pas tant une question d’argent que de prendre soin de ces jeunes patients qui sont bien plus terrifiés que les adultes. On veut nous montrer que dans un métier où la priorité est de tendre la main pour servir les autres, cette bienveillance est loin d’être récompensée. Au contraire, on ressent tout le poids qui pèse sur les épaules de ces soignants dont certains vont jusqu’à se demander s’ils ne feraient pas mieux de changer de branche. Il y a une volonté de montrer un discours réaliste et triste de ce travail qui est loin d’être radieux. Pourtant, on ne cherche pas ici à appuyer cette détresse qu’il peut y avoir, mais à montrer la force de ces individus. Pédiatre n’est pas qu’une question de soins et puis au revoir. L’auteur veut nous montrer qu’il s’agit aussi d’un corps médical qui doit accompagner et soutenir ces enfants qui se retrouvent dans un milieu qui leur est inconnu. 

On met ici l’accent sur ces gamins qui n’ont parfois que quelques mois et qui ne connaissent quasiment rien du monde qui les entoure. Ainsi, soigner n’est qu’une infime partie du devoir des pédiatres. Ils sont aussi là pour rassurer ces bambins ainsi que leurs parents et leur montrer que tout ça est pour leur bien. Ceci est présenté de manière brillante tout au long de ces deux volumes où chaque cas parvient à aborder un sujet précis qui concerne autant la maladie traitée que le service proposé. On a envie parfois de se lever quand on voit à quel point on peut s’acharner sur ces personnes qui sont là pour guérir. Une volonté de faire prendre conscience de la pression subie par leurs supérieurs, mais aussi les familles et qui pourtant ne les empêche pas d’accomplir leur serment. Une volonté de remettre avant l’aspect humain et bienveillant de ce métier et non d’y voir seulement des chiffres. C’est pour ça que chaque cas que l’on va suivre au sein de ces pages nous touche aussi grandement. On est en contact direct avec la détresse de ces enfants et de ces parents qui ne peuvent que se rattacher à cette bouée que les pédiatres leur envoie même si cela implique de ne pas forcément être écouté. Toute l’écriture de cette série respire l’envie de montrer que l’aspect social est tout aussi important que tout le reste. Ces hommes et femmes qui se dédient à cette jeune génération ne sont pas que des médecins. Ils sont aussi des protecteurs, des soutiens, mais aussi des confidents afin que leurs patients soient guéris autant dans leur corps que dans leur esprit. Un message qui vaut largement le coup d’œil et qui surtout nous ramène à ce besoin d’entraide que l’on peut tous avoir.

Si ce premier point est particulièrement réussi, Les Enfants d’Hippocrate va aussi grandement se différencier à travers l’écriture de son personnage central. Ce jeune homme va rapidement se présenter comme un être au caractère assez unique et qui va nous amener sur deux tableaux spécifiques. Un héros qui va autant capter notre attention par son talent dans son travail que par son histoire personnelle qui va avoir une grande importance dans le scénario et le développement global de son environnement. Le destin d’un pédiatre qui se confronte autant au futur de ses patients qu’à son propre passé.

Un protagoniste éblouissant

Les Enfants d'Hippocrate Vol. 2S’il y a un autre élément qui va rapidement sublimer Les Enfants d’Hippocrate, c’est son protagoniste. Maco est un personnage tout à fait fascinant, car dans un monde que l’on nous décrit comme pouvant être difficile et injuste, il parvient pourtant à apporter une certaine lumière. Toujours souriant et prévenant, il est un individu qui nous semble étrange au premier abord avec son obsession de percer avec ses vidéos. Un jeune homme assez excentrique et qui pourtant va rapidement nous captiver dès l’instant où il revêt sa blouse. On se rend compte qu’il est un pédiatre talentueux capable de déceler avec hâte la maladie pouvant correspondre aux symptômes évoqués. Mais s’il est talentueux dans son métier à travers ça, il l’est aussi par son humanité. En effet, il ne veut pas simplement être un médecin qui trouve le bon diagnostic. Ce qu’il désire avant tout c’est que les gens qui franchissent les portes de son service retrouvent le sourire. Il est bien plus conscient que n’importe qui de la panique que l’on peut avoir dès l’instant où l’on arrive entre ces murs. Il veut donc être autant le médecin de confiance en qui les parents peuvent croire pour confier la vie de leur enfant, mais aussi un être chaleureux qui permettra à ses patients de ne pas succomber à la peur. Il symbolise à la perfection cette approche humaine qui est à la base de son métier et que certains ont pu perdre au fil du temps. Un ange à la joie communicative et qui est bien plus qu’un pédiatre.

Il est avant tout un homme ayant le cœur sur la main. Pourtant, ce n’est pas uniquement sa vision de ce travail qui le rend aussi intéressant. Si l’on a l’impression que le manga enchaîne des cas différents à chaque chapitre, Maco va aussi représenter un fil rouge que l’on suit avec un attrait certain. On en apprend plus sur lui, les épreuves de son passé, ses relations avec sa famille, mais aussi ses aspirations futures. Les Enfants d’Hippocrate est donc autant une vitrine sincère du métier de pédiatre que la présentation de cette quête personnelle qui va animer ce jeune soignant. Il est justement pertinent d’avoir créé toute une histoire efficace autour de ce dernier, car elle s’entremêle à merveille avec le propos de fond que souhaite tenir le manga. Il va donner encore plus de puissance à celui-ci et ainsi nous motiver à continuer cette aventure autant par notre souhait de voir les soins prodigués à tous ces enfants que notre désir d’assister au développement de ce héros ayant encore une grande marge de progression. L’aspect professionnel et personnel se combinent pour un rendu incroyable et saisissant aux yeux du lecteur. Le tout est aussi amené de manière à ce que l’on s’intéresse aussi à l’entourage de Maco et la manière dont celui-ci va l’influencer et vice-versa. C’est autant une description sincère et réaliste du quotidien de ces enfants que la démonstration d’un quotidien où les médecins doivent se confronter à bien des obstacles. On observe tout ça en silence en se demandant juste si Maco peut réussir à partager ce qui est réellement le but premier d’un pédiatre.

Les Enfants d’Hippocrate est une œuvre qui capte toute notre attention dès les premières pages par son dessin ainsi que la bienveillance qui en ressort. Une saga qui débute à merveille en étant en adéquation avec les propos soutenus. Une volonté ici de tendre la main aux plus jeunes qui ne connaissent encore rien du monde et peuvent être effrayés par ce qu’ils vivent. Une ode à la compassion, à l’entraide et à l’importance de ce métier qui n’est pas uniquement là pour guérir, mais aussi pour soutenir. Avec cette œuvre, l’auteur nous dévoile une toute nouvelle facette de son style qui est tout aussi envoûtante.

Les Enfants d’Hippocrate réussit son diagnostic

On attendait énormément Les Enfants d’Hippocrate et on peut dire que l’on ne fut pas déçu. Après avoir découvert sa précédente œuvre, on voulait voir comment le mangaka allait pouvoir nous raconter une histoire aussi spécifique et différente. Finalement, il a su allier à la perfection une humanité débordante s’exprimant à travers son héros sans pour autant mettre de côté les nombreux défis que doivent relever les pédiatres. Une mise à l’honneur d’un métier qui mérite beaucoup plus d’attention, car ils sont ceux qui sont présents pour veiller sur ces nouveaux-nés qui progressent dans un monde inconnu. De même, on a été bluffé par le réalisme qui se dégage de chaque situation et qui nous fait totalement comprendre que cela pourrait arriver ou est déjà arrivé. Le reflet d’une société qui est régie par l’argent et où l’on veut tout tout de suite quitte à se tourner vers des informations peu viables. Une lecture qui peut nous enserrer le cœur par ce qu’il nous montre, mais qui veut toujours conserver cette lueur d’espoir qui nous permet de continuer. On partage la souffrance de ces petits êtres où la douleur se mêle à une frayeur compréhensible. C’est alors à cet instant que cet homme fait son apparition et parvient à trouver les mots qui nous font dire que tout va bien se passer. En nous lançant cet ouvrage, on a pris conscience de l’importance de ce rôle au sein d’un hôpital, mais aussi à quel point de simples mots peuvent nous redonner le sourire. 

C’est donc un très gros coup de cœur que l’on a eu pour ce début d’aventure que nous offre Les Enfants d’Hippocrate. A une époque où l’on est souvent entouré de mauvaises nouvelles et de drames, il est important d’avoir des sagas comme celle-ci qui cherchent à ramener un peu de lumière. Elle nous montre que si certains points du monde sont tristes, il y a aussi des gens qui font tout pour apporter leur aide aux autres. L’auteur dessine l’épopée d’individus qui suivent le serment qu’ils ont prêté afin de préserver et maintenir la santé de ceux qui se rapprochent d’eux. Un devoir porteur d’espoir et qui a su nous transmettre des valeurs précieuses autour de cette relation qu’il peut y avoir entre patients et médecins, mais aussi en tant que parents. Une expérience littéraire qui pourra plaire à tous ceux qui sont curieux d’en apprendre plus sur ce métier ainsi qu’à tous ceux désirant une aventure humaine maîtrisée de bout en bout. A présent, il est grand temps d’exposer les nombreuses questions qui peuvent nous trotter dans la tête. Est-ce que Maco va parvenir à conserver sa bonne humeur habituelle ? Va-t-il faire face à un cas qui le dépasse totalement ? Que se passerait-il alors pour lui et sa vision de son futur ? Qu’en est-il du reste de l’équipe ? Est-ce que l’on va avoir le droit à un développement de celle-ci ? On est impatient de suivre de nouveau le quotidien de tous ces gens qui veillent sur la santé des autres.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ces deux premiers volumes des Enfants d’Hippocrate. Trouvez-vous que l’auteur a parfaitement su mettre en scène le quotidien des gens suivant cette voie ? Est-ce que ce récit est parvenu à vous émouvoir à travers les différents cas que l’on découvre ? Notre jeune pédiatre est-il parvenu à vous interpeller par son caractère, mais aussi son approche par rapport à ce métier ? Avez-vous hâte de voir comment va évoluer ce nouvel établissement à l’avenir ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2020 Higashimoto Toshiya, Shogakukan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.