Ash-le-Bâtisseur-de-civilisation-Vol.-1-2

Ash le bâtisseur de civilisation tome 1 : l’importance du savoir

Quand on suit un peu les sorties mangas au fur et à mesure des semaines, on se rend compte qu’il y a énormément de titres qui font leur apparition sans pour autant être des titres qui vont forcément attirer le regard. Pourtant, franchir ce pas peut nous amener à faire de belles découvertes et surtout à être surpris durant une lecture. C’est encore plus vrai quand le nom du manga laisse présager d’une chose qui peut être captivante à suivre sur le long terme. Cela est arrivé récemment avec la sortie du tome 1 de Ash le bâtisseur de civilisation chez Komikku. Lors de son annonce, on était très intrigué par ce côté construction que laissait présager ce titre. On s’est alors lancé dans cette aventure inédite et l’on a été étonné de ce que l’on a pu voir au sein de ces pages. Un manga qui ne va pas directement vers ce qu’il annonce, mais prend son temps pour poser des bases qui éveillent la curiosité. C’est ainsi que l’on a pu ouvrir les yeux sur le parcours d’un jeune garçon pour tromper son ennui au cœur de ce petit village de campagne. L’heure est donc venue de le suivre dans sa soif de savoir.

Un féru de lectures

Ash le bâtisseur de civilisation - livreAsh le bâtisseur de civilisation, scénarisé par Mizuumi Amakawa et dessiné par Yoruno Kuroki, nous conte l’histoire du jeune Ash. Vivant dans un petit village de campagne isolé du reste du monde et peu développé, cet enfant n’a pas vraiment beaucoup de sources de distraction. Forcé, comme la majorité des autres gamins, à aider ses parents dans leur travail quotidien, ce petit être a pourtant goût à autre chose. En effet, il est très différent de ses congénères, car il possède des souvenirs d’une vie antérieure à la sienne. Dans sa mémoire se trouve la connaissance d’un mode de vie bien plus paisible et agréable que celle qu’il a actuellement. C’est pour cette raison qu’il se lance dans un objectif assez fou qui est d’accumuler le savoir nécessaire pour permettre à son nouveau foyer de grandir et de s’épanouir. Cela servirait à chacun afin qu’ils puissent se détendre et se reposer en comparaison du travail éreintant qui est abattu chaque jour. Mais pour une telle entreprise, Ash ne peut pas faire uniquement confiance à ses souvenirs. Il décide donc d’aller voir le seul homme qui puisse lui donner l’objet dont il a tant besoin. Cet individu n’est autre que le prêtre des lieux dont la bibliothèque est ce que convoite ce jeune garçon. A ses yeux, chaque ouvrage est une fenêtre ouverte vers une infinité de possibilités. Chacun peut amener quelque chose d’important même s’il s’agit d’une fable, d’un discours religieux ou un récit historique. 

Malheureusement, un premier obstacle de taille va venir se dresser sur sa route. Son esprit a beau se remémorer une existence antérieure, cela ne change rien au fait qu’il ne sache ni lire ni écrire. Deux éléments nécessaires pour décortiquer ce qui peut se cacher derrière chaque caractère. C’est ainsi qu’Ash va devoir apprendre ces fondamentaux avant d’espérer améliorer le confort de tous les habitants. S’il semble avoir un certain talent pour ça, le temps est quand même nécessaire pour qu’il puisse perfectionner sa compréhension de cette langue et surtout se lancer dans un défi redoutable consistant à décrypter un ouvrage datant d’une ancienne civilisation. De nombreux érudits se sont confrontés à cette énigme, mais aucun n’est parvenu à accomplir cet exploit. Éveillé par sa soif de connaissance et son envie de montrer à tous ses capacités, le jeune garçon est bien décidé à réussir là où tous les autres ont échoué. Après tout, ces pages pourraient bien contenir le savoir-faire nécessaire pour qu’il puisse enfin entamer son projet colossal. Mais est-ce l’unique épreuve qui attend cet enfant rêvant d’une vie plus douce ? Ses intentions ont beau être bonnes, il peut être particulièrement difficile de changer le cœur des gens. Un constat que pourrait bien apprendre à ses dépens Ash dont le regard reste émerveillé devant ces livres qui n’attendent que d’être lu. Le bâtisseur de civilisation est sur le point de voir le jour après un long chemin l’amenant à la connaissance.

En lisant ce synopsis, on se rend compte d’une chose importante pour ce premier volume d’Ash le bâtisseur de civilisation. Un récit qui peut sembler classique de prime abord, mais qui cache en réalité un sujet très intéressant. Une ode à la lecture et à tous ces livres qui nous entourent afin de nourrir notre esprit. Avec ce volume, on est amené à réfléchir sur ce savoir qui se cache entre ces lignes et ce qu’il peut apporter comme changements dans une vie. Une réflexion importante qui va constituer le nerf central de ce premier acte où les connaissances sont primordiales.

Une aventure inattendue

Il est vrai que quand on a lu pour la première fois le nom de Ash le bâtisseur de civilisation, on s’attendait à un récit qui s’axe principalement sur un aspect construction et architecture. Ce n’est absolument pas le cas dans ce premier volume qui va prendre une direction inattendue, mais loin d’être inintéressante. En effet, on suit ce jeune garçon qui a une soif insatiable d’en apprendre plus sur ce monde qui l’entoure et tout ce qui se peut se cacher au sein de tous ces ouvrages. On va alors toucher ici à la principale thématique de cette série qui est l’importance du savoir à travers les livres. Le manga nous présente ces derniers comme étant la seule source de distraction au sein de ce village où même les enfants sont transformés en une main-d’œuvre pour aider leurs parents. Ouvrir ces quelques pages s’apparente alors à une forme d’évasion qui permet à ceux capable de lire de quitter, pendant quelques instants, leur quotidien souvent éprouvant. Ainsi, on souligne tout d’abord à quel point la lecture est importante pour l’être humain désireux de laisser son esprit vagabonder vers des contrées inexplorées et fictives. La puissance de l’imagination est parfaitement représentée au sein de ces pages. Un élément qui va avoir son importance surtout quand on sait que notre jeune héros a conservé ses souvenirs. En effet, la seule arme qui soit à sa portée est ce qu’il va apprendre au sein de cette bibliothèque afin de pouvoir construire un avenir plus radieux pour lui et l’ensemble des citoyens.

Dans l’ensemble, ce premier volume propose une ambiance bienveillante et chaleureuse où l’accent est mis sur ce plaisir inédit de ce jeune homme dès lors qu’il comprend le premier ouvrage qu’il a entre les mains. Dès cet instant, on bascule dans quotidien bien différent où les livres sont les seuls amis d’Ash. L’auteur est justement parvenu à construire une forme de mise en abyme entre ce héros et le lecteur. En feuilletant ces pages, cet enfant cherche autant à améliorer son mode de vie qu’à s’évader là où nous plongeons dans cette épopée dans le but de nous divertir, mais aussi que notre esprit vagabonde vers des terres inconnues. C’est pour ça que l’on peut facilement s’identifier à ce protagoniste qui se montre débrouillard et qui est surtout un féru de littérature sous toutes ses formes. On comprend son désir d’enrichir son imaginaire par cette activité et les efforts nécessaires pour parvenir à extraire tout ce qui fait l’intérêt d’un ouvrage. De même, ce conte va aussi progressivement nous amener sur un autre terrain diamétralement différent de ce que l’on a vécu depuis le début. En seulement quelques pages, on vit un revirement qui redistribue les cartes et va surtout servir à mettre en pratique tout ce qui a été appris auparavant. Une démonstration de ce qui peut nous attendre dans les prochains chapitres du manga. La question est maintenant de savoir si toute cette préparation va donner lieu à un avenir radieux pour cette histoire.

Ash le bâtisseur de civilisation nous présente un premier tome qui est loin de ce que l’on pouvait imaginer au départ. On est avant tout ici dans une phase de préparation et de présentation qui va contribuer à notre attachement à l’égard de ce jeune homme. Tout est paisible pendant cette lecture jusqu’à ce que l’on prenne conscience du véritable enjeu de tout ça. Il ne s’agit pas ici d’une quête phénoménale pour sauver le monde, mais d’une envie d’enrichir son esprit pour soulager un quotidien parfois éprouvant. Un parti-pris intéressant qui peut donner lieu à de belles promesses pour la suite.

Ash le bâtisseur de civilisation entame son apprentissage

Ash le bâtisseur de civilisation - hérosCe premier volume d’Ash le bâtisseur de civilisation fut une surprise inattendue par rapport à ce que l’on pouvait espérer de cette introduction. Un récit qui cherche absolument à poser des bases solides et surtout à nous donner envie de suivre ce jeune protagoniste dans sa quête du savoir. Nous amenant à réfléchir sur notre rapport aux livres, cette série veut symboliser l’importance de ces quelques ouvrages qui ont pu être source de discorde tout au long de l’Histoire. Quand on voit cet enfant ouvrir un livre et s’extasier de ce qu’il découvre à travers ces lignes, on ne peut s’empêcher de sourire. Ce récit est une ode à la lecture et à tout ce qui peut être enseigné par cette simple occupation. Peu importe le thème que l’on aborde dans l’un de ces objets, on peut toujours ressortir plus grand de ces épopées. Même le plus anecdotique des livres peut se transformer en véritable trésor pour un gamin rêvant d’une autre vie. Rien que par cette approche de ce sujet, le manga réussit à capter l’attention du spectateur et surtout laisse présager de grandes choses pour la suite de l’intrigue. Rien que la seconde partie de ce tome suffit à attiser notre curiosité pour l’avenir. Il faudra cependant voir où veut nous mener cette licence qui n’est encore que dans une phase d’exposition. Il est fort probable que c’est à travers ses premiers volumes que l’auteur va pleinement dévoiler le potentiel de son histoire et surtout nous amener sur un terrain propice à de nombreuses constructions scénaristiques.

Comme on a pu le dire un peu plus haut, cette série a su proposer une expérience diamétralement différente de ce que l’on s’attendait. Une licence qui se veut prometteuse et surtout ne veut pas se précipiter afin que tout soit bien amené jusqu’au moment que l’on espère. On est donc attiré par Ash le bâtisseur de civilisation pour le potentiel qu’il dégage en espérant que cela se concrétise dans le futur. En dehors de ces attentes, on a devant nous un manga divertissant et abordant un sujet suffisamment universel pour que chacun puisse y trouver son compte ou bien être interpellé par ça. Une belle invitation à s’évader au sein d’une campagne qui pourrait rapidement se transformer en un lieu plein de vie. On recommande donc ce premier tome à tous ceux qui aiment les histoires prenant leur temps et surtout qui désirent une aventure prônant le plaisir de lire. On est intrigué par ce que pourra donner la suite de ce périple notamment dans le développement de Ash et ce qu’il pourra faire pour son foyer. A présent, il est grand temps d’évoquer les multiples questions qui nous trottent dans la tête suite à cette lecture. Est-ce que Ash va parvenir à faire face aux nombreux défis qui l’attendent ? Qu’est-ce qui se cache derrière cet ouvrage que personne n’a encore pu déchiffrer ? Est-il possible de réellement changer l’avenir de cette région par ces connaissances théoriques ? Comment se passera la mise en pratique de ce savoir ? Il faudra attendre un peu pour avoir la réponse à tout ça.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume d’Ash le bâtisseur de civilisation. Trouvez-vous qu’il y a quelque chose d’intéressant qui se dégage de cette introduction ? Croyez-vous que l’on aura le droit à une évolution de notre héros le menant à accomplir de grands exploits ? Est-ce que vous appréciez la manière dont le récit met en avant l’importance de la lecture et surtout de l’imagination et du savoir qui en découle ? Pensez-vous qu’il peut s’agir d’un récit original dans ce qu’il raconte ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2020 Kuroki Yoruno / Amakawa Mizuumi, OVERLAP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.