Komi cherche ses mots-T1-2

Komi cherche ses mots tome 1 et 2 : les apparences sont trompeuses

Comme très souvent, il y a des titres qui font rapidement parler d’eux dès leur annonce. Ayant déjà une réputation hors du Japon ou ayant eu le droit à une adaptation anime qui est arrivé jusqu’à nous, ces mangas éveillent inéluctablement la curiosité. C’est exactement le cas pour le titre que l’on va parler aujourd’hui et qui sort justement en ce mercredi. Il s’agit des deux premiers tomes de Komi cherche ses mots qui débarquent chez Pika. Si ce nom est déjà bien connu de nombreux fans, c’est parce que l’on a eu le droit sur Netflix aux deux premières saisons de l’anime. Particulièrement qualitative dans l’animation, cette adaptation fut une bonne porte d’entrée pour comprendre cette histoire qui s’apprêtait à arriver chez nous. On peut enfin mettre les mains sur cette série dont on avait beaucoup d’attentes à son égard. Après lecture, on peut dire que l’on tient une excellente surprise qui va nous amener autant à rire qu’à poser les yeux sur des caractères bien différents de ce que l’on peut croire au premier abord. L’heure est donc venue de retourner sur les bancs de l’école afin de faire connaissance avec de fantastiques camarades.

L’envie de parler d’une lycéenne

Komi cherche ses mots - rencontreKomi cherche ses mots, imaginé par Tomohito Oda, nous fait faire la connaissance de la jeune Komi. Cette lycéenne ne passe pas inaperçue aux yeux de son entourage tant sa beauté et son élégance ressortent de chacun de ses gestes. Même à l’école, ses camarades lui vouent un véritable culte en la considérant comme une déesse. Personne n’ose l’approcher et tout le monde l’admire de loin jusqu’à déverser leur frustration si quelqu’un ose faire le premier pas dans sa direction. C’est à cet instant qu’un nouvel élève va changer la donne. Son nom est Tadano, un adolescent tout à fait ordinaire. Le jeune homme ne rêve que de passer une scolarité paisible après avoir tenté en vain de faire forte impression au collège. Malheureusement, on ne peut pas dire qu’il déborde de charisme et passe même assez inaperçu aux yeux des autres. Ses camarades vont même jusqu’à montrer leur indifférence à son égard. Enfin ça, c’était avant qu’il ne croise le regard de Komi. En tant que voisin de classe, il est aux premières loges pour contempler la coqueluche du lycée, ce qui a le don de faire bouillir tous les autres. Mais pour Tadano, il est improbable qu’il puisse se rapprocher un jour d’elle. Il est lui aussi victime du charme que dégage cette dernière jusqu’à ce qu’il ouvre les yeux sur quelques détails intéressants. Il comprend alors que si Komi ne parle jamais aux autres, ce n’est pas par snobisme, mais est dû à une terrible anxiété sociale.

Le simple fait de regarder quelqu’un ou de lui adresser la parole est une épreuve pour la jeune fille qui préfère donc se terrer dans son mutisme. Décelant ce problème, Tadano va finalement faire le premier pas dans sa direction. Totalement surprise par ce geste, l’angoisse de la lycéenne prend rapidement le dessus. Malgré tout, elle prend son courage à deux mains et parvient à trouver un moyen de communiquer avec lui. Dès cet instant, le nouveau venu de cette classe est bien décidé à venir en aide à sa nouvelle camarade afin qu’elle puisse s’ouvrir aux autres. Une lutte constante pour faire face à cette anxiété qui a construit cette fausse image que les autres ont d’elle. Pour Komi, son rêve est en fait très simple. Elle souhaite juste se faire cent amis et pouvoir profiter pleinement de ce quotidien d’étudiante qu’elle n’a pu qu’espérer obtenir un jour. Cette rencontre pourrait bien être ce qu’il lui fallait pour enfin démarrer sa quête d’amitié. Mais attention, car cet établissement est loin d’avoir comme pensionnaires des élèves ordinaires. Chacun fait preuve d’une forte personnalité et certains peuvent même se montrer assez exubérants. Une tranche de vie faite de rencontres qui vont servir à cette demoiselle d’entrevoir un nouvel avenir et surtout de bien rire au contact de tous ces gens. Pour Tadano, cette nouvelle amitié pourrait aussi être la chance de briller un peu plus même s’il y a encore beaucoup de chemin à parcourir de ce côté.

En lisant ce synopsis, on se dit que Komi cherche ses mots est un school-life qui peut sembler tout à fait ordinaire. Pourtant, dès l’instant où l’on se penche sur les premières pages, on finit par déceler une grande force derrière. Un récit qui va tout d’abord briller par son sens de la comédie et des gags qui fonctionnent à merveille. Le lecteur se retrouve embarqué dans une routine qui va transformer le moindre petit événement banal en quelque chose de grandiose. Une œuvre qui est avant tout pensée pour donner le sourire et qui y arrive très bien au travers de ces protagonistes.

Une comédie diablement efficace

Quand on parle de Komi cherche ses mots, il est tout d’abord important de s’attarder sur l’aspect comique du récit. En effet, celle-ci est particulièrement présente et est imaginée pour que l’on ait encore plus d’attachement à l’égard des divers personnages que l’on va rencontrer. D’ailleurs, on tient à souligner le très bel effort qui a été fait pour conserver le nom des protagonistes tout en leur offrant un alias hilarant à base de jeux de mots. Un petit détail, mais qui s’avère fort plaisant tant cela colle à merveille à la personnalité de chacun. Cela nous permet de rebondir sur un autre point. Tous les acteurs et actrices de cette pièce arrivent à se distinguer de par leur attitude délirante qui façonne leur identité. Ainsi, il n’y a jamais un seul personnage qui ressemble à un autre. On se familiarise avec les attitudes et les goûts parfois particuliers de ces élèves à tel point que les situations qui vont arriver ensuite vont reposer sur les interactions entre ces individus. On imagine déjà ce que peut donner un échange entre celle qui est amie avec tout le monde et la lycéenne obsédée par Komi. De ce fait, si l’on a un fil rouge qui se dessine assez rapidement, le manga se présente aussi comme une succession de situations ou d’événements qui vont mettre en scène nos deux protagonistes. C’est durant ces parties que Komi peut avoir la chance de se forger quelques amitiés et surtout de lutter contre son anxiété. Et là on aborde le cœur de ce qui fait l’humour de la série.

En réalité, ce qui frappe aussi énormément le lecteur et amène au rire est justement ce décalage entre ce que les gens imaginent concernant notre héroïne et ce que l’on sait réellement d’elle. Alors que tout le monde la met sur un piédestal, elle est en réalité une lycéenne ordinaire qui ignore tout des rapports humains. Cela donne lieu à des moments improbables et désopilants qui vont aussi apporter une douceur et une bienveillance rafraîchissantes. Quand on la voit tenter de comprendre comment fonctionne un jeu ou faire de son mieux pour aller vers les autres, on sait que cela entraînera des petites gaffes, mais on est à la fois heureux et fier de cette progression. L’auteur va même s’amuser à aller très loin dans l’exagération, notamment concernant ce que subit Tadano tout au long de ces deux tomes. Une construction surréaliste qui vient renforcer l’aspect loufoque du titre sans pour autant que l’on soit entièrement concentré sur l’humour. Il y a justement un équilibre qui est trouvé par rapport aux instants drôles et à ce qu’ils apportent concernant la construction de Komi. Dans ce manga, les différentes facettes de cette comédie ont pour objectif de divertir, mais surtout d’être des leviers pour façonner le développement des personnages. Un outil scénaristique comme un autre et qui est redoutable entre les mains de ce mangaka qui transforme chaque gag en une occasion pour son protagoniste de progresser face à sa timidité. On fait face à un spectacle amusant et qui veut avant tout être porteur d’espoir et de tendresse.

Si l’on a pris le temps de parler de l’aspect humoristique de Komi cherche ses mots, ce n’est pas l’unique atout que le manga a dans sa manche. Quand on approfondit notre analyse du titre, on ouvre les yeux sur un élément important. La série est là pour nous conter un combat interne loin d’être facile. Une démonstration de la complexité de se lier aux autres et surtout à quel point cela peut-être pesant d’être dévoré par cette peur des autres. Le récit prend alors une tournure bien plus sérieuse et forte quand on s’attarde sur ce message et la manière dont il est exprimé à travers cette galerie de visages.

Une exposition de nombreuses personnalités

Komi cherche ses mots - problèmeSi l’on peut évidemment voir Komi cherche ses mots comme une comédie réussie, il est aussi important de s’arrêter sur ce qui est raconté au travers de cet humour. En effet, l’amusement a beau être là, le sujet traité est loin d’être quelque chose de réjouissant. Bien au contraire, on nous expose de manière brillante à quel point l’anxiété sociale peut être terrible pour un étudiant. Le fait de craindre la manière dont les autres nous regarderont si l’on s’approche d’eux peut détruire une confiance en soi. L’angoisse est bien réelle et c’est pour ça que l’on a ce décalage entre ce que les gens perçoivent de notre héroïne et ce qu’elle est réellement. En choisissant de traiter ce problème, l’auteur veut nous faire prendre conscience du poids que cela peut être pour quelqu’un. Avoir des difficultés à discuter, et même jusqu’à saluer quelqu’un est terrible. Un fléau bien réel et que l’on a tous pu connaître à un moment ou à un autre dans notre vie que cela soit nous concernant ou bien par rapport à une personne de notre entourage. Le fait de traiter cette thématique à travers le prisme de l’humour n’est pas anodin. On veut nous parler de ce sujet avec une grande bienveillance et une tendresse qui sont nécessaires pour permettre à quelqu’un d’avancer. Il n’est pas uniquement question ici d’un seul côté. Pour faire face à cette angoisse, il est important que la personne concernée arrive à progresser personnellement tout en ayant un entourage qui accepte de lui tendre la main.

C’est exactement ce qui se passe entre Komi et Tadano. Ce dernier est le déclencheur qui va pousser l’adolescente à prendre son courage à deux mains. Même si cela est fastidieux, chaque pas effectué par cette jeune fille nous procure une joie sans nom. C’est juste un pur bonheur que de voir ses efforts être récompensés et l’amener vers ce rêve très touchant. Mais le manga ne s’arrête pas là. En effet, le sujet principal de cette série est de ne pas se fier aux apparences. Au sein de cet établissement où les fortes personnalités sont nombreuses, on se rend rapidement compte que tout le monde avance avec un masque. Peu de personnes osent avancer le visage découvert et montrer toute l’étendue de leur caractère. C’est finalement en progressant au sein de ces pages que l’on parvient à faire la lumière sur ce qu’ils sont vraiment. Ils ont beau être farfelus pour une grande partie d’entre eux, on sent cette libération de ne plus avoir à agir selon les conventions. Au sein de ce groupe qui se renforce petit à petit, chacun peut être fidèle à lui-même. Un message très important et qui trouve tout son sens dans cette histoire où l’on brise les apparences pour mettre à nue ce qui fait la particularité de chacun. Cette formidable leçon de vie est traitée avec une douceur qui va profondément impacter notre voyage à leurs côtés. A travers cette saga, on nous conte le combat quotidien de ces jeunes gens pour être accepté comme ils sont et s’ouvrir à de nouveaux horizons.

A travers tous ces éléments, Komi cherche ses mots se présente comme une formidable découverte et surtout un récit qui alterne admirablement bien entre ses deux facettes. Une comédie diablement efficace et qui peut aussi faire preuve d’une émotion forte. En prenant comme idée initiale d’aborder la question de l’anxiété sociale, l’auteur nous délivre un formidable travail de tolérance, de bienveillance et d’acceptation tout en montrant la difficulté d’une telle crainte. Une histoire affichant plusieurs niveaux de lecture et qui n’en est qu’encore plus intéressante.

Komi cherche ses mots à su nous parler

En découvrant Komi cherche ses mots, on s’est aventuré vers un récit qui arrive à nous toucher profondément. L’humour est redoutable et tout a été pensé pour accentuer le sourire chez le lecteur qui va se lancer dans la série. Cela passe par de petits détails ou des gags qui arrivent au bon moment et vont autant nous amuser que renforcer la sympathie que l’on a pour ce casting. Nous sommes dans une tranche de vie scolaire qui arrive autant à être loufoque que sincère dans ses propos. Quand on lit ces deux tomes, on n’est pas uniquement attiré par l’aspect comique. Le traitement de la timidité et de l’anxiété font que l’on dépasse le cadre de l’humour pour aborder des sujets importants. Le mélange est réussi et on peut même dire que ces deux facettes se complètent à merveille afin de créer une ambiance chaleureuse même s’il s’agit d’une angoisse grave. En fait, on s’attache tellement à Komi et son rêve que l’on a autant envie de continuer l’aventure pour les fous rires que pour voir son évolution. Le dessin n’est pas en reste étant donné qu’il va parfaitement capter ces moments où l’on passe du rire à l’émotion. Il suffit de voir certaines planches pour être bluffé par tout ce qu’elles racontent. C’est donc une magnifique expérience littéraire que l’on a pu découvrir et qui peut surtout nous réserver encore bien des surprises. Avec son parti-pris initial, le mangaka a maintenant de nombreuses possibilités pour le développement de ses divers personnages.

Une fois de plus, le manga nous montre sa diversité à travers ce titre. Une œuvre qui semble partir sur des éléments convenus et qui pourtant parvient à prendre une toute autre direction. Le genre du school-life humoristique présente ici une toute nouvelle approche avec Komi cherche ses mots. L’amusement est là et au-delà de ça se trouve un message important pouvant parler à tout le monde. Il y a une telle sincérité qui se dégage rien que dans le dessin que l’on ne peut rester de marbre devant la détresse de cette demoiselle désireuse de se rapprocher des autres. Derrière les rires, les situations désopilantes et les caractères bien trempés de ces protagonistes se trouvent une quête tout ce qu’il y a de plus adorable et qui symbolise très bien cette lutte quotidienne pour changer. Une licence qui plaira à tous ceux qui veulent une comédie efficace et hilarante ainsi qu’à ceux qui désirent une lecture qui traite avec bienveillance d’une peur qui peut toucher n’importe qui. Comme d’habitude, on conclut avec les quelques questions que l’on se pose concernant l’avenir de nos nouveaux amis. Est-ce que Komi va parvenir à atteindre son objectif ? Réussira-t-elle à s’exprimer pleinement à l’oral ? Comment va évoluer sa relation avec Tadano ? Qui seront les prochaines personnes qui entreront sur scène ? Est-ce que l’on va avoir le droit à des étudiants encore plus barrés ? Il nous tarde de retrouver toute la bande pour de nouvelles péripéties.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ces deux premiers volumes de Komi cherche ses mots. Avez-vous été séduit par l’aspect humoristique du titre ? Trouvez-vous que l’on a devant nous une bonne comédie parvenant à traiter de sujets importants ? Est-ce que la présentation de cette anxiété est bien amenée selon vous tout au long de la série ? Appréciez-vous la galerie de personnages qui se dessine au fur et à mesure des chapitres ? Avez-vous su vous identifier à un de ces étudiants ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2016 Oda Tomohito, Shogakukan

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.