From the Red Fog-T1

From the Red Fog tome 1 : le monstre à forme humaine

Parfois, il arrive que l’on tombe sur des mangas qui éveillent notre curiosité sans réellement savoir ce qui nous attend. Des titres qui affichent une ambiance assez sinistre et dont on ne peut s’empêcher de vouloir tourner les pages afin de voir ce qui s’y cache. On a ressenti ça récemment avec la dernière licence en date de chez Panini Manga. Il s’agit de From the Red Fog dont le premier volume vient juste de sortir. Rien qu’à travers sa couverture, on peut ressentir une volonté de créer cette atmosphère presque macabre. On s’est donc demandé ce que pouvait bien raconter cette série qui n’est clairement pas à mettre entre toutes les mains. Le résultat fut plus que probant, car derrière la violence de cette série se cache une histoire qui nous interpelle et surtout qui va servir à raconter bien des choses à travers le chemin sanglant de son personnage principal. Une virée au sein d’une ville étouffante où le moindre sourire peut cacher un monstre prêt à bondir sur sa proie. Mais parmi ces monstres nous est conté la naissance d’un véritable démon. Il est grand temps de partir à la rencontre de ce dernier !

Un garçon aux pulsions meurtrières

From the Red Fog T1From the Red Fog, imaginé par Mosae Nohara, nous plonge dans l’Angleterre du XIXe siècle. C’est à cette époque que l’on fait la connaissance de Ruwanda, un jeune garçon qui vit dans l’enfer le plus total. Sa mère, Miranda, a décidé de cacher son existence aux yeux du monde et le garde enfermé dans la cave de sa demeure. Pourtant, cela ne nuit en rien à l’amour que porte cet enfant à l’égard de celle qui lui a donné la vie. Mais il s’avère que cette dernière a aussi un secret effroyable. Derrière ses allures de haute dame et ses charmes envoûtants se trouvent une redoutable tueuse en série. Elle prend un malin plaisir à tuer les hommes qui finissent entre ses griffes avant de jeter leurs corps dans la pièce de Ruwanda pour qu’il s’en débarrasse. Un environnement particulièrement nocif pour ce gamin qui recherche juste l’approbation de sa mère. Pourtant, son existence s’apprête à connaître un revirement soudain quand certains individus font irruption chez lui pour s’en prendre à sa génitrice. Du jour au lendemain, le voilà livré à lui-même dans un monde dont il ignore tout et où il va devoir apprendre à survivre sous peine d’être broyé. Mais ce que cette ville ignore, c’est que cet enfant abandonné et seul pourrait bien être le bourreau qui fera trembler toute une population. La diablesse qu’était Miranda a pu donner vie à un monstre encore plus terrible qu’elle. Derrière ce regard apeuré et confus de Ruwanda sommeille une bête capable de déchirer n’importe quelle proie.

La question est maintenant de savoir s’il parviendra à trouver un semblant de quiétude ou si son appétit féroce pour le sang finira par l’emporter. Après avoir été élevé au milieu des cadavres et avoir côtoyé tant de fois la mort, ce garçon ne connaît que peu d’autres formes d’expression. Même l’homme le plus saint de cette cité ferait mieux de réfléchir à deux fois avant de tendre la main en direction de cette âme égarée. Après tout, il pourrait très bien s’en mordre les doigts lorsqu’il sera trop tard et qu’il verra l’enfer s’abattre sur lui. Mais les compétences si spécifiques et sinistres de Ruwanda peuvent aussi éveiller l’intérêt d’individus peu recommandables. Des gens qui évoluent dans l’ombre et dont le meurtre, le vol et la torture sont leur gagne-pain. Tout reste maintenant à écrire pour ce nouvel acteur qui s’apprête à faire son entrée sur cette gigantesque scène. Lui qui a toujours été condamné à se satisfaire d’une vulgaire cave a maintenant accès à un immense terrain de jeu. Il reste à savoir qui sera la première victime qui se dressera sur sa route. Si Miranda était un cauchemar dans cette société, Ruwanda pourrait bien être l’abysse qui engloutit tout sur son passage. Ne vous fiez pas aux apparences, les pires démons sont souvent ceux qui paraissent les moins dangereux. La légende de ce garçon s’apprête à être écrite dans le sang et les larmes. Faites attention si vous sortez la nuit… On ne sait jamais quel monstre peut se cacher dans la pénombre.

Rien qu’en posant les yeux sur le synopsis de From the Red Fog, on peut facilement déduire que ce récit sera bien loin d’être heureux. Pourtant, cette adversité et cet effroi que l’on nous expose dans ce premier volume ne va pas être sans raison. Au contraire, le manga va réussir à frapper un grand coup au travers de son protagoniste qui est à la fois un bourreau et une victime au sein de cette ville. Ayant grandi dans l’enfer depuis sa naissance, il est maintenant libre de ses actions et fait ce qu’il a toujours connu. Un périple où le sang et la mort sont les seuls moyens d’expression qu’il connaît.

Une oeuvre affichant une forte dualité

Si From the Red Fog attire autant l’attention dès son premier volume, c’est bel et bien pour son parti-pris assez macabre. Nous sommes plongés dans une histoire qui n’a aucunement pour objectif d’offrir une lueur d’espoir au lecteur. C’est même tout le contraire qui se passe au fur et à mesure que l’on apprend à connaître ce protagoniste. Dès le départ, on nous donne le ton de ce qu’il va y avoir ensuite et cela propose un scénario à la fois haletant et hypnotique malgré le côté malsain de l’œuvre. Il y a justement une curiosité qui s’éveille en nous concernant l’avenir de Ruwanda. Le mangaka a fait un remarquable travail sur ce point, car même si ce jeune garçon nous terrifie au vu de ses nombreux actes criminels, on ne peut s’empêcher d’être triste pour lui. Cela est dû à l’excellente écriture dont fait preuve ce personnage qui oscille entre la victime et le tueur. Cette introduction veut nous insuffler une terrible peur rien qu’en posant les yeux sur ce gamin dès lors que l’on découvre de quoi il est capable. Mais en contrepartie, cette lecture nous démontre avec brio qu’en réalité, il est un monstre parmi beaucoup d’autres. Depuis sa naissance, il a été privé de la moindre source d’amusement et d’amour. On sent, tout au long de notre parcours, à quel point l’emprise de Miranda est ancrée en lui-même après sa disparition. Un revenant qui hante à jamais l’esprit de cet enfant qui n’a vécu qu’entouré de cadavres. Là aussi où l’auteur va montrer tout son talent, c’est dans la dualité qui s’opère au plus profond de son personnage principal.

Ruwanda est l’exemple parfait du petit ange en apparence qui cache en réalité un effroyable démon. Le fait d’avoir imaginé un enfant de son âge être l’auteur de tant de souffrances est déjà un pari qui fonctionne tant on est mal à l’aise et en même temps déchiré de le voir prendre une telle route. L’image de l’enfance s’oppose aux pires ombres de la nature humaine et tout ça mélangé dans le même réceptacle. Son apparence physique sert à faire baisser la garde à ses proies avant que son âme torturée ne finisse par prendre le dessus. Et pourtant, il ne faut pas croire que ce protagoniste est un enfant pouvant tuer de sang-froid. On a le droit à des scènes absolument déchirantes par l’aspect dramatique qui en découle. Une preuve de l’impact de ce monde sur la personnalité de Ruwanda et le fait aussi qu’il a parfaitement conscience que ses agissements n’ont rien d’ordinaire. Tout est pensé pour que l’on puisse croire en une possible rédemption ou sauvetage de ce gamin perdu dans les limbes. Un espoir qui s’effrite rapidement tant on ouvre les yeux sur le fait que ce monde ne peut en rien arranger son état. En un volume, cette série nous amène une ambiance incroyable et surtout une exposition glaçante et pourtant sincère du pire de ce que l’être humain est capable de faire. Une mise en scène qui nous tient à la gorge et qui nous pousse à aller de l’avant même si on se doute fortement que la suite sera peu réjouissante. Voilà une œuvre troublante qui sait comment planter ses crocs dans le lecteur.

Tous ces éléments font de ce premier volume de From the Red Fog une excellente surprise. Si l’on nous conte une histoire qui se veut déroutante, c’est justement pour souligner la monstruosité de ce monde. Notre protagoniste a beau être un diable assoiffé de sang, il est constamment entouré de gens qui sont eux aussi des monstres. Un être qui évolue au milieu des cadavres et qui n’a donc jamais connu ce que c’est qu’une véritable enfance. Cela donne un point de départ prometteur qui peut maintenant nous questionner sur l’avenir de ce jeune garçon dont l’innocence n’est qu’une façade.

From the Red Fog bondit sur sa proie

From the Red Fog fut une excellente surprise tant la promesse de ce premier tome est tenue. On se doutait que l’on allait plonger dans une intrigue loin d’être réjouissante, mais on ne s’attendait pas à une aussi grande maîtrise de l’ambiance et des personnages. Si l’on s’est beaucoup attardé sur Ruwanda, c’est parce qu’il est l’épine dorsale sur laquelle repose le manga et qui va construire petit à petit tout ce qui l’entoure. C’est au travers de ses actions qu’il va façonner une route sanglante vers une destinée encore obscure. Ainsi, chaque chapitre va être l’occasion de creuser un peu plus ce profond traumatisme qui est en lui et de voir à quel point ses origines et le traitement subi jusqu’à maintenant ont fait de lui ce qu’il était. Tous les efforts de Mosae Nohara pour que l’on s’imprègne de cette atmosphère macabre portent leurs fruits. Que cela soit par le dessin ou par le dialogue, le mangaka réussit à nous transmettre tout ce qu’il souhaite. Une virée qui est là pour provoquer une forme d’écoeurement de ce mal qui ronge cette société et où un monstre peut malheureusement naître dans le cœur d’un simple enfant. L’auteur sait sur quel sujet appuyer afin que l’on soit profondément marqué par ce que l’on voit. En détruisant la figure de l’enfant pour en faire un prédateur redoutable, cette saga parvient à créer ce cocktail redoutable d’effroi, de malaise et de tristesse. Des émotions encore plus fortes quand on pose les yeux sur certaines scènes où la dualité de Ruwanda atteint son paroxysme.

C’est peu dire que l’on a été happé par la lecture de ce premier tome de From the Red Fog. Une aventure où l’on n’a pas vu le temps passé tant on fut emporté par le parcours de ce personnage qui nous donne des sueurs froides. Comme on a pu le dire en introduction, ce manga est à réserver à un public averti au vu de scènes souvent sanglantes, et même certains passages éprouvants. Si cela peut donner une aura très malsaine à cet univers, c’est justement le but recherché par cet ouvrage. Une plongée au cœur d’une ville où les monstres existent et sont bien plus proches de l’être humain que l’on pourrait le croire. En plus de ça, la construction de Ruwanda est maîtrisée de bout en bout et parvient à nous faire passer par une myriade d’émotions. Un personnage que l’on suit avec autant d’appréhension que d’envie afin de voir ce qu’il adviendra de lui dans le futur. Une série que l’on recommande à ceux qui aiment se plonger dans des univers littéraires glauques et qui arrivent à raconter une histoire prenante à travers cet environnement. Il est évident maintenant qu’après avoir fini ce tome, les questions se bousculent dans notre tête. Est-ce que notre petit diable restera ligoté à ce besoin de faire souffrir ? Parviendra-t-il à trouver une lueur dans cette vie en ruines ? Sera-t-il un apôtre de la mort dont la simple vision suffit à paralyser ses cibles ? Qu’en est-il de ceux qui souhaitent l’approcher ? Quel est leur objectif final ? Les réponses se trouveront sûrement dans le prochain volume que l’on attend avec impatience.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de From the Red Fog. Avez-vous trouvé que l’auteur arrive à retranscrire l’ambiance oppressante de ce monde ? Trouvez-vous qu’il y a une excellente dualité qui se forme entre les deux facettes de notre protagoniste ? Pensez-vous que l’on aura le droit à une évolution singulière de ce dernier au fur et à mesure de ses expériences ? Est-ce que vous avez été emporté par la brutalité de cet environnement qui ne se limite pas uniquement à ce jeune garçon ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2019 Nohara Mosae, Square Enix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.