Le-coffre-à-trésor-des-animes---The Duke of Death and His Maid

Le coffre à trésor des animes : The Duke of Death and His Maid

Décidément, cette semaine signe le retour de nombreuses chroniques spéciales sur le site. Il faut dire qu’avec la trêve estivale qui vient de débuter, c’est l’occasion ou jamais de s’attarder plus en détails sur tout ce qui tourne autour de nos œuvres préférées. Pour aujourd’hui, je me suis dit qu’il serait bien de ressortir mon vieux coffre à trésor des animes afin de vous faire découvrir une autre belle surprise. La série dont je vais vous parler cette fois ne date pas de très longtemps et fut un très gros coup de cœur en plus d’être une excellente surprise. Il s’agit de The Duke of Death and His Maid qui est disponible sur Crunchyroll et Wakanim. Derrière ce nom se cache un récit atypique qui flirte entre plusieurs genres pour un résultat étonnant. Proposant une aventure qui peut dérouter au départ de par son animation très tournée vers la 3D, cela finit même par être un des charmes de cette saga. On se laisse rapidement envoûter par cette proposition qui nous délivre une romance à la fois touchante et drôle, mais qui cache aussi de nombreuses thématiques graves et importantes. L’heure est donc venue de rendre visite à un jeune noble ayant subi une terrible malédiction.

Le calvaire d’un noble

Avant de pleinement s’attaquer à ce qui fait la force de The Duke of Death and His Maid, il est important de remettre à l’honneur l’histoire de cette série. Réalisé par le studio J.C. Staff, ce récit nous emmène faire la rencontre d’un jeune homme vivant dans un immense manoir perdu dans les bois. Celui-ci s’avère être un duc qui devrait normalement profiter d’un quotidien faste et luxueux. Cependant, sa vie est bien différente de celle des autres aristocrates depuis ce fameux jour où il a été maudit par une sorcière. La magie dont il fut la victime fait que tout ce qu’il touche directement meurt instantanément. Que cela soit la faune ou la flore, rien ne résiste à ce pouvoir et cela pourrait aussi être le cas à l’égard des êtres humains. Tout se transforme alors en un cauchemar pour ce jeune garçon dont même la famille a fini par lui tourner le dos. C’est en effet sa mère qui l’a envoyé dans ce lieu reculé pour qu’il ne commette pas le moindre impair jusqu’à ce qu’il finisse par trouver un moyen de mettre un terme à ce sortilège. Ce noble, apeuré de ce qu’il pourrait faire, accepte cette décision même s’il prend conscience de l’isolement dans lequel il va vivre. Heureusement pour lui, il est accompagné dans son nouveau foyer par deux domestiques qui sont là pour l’assister dans ses diverses tâches. D’un côté, il y a Rob, un vieil homme ayant déjà bon nombre d’années à son actif au sein de cette famille. Un patriarche qui veille attentivement sur son jeune maître même s’il a du mal à se rendre compte que l’âge le rattrape petit à petit. 

La seconde servante est une jeune femme répondant au nom d’Alice. Elle connaît le jeune duc depuis sa plus tendre enfance et ils ont grandi ensemble même si séparés par leur statut social. D’ailleurs, elle aime beaucoup le taquiner et l’embarrasser en faisant appel à ses charmes naturels. Le maître des lieux ne sait alors jamais où se mettre dans ces situations, mais au plus profond de lui, il nourrit de forts sentiments à l’égard de cette demoiselle. Un amour réciproque, mais qui ne peut se concrétiser du fait de cette malédiction qui l’empêche d’être au plus près d’elle. C’est ainsi que débute cette nouvelle vie loin de tout dans l’optique un jour de pouvoir redevenir une personne ordinaire. Si l’angoisse est toujours bien présente dans le cœur du duc, il sait qu’il a énormément de chances de pouvoir compter sur ceux qui sont encore là pour lui. Mais il ignore qu’en recherchant la vérité sur cette sorcière qui a brisé sa vie, il va totalement changer et grandir. Une quête qui va lui montrer ce qui est réellement important à ses yeux et surtout de se confronter à ses vieux démons. L’amour peut donner des ailes, et même si ses mains sont synonymes de mort, il continue de rêver à ce jour où il pourra enfin se rapprocher de celle qui fait battre son cœur. Alice n’est pas en reste, car derrière ses taquineries se cache surtout une jeune femme désireuse de maintenir le sourire de l’homme qui a toujours été là pour elle. 

Rien que par son synopsis, The Duke of Death and His Maid va offrir un parti-pris captivant. Du fait de son terrible pouvoir, on nous fait suivre la détresse d’un jeune homme qui ne trouve du réconfort qu’auprès des quelques gens qui l’entourent. Un soutien qui est aussi une crainte pour lui de voir un jour son pouvoir affecter ceux qu’il aime. De ce fait, la romance va rapidement s’exprimer à travers les intentions de nos deux protagonistes, mais sous un angle singulier et fascinant. Un amour qui s’exprime par bien des aspects et qui va surtout être l’occasion pour ce duc de prendre un nouveau départ.

The Duke of Death and his Maid - mélancolie

Une romance qui construit sa propre route

Autant le dire tout de suite, The Duke of Death and His Maid fut, à l’époque, une totale découverte de la saison. En effet, la série ne faisait pas partie de nos priorités à regarder, mais comme toujours on avait envie de voir ce que pouvait proposer l’ensemble des simulcasts. C’est alors que l’on est tombé sur ce premier épisode qui a eu ce petit effet sur nous. Il est vrai que l’animation 3D était déroutante au départ, mais ce fut au final une plus-value de la part de cette histoire. Le studio a su utiliser cette spécificité pour renforcer l’aspect envoûtant de l’œuvre. Mais en dehors de ce premier contact, qu’est-ce qui a fait que l’on considère cette histoire comme une licence fantastique ? La réponse se compose de plusieurs raisons. La première est que l’on est face à une romance qui d’entrée de jeu fonctionne à merveille. Il est vrai que le fait qu’Alice taquine constamment le duc peut donner un côté redondant. Pourtant, il n’en est rien, car nous ne sommes pas ici dans une série où il est question d’un amour naissant. Cela fait depuis des années qu’il y a quelque chose entre ces deux personnages et chacun le sait très bien. On est donc bien plus dans une approche de jeunes tourtereaux qui s’amusent au sein de cette relation que de la moquerie. En plus de ça, l’alchimie au sein de ce duo est formidable tant on a l’impression que ces deux êtres sont faits pour être ensemble.

C’est là qu’intervient aussi un autre élément qui a son importance. Il s’agit de la malédiction de notre protagoniste. En partant dans cette direction, l’histoire ne se limite pas à un genre précis. On ne cesse de flirter entre la romance, le mystère, le surnaturel et aussi le traitement de problèmes de société. Du fait de cet effroyable don, on nous présente un personnage qui a été totalement abandonné par sa propre mère qui a préféré le confiner loin de toute civilisation. Un isolement qui a eu un profond impact sur ce dernier et qui nous montre le combat quotidien qu’il mène pour être considéré comme un être humain et affronter sa peur de lui-même. Avec ce pouvoir, il y a un aspect dramatique qui se dessine au niveau des relations avec les autres, cet amour qu’il a pour Alice, mais aussi cette vision déformée qu’il a de son propre corps. Cette intrigue va ainsi nous conduire vers une partie beaucoup plus axée sur le développement personnel de ce personnage et encore une fois, c’est une grande réussite. Son évolution entre le premier et le dernier épisode nous apporte une joie incroyable tant on s’est attaché à lui et on a envie de le voir aller de l’avant. En plus de ça, cet anime joue aussi très bien la carte du fantastique en nous montrant l’envers du décor de ce monde et des êtres uniques qui y habitent. Tout ça pour un résultat qui multiplie les nuances et peint une toile qui nous ensorcèle. Un titre découvert par curiosité et qui a montré qu’il était tout aussi séduisant que certaines grandes séries.

Au travers de The Duke of Death and His Maid, on découvre une histoire touchante et surtout des personnages débordant d’une profonde humanité. L’écriture de ces derniers est fantastique tant elle combine habilement des personnalités fortes et drôles à des thématiques biens plus tragiques. On suit alors avec attention le parcours de ce couple qui fait de son mieux pour faire fi des convenances et de ce pouvoir afin d’apprécier simplement l’instant présent. Le studio a su créer une ambiance qui s’empare de nous et surtout une forme de féérie sublimant cet amour enchanteur.

The Duke of Death and His Maid ensorcèle le spectateur

Si j’avais envie d’inaugurer ce retour du coffre à trésor des animes avec The Duke of Death and His Maid, c’est autant pour les qualités que l’anime possède que pour ce qu’il représente. J’ai pu vous expliquer longuement à quel point cette série affichait de nombreux atouts rendant cette aventure aussi saisissante que forte dans ce qu’elle exprime. Les réflexions apportées par cette série, les personnages qui ont tous leur place dans cette histoire et même les divers genres traités offrent une synergie merveilleuse. On a le sentiment d’avoir un conte devant nous comme on pouvait en lire autrefois et la magie opère sans même que l’on n’y fasse attention. C’est une réussite sur tous ces aspects et nous donne un moment flirtant entre l’émotion et la bienveillance qui réchauffe le cœur. Quand je parle ensuite de ce qu’il représente, c’est surtout que l’on tient devant nous un anime qui n’a pas forcément interpellé beaucoup de monde. Un titre assez obscur et qui pourtant peut donner lieu à une expérience formidable à ceux qui décident de tenter l’aventure. La curiosité est une chose formidable, car elle permet de tomber sur ce genre de petites pépites et sublime d’autant plus l’intrigue que l’on découvre. Ce fut le cas ici pour ma part et c’est pour tout ça que je voulais prendre le temps de vous présenter cette œuvre. Encore une fois, il ne s’agit pas d’une fiction où l’action est prépondérante et qui peut dérouter par son choix artistique. 

Mais si l’on prend le temps d’aller au-delà de tout ça, on découvre un voyage extraordinaire en compagnie d’une galerie de personnages fantastiques et qui ne reste jamais au même stade. Rien que le final de cette première saison a su nous donner un sentiment de satisfaction tant on a pu contempler la détermination de ce jeune homme qui fait face au regard de tout le monde. Un très gros coup de cœur pour cette série et qui en plus va avoir le droit à une saison 2. Parfois, les plus belles épopées que l’on peut connaître sont celles qui apparaissent soudainement et qui scotchent notre regard. Ce fut le cas avec The Duke of Death and His Maid et c’est un plaisir que de revoir cet anime qui a tant de choses à proposer. Une histoire qui sait très bien où elle va et qui ne laisse rien au hasard tout en créant un véritable sentiment de complicité entre le lecteur et les acteurs de cette pièce. Face à cette série, on s’émerveille, on s’évade et on réfléchit sur bien des sujets autour de l’acceptation de soi et des autres. On peut dire que cette saga a su se forger une identité qui lui est propre et surtout à charmer le spectateur que l’on est afin de nous donner envie d’en voir plus. J’espère en tout cas que ce nouveau numéro du coffre à trésor des animes vous donnera envie de laisser une chance à ce conte qui pourrait bien vous étonner. Je suis tout ouïe aussi si vous souhaitez que j’aborde d’autres animes au cours des prochains jours.

N’hésitez pas à nous donner votre avis ainsi que votre ressenti dans les commentaires concernant The Duke of Death and His Maid. Trouvez-vous que l’on tient là une série qui arrive à proposer une aventure à la fois touchante, drôle et mystérieuse ? Avez-vous eu de la sympathie pour tous ces personnages que l’on rencontre ? Est-ce que l’animation du titre a su vous séduire ou non ? Trouvez-vous qu’il y a un développement pertinent de nos protagonistes entre le premier et le dernier épisode ? Etes-vous curieux de voir ce que pourra donner la saison 2 de cet anime ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

The Duke of Death and his Maid - romance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.