BLOSSOM

Blossom : être accepté tel que l’on est

Il arrive que l’on tombe sur des titres dont on n’attendait pas forcément grand-chose et qui pourtant se présentent comme d’incroyables lectures. Cela peut passer par une écriture soignée, des thèmes habilement traités ou tout simplement des émotions qui se dégagent de ces pages. Récemment, on a pu découvrir un one-shot qui regroupe ces trois parties pour un résultat qui nous a bluffé et surtout grandement marqué. Il s’agit de Blossom qui nous vient tout droit du catalogue de Nazca. Cet éditeur arrive à trouver des petits bijoux où les problèmes de société viennent se mêler à des questions personnelles ainsi que notre rapport aux autres. A travers cette lecture, on se retrouve absorbé par le quotidien de cette héroïne qui est pris entre son désir de savoir qui elle est vraiment et les obligations éprouvantes de sa famille. Une histoire qui va nous bouleverser, mais aussi être particulièrement importante par rapport à tout ce qu’elle met sur le devant de la scène. Une aventure humaine qui nous touche en plein cœur. Il est donc grand temps de voir ce qui se passe au sein d’un foyer un peu mouvementé.

Le poids des traditions familiales

BlossomBlossom, imaginé par D.S, nous emmène à Taïwan où l’on fait la connaissance de Yu-Fan. Cette jeune fille a grandi entourée d’adultes qui lui ont dicté le comportement qu’elle devait avoir. En tant que demoiselle, son quotidien se centrait sur l’apprentissage du piano, mais aussi sur le fait de se maîtriser afin de rester calme et digne en toute circonstance. Aux yeux de ses parents, il n’y avait que les garçons pour se montrer bruyants et brutaux entre eux. Une vie où on façonnait selon un cahier des charges bien précis sa personnalité allant même jusqu’à imposer aussi sa manière de s’habiller. Ainsi, même si elle aimait être en pantalon, cela n’avait que peu d’importance aux yeux de cette société qui pousse les filles à être en jupe. Pour Yu-Fan, tout cela n’a pas vraiment de sens étant donné qu’elle préfère nettement se balader en short ou en pantalon et n’hésite pas à répondre quand on la provoque. Cela lui amène d’ailleurs de plus en plus de problèmes avec les années, car ce qui pouvait passer pour un caprice du fait de son jeune âge n’est maintenant plus accepté. Elle doit se conformer à ce modèle qu’on lui présente sans avoir son mot à dire sur ça. C’est d’ailleurs un sujet fréquemment soulevé quand elle revient chez elle, allant même jusqu’à provoquer de nombreuses disputes au sein de cette famille. Entre sa mère qui fait au mieux pour inculquer son éducation à ces deux enfants et sa grand-mère qui ne cesse d’être sur le dos de sa belle-fille, c’est un bien triste tableau qui se dessine dans ce foyer. 

En plus de ça, le père de Yu-Fan est très souvent en mission loin de la maison et fait que tout repose sur les membres qui restent afin de gérer tous les problèmes qu’il peut y avoir. Si au départ, la jeune fille se conformait à ce qu’on pouvait lui dire, quelque chose en elle grandissait peu à peu. Plus on lui dit comment elle doit être et plus elle a l’impression de ne plus savoir qui elle est. Comme si elle enfilait un costume pour se fondre dans la masse et étouffer la personne qui sommeille dans son cœur. Pour cette jeune fille, il semble impossible de pouvoir lutter face à cette pression malgré le fait que tout son être semble refuser cette situation. Afin d’empêcher que tout s’envenime, elle se dit que le mieux à faire est encore de suivre le mouvement. Mais peu importe ce qu’elle fait, il y a constamment cette voix dans sa tête qui lui dit que tout ça ce n’est pas elle. Ainsi va débuter une longue quête pour cette dernière afin de trouver sa place dans ce monde. Observé constamment par les gens qui gravitent autour d’elle, Yu-Fan est pourtant bien décidé à comprendre ce qui l’anime vraiment et de ne pas se laisser marcher dessus. C’est donc une longue confrontation qui est sur le point de s’organiser entre elle et le carcan de cette société et des traditions familiales. Le plus important dans la vie n’est-il pas le bonheur de nos proches plutôt que de vouloir absolument décider pour eux de leur mode de vie ? 

Rien qu’à travers son synopsis, Blossom parvient à transmettre déjà de fortes émotions. On comprend rapidement quel va être le fil conducteur de cette histoire. Cependant, ce n’est qu’une fois que l’on est réellement plongé dans le quotidien de Yu-Fan que l’on va prendre conscience de tout ce qui pèse sur ses épaules, mais aussi de l’impact de son entourage sur son avenir. Un environnement où l’on pense savoir ce qui est le mieux pour elle alors que cela ne fait que l’enfermer un peu plus sur elle-même. C’est alors que l’on entrevoit tout le chemin qu’elle va devoir parcourir pour espérer s’épanouir.

Un combat pour se chercher

Ce qui frappe rapidement quand on se lance dans Blossom, c’est justement tout ce qui tourne autour de Yu-Fan et de son entourage. Ce titre veut nous présenter le calvaire que subit cette demoiselle au fil des années au sein d’un environnement qui veut la conditionner plutôt que de lui laisser la liberté de se découvrir. Une mise en situation brillamment représentée par l’ascenseur émotionnel que l’on va vivre tout au long de cette lecture. Quand on assiste aux réactions souvent terribles de la famille de notre protagoniste à l’égard de ses agissements, on ne peut s’empêcher d’être triste et énervé. A aucun moment cette famille ne cherche à discuter à coeur ouvert avec cet enfant qui se questionne de plus en plus. Si l’on va avoir le droit à un rebondissement qui va accentuer encore plus cette recherche personnelle pour cette dernière, cette œuvre va aussi grandement se démarquer par rapport à la manière qu’il a de traiter la question de la différence. En effet, on est témoin de l’impact que peut avoir cette société sur le développement personnel d’une personne qui sort du cadre. La problématique des cases dans lesquelles il faudrait rentrer est bien amenée, car elle va aussi avoir une influence sur les rapports familiaux. Blossom parvient à traiter de la recherche de soi par rapport au prisme de la famille qui peut être un terrible poids à porter. Ainsi, on nous montre ici brillamment comment les générations précédentes peuvent se confronter à leurs enfants par rapport à ce qu’ils ont connu. 

Ils ne cherchent pas à comprendre l’autre, mais à le pousser sur une voie qui fut construite par rapport à leur propre époque et aussi à leur regard du monde. C’est remarquable d’avoir pris en considération cet aspect, que ce soit dans la grand-mère cantonnée dans les traditions culturelles du pays ou bien cette mère qui veut juste que tout se passe bien en faisant de ses enfants de parfaites petites filles. L’indignation que l’on ressent dès le départ se transforme petit à petit en une forme de peine à l’égard de cette génitrice qui a finalement été elle aussi conditionnée pour répondre aux exigences des autres. C’est ainsi que l’on comprend que tout ça est un effet boule de neige qui peut briser des vies et c’est très bien amené à travers la narration de ce one-shot. L’auteur ne se limite pas uniquement à une période précise de la vie de son héroïne. Au contraire, on va la suivre depuis sa plus tendre enfance jusqu’au moment où elle quitte le nid. Chaque étape de son existence amène de nouvelles interrogations qui sont à la fois sincères et réalistes. On comprend totalement ses doutes, ses inquiétudes et son envie de liberté. Il n’est pas uniquement question de s’opposer à tous ces codes que l’on dit de respecter. C’est aussi se confronter à un futur pouvant se montrer souvent effrayant, car n’étant jamais immuable. Une tranche de vie qui a parfaitement saisi son sujet et qui peut aisément dépasser les frontières de ce pays servant de décor à l’intrigue pour éblouir les lecteurs de tout horizon.

Avec Blossom, on ne peut s’empêcher de réfléchir sur le monde qui nous entoure et à quel point on peut facilement être oppressé par la volonté des autres. Cela est parfois consciemment, d’autres fois non, mais cela peut avoir un terrible effet sur le développement personnel d’une personne. Cependant, ce one-shot se veut aussi être un message d’espoir, de tolérance et de bienveillance à l’égard de chaque être humain. Tout le monde peut se retrouver à être dans la situation de Yu-Fan en se questionnant sur sa propre identité et aussi comment aborder un futur qui est plus qu’incertain.

Blossom laisse épanouir un important jardin

Autant le dire tout de suite, on a été totalement séduit par Blossom. Un one-shot qui n’a nullement besoin de plus pour nous transmettre un récit d’une incroyable puissance émotionnelle. On ne cesse d’être pris par les questionnements de Yu-Fan, mais aussi son opposition avec les membres de sa famille. Mais ce qui est le plus formidable dans cette histoire, c’est qu’elle se veut être une lueur d’espoir dans un monde où il est encore trop souvent difficile d’accepter les gens comme ils sont. Cet ouvrage peut se montrer très dur et nous proposer des moments qui nous serrent le cœur, mais cette intrigue parvient aussi à nous offrir une conclusion touchante et montrant qu’il suffit parfois de discuter pour réellement se comprendre. En plus de ça, il est intéressant de n’avoir pas uniquement centré l’œuvre sur le regard de la société. Cette tranche de vie est autant portée sur celle-ci que sur les problématiques liées à la famille et qui sont souvent le premier obstacle que l’on peut avoir pour finalement s’ouvrir véritablement. Tout est écrit avec une justesse incroyable et l’on a juste envie tout au long de ces pages que l’abcès éclate enfin pour que tout soit dévoilé. Une volonté que cette pression étouffante vole en éclats et que l’on s’attarde sur ce qui est réellement important, à savoir le bonheur de chacun. Voilà une lecture qui se présente comme importante par rapport à tout ce qu’elle nous transmet et les valeurs qui sont portées tout au long de cette courte épopée.

Comme vous l’aurez compris en lisant ces quelques lignes, Blossom fut un très gros coup de cœur. Il n’est pas nécessaire de s’étaler sur plusieurs tomes pour donner naissance à une expérience littéraire marquante. En voilà une très belle preuve et on est heureux d’avoir pu découvrir cette licence. Si l’histoire que l’auteur écrit prend place dans un contexte très spécifique par rapport à Taïwan, cela n’empêche nullement de se sentir impliqué dans ce qui se passe. Les thématiques abordées sont universelles et peuvent totalement résonner chez des lecteurs du monde entier. Encore plus que la question de l’attirance sexuelle, cette œuvre prône surtout l’échange et l’acceptation des autres. On est tous en quête de nous-même à un moment ou à un autre dans la vie. Les questions ne cessent jamais d’envahir notre esprit et beaucoup cherchent juste à trouver leur chemin qui correspond à ce qu’ils sont vraiment. On se tient donc avec un unique tome qui peut s’adresser au plus grand nombre tant les sujets traités peuvent résonner en chacun de nous. C’est en découvrant ce genre d’écrits que l’on constate à quel point la bande dessinée peut autant être un moyen de se divertir qu’une remarquable toile vierge où les traits d’un artiste vont amener à réfléchir sur le monde qui nous entoure. C’est en tout cas une magnifique réussite et que l’on recommande chaudement. Un petit bijou d’humanité dans une ère où l’on est parfois trop centré sur ce que pensent les autres.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce one-shot qu’est Blossom. Trouvez-vous que le titre arrive à faire véhiculer tous les messages qu’il souhaite à travers ces quelques pages ? Avez-vous été profondément touché par le quotidien de notre protagoniste et des questions qui en découlent ? Est-ce que cette histoire a su être représentative d’une triste réalité par rapport à notre société, mais aussi au conflit entre générations ? Avez-vous eu de l’affection pour l’ensemble des personnages proposés et ce qu’ils racontent ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2019 D.S., Gaea Wen Hua

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.