Golden Guy-T1-2

Golden Guy tome 1 : un trésor fortement convoité

On attaque pleinement la rentrée manga qui a déjà su proposer quelques belles surprises au niveau des nouveautés. Parmi elles, certains titres étaient particulièrement attendus par rapport à la promesse de ces histoires ainsi que tout le travail autour. Il est donc normal de se questionner si elles sont à la hauteur de ce que l’on pouvait attendre. C’est pour ça qu’aujourd’hui, on va aborder l’une de ces licences inédites provenant tout droit du catalogue de Mangetsu. Il s’agit de Golden Guy dont le premier volume est sorti il y a seulement quelques jours. Dès son annonce, cet ouvrage nous avait interloqué par son envie de nous plonger dans cet univers si attrayant et pourtant si dangereux que celui des yakuzas. Nous laissant présager d’une histoire captivante autour de luttes intestines et surtout d’une chasse au trésor brutale, on s’est rapidement plongé dans cette nouvelle aventure. Le résultat est plus que convaincant avec un protagoniste charismatique qui nous embarque dans sa tentative d’empêcher son entourage de s’effondrer. L’heure est donc venue de rejoindre une famille mafieuse aussi attachante que problématique.

Une famille au centre de la tourmente

Golden Guy T1Golden Guy, imaginé par Jun Watanabe, nous emmène au Japon et plus particulièrement à Yokohama. C’est là que l’on fait la connaissance de Gai Sakurai, un homme s’avérant être le chef du clan Osaragi. Ce dernier est rattaché au plus puissant gang de la région connu sous le nom de “famille Kikaku”. Aux yeux des autres mafieux, lui et sa petite bande sont loin d’être de dignes représentants de leur autorité. Malgré tout, cela n’empêche nullement Gai et les siens de couler des jours heureux. Formant bien plus une famille que les autres branches du clan, ils sont prêts à tout pour venir en aide à un des leurs. Malheureusement, le drame va rapidement frapper ce petit groupe lorsqu’un soir, une jeune recrue d’Osaragi est retrouvée morte. Une macabre découverte qui va propulser ses frères d’armes dans la tourmente alors que l’appel de la vengeance se fait de plus en plus fort. En effet, tout semble indiquer que ce meurtre n’a pas été perpétré par un individu lambda ou un criminel ordinaire. Tout laisse penser qu’il s’agit d’une attaque directe orchestrée par un autre clan de la famille. Les soupçons de Gai vont directement vers Akane et ses hommes. Il sait pertinemment que ce dernier est en froid avec son groupe depuis bien des années à présent. Mais il n’arrive tout de même pas à comprendre ce qui a pu le pousser à commettre un tel acte à l’égard de ses proches. L’incompréhension est totale pour ce jeune chef qui ne sait plus quoi faire pour empêcher que tout n’explose.

D’un côté, il partage cette rage qui anime ses compagnons et qui lui donne envie de foncer tête baissée pour corriger ceux derrière la disparition de leur ami. De l’autre, il sent que quelque chose de bien plus gros se trame derrière toute cette histoire. En réalité, il ignore que le clan Akane ne cherche pas tant à s’en prendre à son clan pour des raisons personnelles que pour l’appât du gain. Il s’avère que le chef de cet autre groupe a eu vent d’une rumeur persistante qui s’est consolidée au fil des ans à travers divers indices. Tout laisse croire que chez les Osaragi se cacherait le légendaire trésor caché des Tokugawa. Un amas de richesses qui permettrait à n’importe qui d’atteindre les sommets et d’acquérir tout ce qu’il désire. C’est donc ignorant de tout ça que Gai va se jeter dans une bataille pour protéger sa famille. Un conflit interne qui ne semble pas prêt de pouvoir trouver une issue pacifique. Quand l’argent entre en jeu, il n’y a plus de code d’honneur pour ceux qui convoitent un tel trésor. Tous les moyens sont bons pour éliminer ceux qui pourraient poser problème. C’est malheureusement ce qui arrive au clan Osaragi. Les rires et les délires de leur ancienne vie semblent maintenant bien loin. En arrachant la vie de ce jeune homme, les coupables ont réveillé un danger qui pourrait être bien plus grand qu’il ne l’avait pensé. Le temps de la discussion est terminé et il est temps pour ce chef de prendre les choses en main.

Ce qui va rapidement attirer notre attention dans ce premier volume de Golden Guy, c’est la manière dont tout va dégénérer. Une descente aux enfers pour ce petit groupe avec lequel on sympathise rapidement. On prend alors peu à peu conscience de cet environnement hostile dans lequel ils évoluent et où le danger est bien plus proche qu’ils ne le pensent. On assiste alors à un changement radical dans la narration qui va accélérer les choses afin que l’on se sente totalement emporté par les événements qui assaillent Gai et ses hommes. Une œuvre qui resserre petit à petit son emprise sur nous.

Le monde des yakuzas ouvre ses portes

Depuis longtemps, j’affectionne les récits tournant autour des yakuzas. Il y a quelque chose d’intrigant autour de leur univers, mais aussi de la manière dont ils sont représentés. Golden Guy est un très bon exemple de cet attrait que l’on peut avoir pour ces malfrats qui suivent une forme de code d’honneur. En effet, Gai est un personnage pour lequel on a rapidement de la sympathie. Il a beau être un mafieux, il est avant tout présenté comme un chef de famille proche de ses subalternes. Une sorte de grand-frère qui veille sur les autres malgré la peur qui peut l’assaillir par moment. C’est pour ça qu’il ne faut pas longtemps à ce premier volume pour que l’on s’attache à ce petit groupe qui se présente bien plus comme une bande d’amis que comme un clan de criminels. Si cela peut dénoter par rapport à l’image que l’on peut avoir de ces figures du crime, ce n’est pas pour rien. On veut nous présenter des êtres humains auxquels on peut s’identifier et surtout avec qui on peut sympathiser contrairement au reste de cette organisation. Les autres familles sont bien plus représentatives de ce que l’on a l’habitude de voir dans ce genre d’environnement et cela forme une opposition très intéressante entre les deux groupes. Une dualité qui va se renforcer dès lors que va se produire ce terrible drame qui va enclencher cette mortelle chasse au trésor. En fait, dès cet instant on se rend compte de l’écart qu’il y a entre les méthodes du clan Osaragi et les autres. 

Comme si nos protagonistes prenaient conscience que ce milieu peut être bien plus violent que ce qu’ils avaient l’habitude. Leur quotidien s’écroule et l’on est totalement plongé dans cette lutte intestine qui nous est proposée. On bascule dans la brutalité, le sang et la mort où les méthodes pacifiques de nos joyeux lurons ne suffisent plus. C’est d’ailleurs incroyable que l’auteur ait su retranscrire ça à la perfection à travers les agissements de ces jeunes recrues qui finissent par être dépassées par les événements. Ils basculent dans la paranoïa et foncent tête baissée sans même savoir dans quoi ils s’engagent. Cette confrontation est autant spectaculaire par l’action qui en découle que fascinante par la dimension stratégique qui a lieu en arrière-plan. Si ce premier volume introduit très bien toute l’origine de cette bataille qui vient de débuter, il est surtout brillant par sa manière d’opposer les points de vue de ces deux forces. Les bêtises et l’esprit de camaraderie des premières pages finissent par s’effriter face à la dure réalité de ce monde où la puissance réside dans l’argent, les armes et les complots. Une vérité qui rattrape Gai et ses hommes pour les faire tomber en enfer. Les jours paisibles semblent bien loin maintenant et on est alors captivé en imaginant ce que notre protagoniste va bien pouvoir faire pour s’en sortir et essayer de sauver ce qu’il reste des siens. Des premiers pas qui ont parfaitement su créer une ambiance oppressante où la recherche de richesses vient détruire le peu d’humanité présent chez certains.

Pour un premier tome, Golden Guy parvient avec brio à atteindre ses objectifs. Il arrive à nous montrer l’objectif derrière ce scénario tout en posant toutes les bases nécessaires afin que le lecteur adhère à chaque élément. On est totalement impliqué dans le combat que s’apprête à mener notre chef de famille pour simplement retrouver sa tranquillité d’antan. Une lutte qui l’amène à faire la lumière sur un terrible secret qui peut totalement changer l’existence de ses proches, mais aussi de tout le clan. Les prémices d’un éprouvant conflit à la recherche d’un trésor qui s’annonce teinté de sang.

Golden Guy prend les armes

En conclusion, on a adoré notre découverte du premier volume de Golden Guy. Un récit qui arrive à utiliser au mieux son environnement initial pour nous raconter une histoire captivante. La tension qui s’installe progressivement tout au long de la lecture va finir par atteindre un premier point culminant à la fin de ce tome comme pour nous annoncer le lancement des hostilités. C’est en observant attentivement la construction narrative de cette histoire que l’on s’imprègne pleinement du quotidien de ces individus qui sont bien décidés à commettre les pires actes pour trouver ce trésor. Au milieu de ce tourbillon de haine et de souffrances se trouve Gai qui va devoir prendre les choses en main sous même d’être noyé par tout ce qui se passe. Un homme dont l’esprit de camaraderie et de sacrifice va être mis à mal par cet enchaînement d’événements tragiques. Toutes ces années où tout semblait si paisible ont fini par lui baisser sa garde et le voilà maintenant dos au mur. Le mangaka nous dépeint avec brio cet univers où il faut constamment être en alerte sous peine de se voir poignardé dans le dos. Tous les coups sont permis et ce début le montre très bien. Il va maintenant être captivant de voir comment notre protagoniste va agir en voyant tout son monde se briser petit à petit. La question est de savoir s’il va rester fidèle à ses principes ou bien suivre le même chemin que ses ennemis pour mieux les prendre au piège. On est parti pour une lutte grisante au sein de cette impressionnante famille.

Cette nouvelle épopée fut donc un beau coup de cœur autant pour ce qui est présenté au sein de ces pages que pour ce qui s’annonce à l’avenir. On a beaucoup apprécié que Golden Guy oppose vraiment deux points de vue différents autour de ces mafieux et voir que l’action se mêle habilement à toute une partie réflexion. Le mangaka veut souligner le fait que tout ne se règle pas par la force brute et que tout peut arriver face à un adversaire dont la ruse peut supplanter n’importe quelle approche frontale. En plus de ça, on nous laisse sur un final haletant qui nous fait rager de ne pas avoir la suite directement dans les mains. C’est une belle réussite que cette entrée en matière qui a tout pour plaire et où la narration joue un rôle prépondérant dans l’appréciation globale du titre. Plus on progresse et plus on est sous l’emprise de ce trésor qui fait perdre la tête et risque de causer bien des dégâts. Une œuvre qui plaira à tous les fans de récit de yakuzas, mais aussi à tous ceux qui veulent une expérience littéraire captivante où les rebondissements sont nombreux. Maintenant, c’est l’heure de conclure avec les questions que l’on se pose pour le futur de Gai et de ses hommes. Est-ce qu’il réussira à venir à bout de son opposant et de tous ceux qui viendront troubler la quiétude de son clan ? Qui finira par emporter le trésor dans cette lutte mortelle ? Est-ce qu’il est encore possible pour notre personnage principal de mettre un terme à tout ça sans avoir à se salir les mains ? On a tellement hâte de connaître le prochain acte de cette histoire !

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Golden Guy. Trouvez-vous que l’on tient ici une série prometteuse nous plongeant dans le monde impitoyable des yakuzas ? Est-ce que notre protagoniste a su attirer votre sympathie par sa vision des choses, mais aussi ce qu’il est capable de faire pour protéger les siens ? L’intrigue qui commence tout juste à se développer a-t-elle su capter votre attention ? Pensez-vous que l’on va plonger un peu plus dans une lutte intestine violente ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2020 Watanabe Jun, Nihon Bungeisha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.