Rokudo Tosoki---Le-Tournoi-des-six-royaumes-T1-2

Rokudo Tosoki tome 1 : Le rêve de toucher le sommet

Le monde du manga est fascinant pour bien des raisons. Les histoires incroyables que l’on peut découvrir, les thèmes abordés, la diversité des sujets et bien d’autres éléments font que l’on aime cet univers sans limite. Mais ce qui est le plus génial, c’est de se lancer dans l’inconnu pour découvrir des épopées par simple curiosité. Ce fut le cas encore une fois avec la dernière licence en date de VEGA-Dupuis. Il s’agit de Rokudo Tosoki dont le premier volume est sorti il y a quelques jours. Si l’on avait entendu parler de ce titre lors de son annonce, il ne s’agissait pourtant pas d’une lecture où on s’était attardé sur tout ce qui se trouvait derrière. C’est finalement en le voyant en librairie que l’on s’est dit que cela serait pas mal de tenter l’expérience. On a alors pu découvrir une introduction efficace, poignante et aussi très dynamique nous amenant dans un récit loin d’être réjouissant. Avec un héros partant de rien et espérant toucher le sommet, on est emporté par cette quête de puissance, mais aussi de renommée. Une aventure où la violence est devenue un divertissement. L’heure est donc venue de faire notre entrée dans l’arène.

Un jeune homme regardant vers le haut

Rokudo Tosoki - Le Tournoi des six royaumes T1Rokudo Tosoki, imaginé par Serina Oda, nous plonge dans un monde post-apocalyptique. Suite à la pollution et aux guerres engendrées par l’être humain, l’atmosphère est devenue irrespirable. Les rares survivants de cette extinction ont fini par trouver refuge sous terre. Au fil des années, c’est toute une société qui a vu le jour dans ces entrailles de la planète. Ne pouvant plus regagner la surface, les gens ont passé des siècles à vivre loin du ciel et à tenter de retrouver un semblant de vie parmi la roche et l’acier. A présent, les héritiers de ces survivants vivent sans avoir jamais connu un autre mode de vie. Malheureusement, cette situation engendre un autre problème de taille. La population s’ennuie ardemment et pour éviter qu’il puisse y avoir le moindre problème, il fut décidé d’organiser un événement qui servirait de divertissement et de défouloir à chacun. Celui-ci fut baptisé “Le tournoi des six royaumes”. Une compétition acharnée où tous les coups sont permis et où les participants s’entretuent pour le simplement amusement des spectateurs. Faisant appel à une technologie redoutable appelée Gigaïs, les hommes et femmes qui entrent dans l’arène s’en donnent à cœur joie. Après tout, celui qui deviendra le champion recevra la richesse, la gloire, le pouvoir ainsi que le titre de roi du monde. Des récompenses qui font saliver plus d’une personne désireuse d’obtenir tout ça. Mais malheureusement, un seul peut y parvenir et cela signifie que les autres doivent périr.

Loin de toute cette agitation et de cette lumière, En est un enfant du ghetto qui n’a pour unique moyen de survivre que de revendre des gigaïs abandonnés. Un rôle de récupérateur qui le pousse à fouiller les ordures et à traîner dans la fange. Cela lui vaut les insultes et le dégoût de l’ensemble de son entourage. Même parmi les siens, En est mis à part car traité comme un véritable rebut dont la place est avec les déchets. Si la rage anime le cœur du jeune garçon désireux qu’on puisse enfin l’accepter, il fait de son mieux pour encaisser chaque insulte. Ce qu’il rêverait ce serait de ne plus être cantonné à ce monde inférieur afin d’atteindre les strates les plus élevées de la ville. Mais cela est impossible, il le sait pertinemment. Pourtant, au fond de lui, il espère qu’un jour cette lueur d’espoir fasse son apparition. Il ignore totalement que c’est sa rencontre avec un étrange qui va grandement bousculer son existence. Un face-à-face qui va lui permettre d’envisager un autre avenir que de ramper parmi toute cette crasse. Un destin incroyable attend En qui ne sait pas encore tout le potentiel qui sommeille en lui. Ainsi débute la légende du petit garçon né dans une décharge et qui va gravir cette immense montagne pour être au centre des regards. Les gens veulent du spectacle, il s’apprête à leur en offrir un qu’ils ne sont pas prêts d’oublier. L’histoire de cette ville s’est écrite dans le sang et les larmes et il reste maintenant à savoir quel chemin va prendre ce nouveau venu dans la course au titre.

Rien qu’à travers son synopsis, il y a quelque chose qui se dégage de Rokudo Tosoki. En utilisant un contexte autour du post-apocalypse et la création d’une toute autre société, l’auteur va nous amener sur un terrain propice au développement de son idée principale. Le tournoi qui va grandement attirer notre attention va jouer un rôle crucial dans notre appréciation de l’œuvre ainsi que le développement de ce protagoniste ayant grandi dans les bas-fonds. Nous voilà projetés dans une quête pour ne plus être considéré comme un déchet et que ce garçon puisse prouver son existence.

De l’action et de l’imagination

Il y a plusieurs choses intéressantes à noter concernant ce premier volume de Rokudo Tosoki. Tout d’abord, l’auteur a su proposer un contexte qui va autant être sujet à nous faire réfléchir sur la nature humaine que nous divertir. En prenant place dans un monde détruit où tout le monde s’est réfugié sous terre, on va aborder la question de l’occupation de ces gens dans un climat particulièrement sombre. Là où on pourrait croire qu’il existe de multiples façons de se changer les idées, le manga va prendre la direction de la violence et du sang. Ce n’est pas anodin, car cela montre, à travers l’effervescence du public, l’attrait de l’humain pour ce genre de spectacle morbide. Un peu comme si l’on revenait à l’époque des colisées où des guerriers risquent leur vie pour le loisir du plus grand nombre. On est sur le même principe ici et cela représente très bien à quel point cette autre société peut poser problème alors que personne ne fait attention à ça. Même notre protagoniste y voit avant tout une occasion de quitter le tas d’ordures qui lui sert de maison. La mort et la brutalité deviennent un show pour certains et une occasion pour d’autres de braquer les projecteurs sur eux. On est donc projeté dans un univers assez sordide par ce côté grand spectacle et recherche d’une renommée qui passe par l’exécution d’autres candidats. Un parti-pris qui fonctionne très bien notamment par rapport à notre protagoniste. Ce jeune garçon des rues qui est considéré comme un paria même parmi la plus basse classe arrive à toucher notre corde sensible.

Il a tellement cette envie d’exister aux yeux des autres que l’on comprend et partage sa douleur qu’il ressent au quotidien. C’est encore plus vrai dès lors que l’on progresse dans l’histoire et que l’on voit ce qu’il subit de la part des autres individus. A ses yeux, le champion du tournoi est à la fois source d’envie et une motivation à surpasser la douleur pour grimper toujours plus haut. Une symbolique très forte et qui, malgré le triste show qui se cache derrière, nous donne envie de croire en lui. Il y a donc un excellent rapport qui se fait entre cet environnement néfaste où les forts écrasent les plus faibles et cette porte de sortie que représente cette compétition pour des individus comme lui. Si le fond est donc particulièrement réussi, la forme l’est tout autant grâce à tout ce qui a été imaginé autour des Gigaïs. Des technologies permettant à de simples humains de devenir des combattants redoutables. On ressent alors toute la puissance qui se dégage de ces “élus” qui peuvent mettre à terre le commun des mortels. Avoir un tel pouvoir est synonyme de grandeur dans ce monde et l’on est happé par les échanges de coups et la démonstration de force de certains. Mais ce qui est le plus incroyable, c’est d’avoir réussi à souligner par le dessin à quel point ces armes font aussi perdre l’humanité de leurs porteurs. Quand on pose les yeux sur eux, on n’a plus l’impression d’avoir des gens ordinaires, mais des monstres pouvant causer bien des ravages. Un élément qui vient appuyer le côté sans merci de cette société où tout se gagne par la violence.

Si Rokudo Tosoki nous propose un premier volume utilisant certains codes bien connus, il parvient aussi à créer un environnement qui s’avère très intéressant pour le développement de chaque élément. Plus qu’une envie d’assister au tournoi, le lecteur a cette envie de voir ce jeune homme gravir les échelons à la seule force de ses bras. Une leçon que cherche à inculquer ce dernier afin de montrer que chacun a le droit d’exister. Tout cela se combine à merveille avec l’intensité de ces confrontations et l’ingéniosité qui se cache derrière tout ce système d’armement. Voilà une belle promesse pour la suite.

Rokudo Tosoki lance son tournoi

On a donc été agréablement surpris par ce premier volume de Rokudo Tosoki dont on n’attendait pas forcément de grandes choses de prime abord. Un récit qui cache très bien son jeu et qui nous délivre une quête pour survivre pouvant se montrer très cruelle et où l’unique espoir réside dans le fait d’écraser les autres. Les oppositions entre classes sociales, le divertissement macabre qui anime cette société ainsi que l’envie irrépressible de notoriété malgré le danger flagrant sont autant d’éléments qui rendent cet ouvrage aussi intéressant. De plus, l’action y est frénétique et appuie justement ce déferlement de rage et de violence qui caractérise tout ce monde. Quand on s’aventure au sein de ces pages, on est à la fois animé par une envie de voir ce jeune garçon devenir champion et une certaine tristesse à l’idée de ce par quoi il devra passer pour y arriver. Même s’il fait preuve d’une profonde gentillesse et d’une envie de bien faire, on se demande bien ce qu’il peut accomplir par sa force et sa détermination. Il y a un très bon potentiel qui se dégage de cette série et qui peut donner lieu à des moments assez forts par la suite. Ce sera notamment le cas par rapport aux futurs échanges entre notre héros et un autre individu en particulier. Une courte série en quatre volumes qui offre déjà une bonne porte d’entrée à cet univers. Tout se met en place rapidement sans pour autant laisser de côté le développement global de cet environnement et de ses personnages.

C’est donc avec beaucoup de joie que l’on recommande ces premiers pas dans Rokudo Tosoki. Il y a suffisamment de quoi faire pour être à la fois amusé et intrigué par ce qui pourra se créer ensuite. Les promesses sont là et l’on a suffisamment d’empathie à l’égard de ce jeune garçon pour assister à son éprouvant combat pour se faire une place jusqu’au tournoi. L’auteur a su introduire tout ce qu’il voulait en seulement quelques chapitres sans que cela impacte le rythme de son histoire et cela montre sa faculté à aller à l’essentiel sans pour autant dénaturer tout ce qu’il désire nous raconter. Au même titre que ces habitants qui entrent dans les gradins avec l’envie d’assister à un nouveau show, le lecteur se retrouve à être le témoin éloigné de tous ces événements en se demandant bien si ce déferlement de sang s’arrêtera un jour. Une série qui pourra plaire à ceux qui ne veulent pas une série qui traîne trop en longueur et qui peut autant parler de thématiques importantes que proposer des affrontements spectaculaires. A présent, il est évident que l’on a plusieurs questions concernant le futur de la saga. Est-ce que notre héros arrivera à se hisser à cette place qu’il désire tant ? Quels ennemis l’attendent sur le chemin menant au trône ? Est-ce qu’il va devoir se salir les mains ou bien restera-t-il fidèle à ses principes ? Va-t-il être à la hauteur des attentes que l’on a envers lui ? Il nous tarde d’avoir la réponse à toutes ces interrogations dans le prochain volume.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Rokudo Tosoki. Avez-vous apprécié tout ce qui tourne autour de ce tournoi et de ce qu’il symbolise ? Trouvez-vous qu’il y a des idées intéressantes autour des armes utilisées par ces combattants ? Est-ce que vous avez envie de voir comment ce petit garçon peut espérer devenir le meilleur ? Avez-vous été profondément touché par tout ce qu’il a été obligé d’endurer depuis sa naissance ? Croyez-vous qu’il a une chance ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour échanger, discuter et débattre autour de ce sujet.

© 2021 Oda Serina, Kodansha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.