Coffee Moon-tome-1---comme-une-impression-de-déjà-vu-2

Coffee Moon tome 1 : comme une impression de déjà-vu

Décidément, ce mois d’octobre arrive à nous proposer des histoires captivantes et qui sortent de l’ordinaire. Collant assez bien à l’atmosphère qui règne à l’approche d’Halloween, le titre que l’on va évoquer aujourd’hui fut une très grosse attente depuis le jour de son annonce. Provenant du catalogue de Doki-Doki, il s’agit de leur toute dernière licence en date. Répondant au nom de Coffee Moon, le premier volume est enfin disponible après avoir connu quelques reports. On avait hâte de découvrir ce qui se cachait derrière ce récit autour d’une boucle temporelle et de la jeune fille qui se trouve au centre de la tourmente. Il faut dire que rien qu’à la couverture, il se dégage quelque chose de captivant. De même, il est assez rare d’avoir un scénario qui tourne autour de ce principe qui peut souvent être difficile à gérer. Pourtant, après lecture de cette introduction, on peut dire que ce récit part sur de bonnes bases. Une aventure affichant beaucoup de qualités autant sur le plan scénaristique que visuel. Il est donc grand temps de prendre son parapluie et de se rendre dans cette ville en proie à une pluie battante éternelle.

Encore un anniversaire

Coffee Moon - hypnotiqueCoffee Moon, imaginé par Mochito Bota, nous emmène dans une ville qui semble constamment subir les affres de la pluie. C’est en ce lieu que vit Pieta, une adolescente qui profite d’un quotidien tout à fait ordinaire. Elle garde le sourire et profite de cette existence que ce soit autant auprès de sa mère que des autres élèves qui composent son entourage. C’est même devenue une routine qu’elle connaît par cœur. Chaque jour, elle prend le même chemin pour se rendre à l’école. Elle passe forcément beaucoup de temps en compagnie de son amie Danae et finit par rentrer chez elle pour retrouver sa mère. Tout semble indiquer qu’elle est heureuse. Cependant, la réalité est toute autre. Derrière toutes ces scènes qui se répètent se cache en réalité une prison temporelle poussant la jeune fille à revivre éternellement cette journée. A chaque matin, tout est remis dans l’ordre et elle doit donc réitérer tout ce qu’elle a fait précédemment. Une situation qui l’avait terrifiée lors des premières boucles étant donné que personne ne remarquait quoi que ce soit. Elle était la seule à être consciente de ce retour en arrière constant. Malgré toutes les tentatives qu’elle a pu faire pour changer le cycle, ses yeux finissent toujours par se fermer pour ne se rouvrir qu’au matin de son anniversaire. La peur gagnait de plus en plus de terrain au plus profond de son être en voyant que rien ne pouvait changer cette situation infernale. Cependant, plus les boucles passèrent et plus cette crainte se transforma en une forme de lassitude.

En effet, baissant les bras, Pieta a commencé à se dire que ce n’était finalement pas si mal de profiter de cette éternelle journée sous le signe de son bonheur. Ainsi, elle décide d’utiliser chaque boucle pour simplement s’amuser avec sa meilleure amie et être auprès de sa mère pour souffler ses bougies. Un bonheur simple et qui semble pourtant si précieux à ses yeux. Mais tout va basculer au moment où l’une de ses boucles va prendre une tournure inattendue. Danae, sa meilleure amie et camarade d’école, va s’approcher d’elle et lui demander quelque chose qui va réveiller bien des souvenirs. Elle semble avoir pris conscience à son tour que cette journée pluvieuse ne cesse de se répéter. Face à cet événement qui n’a jamais eu lieu auparavant, la jeune étudiante blonde ne sait quoi faire. Pourtant, une chose est sûre, elle n’est plus seule face à ce problème. Enfin sa solitude est brisée et elle peut compter sur le soutien sans faille de Danae. Ce revirement de situation pourrait bien être ce dont elle avait besoin pour reprendre espoir et surtout continuer la lutte face au temps. Ce que le duo ignore, c’est que ce surprenant bouleversement ne sera pas le dernier. A partir de maintenant, de nombreuses possibilités s’offrent à elles afin d’utiliser au mieux cette journée dans le but d’expérimenter de nouvelles choses. Alors que l’horloge de la ville s’apprête à sonner le début d’un nouveau cycle, Pieta et son amie décident de lutter pour un lendemain inédit.

Il est clair qu’en lisant le synopsis de Coffee Moon, on s’apprête à vivre une expérience qui sort assez de ce que l’on a l’habitude de lire dans le manga. L’idée d’une boucle temporelle est pertinente, car cela amène de nombreuses problématiques, mais aussi d’interrogations sur ce qui est à l’origine de tout ça. En plus, une telle spirale va aussi être utilisée ici pour travailler sur la psychologie des personnages de façon à montrer l’impact que cela peut avoir. Tout cela va être porté par une ambiance à la fois triste et magnifique où l’attrait va autant être sur l’esthétisme du manga que son histoire.

Une atmosphère hypnotique

Ce qui est fantastique d’entrée de jeu avec Coffee Moon, c’est la faculté avec laquelle la série arrive à nous aspirer au sein de cette ville. Le trait y est pour beaucoup de la part de l’auteur qui a su nous offrir un terrain de jeu à la fois impressionnant et hypnotique. On est autant fasciné par cet endroit où il pleut sans cesse qu’angoisser à l’idée des ombres qui peuvent y vivre. Une toile de fond qui va parfaitement servir l’intrigue à la fois originale en manga et prometteuse dans ce qu’elle développe. En effet, une grande partie de ce volume va servir de vitrine afin de présenter le calvaire de Pieta qui doit inlassablement revivre la même journée. Le ton très sombre et gris de cette cité colle avec la morosité qui ronge le cœur de cette jeune fille malgré le fait qu’elle maintient un sourire de façade. C’est là que l’on touche quelque chose d’intéressant. Si le manga garde encore beaucoup d’éléments secrets autour de cette spirale infernale, on voit déjà à quel point cela a affecté notre héroïne. Tout cela est suggéré, mais on comprend parfaitement que les premières boucles furent sous le signe de l’incompréhension et de l’envie de briser ce cycle avant d’être rongé par l’angoisse de ne plus pouvoir en sortir. Pourtant, après autant de tentatives, on nous montre une adolescente qui a en quelque sorte baissé les bras. Elle se moque maintenant de ce que pourrait devenir le lendemain et préfère profiter tranquillement de cette journée interminable et de la paix qui en découle. 

Une forme de résignation très importante, car cela dénote avec ce que l’on a l’habitude de voir. Nous ne sommes pas directement dans un combat pour regagner un avenir, mais dans un quotidien éternel qui semble convenir à présent pour le personnage central. Ce n’est finalement qu’en voyant que sa meilleure amie se rend compte aussi de ce qui se passe qu’elle va retrouver cette envie de combattre. On est dans ce cas de figure où l’implication des proches est un moteur puissant pour permettre au protagoniste de se relever et de ranimer sa détermination. On est alors entraîné dans cette envie, de la part de ces deux camarades, de mettre un terme à tout ça en testant de nouvelles expériences. Un chemin qu’elle avait déjà parcouru auparavant, mais qui est maintenant différent du fait que Pieta n’est plus seule. On se laisse alors emporter par cette puissante amitié qui lie ces deux étudiantes et leur envie de lever le voile sur la brume qui entoure leur vie. Le lecteur va alors enchaîner des situations et expériences qui vont amorcer plusieurs intrigues prometteuses portant autant sur la ville en général que sur cette prison temporelle qui finit toujours par les ramener à ce fameux matin. Avec des planches magnifiques et pourtant oppressantes, la saga propose une introduction qui va parfaitement saisir l’importance de capter l’attention du spectateur. En posant les yeux sur ces cases, on est aussi aspiré dans ce cercle sans fin dont on se demande comment il est possible d’en sortir. Des premiers plus que réussis au milieu de ce rideau d’eau qui forme comme une séparation entre cette cité et le reste du monde.

Il n’y a pas à dire, ce premier volume de Coffee Moon fait une très forte impression. Un récit qui arrive à nous immerger totalement dans son histoire et surtout à nous présenter une fresque sublime prenant place dans un décor où la joie n’est qu’un sentiment éphémère. Un cycle sans fin qui s’exprime autant par le dessin que le ressenti de cette demoiselle qui semble avoir totalement accepté cette réalité. On est emporté par l’envie de comprendre la raison de tout ceci, mais aussi de voir comment va évoluer l’histoire et les divers personnages qui ponctuent notre avancée.

Coffee Moon nous fait tomber dans la spirale

Coffee Moon - PietraCoffee Moon a su, jusqu’à la fin de ce premier tome, nous proposer une expérience qui sort de l’ordinaire. On a été conquis autant par son aspect graphique que sa construction narrative qui ne s’attarde pas tout de suite sur l’envie d’échapper à cette boucle temporelle. On est avant tout captivé par la manière dont réagit cette héroïne qui semble se contenter de revivre le même jour, mais qui va finalement se réveiller sur l’importance d’avoir un véritable lendemain au contact de ses amies. Un récit qui prend aussi son temps pour écrire et développer ses diverses intrigues. Cela nous permet d’apprécier au mieux ce qui nous entoure, mais aussi de s’imprégner de l’atmosphère de cette ville. Un lieu hypnotique qui a ce don de nous séduire et de nous angoisser tant il semble enfermé dans sa bulle. On est donc face à un manga qui a su créer une immersion efficace et qui surtout va amener le lecteur à observer attentivement tout ce qui se passe. De même, le travail qui est fait au niveau du ressenti de Pieta et de son hésitation à quitter ce doux calvaire est remarquable. Une jeune fille qui nous questionne sur ce dilemme fascinant de savoir si l’on préfère un bonheur éternel, mais factice ou bien l’incertitude de l’avenir. C’est ainsi une franche réussite pour cette introduction qui pose habilement ses pions tout en créant un brouillard où l’on aime se perdre. Face à cette situation surnaturelle, nous ne pouvons que rester spectateur de cette somptueuse et pourtant tragique fresque qui se forme au fil des chapitres.

Vous l’aurez aisément compris à travers ces quelques lignes, mais on a eu un énorme coup de cœur pour Coffee Moon. Que cela soit autant sur le fond que sur la forme, cette licence frappe un grand coup d’entrée de jeu. On est irrémédiablement attiré par cette quête où le trait de l’auteur réussit à aller plus loin que de magnifiques dessins. Il y a quelque chose qui découle de ces cases sans même qu’il y ait le besoin de dire le moindre mot. La ville parle pour elle-même et l’on a alors envie de découvrir tous les secrets de cette prison dont les geôliers sont la pluie et le temps. De plus, il sera très intéressant de voir comment vont évoluer les personnages au fil de leurs tentatives pour briser la boucle. Une série qui peut autant plaire à ceux qui souhaitent une épopée originale qu’une somptueuse excursion au sein d’un décor envoûtant. A présent, il est grand temps d’évoquer les multiples questions que l’on a pour le futur de la série. Est-ce qu’il est réellement possible d’échapper à cette éternelle journée ? Qu’est-ce qui se cache derrière ce phénomène ? Nos protagonistes vont-elles réussir à changer le cours des choses ? Que va-t-il se passer suite à leurs diverses interactions avec le monde qui les entoure ? Pieta finira-t-elle par abandonner tout espoir de voir un nouvel horizon au loin ? On est tellement impatient de pouvoir se jeter sur le second volume de cette prometteuse saga.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Coffee Moon. Trouvez-vous que l’on tient ici une très belle surprise pouvant proposer une histoire originale ? Avez-vous été happé par le trait délicat et hypnotique du mangaka ? Est-ce que vous avez été séduit par l’ambiance sombre et oppressante