Créatures Fantastiques

Créatures Fantastiques tome 1 : quand la magie rencontre la science

On débute cette nouvelle semaine d’articles avec un titre qui a su nous surprendre sur plusieurs points. Il n’est pas rare de tomber sur des mangas basant leur histoire sur des fondations empreintes de fantastique. Un style qui peut sembler assez courant, mais qui trouve un nouveau souffle avec l’œuvre dont on va parler aujourd’hui. Il s’agit de Créatures Fantastiques, édité chez Komikku, qui se sert de l’imaginaire propre à ces êtres surnaturels pour la confronter à une réalité bien plus terre-à-terre. Derrière ces dessins très mignons se cache de nombreux sujets traités avec le plus grand soin par l’auteur. On se retrouve propulsé au centre d’un monde qui ne laisse quasiment plus de place à la rêverie. Une série qui offre un début à la fois touchant et intéressant sur plusieurs points. Un récit qui joue énormément sur notre propre imagination et qui parvient ainsi à s’adresser à nous d’une manière très personnelle et efficace. L’heure est donc d’ouvrir les consultations dans ce cabinet vétérinaire pas comme les autres.

Ziska et ses patients

Créatures Fantastiques-intro

Un monde bien triste.

Créatures Fantastiques, imaginé par Kaziya, nous emmène dans un monde où la science a pris le pouvoir dans le coeur des hommes. Cette dernière est sur le point de faire entrer la société dans une toute nouvelle ère qui ne laisse que peu de place aux mystères. Une telle avancée va aussi précipiter les êtres féeriques dans l’oubli et les faire disparaître peu à peu de la conscience collective. C’est avec cette toile de fond que l’on va faire la connaissance de Ziska. Cette jeune fille de treize ans est la descendante d’une longue lignée de mages. Alors qu’elle souhaite plus que tout protéger ces animaux mythiques, elle décide de devenir vétérinaire. C’est ainsi que débute cette vie au côté de son maître Nico et sa quête afin de préserver ces créatures de leur extinction. Un long et difficile chemin qu’elle a décidé d’emprunter sans la moindre hésitation. Après tout, rien n’est plus important à ses yeux que de faire vivre la mémoire de ces légendes et de prouver qu’elles sont loin d’être de simples histoires à dormir debout.

Malheureusement, il est peut-être trop tard pour elle. L’esprit cartésien qui dirige à présent cette terre n’a que faire de bêtes dont il est difficile de prouver l’existence. Comment un enfant pourrait réussir à changer les mentalités de toute une population ? Malgré le fait que cela semble impossible, cette jeune fille veut à tout prix être là pour qu’au moins une personne se remémore de cette beauté cachée qui peut se trouver un peu partout. Elle est donc prête à venir en aide à toutes ces soi-disantes fables et à les soigner. Cependant, il va lui falloir apprendre pour espérer devenir une bonne vétérinaire. C’est encore plus vrai lorsqu’il faut s’occuper d’une salamandre, d’une mandragore ou bien d’un lindworm. Heureusement, Nico est là pour lui inculquer tout son savoir. Voilà une petite bâtisse où cohabitent l’imaginaire et la science pour un quotidien loin d’être banal. Quelles seront les premières créatures à franchir le seuil de cette porte ?

A travers son contexte, Créatures Fantastiques permet d’opposer deux camps bien distincts. La féerie d’un côté se voit peu à peu écraser par la science et la recherche qui dévoilent un à un les secrets de ce monde. On voit alors d’un tout autre regard la volonté de Ziska et son désir d’aider ces animaux que peu de personnes arrivent encore à voir. Une jeune fille et son maître prêts à utilisé leurs connaissances médicales pour des patients compliqués.

La confrontation de deux écoles

Il ne faut pas longtemps à Créatures Fantastiques pour nous faire comprendre quel est l’un de ses principaux thèmes. A travers les deux protagonistes que l’on suit, on peut observer deux voies bien différentes et qui sont aux antipodes l’une de l’autre tout en étant très liés. En effet, d’un côté on a Ziska qui fait partie d’une lignée de mages. Cette demoiselle ne peut s’empêcher de croire en la sorcellerie, les monstres et les créatures sortis tout droit de fables. En face se trouve son mentor qui a une vision plus scientifique et chimique à l’égard des mystères qui peuvent l’entourer. Malgré tout, cela ne l’empêche pas d’accepter le fait qu’il puisse y avoir une once de vérité au sein des mythes et légendes. A travers leurs échanges et les propos tenus par chacun, on se rend compte d’une évolution à la fois inéluctable, prometteuse et en même temps triste. Cela concerne la progression de la médecine et de la science de manière plus globale. Les anciens remèdes de sorcières laissent place à des traitements plus sûrs et vérifiés. Si cela est un point positif pour la santé de l’homme, cela joue aussi un rôle néfaste que l’on nous dépeint avec brio au sein de ces pages.

Plus l’être humain résout et aborde un esprit plus rationnel et plus la magie et la féerie qui pouvait l’entourer se met à se dissiper. Cela touche également les êtres surnaturels qui ne font quasiment plus partie de ce monde où la science gagne du terrain. La seule image d’eux que l’on peut encore admirer ne provient que de vieux grimoires et de fables destinés à occuper les enfants. Ces mythes font déjà quasiment partie du passé et c’est ce qui fait que l’on s’accroche tant à cette lecture. Au même titre que notre héroïne, on a aucune envie d’oublier et de les voir disparaître sans graver leur image dans notre mémoire. Toute l’atmosphère que l’on peut ressentir a un rôle déterminant dans notre manière d’aborder et d’appréhender ce récit. On se sent impliqué et on observe alors en silence ces opérations et soins en regardant avec une mine à la fois heureuse et attristée du futur qui les attend. A travers ce premier tome, on comprend l’importance pour l’être humain de progresser constamment dans ce genre de domaine. Cependant, on ouvre aussi les yeux sur l’inestimable devoir que l’on a de se laisser guider par toute cette rêverie.

Lorsque l’on se lance dans Créatures Fantastiques, il faut s’attendre à ce que notre esprit se laisse submerger par la fantasy qui se dégage du titre. Au fur et à mesure que l’on observe ces êtres fictifs, le lecteur ne peut que se laisser attendrir par eux. On se sent alors tel un enfant qui s’émerveille à la moindre chose qui lui paraît incroyable. Nos yeux brillent alors de mille feux au contact de ces animaux légendaires.

L’imaginaire prend son envol

Créatures Fantastiques-douceur

Une telle beauté dans un simple regard.

Malgré le constat que nous dépeint ce premier tome, cette lecture ne s’attarde pas uniquement sur l’emprise de la réalité. Le fait de suivre les opérations de notre duo de vétérinaires face à des créatures fantastiques parvient à capter notre attention et à offrir un peu d’enchantement. Chaque contact que l’on a avec eux est ainsi sublimé et donne presque la sensation d’être le témoin privilégié d’un spectacle hors du commun. On se met alors à rêver et à retrouver notre âme de gamin. Dans un sens, on s’identifie facilement au personnage de Ziska. En réalité, on aimerait être à sa place et pouvoir voir, toucher et aider ces animaux oniriques. Outre cela, la clinique vétérinaire qui nous héberge tout au long de notre lecture est presque représenté comme un refuge pour ces bêtes qui n’ont plus nulle part où aller. Un lieu que l’on apprécie visiter et qui parvient à nous émerveiller à chaque fois que l’on y entre. Un paradis pour ceux qui, comme nous, ont été bercés par les légendes entourant tous ces êtres mystérieux.

D’ailleurs, si l’on a parlé d’eux de façon générale, il est grand temps d’approfondir un peu le sujet. Ce volume se présente comme un immense recueil qui aborde à chaque chapitre un nouveau spécimen. Il est donc souvent question de soigner une créature en particulier. Ces séances de traitements sont alors l’occasion d’en apprendre plus sur elle et de voir à quel point l’auteur s’est renseigné un maximum pour permettre à son ouvrage d’être aussi riche qu’intéressant. On observe en silence chaque opération en retenant et en analysant les particularités du patient. Il y a donc un aspect instructif à cette licence qui est loin d’être désagréable et qui suscite notre envie d’en savoir plus sur les particularités de chacun. C’est donc une véritable encyclopédie de monstres que l’on a entre les mains où la moindre erreur peut être fatal à ces bêtes rares. Cela permet aussi de voir la complémentarité qu’il y a entre les talents de médecins de Nico et les incantations propres à la lignée de Ziska.

Il est clair que Créatures Fantastiques est un manga qui mise beaucoup sur l’aspect émotionnel. Cependant, la licence ne s’arrête pas là et parvient à concilier son côté contemplatif à un fond pertinent et prenant. Un conte qui nous attendrit autant qu’il nous attriste en comprenant ce que signifie l’avancée de la science. Un bienfait pour l’humanité, mais qui détruit peu à peu la rêverie.

Ces Créatures Fantastiques enchantent notre regard

Créatures Fantastiques fut une fabuleuse surprise. On ne savait pas et on ne pensait pas être autant emporté par la présentation de cet immense bestiaire. Outre l’opposition qui se joue entre la science et la magie, la réalité et l’imaginaire, on est vraiment pris par la beauté de ces moments passé dans cette petite sphère que s’est constitué Ziska. Le mangaka a su mettre en place une scène qui peut nous rebuter de par la place qu’elle réserve au fantastique. Cependant, il ne s’agit nullement d’un point négatif car cela au milieu de cela se trouve le tremplin représenté par cette clinique qui est une porte ouverte sur les multiples légendes et contes. Un très joli coup de la part de Kaziya qui a donné naissance à un monde aussi terne que rationnel où subsiste tout de même une petite lueur d’enchantement. Cette introduction est autant une lettre d’amour à toutes ces créatures qu’une invitation à garder une petite croyance à l’égard de la fantasy.

C’est donc avec une très grande joie que l’on recommande ce premier tome de Créatures Fantastiques. Si vous aimez les êtres fantastiques et que vous souhaitez une histoire qui vous plonge à leurs côtés, alors ce seinen est fait pour vous. Même si la construction du récit peut sembler répétitive, on ne ressent aucun ennui car la surprise de la découverte et la poésie qui se dégage de la plupart des cases suffisent à nous faire oublier tout le reste. En plus de voir comment va évoluer ce duo attachant, on est impatient de savoir les prochaines pages de ce bestiaire. Une expérience littéraire qui divertit tout autant qu’elle nous fait réfléchir. Un premier jet réussi pour cette saga qui est un excellent moyen de s’évader de la réalité au même titre que cette demoiselle qui chérit plus que tout ces moments passés en compagnie de ces compagnons féeriques.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier tome de Créatures Fantastiques. Avez-vous été personnellement touché par le désir de cette demoiselle de continuer à croire en la magie ? Que pensez-vous qu’il adviendra par la suite pour ces deux vétos ? Quelles sont les prochaines bêtes que l’on pourrait croiser ? On est impatient de connaître vos réponses. 🙂

© Kaziya / MAG Garden

One Comment

  • Neko dit :

    J’hésitais à le prendre et bien… L’avis me donne terriblement envie de l’acquérir !!! (Mon porte monnaie est déjà en train d’hurler au loin par contre)
    Il a l’air d’être assez doux également tout en nous faisant (re)découvrir certaines créatures, nous permettre de nous évader, un titre parfait lors des soirées où l’on a besoin d’un peu plus de calme ♥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *