CARNET-DE-VOYAGE-OTAKU-delcourt tonkam

Carnet de voyage d’un otaku spécial Delcourt Tonkam chapitre 1

Il est vrai que la semaine dernière fut particulièrement chargée en nouvelles licences. On a donc pris grandement le temps de découvrir chacune d’entre elles et c’est là que l’on s’est rendu compte d’un trio qui était parvenu à nous mettre de sacrées claques. Provenant tout droit du catalogue de Delcourt Tonkam, ces trois œuvres sont celles qui ont inaugurés la nouvelle collection de l’éditeur intitulée Moon Light. Alors que l’on avait été interpellé par ce qu’allait pouvoir donner ces trois excursions, on s’est dit qu’il faudrait se pencher dessus. C’est ainsi que l’on s’est retrouvé le nez dans ces pages afin de voir si l’on allait adhérer à ce qui se dessinait devant nous. On peut clairement dire que l’on a devant nous un catalogue plus que prometteur au vu de la profondeur des histoires que l’on a pu lire. Des virées qui nous ont profondément marqués de par l’humanité qui s’en dégage et surtout les thématiques propres à chacune d’entre elles. Des récits qui tiennent toutes leurs promesses et permettent de vivre des expériences littéraires aussi uniques que palpitantes. Le temps est donc venu d’ouvrir un nouveau chapitre de notre carnet de voyage pour se pencher sur ces nouveautés de chez Delcourt Tonkam.

Parasites Amoureux tome 1

Parasites Amoureux Vol. 1-Delcourt TonkamParasites Amoureux, scénarisé par Sugaru Miaki et dessiné par Yuki Hotate, nous plonge dans le quotidien de Kengo Kôsaka. Cet homme sans emploi a un problème qui lui ronge la vie. En effet, il ne peut supporter tout contact physique avec une personne et a une peur constante des microbes. Il passe le plus clair de son temps à éviter toute relation avec le reste du monde, ne sortant de son appartement que pour aller se chercher à manger. Ne pouvant supporter de voir les gens pouvoir faire ce qui le rebute tant, il décide de créer un virus informatique pour le réveillon qui coupera le réseau empêchant les gens de pouvoir se contacter. Alors qu’il continue de vivre son existence recluse, il va avoir la visite d’un inconnu. Cet individu va lui déclarer qu’il sait parfaitement ce qu’il compte faire et qu’il est là pour le faire chanter. Cependant, ses conditions sont bien loin d’être ordinaires. En effet, il demande à sa victime d’entrer en contact avec Hijiri Sanagi, une lycéenne qui ne va plus en cours. Son objectif est de se rapprocher d’elle et d’en apprendre plus sur les raisons qui la pousse à ne pas vouloir aller à l’école. Ce qu’il ne sait pas encore, c’est que cette rencontre pourrait bien bousculer leur existence tourmentée à jamais. Une relation naissante pourrait alors voir le jour et leur apporter la joie qu’ils recherchent depuis tant d’années. Pourtant, quelque chose pourrait bien se dissimuler derrière cet amour. Un lien reliant deux marionnettes manipulées par des insectes. Où se trouve la vérité quand on ne sait plus ce que l’on peut ressentir vraiment à l’égard d’une personne ? Une question qu’il leur faudra résoudre pour pouvoir avancer.

Ce qui est intéressant en lisant ce premier tome de Parasites Amoureux est la manière dont on passe d’une émotion à l’autre avec une facilité déconcertante. Pour exprimer cela, il faut d’abord comprendre comment le récit se construit. Tout d’abord, en faisant la connaissance de nos deux acteurs principaux, on commence par avoir de l’empathie à leur égard. Ils sont présentés comme des exclus par rapport au reste du monde. Deux êtres qui ne parviennent pas à s’intégrer et qui, par leur particularité, finissent par s’attacher l’un à l’autre. Ainsi, la tristesse que l’on pouvait avoir envers eux se transforme en une profonde joie en voyant que même eux peuvent finalement trouver quelqu’un pouvant comprendre leur détresse. De ce fait, on passe d’une épaisse obscurité à une lumière chaleureuse d’une façon parfaitement orchestrée et qui renforce notre sympathie pour ce duo. Un espoir qui fait plaisir et permet de souligner autant leurs différences que le bonheur qu’ils parviennent à trouver l’un au côté de l’autre. Cependant, tout cela va finir par s’effacer d’un revers de la main alors que l’on attaque la dernière partie de ce volume. On se demande alors si tout ce dont on a été témoin était sincère ou bien si tout cela n’est qu’une vaste manipulation. Des rebondissements qui nous tiennent en haleine et nous laisse alors sur un suspens insoutenable. Une parfaite écriture des personnages qui se combine avec un mystère fascinant et rend l’ensemble de cette histoire saisissante. On est alors autant emporté par l’aspect divertissant du manga que conquis par tous les messages qui y sont véhiculés et nous font prendre conscience du fardeau que certaines personnes doivent porter. Le lecteur a clairement devant lui une oeuvre qui sait comment jouer avec ses nerfs et surtout les sentiments que l’on peut éprouver tout au long de ce voyage où l’être humain cherche à savoir ce que c’est vraiment que d’aimer et d’être aimé.


Derrière le ciel gris tome 1

Derrière le ciel gris Vol. 1Derrière le ciel gris, scénarisé par Sugaru Miaki et dessiné par loundraw, nous plonge dans le quotidien de la jeune Aozora. Cette demoiselle bien à l’écart des autres reste cloîtré dans son silence et passe chacune de ses journées à regarder le monde depuis la fenêtre de sa classe. Alors qu’elle continue de se laisser guider par le courant guidant sa vie, un étrange événement va se passer. En effet, le temps de quelques secondes, elle va perdre le contrôle de son corps. Un phénomène qui s’explique par la présence non loin de Kumorizora. Cet individu possède un don rare qui est de pouvoir conduire les gens au suicide. Prenant possession de leur corps et les forçant à mettre fin à leurs jours, il est en charge d’éliminer les cibles qu’on lui confie. Comparant son travail à celui d’un nettoyeur, il a maintenant dans son viseur cette jeune demoiselle. Particulièrement implacable dans la réalisation de son travail, il met un point d’honneur à ne laisser aucune traces. Pourtant, Aozora va réussir à éveiller sa curiosité de par son détachement total à l’égard de la vie elle-même. Ne pouvant admettre devoir supprimer quelqu’un qui serait heureux de disparaître, il rêve de lui faire aimer son existence afin de mieux la briser plus tard. Il ne sait pas encore que cette rencontre va être le signe d’un grand bouleversement pour lui et sa proie. Ce qui ne devait être qu’un contrat comme les autres pourrait bien se transformer en une rencontre pouvant changer à jamais le destin de ces deux âmes. Un face-à-face dont le dénouement final pourrait bien être surprenant.

De par son concept très bien trouvé, Derrière le ciel gris est parvenu à s’attirer rapidement nos faveurs. En effet, le fait d’être confronté à un homme presque tout puissant et pouvant prendre le contrôle de n’importe qui fait que l’on sent déjà une énorme pression et inquiétude pour la demoiselle. Cependant, derrière cette menace quasiment omniprésente se trouve en réalité un être humain ayant aussi sa propre vision des choses et ses désirs. C’est là que se trouve tout le coeur de cette oeuvre qui utilise cet aspect fantastique pour sublimer la relation naissante entre les deux acteurs de cette pièce. En réalité, il est presque impossible de ne pas être attristé par l’ambiance très sombre de ce conte qui nous plonge dans le désespoir des gens et surtout où la mort peut survenir à tout moment.  Pourtant, on arrive quand même à sentir une pointe d’espoir au fur et à mesure que l’on avance au sein de ces pages. Que cela soit dans les échanges entre nos deux protagonistes ou même les choix qu’ils font, on est constamment intrigué par la manière dont ils évoluent et ce qu’ils pourraient faire à l’avenir. De plus, notre curiosité est parfaitement titillé de par tout ce qui entoure ce métier de nettoyeur et ce que cela implique sans même que celui en charge des contrats soit au courant. Une oeuvre qui cherche, à travers ce décompte mortel, à prôner la vie et surtout le bonheur que l’on peut espérer ressentir au contact des gens. Une construction narrative bien pensé et qui change cette chasse à l’homme en un conflit interne pour notre tueur qui se met à réfléchir à ce qu’il doit réellement faire. Comme le dit si bien le titre, il se peut que quelque chose d’incroyable se cache derrière ce ciel gris dont la symbolique va bien plus loin qu’un simple combat entre ces deux protagonistes. Un premier tome prometteur et qui laisse suffisamment d’éléments en suspens pour que l’on ait envie de lire la suite.


Le prix du reste de ma vie tome 1

Le prix du reste de ma vie Vol. 1-Delcourt TonkamLe prix du reste de ma vie, scénarisé par Sugaru Miaki et dessiné Shouichi Taguchi, nous permet de faire la rencontre de Kusunoki. Ce garçon était autrefois plein de vie et ne cessait de laisser son esprit rêver à tout ce qu’il pourrait faire plus tard. Malheureusement, il semblerait que son existence ait pris un tournant qu’il était loin d’imaginer. Maintenant qu’il est un jeune adulte sans le sous, il se rend compte que cela ne sert plus à grand chose de fantasmer sur ce qu’aurait pu être sa vie. Ses ambitions se sont depuis longtemps envolés et il préfère s’isoler du reste du monde plutôt que de s’ouvrir à celui-ci. Cherchant juste suffisamment d’argent pour se sustenter, il va tenter de vendre les quelques objets qui lui reste. C’est durant sa tournée pour gagner quelques sous qu’il va apprendre l’existence d’une boutique fort singulière. En effet, il serait possible d’y vendre son espérance de vie. S’il a du mal à croire à cela, la curiosité finit par être la plus forte. Il se rend donc sur les lieux et après évaluation, il semblerait que son existence ne soit évaluée qu’à quelques milliers de yens. Une somme dérisoire, mais qui lui suffit largement. Kusunoki décide donc d’accepter le marché en se laissant tout juste une marge de trois mois. A présent, le compte à rebours est lancé et il se rend alors compte que le peu de temps qu’il lui reste à passer sur cette terre pourrait bien le changer à tout jamais. La question est maintenant de savoir s’il pourra ouvrir les yeux sur la vraie valeur de la vie et ce qui lui a échappé pendant toutes ces années.

Disons le tout de suite, cette lecture a sans nul doute été l’une de nos préférées parmi les trois titres que l’on évoque dans cet article. Ce qui est remarquable, c’est la façon dont l’auteur parvient à explorer la psychologie de son héros qui change peu à peu alors qu’il voit cette épée de Damoclès au-dessus de sa tête. Lui qui n’attendait plus rien se met à essayer de se raccrocher à ce qu’il peut. On est alors profondément touché par ce qu’il endure et surtout la vérité qui éclate devant lui. Finalement, que cela soit les gens qui l’entourent, ses vieilles connaissances ou bien même ses inspirations, tout cela a disparu il y a fort longtemps. Ce n’est qu’en sentant le couperet se rapprocher qu’il ressent l’irrépressible envie de transformer son existence afin que celle-ci puisse vraiment valoir quelque chose. Ainsi, l’idée de monnayer l’existence d’une personne prend ici tout son sens et sert avant tout à créer une envie au protagoniste de contredire l’estimation qu’on lui a fait. Comment une vie pourrait-elle être représentée en terme d’argent alors que chacun est libre d’en faire un bien plus précieux que n’importe quelle somme ? Une question très pertinente et qui est sublimée au travers de ces quelques pages. De plus, Le prix du reste de ma vie est aussi une oeuvre mettant en avant les relations humaines. Il n’y a qu’à voir notre héros et celle qui l’accompagne pour être tout bonnement touché et attaché par ce duo qui parvient à nous faire rire et à nous attendrir. Un torrent d’émotions qui s’empare de nous alors que l’on espère de tout coeur que Kusunoki puisse changer les choses. Sans même s’en rendre compte, on est littéralement emporté par ce voyage qu’effectue ce dernier à la recherche de tout ce qui lui a manqué pendant tout ce temps. Une virée qui le fera replonger dans son passé et lui faire comprendre l’importance de chacun de ses choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *