Chimères

Final Fantasy VII Remake : un plus grand rôle pour les chimères

On continue notre semaine thématique spéciale Final Fantasy VII Remake en abordant un élément crucial de la mythologie de la licence. S’il y a de nombreuses légendes servant de fond à toutes ces aventures, l’une de celles-ci concernent les fameuses chimères. Ces êtres à la fois sources d’admirations, de convoitises et d’inquiétudes ont toujours su laisser leur empreinte dans le coeur des joueurs. Pourtant, le traitement concernant ces créatures est bien loin d’être identique d’un épisode à l’autre. On s’est donc dit qu’il serait pertinent de s’attarder un peu sur ces êtres légendaires et mystiques qui sont parvenus à devenir l’une des pierres angulaires de cette série. Il faut dire que le septième opus a une relation bien singulière avec eux et que l’on a rarement su sur quel pied danser concernant leur importance dans le récit. On va donc voir ce qu’elle symbolisait au départ et voir ce que cette réadaptation est parvenue à faire de leur histoire, mais aussi de leur rôle dans l’épopée que l’on vit. Tout n’est alors qu’affaire de détails, mais ceux sont justement ces petites broutilles qui peuvent amener un conte à se forger une identité propre et captivante. L’heure est donc venue de voir ce qui se cache derrière ces mythiques matérias.

Divers traitements par rapport à l’univers

Avant de s’attarder au coeur de notre sujet, il est avant tout pertinent de voir comment les espers ont pu être traités au fil des diverses expériences proposées par la saga Final Fantasy. Tout d’abord, il faut savoir que les invocations n’ont pas fait leur apparition dès le premier épisode. Cela a commencé au bout de la troisième grande aventure, mais on peut tout de même noter que le célèbre Bahamut était déjà présent lors de la première épopée en tant que Roi des dragons et permettant de faire évoluer la classe de nos héros. Au fur et à mesure que l’on progresse dans les opus et plus on a pu voir les chimères se placer sur le devant de la scène. A la base, on était surtout à la recherche de ces créatures pour obtenir encore plus de puissance et ainsi terrasser nos adversaires avec plus d’aisance. Cependant, il est important de noter que d’un épisode à l’autre, le rôle de ces dernières a totalement changé. Si certains périples ne les présentent que comme des moyens de se renforcer, d’autres réussissent à les intégrer parfaitement dans le background de l’oeuvre. On peut même dire que cet aspect n’a fait que se renforcer au fur et à mesure que l’on progresse dans le temps.

Ils peuvent alors devenir des représentations du pouvoir de nos héros comme ce fut le cas dans le XIII, ou bien avoir une incidence directe sur les événements du récit comme dans le neuvième épisode. On peut même aller jusqu’à certains titres qui poussent cela encore plus loin en faisant d’eux un élément central de l’histoire jusqu’à surprendre le joueur lors du dénouement final. On pense bien sûr ici à Final Fantasy X où les chimères sont fortement présents dans le gameplay et le scénario. De plus, il faut aussi s’intéresser au fait que les invocations peuvent être exclusifs à certains épisodes et d’autres se montrer récurrent. Cela permet autant d’accentuer l’originalité et la présence de ces créatures lors de leur unique prestation que de pouvoir aussi raconter des récits singuliers propres à un univers. Il suffit de voir les éons de Final Fantasy XII pour y voir un immense moyen d’enrichir le background de cet environnement tout en forgeant une identité propre à cette aventure se déroulant dans le monde d’Ivalice. Un nombre grandissant de méthodes pour pouvoir impliquer ces êtres mythiques dans nos épopées.

Mais qu’en est-il du septième épisode de cette franchise ? Avons-nous le droit à un traitement plus approfondi de ces derniers ? La réponse à ces questions va être singulière étant donné que leur rôle va changer entre la version d’origine et ce Final Fantasy VII Remake. Même si on peut avoir la sensation que rien ne change véritablement, on peut percevoir quelques petits ajouts permettant grandement d’enrichir leur histoire, mais aussi celle de ces terres que l’on parcourt.

Chimères-FF7

Ifrit a bien changé depuis le temps.

Le cas particulier de Final Fantasy VII

Lorsque l’on évoque FFVII et les invocations, on pense bien sûr à Bahamut et ses deux transformations, aux Chevaliers de la Table Ronde ou bien à la difficulté pour avoir Alexandre. Cependant, si l’on s’attarde un peu plus sur ces dernières, on se rend compte que l’on ne sait au final que peu de chose dessus. Alors que dans Final Fantasy VI, nos êtres légendaires avaient une place de choix, cette épopée les relègue à nouveau en tant que simple outil permettant de frapper fort. Malgré cela, on a quand même le droit à quelques informations permettant d’enrichir un tant soit peu leur background. On peut, par exemple, citer le cas de Léviathan qui a une symbolique toute particulière pour les gens du Wutai. Malheureusement, cela était très peu développé et l’on se retrouvait donc à essayer de collecter toutes ces matérias sans vraiment faire attention à ce qu’elles pouvaient apporter au récit. On pourrait par exemple se demander comment des êtres quasiment divins peuvent être contenus dans ces sphères qui ne sont autres que la matérialisation de la Rivière de la Vie. Un regroupement de l’énergie Mako lorsqu’elle-ci est condensée. Cela veut quand même dire qu’il y a quelque chose qui a permis de donner vie à ces monstres légendaires.

Malgré nos questions et interrogations, nous n’avons jamais vraiment eu de réponses là-dessus alors qu’il serait dommage de cantonner cet élément de gameplay à seulement une mécanique de jeu. Surtout que l’on a déjà eu le droit à de multiples intrigues autour d’eux au niveau des versions précédentes et pareils pour les aventures qui vont suivre. Une sorte d’exception pour ce Final Fantasy VII qui cherche donc à retourner aux fondements même de ce qu’était les chimères. En plus de cela, l’univers propre à Midgar et aux terres avoisinantes aurait très bien pu inspirer des récits inédits autour de ces créatures qui font tous partie du folklore de certaines cultures. De plus, on peut rapidement se rendre compte que ce septième titre est aussi l’un de ceux ayant le plus d’espers dans son catalogue. Entre certaines divinités, des figures historiques et littéraires ou bien des références à d’autres épisodes de la franchise, il y en a pour tous les goûts. Un constat pouvant sembler étrange, mais qui va finalement permettre de mettre l’accent sur tous les messages que cherche à véhiculer cette épopée vidéoludique.

On devrait donc en avoir fini avec cet article sur nos chères chimères. Pourtant, c’est maintenant que les choses vont devenir intéressantes, car l’arrivée de Final Fantasy VII Remake va apporter des éléments supplémentaires qui vont totalement changer la donne. En plus de nous proposer d’obtenir ces matérias surpuissantes dans cette première partie alors qu’il était impossible d’en avoir dans le jeu d’origine avant d’avoir quitté Midgar, cette version va approfondir l’écriture autour d’elles.

Un ajout pour le lore

Lorsque l’on s’est lancé dans l’épopée Final Fantasy VII Remake, on ne s’attendait pas vraiment à ce que le traitement des chimères change vraiment par rapport au titre original. Cependant, cela nous a permis d’être agréablement surpris au moment de découvrir le fameux bestiaire de cet opus. Un ajout assez important pour ce qui est de la stratégie à adopter, mais qui s’avère aussi être une petite mine d’informations pour peu que l’on s’attarde sur les quelques phrases qui accompagnent chaque monstre. Dans cette réinterprétation de FFVII, on a toujours l’occasion de trouver des matérias d’invocations dans la nature ou bien dans l’histoire. En plus de cela, un PNJ répondant au nom de Chadley va aussi nous permettre d’en affronter pour pouvoir les débloquer. C’est alors suite à ces affrontements que l’on peut pleinement profiter de la courte description de ces espers qui viennent alors s’incruster dans la mythologie de Gaïa. En réalité, on se rend compte que ces créatures sont la représentation de certaines divinités propres au folklore de ce monde comme par exemple le Gros Chocobo qui est un symbole de fertilité et de bonnes récoltes ou bien Léviathan qui n’est autre que le gardien des océans et surtout le protecteur que vénère le Wutai.

On a beau ne jamais vraiment être en contact avec ces mythes et légendes, ils sont tout de même introduits de manière subtile au récit et permettent aux joueurs cherchant à en apprendre plus à satisfaire leur curiosité. Cela permet aussi d’avoir un autre regard sur cet univers qui est avant tout très industriel et qui va donc en totale opposition avec ce côté mystique. Une manière d’appuyer l’écart entre les changements apportés par le progrès amorcé par la Shinra et cet aspect surnaturel et fantastique propre à cette planète qui ne cesse de nous étonner. Il est vrai qu’il existe des monstres et autres créatures imaginaires, mais cela résulte presque plus d’une modification génétique ou bien de mutation due à l’industrialisation de Midgar. C’est bien la première fois que l’on entend presque parler d’êtres célestes ce qui donne donc une dimension tout à fait à part entière à cet environnement que l’on explore. On pourrait même imaginer que cela aurait un lien avec les Cetras qui étaient bien plus tournés vers la spiritualité qu’une quête de modernisation. Des petits détails semblant anodins, mais qui apportent énormément à cette expérience vidéoludique.

Ce Final Fantasy VII Remake est donc parvenu, en quelques instants, à placer les chimères à un tout autre niveau. Même si l’on est toujours dans cette vision de faire de ces monstres des armes redoutables, une profondeur insoupçonnée est venu s’ajouter à cela. Des bribes de souvenirs de ce monde qui nourrissent notre curiosité et surtout notre désir d’en apprendre bien plus sur tout ce qui constitue cet environnement. Ainsi, personne n’est oublié même lorsqu’il s’agit de chimères pouvant sembler anecdotiques.

Chimères-Shiva

La reine de glace dévoile son histoire.

Les chimères transmettent leur légende

Tout le secret concernant les invocations est l’un des grands atouts de la franchise. En plus de changer à chaque nouvelle épopée que l’on effectue, cela permet d’enrichir l’histoire qui nous entoure. Un point important pour l’immersion du joueur, mais qui au final n’était que peu, voir quasiment pas du tout, développé au sein de notre épopée. Après tout, il y avait pas mal de questions à se poser concernant l’origine de certaines de ces créatures telles que les deux évolutions de Bahamut. Un manque qui pouvait sembler peu crucial au vu de tout ce que pouvait offrir le jeu original. Malgré tout, on a toujours été habitué à ce que ces êtres fassent pleinement partie de notre épopée et à ce qu’ils ne cessent de prendre de l’importance. C’est ainsi que l’on est heureux de voir que dans ce remake, les choses changent un tant soit peu. Malgré que l’on n’est jamais vraiment impliqué dans le background de ces derniers, le simple fait de pouvoir en apprendre plus sur elles à travers le bestiaire et les éléments que l’on engrange à droite et à gauche enrichissent notre expérience vidéoludique. On se pose alors tout un tas de questions sur les origines de ces créatures.

En seulement quelques lignes, Final Fantasy VII Remake parvient à apporter un vent de fraîcheur autour des chimères de cette aventure. Comme dit lors de l’une de nos précédentes chroniques, c’est dans tous ces détails que l’on peut sublimer le plaisir ressenti en parcourant cette ville qui cache de nombreux secrets. Bien sûr, cela reste encore dans le cadre de la simple hypothèse et qu’il s’agit avant tout de descriptions, mais ces simples mots suffisent à nourrir notre imagination et surtout à nous faire rêver concernant le passé de ce monde et tout ce que ce conte peut nous exprimer comme récits annexes. Rien qu’avec ce que l’on a pu découvrir, cela permet d’envisager pas mal de possibilités concernant la culture des gens, le folklore de certaines régions, et même la construction et les changements apportés à certaines zones. Rien que la présentation de Shiva peut nous permettre d’avoir un regard inédit sur une partie de Gaïa et ainsi laisser notre esprit voyager à une toute autre époque bien mystérieuse. Un parfait exemple de ce que peut apporter des ingrédients annexes au plaisir que l’on peut vivre en se lançant dans un tel périple.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre propre analyse concernant l’utilisation des chimères dans ce remake. Quel est votre meilleur souvenir à travers ces créatures ? Pour vous, quelle est la meilleure utilisation de ces êtres ? Pensez-vous que l’on aura le droit à quelques surprises concernant ces dernières ? Selon vous, les autres espers seront-ils présents à l’avenir ? Quelles sont vos théories concernant le passé de ces invocations ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, débattre, discuter et réfléchir autour de ce sujet. 🙂

© Square Enix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *