Kingdom of Knowledge-Vol.-1

Kingdom of Knowledge tome 1 : la plus puissante des armes

On le sait bien maintenant, l’univers du manga est le terrain de jeu idéal pour laisser place à sa créativité. Des centaines d’oeuvres parvenant à aborder des thèmes d’une grande variété pour le plus grand plaisir des lecteurs. Ce qui est remarquable, c’est que l’on a constamment cette sensation de vivre des voyages uniques suite aux particularités de chaque titre. En parlant justement de spécificités, le titre que l’on va aborder aujourd’hui fut une immense claque au vu de ce qu’il souhaite mettre en avant. C’est donc au sein du catalogue de Kana que l’on va se rendre pour parler de Kingdom of Knowledge. Cette série, dont le premier tome est sorti il y a quelques jours, a su autant éveiller notre intérêt par son pitch de base que de nous conquérir une fois la lecture terminée. Utilisant de manière ingénieuse son sujet de base tout en mettant en scène un univers de dark-fantasy absolument grandiose, ce premier tome n’a eu de cesse de dévoiler ses atouts. Des premiers pas qui furent aussi choquants que marquants par bien des aspects. On espère donc que vous êtes prêt à découvrir un monde où le savoir est la plus précieuse des ressources.

Le plaisir d’apprendre

Kingdom of Knowledge - rêve

Le rêve d’un jeune homme.

Kingdom of Knowledge, imaginé par Serina Oda, nous plonge dans un monde de dark-fantasy qui fut autrefois en proie au chaos. En effet, l’Humanité ne pouvait faire face à la menace que représentaient les monstres qui pullulaient sur ces terres. Dévoré, tué et massacré par ces créatures, tout semblait indiquer le déclin de la civilisation humaine. Cependant, cette dernière finit par tomber sur d’étranges ouvrages dont le contenu semblait incompréhensible. Utilisant un langage inconnu, tous se demandaient ce qui pouvait bien se cacher au sein de ces pages. C’est finalement grâce à l’intervention des gnomes que la donne changea. En effet, ces êtres particuliers avaient la capacité de décoder et traduire ces inscriptions afin de révéler leur teneur. Au sein de ces livres se cachait une mine d’informations phénoménale concernant le développement et l’art militaire. Des témoignages d’une civilisation disparue où les héros se faisaient un nom sur le champ de bataille. C’est grâce aux connaissances tirées de ces oeuvres que le cours de la guerre put être renversé. Les années passèrent et les monstres furent éconduits du royaume pour permettre à ce dernier de retrouver la paix et grandir un peu plus chaque jour. L’alliance entre les hommes et les gnomes perdura pendant tout ce temps, les premiers promettant de veiller sur leurs amis pendant que ces derniers s’occupaient de traduire l’ensemble des ouvrages. Ainsi naquit l’Empire Ténéfania.

C’est en son sein que l’on fait la connaissance du jeune Fei. Ce gnome ne rêve que d’une chose, pouvoir parcourir le monde et ainsi quitter cette bibliothèque qui ressemble à une prison pour lui. Préférant nettement laisser son imagination faire le travail, il ne porte que très peu d’intérêt au devoir qui est le sien. Malgré tout, un accord qu’il va passer avec le patriarche de son peuple va lui donner une chance d’accomplir son but. Pour cela, il devra faire de son mieux pour aider à la traduction de l’intégralité des livres qui reposent sur ces étagères. Une tâche semblant pratiquement impossible, mais qui ne va pas décourager cet enfant. Bien déterminé à voir ce qui se cache derrière ces murs, il se lance à l’assaut de ces ouvrages précieux. Il aura fallu finalement plusieurs années pour que lui et ses camarades finissent par réaliser cet objectif. A présent, il va pouvoir voler de ses propres ailes au sein d’un environnement qui lui est totalement inconnu. Enfin ça, c’est ce qu’il espérait, mais le destin semble plus capricieux. Du jour au lendemain, son existence va se transformer en véritable cauchemar où le savoir amène le pouvoir qui entraîne des massacres pour finalement faire naître la vengeance. Fei va donc devoir faire étalage de tout son sens tactique afin de reprendre le contrôle sur sa vie et surtout de concrétiser son nouveau souhait. Un désir ayant vu le jour dans le sang et qui ne peut se régler que par celui-ci.

Rien que par son synopsis, Kingdom of Knowledge est parvenu à éveiller notre curiosité. Rien que le fait de se plonger dans une oeuvre jouant sur la dark-fantasy était déjà une invitation tentante pour nous, mais l’aventure en elle-même n’a fait que nous surprendre. Un périple qui va s’axer sur un élément pertinent et très peu utilisé à savoir les connaissances que l’on acquiert à travers les livres. Une mine d’informations qui va autant apporter de nombreuses innovations, mais aussi être le sujet d’une violente querelle. On est littéralement emporté par ce combat qui se joue avant tout avec la plus puissante des armes que le monde puisse connaître.

La connaissance au coeur des conflits

Rien que par son pitch de base, Kingdom of Knowledge pouvait prétendre à offrir une histoire intéressante. Ce premier volume va clairement frapper fort, et cela, en seulement quelques pages. Le fait de vouloir mettre en avant le savoir acquis dans les livres et surtout dans les événements ayant forgé l’Histoire est pertinente. Cela permet de mettre en avant un élément très important qui est la connaissance. C’est cette dernière qui va rythmer l’ensemble de cette lecture et ainsi donner naissance à une trame narrative tout bonnement excellente. Pour commencer, il est pertinent de voir que l’on a beau être dans un monde fantastique, les références utilisées pour agrémenter les ouvrages tant vénérés par les peuples de ces terres sont ancrés dans notre réalité. Ainsi, on peut voir défiler des noms comme Nobunaga Oda, Napoléon et bien d’autres et ainsi souligner l’aspect important de ce que ces individus ont pu apporter à tant de civilisations. Que cela soit en matière d’art de la guerre, d’économie, mais aussi de technologie, les livres nous sont présentés comme le remède permettant de guérir tous les maux. De simples pages qui s’avèrent être les plus grandes ressources dont la société humaine à besoin pour grandir et s’épanouir. L’accumulation de ces informations nous est donc montré autant comme une nécessité qu’un bienfait ayant permis l’union de deux peuples. C’est alors à ce moment que le mangaka va nous surprendre grandement de par l’intelligence de ses propos.

Il ne va pas falloir longtemps au récit pour basculer de la joie de se plonger dans un bon livre à un véritable massacre perpétré au nom de ces mêmes ouvrages. On va ainsi être propulsé dans l’autre facette de ce récit qui se veut bien plus violent et où les apparences sont trompeuses. Ce que l’on croyait être juste se transforme en une terrible vérité sur l’ensemble de ce monde. Le savoir censé apporter la paix et la quiétude se transforme en une arme effroyable utilisée dans l’unique but d’asservir les autres. Les deux faces d’une même pièce qui sont traitées avec un soin incroyable. Le changement entre ces deux parties est alors réalisée avec une violence extrême dans le but de justement appuyer l’utilisation malsaine qui peut être faite de cette ressource. On va alors porter un regard neuf autant sur cette dernière, mais surtout sur celui qui en profite. En effet, ce premier tome souhaite autant nous conter un récit sombre que de nous plonger dans ces ténèbres qui peuvent animer le coeur d’un homme. Ce n’est pas tant le savoir qui est condamnable ici, mais celui qui l’utilise à des fins funestes. Cette retranscription de la noirceur pouvant habiter chaque être humain est aussi habile que captivante étant donné le contexte de l’oeuvre. Un premier tome qui n’est pas seulement là pour nous plonger dans un simple récit de dark-fantasy, mais qui cherche aussi à nous faire réfléchir.

Kingdom of Knowledge fait preuve d’une très grande intelligence dans les propos qui sont tenus au sein de cette introduction. Un premier contact largement convaincant dont la violence de ce monde ne fait qu’appuyer les propos tenus par l’auteur. La connaissance amène autant l’évolution d’une société et de l’être humain que le désir de l’utiliser pour son profit. Une ressource universelle pour laquelle des peuples entiers sont prêts à se battre pour l’acquérir. Une thématique fascinante et utilisée de manière judicieuse afin de transcender ce conte où la fantaisie ne peut cacher l’obscurité qui ronge ces terres.

Kingdom of Knowledge écrit sa propre histoire

Kingdom of Knowledge - horreur

Un monde régi par la souffrance.

Kingdom of Knowledge est sûrement l’une des plus belles surprises de ce mois d’octobre. Un coup de coeur qui nous a largement convaincu par la thématique intéressante traitée et le potentiel qui se dégage de cette histoire. On est autant emporté par la pertinence des propos tenus que par la quête de Fei afin d’en finir avec ce monde corrompu. En tant que lecteur, il est facile de se perdre au sein de toutes les possibilités qu’offre ce premier acte fascinant. L’émotion est palpable et l’on parvient à partager la même rage qui anime notre jeune stratège. Il est d’ailleurs très ingénieux d’avoir réussi à intégrer des éléments propres à notre réalité au sein de cette fiction. Cela permet de vraiment appuyer cette volonté de montrer à quel point l’héritage de ses grands hommes peut avoir des répercussions incroyables sur toute une civilisation. Une manière intelligente d’utiliser la dark-fantasy qui va alors autant faire réfléchir le spectateur que le divertir grandement. Outre cela, l’aspect tactique de la licence permet aussi de proposer des confrontations ingénieuses où le savoir est la clé de la réussite. Une preuve que même quand tout semble être terminé, il suffit parfois d’avoir certaines connaissances pour élaborer un stratagème redoutable. Il va alors être intrigant de voir comment la géopolitique va rentrer en ligne de compte tandis que l’on pose les yeux sur ces contrées d’une immense richesse.

Vous l’aurez donc compris, on a grandement apprécié cette virée sur cette terre en proie à la violence et au chaos. Une première virée qui témoigne de la force de l’auteur pour écrire un récit grandiose et créatif. Rarement la notion de savoir aura été aussi bien appliquée dans un manga afin de donner naissance à une oeuvre envoûtante. Si vous aimez les sagas de dark-fantasy ou que vous souhaitez vivre une aventure où les informations sont plus redoutables que la plus tranchante des lames, alors vous devriez apprécier Kingdom of Knowledge. Une introduction posant des bases solides et tenant des propos solides autour de ce qui peut inciter l’être humain à vouloir s’emparer du pouvoir. On est sans cesse interpellé par les promesses qui sont faites au sein de ces cases et qui peuvent donner une aventure littéraire originale affichant une identité qui lui est propre. Bien entendu, qui dit premier tome dit aussi de nombreuses questions concernant l’avenir de notre héros. Est-il réellement possible de pouvoir lutter face à un adversaire aussi imposant ? La ruse sera-t-elle suffisante pour surmonter chaque obstacle ? Il faudra maintenant être patient pour savoir si oui ou non Fei accomplira son rêve ou s’il se fera engloutir par toute la haine pouvant animer le coeur d’un individu. Le savoir amène le pouvoir et celui-ci est capable de corrompre absolument tout.

N’hésitez pas à nous partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Kingdom of Knowledge. Avez-vous apprécié la manière dont le savoir est traité au sein de ces pages ? Trouvez-vous que la confrontation qui se joue dans cette saga est pertinente ? Appréciez-vous le fait que l’aspect dark-fantasy soit utilisé afin de nourrir le message traité ? Le personnage principal de ce récit a-t-il retenu votre attention ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet. 🙂

© 2018 Oda Serina, Shueisha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *