20th Century Boys-Vol.-2---Perfect-Edition

20th Century Boys tome 1 et 2 : un nouveau monde façonné par l’esprit d’un enfant

Il y a des titres qui résonnent dans l’esprit des lecteurs pendant de nombreuses années. Des mangas qui dépassent le cadre de la simple lecture de chevet pour devenir de grands monuments. Des voyages littéraires de qualité qui ont aussi la chance de pouvoir revenir sur le devant de la scène à travers certaines rééditions. C’est exactement le cas de la mythique série dont on va parler aujourd’hui qui revient dans une Perfect Edition somptueuse. On parle bien sûr de 20th Century Boys, édité chez Panini, dont les deux premiers volumes ont fait leur apparition dans toutes les librairies il y a peu. Si cela fait bien longtemps que l’on n’avait pas mis le nez dans cette licence, il aura suffi de quelques cases pour raviver de multiples souvenirs. Analyser une telle oeuvre est toujours fantastique étant donné qu’il y a énormément de matière à traiter. Il faut dire que l’émerveillement et surtout l’impact de ce récit est toujours intact et va même nous permettre de découvrir des éléments que l’on n’aurait pas forcément vu à l’époque. L’heure est donc venue de retrouver ces sauveurs de l’Humanité qui doivent faire face à une menace considérable.

Les souvenirs sont précieux

20th Century Boys - mystère

© 2000 Nagasaki Takashi / Urasawa Naoki, Shogakukan

20th Century Boys, imaginé par Naoki Urasawa, débute en 1997 alors que l’on fait la connaissance de Kenji. Ce jeune homme est un commerçant lambda s’occupant d’un conbini qui était autrefois le magasin familial. C’est une vie tout à fait banale où il doit constamment supporter les reproches de sa mère et s’occuper aussi de l’enfant de sa soeur qu’elle a laissé avant de disparaître. Mise à part ça, il aime passer du temps en compagnie de ses amis d’enfance et avec qui ils discutent de tout et de rien. Il est alors loin d’imaginer que son quotidien va être totalement bouleversé. En effet, la police va débarquer un beau jour chez lui afin de poser quelques questions concernant la disparition d’une famille qui s’avérait être un de ses clients. Ne sachant absolument pas de quoi il en retourne, les inspecteurs le laissent rapidement tranquille et Kenji va alors se rendre sur place par simple curiosité. C’est là qu’il va faire la découverte d’un étrange dessin qui semble lui rappeler quelque chose. Sa mémoire lui faisant défaut, il décide de ne pas y porter plus d’attention jusqu’à ce jour fatidique où Donkey, l’un de ses vieux camarades, va lui laisser un message énigmatique. Dans sa lettre, le jeune homme demande à son ami d’enfance s’il se rappelle de ce fameux symbole qui s’avère être le même qu’il a vu précédemment. Au vu de ces étranges coïncidences, le jeune commerçant va finalement décider de mener son enquête sur tout ça.

Fouillant alors le passé de Donkey, mais aussi ses propres souvenirs, Kenji va se rendre compte que tout cela semble liée à une période qui lui semblait révolu. Replongeant alors en 1969, il se revoit gamin entouré de sa bande de compagnons. A cette époque, rien ne semblait pouvoir entacher un quotidien jonché de rires, de rêves et de découvertes. Ils s’étaient même amuser à imaginer à quoi pourrait bien ressembler le futur et s’ils pourraient devenir de véritables héros aux yeux du monde. Sans se rendre compte du poids de chacun de ces mots, ces enfants venaient de déclencher une terrible catastrophe qui viendrait frapper l’humanité à la fin du XXe siècle. Un simple dessin peut alors devenir un signe de ralliement pour tout un groupe cherchant à accomplir une volonté supérieure. Kenji est loin de s’imaginer qu’il vient de débuter une très longue confrontation face à un ennemi qui semble bien le connaître et qui a pour but de remodeler cette société selon des prédictions bien précises. Le passé et le présent s’entremêlent alors pour permettre à ces gamins devenus grands de remonter la piste afin d’empêcher une terrible catastrophe. Tandis qu’ils avancent à tâtons vers une destination qui leur est inconnue, les questions fusent dans l’esprit de cet homme lambda et de ses connaissances. C’est à eux de parvenir à sauvegarder le monde d’une extinction certaine.

Si le récit de 20th Century Boys peut sembler bien étrange au départ, toute l’intrigue va rapidement éclater à nos yeux pour s’emparer de nous. On est alors emporté dans une spirale infernale où l’on est subjugué par cette quête de vérité et surtout par cette course contre la montre. Plus l’on avance dans l’histoire et plus on se rend compte à quel point l’auteur réussit habilement à combiner divers ingrédients efficaces pour donner une expérience unique en son genre. Ce manga va alors nous faire passer d’un genre à l’autre avec une facilité incroyable et ainsi sublimer une trame narrative déjà finement construite.

Une histoire jouant sur de nombreux tableaux

Comme on le sait si bien quand on se penche sur une oeuvre d’Urasawa, l’aventure qui nous attend n’a rien d’ordinaire. Si l’on est plongé dans un récit bien ancré dans la réalité, celui-ci ne va avoir de cesse de s’étoffer au fil des chapitres pour prendre une ampleur inimaginable. C’est justement cette faculté de l’auteur à passer d’un genre à l’autre sans dénaturer l’histoire qui est en train de s’écrire qui rend cette épopée aussi haletante. On n’a jamais la sensation de vivre la même chose au cours d’un même tome et c’est encore plus flagrant dans 20th Century Boys. En effet, cette lecture va déjà nous proposer de voyager constamment entre le passé et le présent tout en ayant un aperçu du futur qui attend nos camarades. Si la tension qui règne en 1997 est là pour nous intriguer et surtout nous donner envie d’en savoir plus sur les nombreux mystères qui se cachent derrière le fameux symbole, c’est un tout autre sentiment qui naît quand on débarque en 1969. Le fait de voir ces enfants jouer, rire et grandir va éveiller en nous une certaine nostalgie. Le thriller se transforme alors en une tranche de vie qui souhaite mettre en avant cette enfance que beaucoup ont connu. Une période de la vie où tout nous semblait possible et où les bêtises allaient de paire avec les amitiés que l’on forgeait. C’est là une des forces de la licence qui est autant de nous offrir une histoire pouvant sembler totalement irréel, mais qui se recoupe avec des éléments nous évoquant forcément des souvenirs.

Le fait ainsi de passer d’une année à l’autre est donc autant un moyen d’en apprendre plus sur chaque personnage que d’essayer de recoller les morceaux. Ce qui débutait comme une série énigmatique autour d’une étrange secte va rapidement se transformer en un thriller prenant pour finalement devenir une véritable course contre la montre. Le rythme ne va cesser de s’accélérer et il va alors être trop tard pour reculer. Le manga va avoir une telle emprise sur nous que l’on tourne inlassablement les pages pour dénicher le prochain indice permettant d’empêcher la catastrophe d’arriver. D’ailleurs, il y a même une petite notion d’effroi qui va se glisser dans certaines scènes et accroître encore plus cette tension qui pèse sur les épaules de nos héros. Des gens banals qui se retrouvent au coeur d’une histoire abracadabrante à leurs yeux. La curiosité va alors se mêler à une méfiance provenant de l’ambiance étouffante propre à cette lecture. En seulement deux volumes de cette Perfect Edition, on peut déjà observer des fondations fantastiques et un scénario qui évolue en permanence. Rien n’est laissé au hasard et chaque page devient alors un tableau dont on ne peut détacher le regard. Le lecteur est alors à l’affût de chaque petit détail afin de lever le voile sur la vérité, mais aussi d’être le témoin privilégié du récit de ces individus dont le passé refait surface.

Bien sûr, il y a une chose qui saute aux yeux lorsque l’on parle de 20th Century Boys. Il ne s’agit nul autre que de son scénario qui va n’avoir de cesse de se complexifier, mais sans pour autant perdre le lecteur. Une intrigue qui s’enrichit à chaque nouvelle découverte ou introduction de personnages afin d’élargir un puzzle déjà immense. Alors que le couperet se rapproche de nos héros, on ne peut s’empêcher d’être captivé par ce jeu de piste qui s’organise et qui va autant nous impliquer dans un présent sombre que nous propulser dans un passé innocent afin de préserver un futur incertain.

Un scénario haletant

20th Century Boys symbole

© 2000 Nagasaki Takashi / Urasawa Naoki, Shogakukan

Si l’on a évoqué précédemment la construction et la mise en scène de cette fiction, on tient maintenant à s’attarder sur le scénario en lui-même. Comme dit un peu plus haut, l’intrigue peut sembler surréaliste à la base, mais il va suffire de quelques minutes pour que l’on soit happé par cette dernière. A aucun moment il y a un élément qui va nous faire ressortir de la lecture tant l’ensemble est bien ficelé. Cela va d’abord s’exprimer par cette brume qui va entourer ce fameux Ami et ses fidèles dont on ne connaît pas vraiment le but. Même la découverte du célèbre dessin va juste éveiller un peu notre curiosité. Cependant, à l’image de Kenji, on va au final porter que peu d’attention à tout cela. On va d’abord s’axer sur ce quotidien classique qui rythme la vie de ce dernier. L’histoire va donc tout d’abord chercher à nous faire sympathiser avec les personnages, et même les premiers flash-backs ne vont pas avoir une connotation particulière pour nous. C’est juste un moyen permettant d’enrichir l’écriture de cette bande d’amis qui a toujours été soudée depuis l’enfance. On pourrait presque dire que c’est là tout le génie du scénario qui prend clairement son temps pour construire chaque facette de cette trame narrative. Chaque rebondissement est alors utilisé à la perfection pour autant surprendre Kenji que le lecteur qui est happé dans une spirale infernale où l’ignorance n’est plus possible.

Ainsi, on va commencer à aiguiser notre réflexion concernant les tenants et aboutissants de tout ce qui se passe. Chaque nouveau pas est fait de façon à nous donner des indices et le fait de voguer d’une époque à l’autre est le point culminant permettant d’entrevoir le dessein de l’ennemi. En tant que lecteur, on ne peut que s’extasier de voir à quel point rien n’est futile dans toute cette construction scénaristique. On est alors face à un récit qui va autant tirer sa richesse de ce face-à-face entre un groupe inquiétant et nos héros lambdas que dans le fait de rechercher la vérité. 20th Century Boys nous montre ici que le voyage est aussi important que la destination. Si l’on meurt d’envie de savoir la conclusion à tout cela ainsi que l’identité du mystérieux gourou, chaque découverte est déjà un formidable trésor. Les relations entre les différents membres de cette bande, ce qu’ils sont devenus, les épreuves qu’ils ont surmontées, les aléas du quotidien, tous ces éléments subliment l’oeuvre ainsi que son scénario. On est autant interpellé par le fil rouge que tout ce qui gravite autour. Une alchimie remarquable et qui fait que cette histoire retient l’attention du spectateur. Tel un arbre aux multiples branches, voici un scénario aux multiples ramifications qui apportent autant de joie que de tristesse pour ces individus qui cherchent juste à protéger ce qui leur est cher.

20th Century Boys est sans conteste une oeuvre majeure dans le paysage du manga. Rien que le fait d’étudier la construction de cette fiction est déjà palpitant. On ne cesse de s’émerveiller devant chaque case, mais aussi chaque émotion qui se dégage des protagonistes que l’on rencontre. Outre cela, c’est clairement dans sa manière de se jouer de nous que Urasawa frappe fort. On essaye tant bien que mal de comprendre tout ce qu’il se passe et de lever le voile sur cette mystérieuse organisation. C’est alors que l’on se rend compte qu’il nous manque des pièces et que le seul à pouvoir nous les donner n’est autre que l’auteur.

20th Century Boys n’a rien perdu de sa superbe

Est-ce que 20th Century Boys a clairement toujours autant d’impact aujourd’hui ? La réponse est un grand oui. En plus de nous être proposé dans une sublime Perfect Edition, ce récit n’a absolument rien perdu de sa superbe. On peut même dire qu’on l’a encore mieux apprécié au cours de cette lecture où l’on a clairement pris le temps de tout bien analyser. Ce qui est d’ailleurs remarquable, c’est que ces deux volumes ont beau être dense, on n’a pas vu le temps passer. Dès lors que l’on s’immerge dans cette intrigue finement écrite et captivante, on n’a plus envie d’en ressortir. Si le scénario marche toujours autant et nous prend aux tripes au fil des pages, le plus grand atout de cette saga repose sur ses personnages. Le fait d’être constamment transporté d’une époque à l’autre permet de souligner l’évolution de chacun entre leurs rêves d’enfance et la réalité de la vie d’adulte. Des individus ayant préféré se ranger et ainsi avoir une existence ordinaire quitte à ne plus avoir cette flamme qui peut animer le coeur d’un gamin. C’est finalement face à la terrible épreuve qui se dresse devant eux que chacun va prendre conscience de ce qu’il doit faire et l’on brise alors cette réalité pour entamer un chemin où l’imaginaire devient possible. Tout cela est ensuite implanté sur une fresque monumentale qui va autant être représentative de la société que nous proposer une histoire éblouissante.

Il est donc intéressant et surtout important de se pencher sur cette oeuvre que cela soit pour les connaisseurs de la licence que ceux découvrant ce titre. C’est à cela que sert ce genre d’édition qui, en plus de nous offrir un plus grand confort, permet surtout de remettre sur le devant de la scène des monuments du genre. On ne peut donc que recommander cette nouvelle version qui embellit déjà une fiction magistrale de la part d’un maître qui sait pertinemment comment nous tenir en haleine tout en proposant une richesse dans l’écriture que peu d’auteur savent faire. Il est très difficile de conseiller une lecture aussi forte à juste un type de lecteur. On est face à un récit qui peut autant parler au plus grand nombre qu’être apprécié par ceux qui souhaitent voir ce que l’univers du manga peut proposer comme histoire mémorable. En plus de cela, il y a suffisamment de matière pour que l’on puisse parfaitement cerner les enjeux propres à l’intrigue et être happé par ce qu’il pourrait se passer par la suite. On finit donc avec toutes ces innombrables questions qui nous trottent dans la tête à ce niveau de l’aventure. Quel est le véritable objectif de cet Ami ? Les prédictions vont-elles toutes se réaliser ? Existe-t-il vraiment un moyen de contrecarrer une organisation aussi puissante ? Quel va être le rôle à jouer pour Kenji et ses camarades ? Même si l’on sait ce qu’il se passe par la suite, on est très impatient de redécouvrir cela sous un format aussi impressionnant.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ces deux premiers volumes de 20th Century Boys. Pour ceux n’ayant pas connu la licence auparavant, avez-vous apprécié ce prélude ? Si vous êtes un fan de la saga, trouvez-vous que la magie opère toujours ? A votre avis, les messages mis sur la table par l’auteur sont-ils la force de ce récit ? Trouvez-vous que l’on a ici une construction parfaite d’un scénario et des acteurs jouant dans cette pièce ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette nouvelle édition ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet. 🙂

© 2000 Nagasaki Takashi / Urasawa Naoki, Shogakukan

2 Comments

  • Personnellement, je découvre avec cette nouvelle édition et je suis déjà conquis. Il faut dire que depuis que jai découvert Urasawa il y a un an et demi, j’en suis tombé amoureux et je nai jamais été déçu par une de ses series. Il a vraiment le feu sacré !

    Et tu décris très bien les éléments qui rendent ces premiers tomes aussi magnifiques, et qu’on pourrait entendre à la globalité du travail de l’auteur je pense.

    • EspritOtaku dit :

      Très heureux de savoir que tu découvres pour la première fois l’ensemble des oeuvres de cet auteur remarquable.
      Je te remercie pour le compliment et j’ai essayé au mieux de retranscrire tout ce qui fait la force de cette série ^^
      Tu as raison, il y a beaucoup de ressemblance ou en tout cas de sujets qui sont abordés dans la majorité de son répertoire 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *