Magic Knight Rayearth-Vol.-1---Édition-2020

Magic Knight Rayearth tome 1 : retour dans un monde enchanteur

Il est toujours intéressant de voir d’anciennes œuvres revenir sur le devant de la scène à travers de nouvelles éditions. Cela permet autant à la série d’être découverte par la génération actuelle de lecteurs que de nous permettre de poser un autre regard dessus. On peut donc entrevoir des éléments qui pouvaient nous échapper quand on était plus jeune. Vous l’aurez donc compris, aujourd’hui on va faire un petit voyage dans le temps grâce aux éditions Pika qui ont ramené une de leur licence au cœur de l’actualité. Il s’agit de Magic Knight Rayearth dont le premier volume de cette édition est sorti il y a quelques jours. Cela faisait très longtemps que l’on ne s’était pas replongé dans cette licence et cela fut donc avec une joie non dissimulée que l’on s’est jeté dessus. Si les souvenirs ont rapidement fait surface, notre vision du manga s’est grandement renforcée afin de mieux percevoir ce qui fait le charme de cette introduction. Une invitation à un voyage semblant gigantesque et qui va démontrer le savoir-faire de celles derrière ce récit. Il est donc grand temps de faire la connaissance de trois héroïnes ayant été choisies pour vivre un grand destin.

Trois élues

Magic Knight Rayearth - appel

Un appel à l’aide.

Magic Knight Rayearth, imaginé par CLAMP, nous plonge dans un Japon contemporain. On y fait la connaissance d’Hikaru, une jeune fille rêveuse qui passe le plus clair de son temps à avoir la tête ailleurs. Aimant tout particulièrement les animaux, elle arrive même à entretenir une sorte de lien avec eux. C’est au cours d’une sortie scolaire que cette dernière va faire la rencontre d’Umi et Fû, deux autres élèves dont les classes respectives semblent aussi avoir décidé de faire un petit voyage. Alors que tout se passe à merveille et que cette demoiselle semble attirée par tout ce qui l’entoure, un étrange phénomène va avoir lieu. Les trois jeunes filles vont voir le sol se dérober sous leur pied et avoir le sentiment de se faire engloutir par quelque chose. En ouvrant les yeux, elles se retrouvent en chute libre au sein d’un monde qui ne ressemble en rien à leur pays d’origine. Celui-ci s’avère porté le nom de Cefiro. Derrière son calme apparent, cet univers parallèle est en proie à un violent chaos qui pourrait bien le détruire à tout jamais. Cependant, notre trio est bien loin de comprendre la raison de leur apparition sur ces terres. Totalement désorientées et perdues, ces étudiantes vont alors découvrir que leur venue n’a pas été organisée par hasard. C’est une force bien supérieure qui a exigé leur apparition, et cela, peu importe qu’elles le veuillent ou non. Leur destin est de prendre les armes afin de sauver ces contrées du mal qui les ronge.

En effet, les psycho-monstres se font de plus en plus nombreux et provoquent de multiples dégâts. Les habitants vivent alors dans la crainte et la Princesse Emeraude, protectrice de Céfiro, a finalement été capturée. C’est avant d’être privée du moindre mouvement que cette dernière a prié pour que les trois “Magic Knights” puissent ramener la paix. Ils s’avèrent donc que ces grandes guerrières ne sont autre qu’Hikaru et ses deux compères. Ayant l’impression d’avoir pris un violent coup sur la tête, ces adolescentes vont rapidement comprendre qu’elles ne peuvent aller à l’encontre de cet avenir. Si elles souhaitent un jour retrouver leur foyer, il faudra absolument qu’elles parviennent à mettre un terme aux agissements du vil Zagato. C’est cet être de l’ombre qui a posé ses griffes sur ce monde pour en faire son royaume et s’est attaqué à la gardienne des lieux. Mais comment réussir à vaincre un tel adversaire pour de simples étudiantes ? Elles vont alors débuter un très long périple pour réveiller les combattantes qui sommeillent en chacune d’elles et découvrir, par la même occasion, les nombreux dangers qui les guettent. La menace a beau être bien présente, cette aventure pourrait bien aussi leur apporter bien plus qu’elles ne le pensent. Ainsi débute l’épopée de trois jeunes filles qui vont lutter pour un monde qui n’est pas le leur. Leur courage et leur détermination seront mis à rude épreuve tout au long de ce périple.

Quand on s’attarde en détail sur le synopsis de Magic Knight Rayearth, on peut pleinement ressentir cette aura propre aux œuvres de cette époque. C’est encore plus vrai dès lors que l’on met le nez dans cet ouvrage qui affiche rapidement cette patte graphique propre à CLAMP. Le dessin peut donner cette impression vieillotte, il n’en est pas moins efficace et va surtout permettre de souligner à merveille l’environnement surnaturel dans lequel on évolue. Au même titre que nos jeunes héroïnes, on se retrouve propulsé dans un monde dont on ignore tout, mais qui parvient rapidement à laisser son empreinte en nous.

Un univers onirique

Si l’on peut avoir la forte impression que Magic Knight Rayearth nous délivre une histoire classique, cela serait passé à côté de ce qui fait tout le charme de cette série. Tout d’abord, il est facile de s’identifier à nos trois magical girls qui ne sont que de simples humaines ayant été propulsées dans un monde dont elles ignorent tout. On va donc partager leur désir d’en apprendre plus, mais surtout leur envie de rentrer au Japon. Même si cet univers leur offre une chance de faire de grandes choses et d’acquérir des pouvoirs magiques, il est avant tout question ici de rentrer chez soi. Cela passe alors par une quête difficile et pouvant être très dangereuse pour nos nouvelles amies. Si la première partie du récit va surtout se concentrer à nous présenter les différents personnages ainsi que l’environnement dans lequel on évolue, c’est une fois que l’on a ces informations que l’on va entrevoir toute la force de ce premier volume. En effet, il ne faut pas longtemps pour que l’on soit subjugué par ce qui se dessine devant nous. CLAMP a toujours su magnifier leurs œuvres à travers une direction artistique soignée et presque onirique. C’est exactement le cas dans cette série qui nous transmet toute sa magie. On ne cesse de s’émerveiller en avançant sur ces terres où respire une fantasy parfaitement maîtrisée. Il y a un réel sentiment de découverte qui se fait entre le lecteur et ces quelques planches fourmillant de petits détails savoureux.

On va alors rapidement se prendre au jeu d’observer tous ces éléments qui permettent d’enrichir notre propre aventure. Au même titre qu’Hikaru et ses deux partenaires, l’objectif de rentrer va peu à peu s’estomper tandis que l’on comprend toutes les possibilités de ce monde parallèle. Qu’il s’agisse de la magie, des créatures ou même juste des paysages que l’on contemple, tout est là pour nous faire rêver. On a beau savoir et même être témoin du danger qui se dresse devant elles, cela n’entache en rien cette joie enfantine que l’on éprouve à chaque pas. D’ailleurs, le comportement de nos trois compagnons de route va aussi grandement contribuer à ce sentiment de plaisir qui nous envahit. En effet, elles ont beau être perdues par rapport à tout ce qui les entoure, cela ne les empêche pas de garder une bonne humeur communicative. Elles se prennent rapidement au jeu et c’est ainsi que l’on va en apprendre le plus sur elles, mais aussi avoir une profonde sympathie à leur égard. On a beau ne pas vivre encore les grands moments de cette épopée étant donné qu’il ne s’agit ici que de l’introduction, cela n’empêche nullement le manga de parvenir à nous immerger totalement dans ce conte. A travers son univers très rpg, ce récit va amener une toute autre manière de mettre en scène des magical girls afin que cela donne naissance à une fresque imposante. Un premier contact qui se veut avant tout visuel et qui va nous donner envie d’explorer chaque recoin de ces vastes étendues.

On peut avoir l’impression que ce premier contact n’apporte pas grand-chose par rapport aux œuvres que l’on peut lire de nos jours. Malgré tout, on ne peut renier une chose essentielle à Magic Knight Rayearth. Il s’agit de sa faculté à nous emporter totalement dans cette épopée naissante. En seulement quelques secondes, le lecteur que l’on est a vraiment l’impression de faire partie d’un périple grandiose. Le simple fait de poser les yeux sur ces vastes étendues qui nous sont inconnues nous fait retrouver ce goût de l’aventure qui est si chère à notre cœur. Un élément crucial qui va être au centre de cette introduction efficace et magique.

Magic Knight Rayearth ravive nos souvenirs

Magic Knight Rayearth - élues

Nos trois élues.

Comme on a pu le dire en tout début de chronique, cela faisait extrêmement longtemps que l’on ne s’était pas plongé dans Magic Knight Rayearth. Cette nouvelle édition aura donc été une aubaine pour nous afin de redécouvrir les prémices de ce voyage hors du commun. Si la narration et l’histoire sont classiques pour les standards actuels, cela ne veut absolument pas dire que le spectacle n’est pas à la hauteur. Bien au contraire, c’est justement par sa maîtrise de ces codes et surtout par le contact qui s’effectue entre nous et ce monde inédit que CLAMP parvient totalement à nous séduire. Le plaisir est bien présent dès lors que l’on retrouve le style graphique si spécifique et sublime de ces autrices et surtout des éléments qui nous rappellent tant de souvenirs. Bien évidemment, on est avant tout ici dans une phase de construction, mais celle-ci parvient à établir des fondations solides et surtout à susciter l’envie du lecteur d’en savoir plus sur toute cette histoire. Ajoutons à cela un trio attachant et qui nous fait bien rire et l’on a un premier acte qui répond à toutes nos attentes. En plus, cette édition nous offre aussi des illustrations inédites venant enrichir cette expérience et surtout ajouter un peu plus de magie à une épopée qui nous donne l’impression de rêver. L’immersion est alors totale et on se surprend à avoir un regard d’enfant à chaque fois que l’on pose les yeux sur ces dessins qui transmettent de fortes émotions.

Faire revenir Magic Knight Rayearth est une excellente chose étant donné le divertissement qu’il offre. En plus d’être une œuvre captivante, elle accomplit aussi ce que tout bon manga doit faire à savoir nous permettre de nous évader. Pendant quelques minutes, on a l’impression d’être dans Céfiro et l’on s’amuse alors à imaginer ce que pourrait donner cette épopée si on était à la place de nos trois magical girls. C’est pour cela que l’on recommande chaudement cette série. Si vous êtes fans de la saga ou que vous ne la connaissez pas encore, il y a suffisamment d’atouts dans cette première lecture pour capter votre attention. Une licence qui, à l’image de la plupart des autres mangas de CLAMP, parvient à nous donner une virée inoubliable à travers une ambiance féérique. Une petite douceur qui nous fait oublier tout ce qui nous entoure et stimule notre imaginaire. Bien sûr, on ne peut quitter un premier tome sans évoquer les multiples questions qui nous taraudent. Est-ce qu’il y a une chance pour que nos trois amies puissent rentrer chez elles ? Sont-elles prêtes à faire face aux ennemis qui les attendent ? Le courage sera-t-il suffisant pour éradiquer le mal de ce monde ? Quelles sont les prochaines rencontres que fera ce trio ? Il va maintenant falloir attendre afin de pouvoir se replonger dans la suite de cette saga.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce premier volume de Magic Knight Rayearth. Avez-vous apprécié retrouver cet univers fascinant ainsi que notre trio ? Pour ceux qui ne connaissaient pas la saga, ce premier pas vous a-t-il convaincu ? Est-ce que la direction artistique ainsi que la construction du scénario ont su vous envoûter ? Quel est votre personnage favori parmi cette équipe que l’on voit se constituer ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet et vibrer un peu en repensant à ces anciens souvenirs 🙂

© 1994 CLAMP, Kodansha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.