Crash Bandicoot

Le temps d’un souvenir : la saga Crash Bandicoot

Et voilà une toute nouvelle chronique qui fait son apparition sur le site. On a toujours voulu parler gaming, mais il est parfois compliqué en matière de temps de pouvoir forcément traiter de ce milieu. On s’est donc dit qu’il serait intéressant de prendre le sujet sous un autre angle et c’est là qu’est venu l’idée de cet article. En effet, le parcours d’un joueur est jonché d’aventures plus ou moins palpitantes qui ont forgé son expérience. On a donc voulu mettre en lumière ces souvenirs qui ont nourri notre passion du jeu vidéo et ainsi raviver cette flamme que l’on a toujours eu pour certains titres. De plus, on ne sera pas seul pour cela, car on invitera régulièrement une personne à partager ses instants qui l’ont marqué autour d’une saga ou d’un titre spécifique. Aujourd’hui, c’est L’Apprenti Otaku qui sera de la partie et on s’est penché sur une licence qui nous tient à cœur et qui a bercé une bonne partie de notre vie de joueur. On parle bien sûr de la saga Crash Bandicoot et plus particulièrement des quatre épisodes principaux. Avec l’arrivée du dernier opus en date, on fut obligé de se remémorer ces parties endiablées où avancer était un challenge, mais où l’on avait des étoiles pleins les yeux en participant aux péripéties de notre marsupial favori. L’heure est donc venue de se poser tranquillement et de laisser le flot de souvenirs nous guider.

La naissance d’une mascotte

Nous concernant, on tient d’abord à dire que le premier épisode de Crash Bandicoot n’est pas celui par lequel on a commencé. En effet, c’est le deuxième opus qui fut notre porte d’entrée dans la saga. C’est ensuite que l’on s’est penché sur le prélude de notre marsupial favori. S’il n’y avait pas certaines spécificités propres à ses successeurs, il est celui qui a préparé le terrain. Ce que l’on se rappelle surtout de notre contact avec Crash et son premier combat contre Cortex, c’est surtout cet univers coloré. On s’est retrouvé projeté dans les prémices de ce monde loufoque qui nous a tant fait vibrer. Même si l’histoire peut paraître secondaire, on a grandement apprécié voir les raisons qui ont poussé à se battre face aux attaques du savant fou. Il est d’ailleurs très intéressant de voir que l’un des autres aspects que l’on a le plus retenu de cette première escapade fut sa difficulté. En effet, après avoir joué au second épisode, le fait de revenir en arrière nous a marqué car on sentait que cela n’était que les prémices d’un gameplay qui allait évoluer dans le temps. Le nombre de morts de ce pauvre Crash fut donc mirobolant une fois que l’on a mis les mains sur cette manette. Un combo amusement et challenge qui était loin de nous déplaire étant donné l’insistance que l’on avait plus jeune. Cela permettait de ressentir pleinement ce bonheur d’avoir franchi un niveau semblant impossible à passer.

Un autre point qui avait aussi grandement retenu notre attention était cette comparaison que l’on pouvait faire avec les jeux Mario dans sa construction narrative. En effet, ce premier titre était avant tout un jeu de plateforme où notre héros devait sauver sa petite amie Tawna des griffes d’un terrible méchant et cela se finissait dans le château de ce dernier. Une remarque qui s’est peu à peu effacée avec l’évolution de la saga qui a fini par prendre ses marques et ainsi se dissocier totalement des autres jeux du genre. Un autre souvenir qui est propre à l’ensemble de cette saga est son dynamisme. Là où souvent on prend le temps d’avancer lentement pour ne rien louper, Crash Bandicoot poussait souvent le joueur a accéléré afin d’accentuer la difficulté, mais aussi d’avoir cette sensation d’être constamment dans l’action. A aucun moment on ne sentait vraiment passif mise à part dans les premiers niveaux qui nous servaient de terrain d’essai. On se souviendra alors de ce premier jeu comme d’un point de départ qui va lancer une course effrénée pour ce héros de notre jeunesse nous conduisant vers un formidable horizon.

crash bandicoot-1

Une seconde virée plus dense

Voilà véritablement celui par qui tout à commencé pour nous. On se rappelle encore aujourd’hui de ces vacances au ski où l’hôtel possédait une salle de jeux avec trois bornes. D’un côté, on avait Bloody Roar, de l’autre Rival Schools et pour finir Crash Bandicoot 2. C’est donc avec nos yeux d’enfants que l’on s’est penché sur ce titre qui nous a tout de suite séduit. On a encore en mémoire la musique de ces niveaux, la danse de notre héros, la collecte des cristaux et bien sûr l’ambiance qui se dégageait de ce titre. On prenait d’ailleurs un malin plaisir à juste se balader dans le hub du jeu où l’on était totalement perdu concernant le bon choix à faire pour débuter. Les nombreux pièges avaient beau nous frustrer par moments, on finissait toujours par y revenir pour finalement réussir à surpasser ces épreuves. Un jeu qui a contribué à façonner cette détermination de vouloir aller toujours plus loin. Si le scénario avec les masques était plaisant pour le gamin qu’on était, c’est surtout dans l’amusement immédiat que l’on ressentait que ce second opus nous a marqué. Peaufinant un gameplay déjà réussi, on finissait par avoir même quelques techniques spécifiques pour surpasser certains obstacles qui nous faisaient voir rouge. Mais ce deuxième titre va surtout nous marquer par rapport à trois points bien précis qui ont permis de construire notre amour de la saga. Des éléments qui vont perdurer par la suite et nous accompagner dans notre découverte du monde vidéoludique.

La première chose vient des petits ajouts que l’on pouvait avoir et qui venait briser le classique jeu de plateformes. On parle bien sûr des petites phases en jetboard ou bien le fameux ourson sur lequel on dévale les pentes enneigées. Pareil pour les phases où l’on était poursuivi par un ours blanc géant ou une immense boule nous donnant l’impression d’être Indiana Jones. Cela rendait le jeu encore plus palpitant et stressant. Une excitation qui s’emparait de nous et réveillait des réflexes que l’on n’aurait jamais imaginé avoir. Pour nous qui découvrons le jeu sur le moment, tout cela était grisant et fabuleux. Un plaisir immédiat qui était parfait pour éveiller notre intérêt pour l’univers vidéoludique. D’ailleurs, on tient aussi à dire que l’on a fait des cauchemars avec ces plantes carnivores dans les niveaux de la jungle ! Un véritable enfer, mais qui a façonné ses merveilleux souvenirs que l’on a aujourd’hui. L’autre grand point qui nous a marqué vient de ces combats de boss qui étaient aussi originaux que fascinants. Des adversaires qui venaient s’incruster parfaitement dans cet univers un peu fou et que l’on a appris a aimé. Des opposants qui vont alors nous accompagner par la suite et enrichir cette aventure qui faisait vibrer notre âme d’enfant.

Crash Bandicoot 2

Un troisième épisode fabuleux

Après avoir passé des heures et des heures sur le second épisode et avoir transformé cette expérience dans cette salle de jeu en rendez-vous incontournable à la maison, la découverte de la suite fut une véritable claque. Si l’on a beaucoup moins souffert au cours de cette épopée, la véritable magie de cette troisième virée fut dans sa diversité. En effet, le simple fait d’impliquer Coco en tant que personnage jouable apportait un immense plaisir. Même s’il n’y avait pas vraiment de différences entre les deux personnages, on avait cette sensation de redécouvrir une autre manière de jouer. En plus de ça, on se rappellera toujours des phases en avion, en moto, les combats de boss et tout ce qui venait pimenter ce périple. Si tout cela a servi à embellir cette plongée, le véritable souvenir que l’on a concerne la construction des niveaux en eux-mêmes. En prenant le parti-pris pris de nous faire voyager dans le temps, on avait vraiment l’impression de voyager dans toutes ces époques à la sauce Crash Bandicoot. Qui ne se souvient pas de la course endiablée de Coco sur un tigre le long de la Muraille de Chine ou bien de notre traversée dans un monde médiéval peuplé d’ogres nous propulsant contre l’écran ?

Tout cela était des petits ajouts permettant d’enchanter encore un peu plus notre long parcours. Un autre point que l’on se remémore avec joie est cette volonté de la part des développeurs de proposer un univers déjanté, mais possédant une histoire s’enrichissant constamment. De ce fait, l’apparition de nouveaux ennemis était aussi un moyen d’étendre nos connaissances sur cette saga qui semblait sans limite. Le scénario avait beau toujours être de mettre une raclée à Cortex et ses acolytes, on prenait de plus en plus de plaisir à voir tout ce qui gravitait autour d’eux. Ce troisième épisode était la preuve vivante qu’une licence vidéoludique peut sans cesse évoluer, progresser et s’améliorer tout en conservant ce qui faisait son âme. Un autre souvenir qui reste profondément ancré en nous concerne ces courses contre la montre pour avoir ces reliques qui devenaient une horreur à nos yeux tellement on galérait. A cela venaient aussi s’ajouter les compétences particulières qui venaient renforcer ce divertissement. Quel plaisir c’était d’éradiquer tous les ennemis grâce au bazooka à fruits Wumpa ! Une trilogie qui se terminait de manière fabuleuse et qui nous donnera l’envie de prolonger l’expérience. Un souhait qui sera exaucé bien des années plus tard.

Crash Bandicoot 3

Le grand retour de Crash Bandicoot

Le fait d’avoir des souvenirs ne signifie pas forcément que cela concerne uniquement les œuvres ayant vu le jour il y a bien des années. En effet, Crash Bandicoot 4 a beau être récent, il a déjà su nous offrir des moments magiques qui vont nourrir toute cette expérience que l’on a autour de cette franchise. Il faut dire qu’après tant de temps, on avait enfin l’épisode que l’on attendait. La nostalgie a donc joué grandement, et cela, dès les premières minutes. Rien que les petits clins d’œil aux précédents opus nous ont ramené en enfance. C’est là toute la force de cet épisode qui ne se prend pas la tête et cherche juste à raviver cette joie que l’on avait en découvrant la saga. Bien sûr, la difficulté qui a tant fait parler d’elle pour cet opus fut un choc, mais aussi un immense plaisir. On avait vraiment le sentiment de renouer avec ce qui faisait la force de cette licence mêlant à la fois efforts et découverte d’un univers loufoque. Un parfait équilibre porté par quelques nouveautés bienvenues qui ajoutent encore plus de challenge. Ce quatrième opus n’est pas celui qui va chercher à renouveler la série, mais plutôt à nous ramener sur ces terres magiques. Un peu de nouveauté servant à nous rappeler que Crash ne nous a jamais quitté.

Les années ont beau avoir passé, le simple fait de retrouver tous ces personnages nous a donné cette sensation que tout cela n’était qu’hier. A chaque niveau que l’on franchissait, on se revoyait dans cette salle de jeu à s’émerveiller devant un titre qui n’était qu’un jeu de plateforme ayant su donner naissance à une icône. On a beau galéré et se rendre compte que les réflexes sont un peu émoussés, le plaisir de finir un niveau et de revoir les facéties de notre héros et de ses amis n’a pas de prix. Une saga qui reste à jamais gravée dans notre cœur et qui a cette faculté de réveiller l’enfant que l’on était. Les nombreuses morts de chaque niveau se transforment alors en des pétales de souvenirs qui virevoltent dans notre esprit. Un beau jour, on mettra de nouveau la main sur l’un de ces éclats et on se rappellera avec un grand sourire de cette aventure vidéoludique qui transcende les générations. On laisse maintenant la parole à notre camarade blogueur L’Apprenti Otaku pour qu’il nous évoque à son tour ce que lui évoque Crash Bandicoot.

Témoignage de L’Apprenti Otaku

Crash Bandicoot Papu PauLa saga Crash Bandicoot me ramène à une époque particulière en terme de jeu vidéo, où les gros titres étaient plus modestes que maintenant dans leurs ambitions, souvent plus hauts en couleurs aussi. Je me souviens de mon premier contact avec cette série, qui a eu lieu grâce au fameux CD de démo qui étaient fournis avec la Playstation. Le contenu de ce CD dépendait de la période à laquelle on avait acheté la console, mais pour ma part, je me souviens qu’il y avait Tekken 2 et Crash Bandicoot dessus, entre autres.

Or, mon premier contact avec la Playstation avait eu lieu chez ma grand-mère, où mon oncle avait la console avec Resident Evil. Pour un enfant qui chez lui jouait à Marsupilami sur MegaDrive, ce jeu et sa 3D était hypnotique ! Mais ma grand-mère n’appréciait pas trop de voir ses petits enfants jouer à ce jeu (ce que je peux comprendre maintenant, surtout que je n’en menais pas large quand je jouais à Resident Evil à l’époque), du coup, nous voyant faire la démo de Crash Bandicoot en boucle qui était bien plus “enfants friendly”, elle a décidé de nous l’acheter pour que l’on puisse jouer à un jeu adapté.

Pour mes frères et moi, c’était le rêve… Et aussi pour nos oncles au final qui ont passé pas mal de temps dessus aussi. À vrai dire, j’ai beau avoir passé énormément de temps sur le premier à l’époque (ne serait-ce parce qu’il était beaucoup plus dur que les deux suivants), j’ai moins de souvenirs nostalgiques dessus. Je me souviens surtout de passages du jeu qui m’avaient marqué, notamment parce que j’avais mon humour d’enfant. Voir la raie des fesses de Papu Papu, le premier boss du jeu, me faisait beaucoup rire, tout comme les cris du sanglier dans le niveau où on le chevauche. Et également, les cris de douleur en fin de jeu lorsqu’on tue les scientifiques fous… Encore aujourd’hui ça me fait rire !

Et suite à ça, comme beaucoup, j’étais devenu mordu de Crash. J’ai donc fort logiquement enchainé avec le 2 et ensuite le 3. Ils témoignent d’une époque bien différente dans le jeu vidéo, où on pouvait avoir plein d’épisodes d’une même franchise qui s’enchainaient sans que l’on trouvait à y redire (car en plus de la trilogie, Naughty Dog a fait ensuite Crash Team Racing, ainsi que Crash Bash sur Playstation avant de céder la licence). Il suffisait de proposer un ou deux ajouts ici et là, et tout le monde était content. C’était une époque où on avait une vision plus simple des choses je pense, et où on se prenait moins la tête sur la nécessité de toujours renouveler ses séries. Sur ce point, cette simplicité me manque un peu, je dois l’avouer.

Quoi qu’il en soit, j’ai le sentiment que Crash Bandicoot fait partie de ces séries qui m’ont accompagné, et qui ont un côté générationnel. Peu de temps après avoir emménagé avec ma femme par exemple, nous avons acheté les Crash Bandicoot en dématérialisé sur PS3 pour les refaire ensemble (chose qu’on a fait plusieurs fois). Et quand la N’Sane Trilogy a été annoncée sur PS4, on s’est évidemment jeté dessus pour les refaire encore et toujours.

De même, on a tout de suite acheté Crash Team Racing lorsque le jeu est sorti. Petite anecdote à ce sujet : ma femme ne travaillait pas le jour où on l’a reçu, et elle m’a donc envoyé un sms lorsqu’il est arrivé pour me dire qu’elle jouait un peu. Et en fin d’après midi, elle m’en renvoie un pour me dire “c’est bon, j’ai fini le mode solo !”. Car c’est aussi ça finalement, les jeux d’une autre époque. Le fait de passer une journée dessus pour les faire d’une traite.

Ce qui nous amène au final à Crash Bandicoot 4, sorti récemment… Et que l’on fait une nouvelle fois en couple avec ma femme. Pouvoir faire un jeu avec une autre personne est toujours quelque chose de particulier d’ailleurs, puisqu’on se crée des souvenirs à la fois par rapport au jeu, mais aussi par rapport à l’expérience que l’on a en duo.

4

Pour cet épisode, je garderai surtout le souvenir des parties le soir, une fois bébé couché, où on galère comme des fous à mourir jusqu’à 70 fois dans un même niveau (évidemment, on a joué en mode “moderne” où on a pas de compteur de vies, sinon on se serait pendus). D’ailleurs c’est le point noir du jeu pour nous, sa difficulté. On a trouvé toutes les petites idées ajoutées à la formule d’origine bienvenues, et parfaitement exploitées (notamment les masques aux pouvoirs spécifiques), mais tout est tellement dur, et ce dès le début, que la frustration a beaucoup été au rendez-vous.

Mais finalement, on se demande si c’est vraiment plus dur ou si c’est juste nous qui avons vieilli… Ce qui est un peu une des thématiques que le jeu Uncharted 4 (de Naughty Dog) fait passer… en faisant jouer ses personnages à Crash Bandicoot ! Comme une façon de boucler la boucle, et de mettre en scène au sein de leur autre saga culte l’attachement à ce personnage et cette série. Et ça, c’est beau !

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre expérience ainsi que vos souvenirs concernant cette licence. Qu’avez-vous aimé ou détesté dans cette saga ? Quel est le niveau qui vous a le plus fait souffrir ?  Qui est votre personnage préféré au sein de cette galerie déjantée ? Qu’aimeriez-vous avoir comme nouveauté pour un potentiel nouvel opus ? Quelle est votre meilleure prouesse sur l’un des jeux ? Avez-vous déjà pu finir entièrement un des épisodes ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet qui nous tient à cœur. Merci encore à L’Apprenti Otaku pour avoir aussi partagé ses anecdotes sur cette série ! 🙂

2 Comments

  • Nana Coubo dit :

    En lisant votre expérience sur la saga, je me voyais entre l’âge de 9 ans et 12 ans environ et en train d’y jouer. Tout ce qui a été cité dans Crash, c’est exactement ce qui m’a plus marquée. J’ai également commencé par le 3e je crois avec la démo qui était fournie avec la console (mon frère a eu la console pour ses 7 ans) et bien évidemment, j’ai kiffé en même temps que Spyro (pour qui j’ai un petit faible depuis mon enfance ♥) et autres jeux. Nous avons eu le 2e en jeu. Alors le fait de pas avoir toutes les boites, ça nous a pas mal ragé aha !

    En fait, c’est surtout grâce aux démo qu’on a découvert tout les jeux de la licence Crash sur PS1. Crash Team Racing était LA démo de la licence sur laquelle j’ai passé le plus de temps. C’était tellement addictif et quand j’ai su qu’il avait ressorti le jeu sur PS4, j’ai été aux anges (bien que… je n’ai toujours pas acheté le jeu… pour ma défense, j’ai trop de jeu à jouer à acheter en plus des livres etc.mdr).
    J’ai été très contente de savoir que le 4e sortait. Le trailer m’a grave donné envie de le prendre et comme ça été dit dans un des streams, ça fait du bien d’avoir un jeu sur PS4 avec un peu plus de couleurs car aujourd’hui, c’est trop axé sur le “dark”. A l’époque de la PS1, c’était très nuancé.

    • EspritOtaku dit :

      Merci beaucoup pour ton commentaire Nana Coubo et cela fait plaisir de te voir partager ces petites anecdotes ^^
      L’époque des démos était géniale, car cela permettait d’avoir un aperçu de ces titres magiques tout en passant énormément de temps sur des niveaux qui se répétaient, mais qui nous faisait rêver.
      Je suis tout à fait d’accord avec toi concernant justement le côté “dark” des jeux du moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *