CARNET-DE-VOYAGE-OTAKU-ki-oon

Carnet de voyage d’un otaku spécial Ki-oon chapitre 4

Il n’y a pas à dire, depuis le début d’année on a le droit à une myriade de titres provenant de tous les éditeurs. Si l’on peut rapidement se perdre parmi toutes ces sorties, nouvelles licences et lectures à découvrir, cela permet aussi de vivre une telle diversité d’expériences littéraires. C’est pour cela qu’aujourd’hui, on a décidé d’écrire un nouveau chapitre de notre carnet de voyage qui sera centré, une fois de plus, sur les différentes sagas parues il y a peu chez Ki-oon. Au programme, pas moins de cinq titres qui nous ont fait vibrer et immerger pleinement dans toutes ces aventures uniques et fantastiques. Entre relations problématiques, la quête d’une vie tout à fait normale, des combats époustouflants, une nouvelle partie de grande envergure et une virée instructive, il y a largement eu de quoi faire. C’est en nous attardant sur toutes ces oeuvres que l’on se rend compte à quel point le monde du manga peut nous faire vivre une infinité d’expériences et ainsi montrer toute la créativité et le talent des gens se trouvant derrière ces dessins. Un long et fabuleux périple nous attend et on espère que vous êtes prêts pour ces cinq escales dans des univers ayant leur propre charme. On est donc reparti pour faire le point sur ces séries.

Les liens du sang tome 8

Les liens du sang, imaginé par Oshimi Shuzo, s’était arrêté à un moment particulièrement fort. Alors que Shigeru venait tout juste de sortir de l’hôpital, Seiko et son fils décident de lui rendre visite. Le garçon a beau être toujours amorphe, il fut décidé qu’il pourrait mieux se rétablir en restant chez lui auprès de sa famille. Seiichi ne peut regarder son cousin sans se remémorer le souvenir de cet instant où tout a basculé. C’est suite à son “accident” que tout s’enchaîna très vite pour lui et que les ennuis débutèrent. Tandis que sa mère et sa tante s’affairent dans la cuisine, le jeune garçon se retrouve seul face à cette victime ayant subi tout ça par leur faute. Le silence se fait alors pesant dans cette pièce, mais très vite Shigeru va commencer à montrer des signes de nervosité. C’est finalement une chute sur le parquet du salon qui va être l’élément déclencheur ravivant tous les souvenirs de cet adolescent blessé. La chute lui revient alors à l’esprit et son visage récemment si inexpressif se transforme en un faciès de terreur. Craignant à nouveau pour sa vie, il se met alors à dénoncer le coupable du doigt. Même ses tremblements ne permettent d’avoir aucun doute sur la personne indiquée. C’est donc l’incompréhension totale qui s’empare des membres de la famille qui ont du mal à accepter cette triste réalité. Face à cette situation effroyable, Seiichi décide de prendre les devants et de protéger sa mère des accusations faites à son encontre. L’emprise qu’elle a sur lui se fait de plus en plus présente et il est prêt à tout perdre si cela lui permet de rester plus longtemps en compagnie de sa génitrice. Cependant, la vie ne sera plus jamais comme avant au vu de cet événement qui va tout balayer sur son passage. Le monde de cet adolescent s’écroule et tout se retrouve difforme dans son esprit qui ne voit plus que Seiko et rien d’autre.

Les liens du sang a toujours su démontrer son côté magistral par l’écriture de ce lien malsain qui unit cette mère et son fils. Une œuvre avant tout contemplative et qui parvient à faire véhiculer un maximum d’émotions sans même dire le moindre mot. Ce nouveau volume va chambouler pas mal de choses dans le quotidien de cette famille suite à la révélation qui fut faite précédemment. Cette lecture va alors être l’occasion de montrer toute l’étendue de cette relation toxique qui va autant jouer sur le caractère de Seiko que sur le quotidien de Seiichi. On croit bien que c’est au moment d’assister à une scène bien particulière de ce tome que l’on se rend compte à quel point le monde de ce jeune garçon se retrouve déformé. La solitude est maintenant tout ce qui l’entoure et son seul contact humain réside en sa génitrice qui n’a d’yeux que pour son enfant. Par les expressions du visage de chacun, la volonté de cet adolescent de protéger à tout prix sa mère et aussi par les agissements de la plupart des personnages, tout est pensé pour que l’on ressente un profond malaise en assistant à ça. On a beau savoir que le couperet va tomber, on se demande bien jusqu’où ce tandem va bien pouvoir s’enfoncer dans l’espoir de passer juste quelques instants de plus ensemble. Tout le talent du mangaka s’exprime au sein de ces quelques cases qui nous font ressentir une palette d’émotions incroyable. Il n’y a pas un seul instant où l’on ne ressent pas notre coeur se serrer au vu de l’obscurité qui entoure cette famille. Le sourire qu’affiche Seiichi n’a plus rien de joyeux. Un visage qui présente à quel point il a sombré en compagnie de cette femme qui l’a couvée et qui semble encore lui cacher bien des choses. Tout simplement une lecture magistrale.

CHI NO WADACHI ©2017 Shuzo OSHIMI / SHOGAKUKAN

Darwin’s Game tome 21

Darwin’s Game, imaginé par FLIPFLOPs, s’était arrêté alors que Kaname et ses comparses s’étaient retrouvés embarqués dans l’autre ligne temporelle. Cet univers parallèle, où le Japon semblait avoir été figé il y a cent ans, s’était transformé en nouveau foyer pour eux. Plutôt bien accueillis par les habitants de ce monde malgré leur statut de prisonnier, la plupart des joueurs avaient le droit à un traitement de faveur. Cette nouvelle vie n’était pas pour déplaire à certains qui préféraient nettement vivre sur ces terres que de retourner chez eux pour devoir se battre à nouveau. Cependant, le chef des Sunset Ravens et certains participants étaient déterminés à retrouver les leurs. C’est finalement en parvenant à convaincre le maître du jeu de cette dimension qu’ils purent obtenir de précieuses informations et surtout un moyen de partir d’ici. Malheureusement, le MJ propre au monde de Kaname désirait que ce dernier vienne seul afin de régler un problème particulièrement épineux. Même si ce n’était pas dans ses habitudes de suivre les directives de cet homme, l’inquiétude était bien trop grande pour se laisser guider par sa vieille querelle. Il fut donc décidé qu’il retournerait chez eux afin de régler la situation avant qu’ils puissent finalement être tous réunis. Il était encore loin de se douter de ce qu’il allait découvrir. En réapparaissant, c’est une ville en ruines qu’il peut observer. Se demandant alors comment cela avait pu arriver, une peur s’emparait peu à peu de lui. Les parages étaient dénués de toute vie et ce joueur de talent ne pouvait que craindre pour la survie de ses amis. Le jeune homme va donc devoir redoubler de prudence, car au cœur de ce silence morbide pourrait bien se cacher les responsables de ce désastre. La plus grande épreuve de Kaname est sur le point de débuter et il ne tient qu’à lui de réussir à en finir une bonne fois pour toutes.

Avec ce nouveau volume, notre duo d’auteurs va renouer avec ce qui faisait l’essence même du Darwin’s Game. On ne parle pas forcément du fait de s’entretuer entre joueurs, mais bel et bien de pouvoir survivre face à un événement qui dépasse l’entendement. Au même titre que Kaname, on est complètement perdu en voyant toute cette ville en ruines où le silence règne. Cela se ressent pleinement à chacun de ses pas et nous changent grandement de l’effervescence que l’on avait l’habitude de voir dans la série. Il va même se dégager un sentiment de fragilité de la part du chef des Sunset Ravens. Une partie de sa personnalité que l’on avait rarement eu l’occasion de voir et qui nous montre ici un simple adolescent craignant pour la vie de ses amis. Pour la première fois depuis longtemps, ce n’est pas Kaname le joueur que l’on a devant nous, mais Kaname l’être humain. Une manière de renouer avec celui qu’il était avant tout ça et c’est finalement dans l’adversité qu’il se rend compte de ce qu’il a tout de même pu gagner en participant à ce jeu maudit. Une très belle manière de faire évoluer ce personnage qui s’attire un peu plus notre sympathie. Autre point très intéressant est justement les particularités propres à ce nouvel événement qui vont apporter pas mal de changements par la suite que ce soit autant sur le plan physique que de la stratégie à aborder. On est clairement face à la plus grande menace que nos compagnons de route ont dû faire face et cela permet au récit d’entrer dans un genre un peu différent de d’habitude avec un aspect presque post-apocalyptique. Encore une fois, le récit se réinvente sans que cela dénote ou joue sur le plaisir ressenti à la lecture. Les enjeux ne font que grandir tandis que l’on se pose moult questions pour la suite.

© 2013 FLIPFLOPs, Akita Shoten

Jujutsu Kaisen tome 6

Jujutsu Kaisen Vol. 6 - Ki-oon

Jujutsu Kaisen, imaginé par Akutami Gege, s’était arrêté alors que l’on assistait à la compétition amicale entre les deux écoles d’exorcisme. Enfin, cet événement n’allait ressembler à aucun autre au vu du participant qu’il y a. En effet, la présence de Yuji est loin de plaire aux gens de Kyoto qui souhaitent à tout prix son élimination. C’est donc sous couvert de cet affrontement qu’il fut décidé de se débarrasser de lui malgré la protection qu’il avait de la part du personnel de Tokyo. Alors que le réceptacle de Sukuna se retrouve cerné par des ennemis souhaitant sa mort, son salut va venir d’une aide qu’il n’aurait jamais imaginé recevoir. C’est Aoi qui va venir s’interposer en déclarant qu’il exterminerait tous ceux qui oseraient se tenir entre lui et sa proie. Pour lui, une amitié indéfectible a vu le jour au cours de leurs échanges de coups et il ne peut pas laisser son frère d’armes se faire avoir. Il va même aller jusqu’à lui permettre de développer son potentiel tout au long de leur confrontation. Ne pouvant rien faire face à un tel déchaînement de puissance, les autres participants décident finalement de reprendre le cours de la compétition et de nombreux duels éclatent un peu partout dans la zone. Pendant ce temps, la chasse aux fléaux est mise en pause en attendant que les vainqueurs soient déclarés de chaque duel. Malheureusement, tous ces élèves et le corps enseignant n’imaginent pas une seule seconde qu’une terrible menace pourrait faire son apparition. Les deux établissements pourront-ils faire fi de leur querelle pour faire front commun face aux adversaires qui se présentent à eux ? Il le faudra bien au vu de la puissance qui se dégage en face. L’occasion parfaite pour Yuji de prouver à tous qu’il peut être utile et apporter un soutien de poids contre ces monstres.

Que dire de Jujutsu Kaisen, la série qui est au centre de beaucoup de discussions avec notamment son adaptation en anime. On avait déjà grandement apprécié nos précédentes escapades en compagnie du réceptacle de Sukuna qui offrait un nekketsu pouvant sembler classique, mais qui parvenait aussi à se différencier sur de nombreux points. C’était surtout l’importance qu’avait la mort dans ce récit qui donnait à cette histoire une aura à la fois inquiétante et prenante. En plus de ça, chaque personnage était bien travaillé et l’on avait toujours une certaine sympathie ou admiration pour eux. Avec l’arc actuel, le manga se permet de nous proposer une succession de combats grandioses qui va autant permettre de construire la plupart des personnages secondaires que d’admirer tout le travail fait au niveau du dynamisme durant ces confrontations. On n’a clairement pas le temps de souffler et l’on est toujours captivé par l’ingéniosité dont fait preuve l’auteur pour imaginer les capacités propres à chaque individu. C’est donc surtout un déferlement de puissance que l’on va pouvoir découvrir au sein de ces cases et aussi partir à la découverte de pouvoirs inédits. On apprécie d’ailleurs énormément à quel point chaque duel va permettre de révéler quelque chose soit d’essentiel soit d’intrigant pour la construction de l’univers. On est donc bien plus dans du grand spectacle, mais qui n’en oublie pas pour autant de nous apporter quelques éléments pour accentuer notre immersion au sein de cet univers. Cela suscite alors la curiosité chez nous autant que de renouveler notre intérêt pour la suite du manga. C’est un pur plaisir que de voir tout ce petit monde lutter et surtout s’unir face à un ennemi commun qui nous impressionne par tout ce qu’il peut faire. En plus de ça, le plus gros combat a aussi une dimension plus importante au vu de ce que représente l’adversaire. Une série qui ne fait que gagner en force.

JUJUTSU KAISEN © 2018 by Gege Akutami / SHUEISHA Inc.

Isabella Bird tome 7

Isabella bird - Ki-oon

Isabella Bird, imaginé par Sassa Taiga, nous avait laissés alors que notre chère exploratrice continuait de vaquer à son voyage au sein de la province d’Akita. Elle se remémore alors tout le chemin parcouru jusqu’ici. Entre la fabrique de papier, la manière de lutter contre un incendie, les étranges remèdes locaux ou bien le deuil d’une veuve, toutes ces expériences sont de précieux cadeaux à ses yeux. Rien ne vaut tout ce qu’elle a pu apprendre au cours de ce périple et elle sait pertinemment qu’il lui reste encore de la route pour atteindre le lieu qu’elle souhaite tant voir. Cependant, se rapprocher de son but est aussi synonyme pour elle de profonde tristesse. S’il y a le fait que cela symbolisera la fin de son expédition, ce rapprochement signifie aussi qu’elle arrive bientôt dans la ville où elle devra se séparer d’Ito. Ce dernier ne peut se permettre d’aller plus loin alors que son ancien client souhaite ardemment le reprendre à son service peu importe le prix. Un jeune homme qui ne recule devant rien pour atteindre son objectif, quitte à faire chanter le guide de le poursuivre s’il ne revient pas au plus vite. Ne pouvant déroger à ses engagements, le japonais ne peut tout de même retenir ce sentiment qui l’envahit à l’idée d’abandonner sa nouvelle camarade de voyage. Cependant, il est loin de tout savoir concernant Isabella qui lui révèle une chose importante. Ce voyage sera le dernier qu’elle mènera. En plus de ses problèmes de santé qui se font de plus en plus fort, il fut décidé qu’elle serait forcée de se marier à son retour au pays. Une décision qui est perçue comme effroyable pour cette demoiselle qui a l’impression qu’on lui brise ses ailes. Pourtant, elle est bien loin de se douter que la suite de ce périple puisse lui réserver de nombreuses surprises pouvant aussi chambouler profondément sa vie. Le charme et la culture japonaise pourraient lui apporter bien plus que de simples souvenirs.

Isabella Bird était déjà un gros coup de cœur dès le début, mais la série ne fait qu’intensifier toutes ses qualités pour nous offrir un nouvel acte à la fois enrichissant pour nous-même qu’intime pour nos deux personnages. Alors que l’on ressentait une certaine tristesse à l’idée que ce périple puisse s’arrêter à cause de l’intervention d’une personne tierce, ces quelques pages parviennent à nous redonner de l’espoir. C’est sûrement dans ce volume qu’est représenté au mieux ce qui fait le charme de cette expédition qui n’est pas uniquement là pour contempler les fantastiques paysages de ces terres. Ce voyage est avant tout une expérience humaine qui se construit au fur et à mesure des rencontres faites par cette demoiselle. Ce septième acte va donc être l’occasion de se poser un peu et surtout de raviver tous ces souvenirs qui se sont construits à chaque arrêt. Isabella Bird nous prouve à merveille qu’un voyage ne se vit pas uniquement sur l’instant présent. Il continue à exister bien après ça dans le cœur de ceux qui ont parcouru toutes ces distances et qui ont sympathisé avec tous ces gens. Il y a une telle beauté qui se dégage de ce récit que l’on ne peut qu’être subjugué devant tous ces instants qui ont forgé cette histoire. Une ode à l’aventure et surtout à la découverte rédigée de main de maître par un auteur qui nous offre l’une des plus belles virées qui soit. En plus de ça, on apprécie aussi énormément la façon dont évolue les quelques éléments de l’intrigue et surtout la relation entre Isabella et son guide. Un lien qui fait fi des convenances et des cultures différentes pour simplement nous montrer un duo qui s’entraide pour avancer. A cela s’ajoute toujours l’excellent apprentissage des habitudes des habitants ainsi que les diverses activités du Japon de l’époque pour finir cette lecture en beauté.

© 2015 Taiga Sassa KADOKAWA CORPORATION

Gigant tome 6

Gigant, imaginé par Oku Hiroya, avait stoppé son histoire alors que Chiho venait de réaliser un véritable exploit. Grâce à sa capacité hors du commun de devenir géante, elle put tenir tête aux adversaires qui avaient envahi Tokyo. Devenant la sauveuse de tout un peuple, le nom de Papico était à présent sur toutes les lèvres. Son passé d’actrice de film pour adultes semblait s’être totalement éclipsé pour laisser place à l’être ayant préservé de nombreuses vies. Une grande partie de la population se mit alors à l’idolâtrer et tout semblait alors pour le mieux dans le meilleur des mondes. Malheureusement, devenir une célébrité ne pouvant plus faire un pas dehors sans être la victime des paparazzis ne lui facilitait pas la tâche pour voir Rei. Ce dernier comprenait cela, mais donnerait tout pour pouvoir passer un peu de temps avec elle. Un vœu semblant sur le point de s’exaucer alors que le couple s’apprête à passer quelques vacances loin de tout ce tumulte. Il faut dire que si le Japon est actuellement préservé d’une autre menace, ce n’est pas le cas pour les États-Unis. Là-bas, les satans continuent de faire de nombreux ravages et sont même parvenus à terrasser les protecteurs de ce pays. Seule l’armée faisait de son mieux pour contenir les assauts de ces monstres, mais en vain. Un constat effroyable mais qui ne semblait pas chambouler le quotidien des japonais qui misaient tout sur une intervention de leur héroïne. En plus de ça, un autre élément perturbateur était apparu sur les terres nippones en la présence d’un groupe pour le moins étrange. Ces inconnus casqués et drôlement vêtus semblent être à la recherche de Papico. La raison à cela semble encore obscure, mais au vu de leurs agissements, ceci pourrait être dangereux pour nos deux tourtereaux. Le monde pourrait bien s’apprêter à vivre de grands changements.

Gigant est vraiment une série à part à l’image des autres œuvres de l’auteur. Si les premiers pas furent intéressants, mais loin d’être totalement enivrants, il faut reconnaître que l’on apprécie énormément la direction que prend le récit depuis maintenant quelques tomes. En effet, c’est surtout le traitement de Papico qui est formidable et qui va surtout être représentatif de quelque chose de pertinent dans le récit. Avec son nouveau statut d’héroïne du Japon, elle a totalement perdu son droit de mener une vie tranquille. Observé par tous et convié à toutes les émissions possibles, le temps qu’elle pouvait avoir auparavant pour être avec son petit ami s’efface peu à peu. Il y a donc presque une volonté de dénoncer cette perte de la vie privée pour ces stars qui font la une des journaux. Cela ne va avoir de cesse de prendre de l’ampleur jusqu’à atteindre un point presque de non-retour. En prenant cette direction, on arrive à avoir une certaine sympathie pour la jeune femme qui essaye tant bien que mal de lutter pour ne pas être formaté par cette société et l’image que l’on souhaite d’elle. C’est même encore plus flagrant lorsque l’on voit le décalage qu’il y a entre l’enfer que vivent les Etats-Unis et la paix qui existe au Japon suite aux actes de cette gigantesque sauveuse. Il y a beau y avoir un immense massacre qui s’effectue non loin d’eux, tout n’est centré que sur le bonheur présent et cette volonté de s’attarder sur la vie de leur superstar du moment. On est donc dans une écriture intelligente d’un phénomène de société presque poussé à l’extrême et qui voit le jour au sein d’un contexte où une immense crise touche le monde. Il est évident que l’on se pose de nombreuses interrogations sur ce qui est à l’origine de tout ça, mais notre attention est surtout focalisée sur ce couple qui fait de son mieux pour ne pas être sous le feu des projecteurs. Un manga qui enrichit ses différents niveaux de lecture.

GIGANT ©2018 Hiroya OKU / SHOGAKUKAN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.