Kingdom-Vol.-53-1

Kingdom tome 53 et 54 : tout est possible

Comme chaque mois, il y a une série que l’on ne peut s’empêcher de chroniquer tant elle s’avère d’une richesse incroyable. Rare sont les séries à pouvoir réussir à tenir en haleine sur une durée aussi longue et surtout à constamment apporter quelque chose d’inédit. C’est pourtant le cas avec cette licence que vous devez bien connaître maintenant. On parle bien sûr de Kingdom, édité chez Meian, et plus particulièrement du tome 53 et 54. Alors que l’on se rapproche inexorablement de la parution japonaise, notre attention est entièrement portée vers le combat que mène Shin et ses alliés dans l’espoir d’unifier la Chine. Tandis que l’on avait vu précédemment que notre jeune officier avait gagné en prestance et que le peuple des montagnes était à l’honneur, on était curieux de voir comment allait se dérouler la suite des hostilités. Le résultat est toujours magistral et montre surtout à quel point chaque pièce trouve sa place dans cet immense puzzle semblant interminable. On observe alors avec des étoiles plein les yeux ces hommes et ces femmes se démener pour que leur rêve se réalise. Le temps est donc venu de chevaucher une fois de plus en compagnie de cette unité qui est comme une seconde famille.

La tension monte d’un cran

Kingdom - combat

Un sacré duel.

Kingdom, imaginé par Yasuhisa Hara, s’était arrêté alors que l’on s’apprêtait à attaquer le neuvième jour des hostilités. Après avoir connu un statu quo presque total sur son aile droite, Ousen a du faire face à un imprévu de taille. En effet, si Shin est parvenu à se débarrasser de Gakuen d’un simple coup, l’adversaire avait grièvement blessé Akou, le bras droit du général en chef. Plus personne n’était donc apte à commander toutes ces troupes protégeant le flanc droit du cœur de cette armée. Malgré cet immense problème, Shin et Ouhon ne pouvaient se permettre d’accepter cet état de fait. Il fallait qu’ils agissent afin de renverser la vapeur et c’est ainsi que les jeunes pousses, sans être officiellement considérés comme les remplaçant de leur supérieur, commençaient à prendre les choses en main. Le moral avait beau être au plus bas pour les soldats d’Akou, les deux jeunes chefs d’unité savaient que pour éviter la défaite qui se profilait à l’horizon, cela passerait par un effort commun et surtout l’éveil de leurs propres hommes. Cependant, que signifie une telle phrase ? Ne sachant absolument pas comment réaliser un tel exploit, ils s’apprêtaient à vivre une nouvelle journée de galère tandis que les vivres fondaient à vue d’œil. Les deux garçons étaient loin d’imaginer qu’une autre armée était dans une pire situation que la leur. Bien loin de l’effervescence du principal champ de bataille, Yôtanwa, Heki et les tribus des montagnes étaient eux aussi en fâcheuse posture.

Alors qu’ils avaient perdu une grande partie de leur stock de nourriture, la suzeraine de ces hommes des montagnes avait échafaudé un plan pour contrer l’assaut de leur opposant. Pour cela, il fallait prendre la tête des trois principaux commandants quanrong afin de semer le chaos au sein de leur rang. Après tout, la majorité des soldats n’était en réalité que des prisonniers condamnés à se battre sous peine de voir leur famille être éliminée. Cela donnerait ainsi le champ libre pour frapper directement le roi adverse et aussi s’attaquer au représentant de Zhao qui était le véritable problème. Malheureusement, la vérité de la guerre fait que les plans peuvent ne pas se dérouler comme prévus. Alors que deux des trois cibles tombent, la débâcle est proche suite à un stratagème de l’ennemi. Bajio et Yôtanwa sont obligés de fuir pour éviter que toute l’armée se disloque. Une telle occasion de chasser la reine des montagnes était une aubaine pour Zhao qui envoya une bonne partie de leurs effectifs à la poursuite de cette dernière. Alors que l’étau se resserre et que le couperet s’apprête à tomber, la surprise pourrait être de taille quant au cou qui se fera trancher. Comme il fut dit précédemment, rien n’est jamais écrit à l’avance et tout peut alors arriver sur le terrain. C’est d’ailleurs dans ces moments-là que l’on peut voir qui est le plus à même de mener une armée à la victoire, même si cela signifie frôler la mort à de nombreuses reprises. Ce ballet sanglant et infernal va alors reprendre de plus belle et personne ne sait encore comment celui-ci pourrait se conclure.

Ce qui est génial quand on se lance dans deux nouveaux tomes de Kingdom, c’est que l’on sait pertinemment que l’on va vivre tout un tas de péripéties fantastiques. Ces deux volumes ne dérogent pas à la règle et vont même renforcer la tension et l’intensité de cette guerre où chaque jour qui passe nous rapproche inéluctablement du dénouement final. On va alors se lancer à l’assaut de ces pages avec une certaine boule au ventre, car on sait pertinemment que n’importe qui peut tomber sur le champ de bataille. Même le plus valeureux des guerriers peut trouver la mort et c’est ce que nous raconte parfaitement ce passage où rien n’est joué d’avance.

Entre victoire et défaite

Même si on a l’impression que cet arc narratif dure depuis déjà un long moment, on sent que l’on approche d’un tournant majeur. En effet, Kingdom fait trembler beaucoup de choses au sein de ces cases d’une richesse incroyable. L’action ici va reposer sur les deux batailles les plus violentes à savoir Shin d’un côté et le peuple des montagnes de l’autre. C’est d’ailleurs ce dernier qui va vraiment être au cœur de la tourmente en nous offrant une lecture qui va autant permettre d’en apprendre plus sur certains que d’observer la détermination de tous ces soldats. Bien loin de suivre les conventions installées par la majorité des armées, ces tribus possèdent toute une particularité qui va entrer ici en ligne de compte. Jusque-là, l’affrontement qui opposait les deux camps était surtout basé sur des épreuves de force et c’était les quelques hommes de Zhao qui avaient réussi à inverser la tendance grâce à leur stratégie. Une manière habile de montrer une fois de plus l’importance d’élaborer un plan pouvant ébranler une armée semblant inarrêtable. C’est alors qu’arrive ce nouvel acte qui va redistribuer les cartes et surtout permettre à de nombreux officiers de s’illustrer. On est alors admiratif de la justesse avec laquelle l’auteur parvient à nous donner cette impression que n’importe qui peut devenir le héros du jour. A chaque journée son sauveur afin de montrer que chacun peut avoir un rôle primordial à jouer afin de décrocher la victoire ou d’éviter une cuisante défaite.

C’est là que l’on peut admirer ceux qui arrivent à s’adapter à toutes les situations et qui surtout réussissent à tromper l’ensemble des gens que cela soit ami ou ennemi. On est donc épaté par la construction de ce conflit du côté de Yôtanwa et de ses hommes qui sont bien plus rompus à l’art de la guerre que l’on pouvait le penser. Encore une fois, leur manière de combattre, et même d’élaborer des stratagèmes colle parfaitement au caractère de leur souveraine et on ne peut donc s’empêcher de sourire en voyant ces guerriers agir avec une certaine subtilité dans leur brutalité. Ce point est aussi très intéressant quand on s’attarde sur le combat que doivent mener Shin et Ouhon. Eux qui ne sont encore que de jeunes officiers se retrouvent avec un énorme poids sur les épaules. Une manière pour eux de faire enfin leurs preuves sous peine de mourir rapidement sous les coups de l’adversaire. Là, on va attaquer un autre point qui a aussi son importance. Il s’agit de l’effet que peut avoir l’échec d’une personne sur l’ensemble des hommes sous ses ordres. Jusqu’à maintenant, on a souvent vu nos amis être principalement ceux retournant la situation. Mais l’inverse est tout à fait probable comme ce fut le cas au sein de ces cases. C’est alors telle une immense vague balayant le champ de bataille que l’on assiste à cet événement que l’on savait qu’il pouvait arriver, mais que l’on préférait éviter d’y songer. Cela ajoute autant une dose de drame que de chaos bienvenu qui va alors entraîner la seconde partie de ces deux lectures. C’est suite à cet enchaînement de déconvenue que pourrait bien naître le sauveur de cette bataille, mais aussi celui qui pourrait faire tourner la balance en la faveur de Qin

En plus de parvenir à conserver ce qui fait tout l’intérêt de cette guerre, l’auteur va aussi ajouter quelque chose de crucial à Kingdom. Il va recentrer l’action et raviver en quelques secondes un rêve que l’on pouvait presque avoir oublié. C’est suite à de nombreux obstacles surmontés que Shin en est là où il est actuellement et il va une fois de plus briller par bien des aspects. L’image du jeune esclave s’estompe alors totalement pour ne laisser place qu’à celui qui peut renverser une bataille par sa simple présence. On va alors pleinement ressentir toute la route franchie depuis les prémices de cette grande aventure.

Le rôle de Shin

Kingdom - discours

Shin dans toute sa splendeur.

On le sait bien et on le dit assez souvent, Kingdom n’est pas une œuvre centrée uniquement sur un personnage. C’est grâce à son immense galerie d’acteurs et d’actrices que le manga parvient autant à nous happer étant donné le nombre hallucinant d’histoires qui s’entremêlent. Cependant, il est évident que le jeune Shin est celui par qui a débuté cette longue fresque et qu’il est celui qui la terminera. Un fil rouge que l’on prend toujours plaisir à suivre et qui montre sûrement tout le talent d’écriture de l’auteur. C’est d’ailleurs dans ces deux tomes que l’on va pouvoir prendre conscience de tout ce talent qui a servi à construire un personnage commençant en bas de l’échelle pour finalement atteindre des sommets que même lui n’aurait pas imaginé. En effet, c’est la première fois depuis le début du récit qu’il est à deux doigts de toucher ce statut qui le motive tant. Même si cela implique que la situation actuelle est périlleuse et qu’elle engendre de grandes responsabilités, on ne ressent nullement d’angoisse. Bien au contraire, c’est une profonde admiration que l’on éprouve en le voyant accepter ce rôle même si ce n’est que provisoire. Shin, dans son écriture, nous démontre à ce moment précis à quel point il a mûri. Il sait très bien qu’à présent, les morts vont joncher sa route et cela ne concerne pas uniquement ses ennemis. Le fait de savoir qu’il a entre ses mains la vie de milliers de gens n’a jamais été aussi présent et c’est le regard qu’il a en observant l’adversaire et ses hommes qui nous prouve qu’il a compris les sacrifices que cela exige.

S’il a toujours considéré son unité comme une immense famille, il est prêt à accomplir son rôle même si cela lui cause une profonde peine. D’ailleurs, c’est aussi dans ces chapitres que l’on peut admirer le lien qui s’est forgé entre tous ces hommes qui se sont battus et survécus ensemble. Si la possibilité d’une mort imminente devrait leur faire perdre tout espoir, c’est finalement l’idée de voir leur chef grandir et les guider contre vents et marées qui leur donne des ailes. Le rêve personnel de Shin s’est finalement étendu à tous ces soldats qui l’ont accompagné dans tant d’épreuves. Ce n’est donc plus le fantasme d’un seul homme que l’on suit, mais celui d’une myriade d’âmes que ce jeune garçon a réussi à fédérer. C’est en acceptant de perdre la vie pour les ambitions de leur meneur que l’on prend conscience à quel point Shin est parvenu à devenir un guerrier digne de confiance et qui inspire les autres. Le lecteur que l’on est ne peut que rester bouche bée devant cette union qui démontre la puissance de ce lien qui relit chaque membre de l’unité Hi Shin. Ils ont beau avoir l’issue de la guerre entre leurs mains, aucun ne semble flancher et cela ne fait que sublimer l’amour et la sympathie que l’on a pour ce groupe qui n’a rien à voir avec les autres escouades. D’ailleurs, cela ne s’applique pas qu’aux vétérans de cette troupe, mais aussi aux nouveaux qui n’ont pas besoin d’avoir côtoyé Shin pendant des années pour déceler la prestance et le charisme qui se dégage de lui. Une très belle et touchante façon de remettre sur le devant de la scène ce statut tant convoité et ce que cela peut entraîner au sein d’un conflit.

Kingdom atteint clairement l’un de ses points culminants. A travers les divers actes que l’on peut suivre dans ces deux expéditions, on sent qu’une page est en train de se tourner. Shin va maintenant être au centre de l’attention et c’est une chance extraordinaire pour lui de pouvoir enfin toucher du doigt ce rêve qu’il souhaite tant concrétiser. On ne peut alors s’empêcher de ressentir une profonde fierté et une joie sans borne pour le chemin parcouru même si on sait que la situation est critique. C’est aussi ça Kingdom, pouvoir continuer d’espérer même quand tout semble foutu. Tout cela grâce à un jeune homme qui a su aller à l’encontre de tous les pronostics.

Kingdom accentue son assaut

On pourrait parler de Kingdom pendant des heures que l’on n’aurait pas fait le tour de tout ce qui nous est proposé. Même si cela fait maintenant plusieurs volumes que la guerre entre Qin et Zhao s’enlise au vu de la tactique de chacun, cela n’empêche nullement nos camarades de faire étalage de leurs compétences. Que cela soit sur un champ de bataille éloigné du reste qu’en compagnie d’une des plus prometteuses jeunes pousses du royaume, il n’y a pas un seul instant où l’on n’est pas tenu en haleine. Aucun élément n’est laissé à l’abandon et c’est ce soin du détail qui fait aussi tout le charme de cette œuvre écrite d’une main de maître par un homme qui sait comment plonger son lectorat en plein cœur de la mêlée. Une lutte intense et où chacun donne tout ce qu’il a pour espérer entrevoir une route menant à la défaite de l’autre. Il n’est plus uniquement question ici de stratégies ou de chiffres. C’est en observant ce jeune garçon fondre sur les rangs adverses que l’on ouvre les yeux sur l’importance que peut avoir un seul homme sur l’issue d’une bataille. Shin ne s’est jamais autant rapproché de l’héritage laissé par Ouki que dans ces quelques pages. Un acte qui lui fait suivre la même route que ce dernier, mais qui le différencie aussi de celui qu’il pouvait considérer comme son exemple. On assiste alors à la possible naissance d’une toute nouvelle génération de grands généraux qui écrivent leur légende en lettres de sang. Le récit de Shin pourrait alors donner du courage et faire rêver tous les gens de Qin tandis que dans les autres pays, son nom résonnera tel un cauchemar revenant sans cesse hanter leur nuit.

Si l’on peut avoir l’impression que l’action stagne, ceci n’est en réalité qu’une couverture. Tout ce que l’on peut apercevoir est autant pensé pour construire l’arc en cours que disséminer des indices pour le futur de Kingdom. Un petit jeu qui n’est pas une première dans la série, mais qui ici atteint un tout autre niveau. Comme si tous les efforts fournis jusqu’à présent venaient enfin de porter leurs fruits. Bien sûr, on sait pertinemment que cela n’est que la première étape d’une encore très longue ascension, mais chaque étage franchi nous prouve à quel point ce manga est à part. Une saga aux très nombreuses nuances et qui parvient, en un seul arc, à mettre en scène des dizaines d’histoires qui s’entremêlent sans jamais que cela influence notre confort. C’est même un véritable plaisir que de voir le développement de chaque personnage, mais aussi de chaque intrigue qui a servi à construire ce formidable monument qu’est Kingdom. A présent, on ne peut quitter une lecture pareille sans se poser tout un tas de questions pour la suite. Est-ce que Shin va pouvoir devenir l’atout nécessaire à Qin pour conquérir ces terres ? Riboku a-t-il encore d’autres plans en tête pour empêcher cette invasion ? Pourrait-on voir l’arrivée prochaine d’une autre force dans l’équation ? Quels seront les prochains obstacles qui se dresseront devant Ouki et son armée ? Il nous tarde à présent de savoir comment tout cela va finir et ainsi assister sûrement à l’un des plus grands moments de la licence.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti sur ces deux tomes de Kingdom. Etes-vous toujours autant happé par l’action qui nous est présentée ? Appréciez-vous la manière dont la guerre évolue et les rôles de chacun ? Trouvez-vous que Shin va pouvoir démontrer l’étendue de ses capacités dans la prochaine bataille ? Avez-vous aimé le déroulement complet du conflit opposant le peuple des montagnes à leur adversaire ? Quel est, selon vous, le camp qui finira par prendre le pas sur l’autre dans cette lutte incroyable ? Qu’attendez-vous pour la suite de la licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet 🙂

© 2006 Hara Yasuhisa, Shueisha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.