Alma

Alma tome 1 : la confrontation entre robots et humains

Quand on aborde une nouvelle licence, on aime bien savoir si celle-ci est capable de nous projeter plus loin que cette simple lecture. Il est souvent crucial pour une série de capter l’attention du lecteur afin que celui-ci ait envie de connaître la suite. Cela peut passer par de nombreux éléments et surtout une intrigue bien ficelée. La raison pour laquelle on aborde ce sujet est que le titre que l’on traite aujourd’hui a su faire ça avec brio. Dernière licence en date de Panini, Alma vient de voir son premier tome paraître. Ayant pu le découvrir un peu en avance, on se demandait ce qu’allait bien pouvoir donner un récit qui se tournait visiblement vers le récit de science-fiction et d’anticipation. Un genre qui n’est pas forcément celui auquel on est le plus réceptif. Pourtant, à la lecture de ce premier volume, on a vu notre curiosité être titillée à de nombreuses reprises. Un manga qui souhaite avant tout que l’on s’attarde sur le destin de son héros qui voyage inlassablement à la recherche de ses semblables. Une œuvre qui sait cultiver le secret et nous pousser à aller toujours plus loin. Le temps est donc venu d’accompagner une âme errante sur ces terres dénuées de vie.

Un monde en ruine

Alma - Ray

Un monde désert.

Alma, imaginé par Shinji Mito, nous plonge sur une planète inconnue où tout est ravagé. L’humanité semble avoir totalement disparu et le silence est maintenant la norme sur ces terres défrichées. Cependant, il reste une petite lueur d’espoir au sein de ce chaos. Ray, un jeune homme à la recherche d’éventuels survivants, passe le plus clair de son temps à partir en vadrouille. Explorant la région qui l’entoure pour trouver des indices ou d’autres humains, il se persuade qu’il finira par trouver ce qu’il cherche. Malheureusement, la majorité de ces expéditions se sont avérées peu fructueuses. Tout semble indiquer qu’il serait l’un des derniers hommes à vivre en ce monde. Heureusement, il sait qu’à son retour, il sera toujours accueilli par un sourire. En effet, cet adolescent n’est pas tout seul. Trice, son amie depuis de nombreuses années, s’occupe du petit foyer qu’ils ont bâti. Désireuse de voir autre chose que le paysage désolé qui l’entoure, la jeune femme rêve un jour de pouvoir accompagner Ray dans ces voyages. Malheureusement, cela n’a encore jamais pu arriver et son regard se teinte parfois d’une profonde tristesse. Ressentant ça, son compagnon d’infortune ne sait quoi dire. A ses yeux, Trice est ce qui lui est le plus cher et il n’imagine pas cette vie sans elle. Pourtant, il semble bien que le destin soit contre eux et décide de chambouler totalement leur quotidien déjà compliqué. Cet oiseau de mauvais augure est apparu sans crier gare. Une menace qui allait lancer le début d’une très longue quête.

Prenant la forme d’une étrange jeune femme, celle-ci fit son apparition un beau jour. A sa vue, Ray ne pouvait cacher sa surprise. Il était persuadé d’avoir enfin découvert une camarade qui pourrait apporter un peu de compagnie à ce quotidien si morne. Ayant du mal à contenir sa joie, sa surprise fut encore plus grande quand Trice se dressa entre lui et cette inconnue. Voulant visiblement le protéger de cette intruse, un combat éclate alors entre les deux. C’est durant cette confrontation que la jeune fille va dévoiler un terrible secret. Celle qui a toujours été aux côtés de Ray avait soigneusement dissimulé un aspect d’elle. A présent que le calme est revenu, le garçon va devoir prendre une grande décision. L’heure n’est plus à stagner, mais bel et bien à avancer. Peu importe la distance parcourue, il doit continuer de progresser afin de trouver les derniers vestiges de l’Humanité. Un périple guidé par les paroles de son amie qui résonnent encore dans sa tête. A la fois déboussolé, déchiré par la tristesse et perdu, ce voyageur ne peut plus compter que sur lui-même. Mais quelle est la raison de cette attaque soudaine ? Que signifie toute cette histoire ? Pourquoi a-t-il fallu que tout chavire ? Des questions qui ne cessent de résonner dans l’esprit de Ray. Son seul espoir de salut est maintenant de survivre au cœur de ces ruines où le danger peut être partout. L’Homme et la machine ont ravagé ces terres et il est le témoin de ce triste spectacle.

Alma semble, au premier abord, prendre un chemin assez classique dans le genre du récit post-apocalyptique. Après tout, nous voilà plongés sur une planète ravagée où plus rien ne vit mis à part ce garçon et son amie. Pourtant, cette introduction va rapidement se démarquer des autres par son approche très humaine. A cela s’ajoute aussi une formidable aptitude à créer du mystère poussant le lecteur à réfléchir et à essayer de recoller les pièces du puzzle. Un casse-tête qui commence tout juste à dessiner son contour et qui nous invite dans une quête aussi étonnante que bien ficelée.

Un récit nimbé de mystères

Disons le tout de suite, ce premier volume d’Alma a su habilement attiser notre curiosité. Il fait partie de cette catégorie de titres parvenant à maintenir tout le mystère autour de son histoire tout en nous donnant l’impression d’avancer. On se rend compte à la fin que l’on n’a bien plus de questions que de réponses. Un parti-pris efficace et qui permet de facilement s’identifier à Ray qui est totalement perdu dans ce monde dont il ignore tant de choses. D’ailleurs, c’est incroyable à quel point cette innocence qui le caractérise est fidèlement retranscrite. On le voit réagir face à des objets, des éléments ou autres situations avec des yeux presque enfantins. Cela ajoute beaucoup de peine à l’égard de ce jeune homme qui a encore tellement de choses à apprendre concernant ce qui l’entoure. D’ailleurs, il y a même presque un aspect fou dans son comportement par instant. Là encore, on est saisi par la manière dont il interagit avec son environnement. Des réflexes, une attitude et une personnalité qui se sont forgés suite à cette solitude qui l’a profondément marqué. On est totalement emporté par cette errance que vit ce garçon qui semble avoir tout perdu et qui se raccroche à un espoir bien maigre. Le fait que le lecteur puisse comprendre, avant même ce personnage, tout ce qu’il s’est passé ici ne fait qu’accentuer le côté dramatique de la situation. Alors qu’il essaye de survivre tout en gardant le sourire, on sait à quel point tout ce qui l’entoure est synonyme de mort.

Pour en revenir à tous ces mystères qui forment l’intrigue de ce premier acte, il faut reconnaître qu’ils sont bien amenés. On a beau progresser au cœur d’un immense brouillard, on n’a pas forcément cette sensation de ne rien savoir. Au contraire, on nous donne beaucoup d’informations, mais qui nous font surtout comprendre à quel point le puzzle que l’on doit compléter est grand. On sent que c’est la volonté de l’auteur de partir sur une telle voie qui va autant nous intriguer que contribuer à enrichir un univers fort prometteur. De même, la principale thématique qui est abordée tout au long de ces pages va aussi mettre en avant une opposition très intéressante. Un conflit qui nous pousse à avoir une certaine réflexion sur l’espèce humaine ainsi que sur ce qui fait que l’on est humain ou non. Cela s’exprime par de simples petites phrases, mais qui ont un très fort impact pour le lecteur. On part alors dans une dimension philosophique où un simple mot peut avoir une grande incidence sur notre manière de penser. En réalité, la frontière entre le bien et le mal est ici très floue et l’on ne sait absolument pas qui mérite la confiance de Ray sur ces terres désolées. Une incertitude accentuant notre immersion dans l’œuvre, mais qui va aussi apporter une certaine tension à des moments-clés. Une excellente construction narrative qui a encore beaucoup de choses à dire pour la suite.

Alma montre qu’un contexte que l’on a déjà vu maintes fois peut encore surprendre et d’une manière fort intéressante. Avec sa capacité à nous faire avancer dans un épais brouillard et à nous faire nous poser tout un tas de questions, ce premier volume accomplit parfaitement son rôle. Une virée qui nous encourage à continuer et où l’on apprend à avoir beaucoup de sympathie pour cet adolescent obligé de survivre dans un environnement où il se sent isolé. Un périple où l’on se demande qui est vraiment l’ennemi et surtout qui nous interroge sur la nature humaine ainsi que l’importance des actes de chacun.

Alma nous fait voyager

Alma - motivation

Le début du périple.

En se lançant dans ce manga, on ne savait pas trop à quoi s’attendre. Finalement, la surprise fut très bonne, car elle parvient à utiliser habilement tous les éléments qui sont en sa possession pour donner vie à une histoire qui nous tient en haleine. Plus on s’aventure dans l’ouvrage et plus on prend conscience à quel point ce scénario semble plus imposant qu’on pouvait le croire au premier abord. Ce qui se présentait comme une quête de survie devient finalement une lutte pour le pouvoir. Même sur ce dernier aspect, le mangaka frappe fort en proposant sa propre vision de cette fameuse confrontation que déjà beaucoup ont traitée dans le passé. En plus de ça, on arrive à avoir un certain attachement envers Ray qui semble au centre de tous ces secrets, mais qui nous touche par cette innocence qui le caractérise. Un jeune homme qui ne souhaitait que trouver des gens semblables à lui et qui se retrouve mêlé à quelque chose de bien plus grand. D’ailleurs, la construction narrative de cette introduction est bien ficelée au vu du fait qu’elle réussit à nous donner envie de continuer sans que l’on ait réellement de réponses à nos interrogations. Un début de voyage jonché de questions qui ne disparaîtront sûrement que bien plus tard. Il peut être très difficile de convaincre le lecteur de continuer tout en restant dans l’ignorance, mais Alma le fait à merveille. Un périple qui n’a pas fini de nous surprendre et surtout qui pourrait bien nous conduire vers un avenir inattendu.

On pourrait aisément qualifier cette série d’étrange ou même d’atypique. Utilisant habilement les codes du récit d’anticipation, Alma nous montre que l’on peut autant proposer une histoire intéressante, intelligente et mystérieuse. On a été bluffé par la manière qu’a eu l’auteur de créer son intrigue qui ne se développe finalement que dans la dernière partie de cette introduction. On reste donc suspendu aux paroles que l’on entend et au chemin qu’entreprend ce garçon qui ne sait finalement pas où ses pas vont le conduire. Si vous aimez les récits de science-fiction proposant quelque chose d’original et que vous n’avez pas peur de vous questionner sans cesse alors ce titre est fait pour vous. Un premier tome qui nous offre une frustration plaisante et nous laissant imaginer tout un tas de possibilités pour le futur de ce conte. De même, on se demande qui peut bien avoir raison dans ce conflit où il n’y a ni gentils ni méchants. Des idéaux, des modes de vie ou des personnalités différentes s’opposent pour essayer d’imposer leur propre vision des choses. Sans oublier bien sûr cette myriade d’interrogations qui nous trottent dans la tête. Qui est vraiment Ray ? Quelle est donc toute cette histoire qui tourne autour de lui ? Comment pourra bien se conclure cette guerre qui dure depuis maintenant des années ? Parviendra-t-il enfin à trouver un peu de répit dans ce monde déchiré ? Il va falloir prendre son mal en patience pour pouvoir lire tout ça.

N’hésitez pas à nous partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti sur ce premier volume d’Alma. Trouvez-vous qu’il y a du potentiel concernant l’histoire qui nous est contée ? Avez-vous une certaine sympathie pour ce jeune homme mystérieux que l’on suit ? Avez-vous apprécié la manière dont nous est amené le passé concernant ce monde en perdition ? Croyez-vous que l’on va assister à de grands changements par la suite au vu des enjeux qui se dégagent dans cette introduction ? Qu’attendez-vous pour la suite de cette licence ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet 🙂

© 2019 Mito Shinji, Shueisha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *