The Promised Neverland-Vol.-19

The Promised Neverland tome 19 : le passé refait surface

Il y a toujours un sentiment étrange qui s’éveille en nous dès lors que l’on sait que l’on se rapproche de la fin d’une série. C’est encore plus vrai dès lors qu’il s’agit d’un manga qui a su durer dans le temps. On se remémore alors avec autant de nostalgie que de plaisir tous ces moments passés en compagnie de ces personnages. Un effet qui montre à quel point une histoire a su s’emparer de nous et se démarquer des autres. Si l’on parle de ça aujourd’hui, c’est que le titre que l’on va aborder n’est plus qu’à un volume de sa conclusion. Vous l’aurez aisément compris, on parle ici de The Promised Neverland et plus particulièrement du tome 19 qui est sorti il y a quelques jours. Ce titre phare du catalogue de Kazé s’apprête à tirer sa révérence non sans préparer un final que l’on espère grandiose. C’est en tout cas ce que l’on attendait en se plongeant dans cet avant-dernier ouvrage qui apporte énormément d’éléments aussi surprenants qu’intéressants à analyser. Un récit qui, une fois de plus, parvient à jouer habilement sur ce qu’il a construit jusqu’ici. L’heure est donc venue de reprendre notre route vers un lieu que l’on ne connaît que trop bien.

Le retour aux sources

The Promised Neverland - Trio

Le trio de retour.

The Promised Neverland, scénarisé par Kaiu Shirai et dessinée par Posuka Demizu, s’était arrêté alors que l’on venait de vivre un moment historique pour ce monde. Alors que le plan de Norman avait finalement pu permettre l’annihilation d’une bonne partie de la société démoniaque, Ray et Emma l’avaient empêché de commettre l’irréparable. Après des retrouvailles touchantes et ramenant un peu de lumière dans la vie du jeune garçon, le trio dû se confronter à un sursaut de regain de la part de la reine. Heureusement, cette dernière finit par s’écrouler et disparaître à jamais. Sa mort allait donc signer un tournant majeur pour l’ensemble de son peuple. Cependant, le temps n’était toujours pas au repos pour ceux qui étaient derrière cette révolution. Ayant appris que Peter Ratri et les troupes qui l’accompagnaient se dirigeaient vers le repaire, il fallait absolument presser le pas. Laissant la gestion de la crise à la capitale entre les mains de Mujika et Sonju, les enfants se devaient d’intercepter cette armée. Il ne fallut cependant pas longtemps pour qu’ils comprennent que leurs amis furent enlevés pour être conduits là où leur aventure avait débuté. Grace Field House était le lieu tout désigné pour cette confrontation finale face à leur dernier adversaire. Un endroit très symbolique pour ces survivants qui devaient mettre un terme à toute cette histoire. Malheureusement, ils sont loin de se douter que l’ennemi ne compte pas en rester là.

Tenu au courant de ce qu’il s’est passé à la capitale des démons, le représentant des Ratri ne pouvait cacher sa surprise. Cependant, si cet événement portait un coup violent à ses ambitions et son travail jusqu’ici, il était encore temps de rectifier le tir. D’ailleurs, cette révolte pourrait se transformer en une occasion en or pour cet homme dont les projets macabres étaient loin d’être anéantis. Il lui fallait donc se dépêcher pour étouffer dans l’œil tout acte de rébellion et se présenter comme le sauveur de cet équilibre fragile entre les deux peuples. S’il a pris ses dispositions pour ceux qui étaient restés en ville, il lui fallait encore trouver le moyen pour se débarrasser des gêneurs qui se rapprochaient de ses prises. Tout allait se décider dans cet orphelinat qui fut la source de tous les malheurs. C’est cet établissement qui avait sacrifié tant d’enfants, mais qui avait aussi été à l’origine de ce soulèvement qui dure maintenant depuis des mois. Qui aurait imaginé que les fuyards de l’époque allaient se transformer en héros libérateur ? L’heure du dernier combat est venue alors que tous convergent vers ce champ de bataille. Quoi qu’il arrive, l’un des deux camps sera désigné perdant et verra tous ses efforts réduits à néant. Emma, Ray et Norman sont bien décidés à changer les choses et à venir en aide à leurs amis. Ils ne peuvent plus accepter le fait de perdre ne serait-ce qu’une personne de plus.

Avec le tome précédent, The Promised Neverland laissait planer le fait que l’on allait devoir renouer avec le passé. Tout semblait indiquer que la dernière confrontation serait celle qui mettrait un terme à toute cette souffrance. C’est là que le mangaka parvient encore à nous tenir en haleine même dans cette dernière ligne droite. Tout est pensé pour que l’on passe de surprise en surprise, mais aussi pour laisser planer le doute quant à l’avenir de ces enfants. C’est alors que l’on sent cette bourrasque qui est en train de tout balayer dans ce monde qui fut source de tant de souffrances.

Le vent du changement

Cet avant-dernier tome de The Promised Neverland est très intéressant à analyser. En fait, plus on se rapproche de la conclusion et plus on revient aux sources de la licence. Il n’y a qu’à voir le fait que l’action se passe à Grace Field House pour sentir une certaine nostalgie. La symbolique de ce lieu est très importante ici. C’est entre ces murs que l’aventure a débuté et c’est là qu’elle doit maintenant se terminer. De même, on aurait pu penser que tout ne serait plus qu’une question de temps avant que tout change maintenant que le principal obstacle avait été écarté. Pourtant, Peter Ratri reprend le flambeau sans pour autant être un antagoniste similaire aux précédents. Bien au contraire, le fait d’avoir un humain comme adversaire enlève ce côté surnaturel que les démons pouvaient avoir. Il n’a pas de capacités surhumaines ou une force colossale. Un être humain lambda qui est persuadé d’être plus intelligent que le reste du monde. C’est donc une toute nouvelle opposition qui se joue face à un ennemi retors prêt à tout pour assouvir ses ambitions. Alors que la reine parvenait à insuffler une certaine crainte au vu de son aura impressionnante, là on est beaucoup plus tourné vers un dégoût de cet homme. Une autre manière de créer une opposition qui est efficace et nous pousse à vouloir que tout s’arrange pour nos amis. On entre alors dans un dernier acte très plaisant par rapport à ce qu’il raconte et surtout ce qu’il amène pour la suite.

En effet, ce volume pourrait aisément être divisé en deux grandes parties. La première est là pour nous donner le sentiment que rien n’est encore fini. Les agissements de l’ennemi et surtout l’horreur qui en découle fait que l’on reste tenu en haleine concernant le destin de nos héros. Pourtant, on sent que quelque chose s’est mis en marche. Peu importe ce qu’il adviendra, tous les agissements qu’il y a eu depuis le début de cette histoire ont finalement une répercussion. Ces enfants, qui ont toujours eu l’étiquette de fuyards, ont fini par accomplir ce que personne n’aurait imaginé possible. La proie s’est transformée en prédateur et le chasseur fut chassé. Au même titre, il semblait inenvisageable que la capitale des démons puisse se retrouver aussi affaiblie. Des exploits qui changent à jamais le futur de ce monde peu importe le sort qui attend tous ces gens. Que ce soit chez les humains ou leurs opposants, un vent de renouveau commence à souffler, porté par la détermination de quelques enfants. Rien ne sera plus jamais comme avant et c’est ce message que souhaite nous faire véhiculer ce passage. La boucle s’apprête à se finir et l’on prend alors conscience de tout ce chemin parcouru dès l’instant où l’on a quitté l’enceinte de cet orphelinat. Une très belle manière de rendre hommage à tout ce qu’il y a eu par le passé pour atteindre le point culminant de cette excellente saga.

Si l’on peut être étonné par moments concernant certains rebondissements, The Promised Neverland nous montre la construction d’une fin faisant appel à tout ce qu’il y a eu par le passé. Une très belle démonstration d’utilisation de tout ce qui a bâti cette histoire et qui permet de renouer avec les origines de la série. Tout cela est pensé afin de souligner le bouleversement qui est en train de se passer. Ce que l’on pouvait penser être immuable finit par se mouvoir suite aux actes d’un petit groupe. On a même une certaine joie de voir tout ce qui est en train de se passer et surtout ce que cela annonce pour le dernier lever de rideau.

The Promised Neverland entame son grand final

The Promised Neverland - méchant

Les choses s’accélèrent.

On tient à le redire, mais on peut être étonné par instant des surprises que nous réserve ce tome. Des éléments qui viennent se greffer à la trame principale, mais qui n’enlèvent en rien la puissance et surtout le message véhiculé. Comme on l’avait dit dans notre précédente chronique, tout ici est pensé pour clôturer ce cercle de haine. Une boucle dans laquelle on a été propulsé depuis le premier tome. Dès lors que la vérité sur ce monde a éclaté, on s’est retrouvé embarqué dans une aventure où chaque action a eu des conséquences. Parfois tôt, souvent sur le long terme, tous ces agissements ont fini par porter leurs fruits. C’est pour ça que l’on apprécie autant ce tome 19 de The Promised Neverland. Il véhicule une symbolique très forte qui apporte la scène parfaite pour le dernier acte à venir. Tous les acteurs et actrices sont à présent réunis au même endroit afin qu’ils donnent la représentation de leur vie. D’ailleurs, c’est sans doute le tome qui met le plus en retrait notre trio pour surtout évoquer la situation globale. Ils ont beau avoir été au cœur de toute cette histoire, Emma, Ray et Norman n’ont pas été livrés à eux-mêmes. Ils ont toujours pu compter sur ses alliés qui ont aussi le droit à leur moment de gloire et qui transforment ce récit en quelque chose de bien plus grand. Un hommage efficace et nécessaire pour parfaitement amener à ce final qui peut encore nous surprendre étant donné que l’ancien monde est en train de changer.

On est donc loin d’être déçu de cette dernière ligne droite qui se doit de préparer le terrain pour le dernier levé de rideau. The Promised Neverland n’a eu de cesse de renouveler son intrigue, mais surtout de ne rien laisser au hasard. Même le plus petit détail fut imaginé pour servir plus tard. On est ébahi par toute cette intelligence qui découle de l’écriture globale de l’œuvre. On se dit même qu’il n’en faut pas plus pour cette saga qui n’a pas besoin de s’étendre davantage. Notre esprit carbure alors à l’idée d’assister très bientôt au dernier rappel pour ces individus que l’on a suivi pendant si longtemps. Que cela soit dans la présentation du nouvel adversaire, les enjeux en cours ou même les quelques mystères qui restent à résoudre, tout prendra bientôt fin. Une lecture qui nous aura donc comblés sur de nombreux points et est le dernier engrenage nécessaire pour conclure cette épopée. Un périple qui nous aura fait passer par de nombreuses émotions avant que l’on puisse entrevoir une lueur d’espoir. Bien sûr, on a encore quelques questions en tête au vu de ce qui nous est raconté. Quelle est la promesse qui fut organisée par Emma ? Ratri va-t-il avoir un dernier plan sous le coude ? Que vont faire les démons à présent ? Tout cela se terminera dans le prochain volume de The Promised Neverland.

N’hésitez pas à partager dans les commentaires votre propre avis ainsi que votre ressenti concernant ce volume 19 de The Promised Neverland. Trouvez-vous que l’on se rapproche d’une conclusion prometteuse pour le dernier tome ? Croyez-vous que tout se terminera bien pour tous ces personnages que l’on suit depuis si longtemps ? Pensez-vous qu’ils devront surmonter un tout nouvel obstacle avant de pouvoir enfin espérer être libres ? Est-ce que cette dernière ligne droite vous semble intéressante dans ce qu’elle parvient à raconter ? Qu’attendez-vous pour le dernier morceau de cette saga ? On reste à votre disposition pour pouvoir échanger, discuter et débattre autour de ce sujet 🙂

© 2016 Demizu Posuka / Shirai Kaiu, Shueisha

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.